Les fondements théoriques des déterminants du taux de change

Les fondements théoriques des déterminants du taux de change

Définition et fondements théoriques

Définition

La théorie de la parité des pouvoirs d‘achat est considérée comme la théorie la plus ancienne et la plus critiquée dans la théorie du taux de change. L‘origine de la théorie de la PPA date du seizième siècle de l‘espagnol Navarro (l‘école Salamanque) à l‘anglais De Malynes (1601), en passant, plus d‘un siècle et demi plus tard, par Hume et Ricardo, on pourrait retrouver l‘intuition d‘un lien entre le pouvoir d‘achat relatif et la valeur externe des monnaies. Bien que la PPA a été discutée par beaucoup d‘économistes classiques tels que Mill, Goschen, Marshall et Von Misces. Mais, c‘est l‘économiste suédois Cassel qui est considéré comme le père de la doctrine de la PPA sous sa forme moderne vu qu‘il fut le premier à fournir un exposé systématique de la relation entre les pouvoirs d‘achat et le change et il l‘a définit comme suit : ―At every moment the real parity between two countries is represented by this quotient between the purchasing power of the money in the one country and the other. I propose to call this parity “the purchasing power parity. As long as anything like free movement of merchandise and a somewhat comprehensive trade between the two countries takes place, the actual rate of exchange cannot deviate very much from this purchasing power parity‖ (Cassel (1918), p. 413). La théorie de la PPA est appelée aussi « inflation theory of exchange » vue que la première théorie qui relie entre le taux de change et le niveau d‘inflation entre deux pays comme l‘annonce Dornbusch (1985) :
“Purchasing Power Parity (PPP) is a theory of exchange rate determination. It asserts (in the most common form) that the exchange rate change between two currencies over any period of time is determined by the change in the two countries’ relative price levels. Because the theory singles out price level changes as the overriding determinant of exchange rate movements it has also been called the inflation theory of exchange rates”(Dornbusch (1985), p. 1)
La théorie de la PPA est une des principales théories de la finance et du commerce international d‘où, son appellation « flow model » vue qu‘elle trace les flux des biens et services pour déterminer le taux de change.
La théorie de la PPA repose sur les hypothèses suivantes:
– les préférences dans chaque pays sont identiques.
– les marchés ne sont pas segmentés (absence de ―pricing-to-market‖).
– tous les biens sont échangeables (il n‘existe de barrières entre les pays ni de frais de douanes ni de coûts de transports).
– les prix des biens sont les mêmes dans tous les pays exprimés en monnaie commune.
Ces hypothèses sont connues sous le nom de « la loi du prix unique » qui est la base de cette théorie.
En se basant sur la littérature économique, nous évoquons à présent ses fondements théoriques.

Fondements théoriques de la PPA

Il y a deux fondements possibles de la relation de PPA souvent considérés de façon très imbriquée et qu‘il faut bien distinguer car l‘un, celui de le loi du prix unique ; le second celui de la théorie quantitative de la monnaie.

la loi du prix unique

On peut définir la loi du prix unique (ci-après, LPU) par la citation suivante :
“The law of one price states that when measured in a common currency, freely traded commodities should cost the same everywhere under perfect market setting (PMS) assumptions (that is, no transaction cost, no tax, homogeneous good and complete certainty)” (Hoontrakul (1999), p. 6)
D‘après cette définition, la LPU stipule que, il faut vérifier pour tout bien (i) : 𝑃𝑖=𝑆𝑃𝑖∗
De ce fait, pour un même bien (i) vendu dans deux pays, la loi du prix unique devrait impliquer que le rapport du prix exprimé en monnaie locale doit être égal au cours de change entre les deux monnaies ; et le rapport du prix dans les deux pays, exprimés en monnaie commune doit être égal à 1.Pour différentes raisons la LPU semble être irréalisable.
– l‘échange de biens n‘est pas sans frais de transport ou sans se heurter à des obstacles tels que les tarifs douaniers, des taxes, des quotas…
– les biens ne sont pas parfaitement homogènes, de ce fait ils ne seront pas traités comme des
substituts parfaits.
– il semble qu‘à côté des différences de nature des biens, il faille faire une grande place aux
pratiques monopolistiques ou oligopolistiques des entreprises.
– la distinction entre biens échangeables et biens non échangeables peut faiblir le fondement de la loi du prix unique.

la théorie quantitative de la monnaie

En se référant à Cassel, la théorie de la PPA peut et doit être conçue dans une optique de la théorie quantitative de la monnaie comme annoncée par Dornbusch :
“The PPP theory of exchange rates has somewhat the same status in the history of economic thought and in economic policy as the Quantity Theory of Money (QT)‖ (Dornbusch (1985).

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Introduction Générale
Chapitre 1 : Les concepts et fondements théoriques des déterminants du taux de change et ses régimes
Introduction
Section 1 : Les fondements théoriques des déterminants du taux de change
§1-A Définition et Types du Taux de Change
§1-A-1-1 Définition
§1-A-1-2 Types de Taux de Change
§1-A-1-2-1 Les Taux de Change Bilatéraux
§1-A-1-2-2 Le Taux de Change Effectifs
§1-B. La détermination à horizon court terme
§1-B.1 L‘analyse technique
§1-B.2 Indicateurs de sentiment et de position
§1-B.3 Les flux d‘informations : effecience vs ineffecience
§1-C. La détermination à horizon moyen terme
§1-C.1 Les relations de parités internationales
§1-C.1.a la théorie de parités des taux d‘intérêt (PTI)
§1-C.1.b la théorie de parités couverte des taux d‘intérêt (PCTI)
§1-C.1.c la théorie de parités non couverte des taux d‘intérêt (PNCTI)
§1-C.2. Le modèle de Mundell-Fleming
§1-C-2-1) L‘équilibre sur le marché des biens et services
§1-C-2-2) L‘équilibre sur le marché de la monnaie et des changes
§1-C-2-3) L‘effet de la politique économique sur l‘activité économique
§1-C-2-5) l‘effet de la politique budgétaire
§1-C.3. L‘approche monétariste
§1-C-3-1 Le modèle monétaire à prix flexibles
§1-C-3-2 Le modèle monétaire à prix rigides et surréaction
§1-C.4. Les méthodes de choix de portefeuille
§1-D. La détermination à horizon long terme
§1-D.1. La théorie de PPA
§1-D.1.1 Définitions et fondement théoriques
§1-D.1.2 Le choix d‘indice des prix
§1-D.1.3 La PPA sous différentes forme
§1-D.2. La théorie de balance de paiements
§1-D.2. 1. Les principaux soldes de la balance des paiements
§1-D.2. 2. Les liens entre balance des paiements et taux de changeConclusion
Chapitre 2 : Politique de change et évolution des variables macroéconomiques en Algérie
Introduction
Section 1 : La politique du taux de change en Algérie
§1-A) Les étapes historiques de la Politique du taux de change en Algérie
§1-A-1) Première phase de 1962 à 1970
§1-A-2) Deuxième phase de 1971-1988
§1-A-3)Troisième phase de1988 à 1994
§1-A-4) De 1994 à nos jours
§1-B) La politique de Contrôle des changes
§1-B-1 Contrôle de change
§1-B-2 Système de contrôle de change en Algérie
Section 2 : La situation économique de l’Algérie
§2- dévaluation de la monnaie nationale et déséquilibres macroéconomiques
§2-A- Les facteurs émanant à apprécier le taux de change du Dinar
§2-A -1 Un déficit de la balance des paiements
§2-A -2- Surévaluation de la monnaie nationale
§2-A-3 – Le déficit budgétaire comme cause de la dévaluation
§2-B-Déséquilibre monétaire
§2-C Dévaluation
§2-C-1 Le premier accord stand-by (31 mai 1989)
§2-C-2 Le deuxième accord stand-by (3 juin 1991)
§2-C-3 Le troisième accord stand-by (mai 1994)
§2-C-4 La ―facilité élargie‖ (mai 1995-avril 1998)
§2-C-5 Les coûts de l‘ajustement
Section 3 : Evolution du taux de change et importantes variables macroéconomiques en Algérie (1990-2008)
§3-1 Evolution du taux de change
§3-2 Evolution de la masse monétaire
§3-3 Evolution de L‘indice Des Prix A La Consommation
§3-4 Les taux d’intérêt
§3-5 Le taux de réescompte
§3-6 Production industrielleConclusion
Chapitre 3 : L’économie algérienne est-elle victime du « syndrome hollandais » ?
Introduction
section 1 : la théorie du syndrome hollandais
§1.1Les concepts de Dutch disease et de Booming sector
§1.2.Les modèles de base du syndrome hollandais
§1.2.1 Le modèle de Gregory
§1.2.2 Le modèle de Corden et Neary
§1.3 Les effets du boom pétrolier dans l‘économie
§1.3.1 L‘impact d‘un boom dans le court terme
§1.3.1.1 Impact d‘un boom sur la profitabilité du secteur manufacturier à court terme
§1.3.1.2 Les effets statiques monétaires d‘un choc externe positif
§1.3.1.3 Hypothèses supplémentaires
§1.3.1.4 Représentation de l’effet de liquidité
§1.3.2.L‘impact d‘un boom dans le long terme
Section 2 : l’économie algerienne se reconnait-elle dans le dutch disease ?
§2.1 Le dutch disease et l‘appréciation du taux de change effectif réel
§2.2 la dépendance vis-à-vis les hydrocarbures
§2.3 Le recul de l‘‘industrialisation
§2.4 la fiscalité pétrolière
§2.5 Blocage de la transformation de l‘épargne en investissement
§2.6 Du comportement des acteurs de l‘accumulation comme facteur de blocage
§2.7 la politique d‘ouverture aux investissements directs étrangers
Section 3 : Etudes précédentes
§3.1 Analyse
§3.2 interprétation des résultats
Conclusion
Chapitre 4 : Etude économétrique des facteurs déterminants le taux de change du Dinar Algérien
Introduction
Section 1 : Une revue de la littérature et présentation du modèle théorique
§1.1 Une revue de la littérature sur le comportement du TCR à long terme
§1.2 Présentation du modèle théorique et des variables retenus
Section 2 : Etude Econométrique
§.2 Application empirique du modèle
§.2.1 Spécification du modèle
§.2.2 Étude de la stationnarité des séries
§.2.2.1Test de racine unitaire
§.2.2.2 Etude de la stationnarité de la série TCR par la méthodologie de Dickey – Fuller
§2.3 Test de la relation de cointégration
§.2.3.1 Etude de la cointégration par l’approche d’Engle et Granger
§.2.3.1.1 Estimation de la relation de long terme
§.2.3.1.2 Estimation du modèle à correction d‘erreur
§.2.4 Etude de la cointégration multivariée (L’approche de Johansen)
§.2.4.1 Test de Johanson
§.2.4.2 Estimation du modèle VECM
§2.5 Test de stabilité de la relation
Conclusion
Conclusion Générale
Bibliographie
Annexe

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *