Les éléments déterminant la complexité physique de l’espace

Depuis la capitale Antananarivo, si l’on fait un voyage par terre, il faut passer par 03 routes nationales ( R.N.) pour arriver à Befandriana-Nord. La première est la R.N. 4, reliant Antananarivo-Mahajanga qui sera quittée à Ambondromamy pour rejoindre la R.N.6 (Ambondromamy-Antsiranana ) jusqu’Antsohihy et pour prendre enfin la R.N.32 reliant Antsohihy et Mandritsara jusqu’à ce qu’on arrive à la région concernée par nos études. Au point de vue superficie, Befandriana-Nord tient la troisième place des plus grandes superficies de la région administrative de Sofia, s’étalant sur 9.121km² de surface, derrière Analalava et Mandritsara qui mesurent, respectivement, 10.171 km² et 9.604 km².

LES ELEMENTS DETERMINANT LA COMPLEXITE PHYSIQUE DE L’ESPACE 

Si l’on va étudier la région de Befandriana, le premier élément pertinent est que l’espace présente, dans son ensemble, une complexité physique. En un mot, il n’est pas homogène. Cette complexité est le résultat de quelques indices dont le premier est sa situation géographique par rapport à l’ensemble de l’île.

La situation géographique de la région de Befandriana – Nord 

La circonscription administrative de Befandriana – Nord se localise entre les latitudes 14°39’- 15°39’ Sud et les longitudes 48°2’-49°29’Est. Ces coordonnées géographiques mènent à placer la région dans les deux zones suivantes : la zone affaissée ou seuil et la zone intérieure ou non littorale.

Le seuil d’Androna est un long couloir qui commence depuis l’Antongil, à l’Est jusqu’à la région de Sambirano, à l’Ouest. Au point de vue topographique, ce seuil se présente en deux niveaux : premièrement la partie haute appelée « Haut Androna » et la partie basse ou « Bas Androna. La « région » de Befandriana s’étend de l’une à l’autre. Cette situation est très importante pour l’étude morphologique de l’espace de Befandriana – Nord .

Le cadre général de la géologie

Dans le domaine géologique, on pourrait diviser Madagascar en deux grandes régions :
– le centre et la côte Est qui sont occupés par des roches anciennes (granites, gneiss, micaschistes ).
– L’Ouest qui est recouvert par des terrains sédimentaires de nature différente (grés, calcaires ) .

L’ensemble de l’île est constitué, en deux tiers, par ces roches anciennes qui vont former ce qu’on appelle : socle cristallin ou socle ancien.

Le socle ancien et l’espace de Befandriana

Le socle ancien, d’âge précambrien, a subi des processus géologiques différents. Durant cette longue période, ce socle qui est à l’origine des sédiments marins, a été soumis à une érosion prolongée par les eaux courantes, il a été nivelé et aplani. Des cycles tels que le métamorphisme de plissements, de migmatisations ainsi que d’injections de roches éruptives ; sont apparus. Suivant ses coordonnées géographiques, ( latitudes 14° 39’- 15°39’ Sud et longitude : 48°2’ – 49° 29’ Est), la zone de Befandriana se trouve au niveau de ce socle.

Les surfaces d’aplanissement

Compte tenu de l’évolution morphologique des terrains, trois phases doivent être distinguées à savoir la phase tectonique et celle de l’érosion différentielle ainsi que la phase d’aplanissement. Dans la première, se déroule une série de forces constructives ; c’est-à-dire la période du volcanisme, des plissements, tandis que la deuxième est marquée par une série de force destructive de l’érosion. La troisième phase, c’est celle d’aplanissement d’où il y a des accumulations des dépôts transportés par des eaux. Dans cette phase, certains auteurs pensent qu’il y a quatre cycles d’érosion à Madagascar tandis que d’autres parlent de deux. Si on prend les travaux de F. BOURGEAT et P. MICHEL dans leur ouvrage intitulé : « Les caractères des surfaces d’aplanissement sur les Hautes Terres malgaches », ils distinguent trois cycles et donnent trois niveaux d’aplanissement. Le niveau supérieur se distingue du niveau inférieur et entre les deux existe le niveau intermédiaire. A chaque niveau correspond une ère. Ainsi, le cycle de niveau supérieur (SI) correspond à la surface fini-crétacée ; le niveau intermédiaire (SII), surface mi-tertiaire et la dernière surface, le niveau inférieur ou surface fini-tertiaire (SIII).

La surface intermédiaire (SII) comprend l’ensemble de l’Imerina central jusqu’au seuil d’Androna. Vu que la zone de Befandriana se situe au niveau de ce seuil, elle est touchée par cette surface intermédiaire sur laquelle se développent les roches résistantes comme les granites, les gneiss, les migmatites.

Les roches du socle ancien

Les roches du socle ancien peuvent être distinguées en trois ensembles suivant leur origine et l’intensité du métamorphisme, à savoir les roches granitisées, les roches ignées et les roches métamorphiques . Dans ces dernières, il existe trois systèmes tels que le système du Vohibory, au sommet, puis le système du graphite, et enfin le système androyen, à la base. Confirmée par la carte géologique de Befandriana – Nord que l’on va examiner plus tard, la « région » de Befandriana – Nord présente des roches qui forment les deux premiers systèmes cités ci-dessus. Autrement dit, la région de Befandriana appartient, géologiquement, au système du Vohibory et à celui du graphite.

Les différentes zones topographiques

La division géologique de BESAIRIE , en séparant le bas plateau d’Ampombilava au plateau d’Antsakabary, est un élément nécessaire pour comprendre le caractère morphologique de l’espace de Befandriana. Il sépare ces deux zones suivant leurs structures géologiques ; mais le cas n’est pas toujours analogue à celui de l’analyse des éléments permettant de distinguer ces différentes zones. Le critère est, principalement, l’altitude. Ainsi, au point de vue topographique, on obtient, également, deux zones qui correspondent à celles géologiques de BESAIRIE, mais leur appellation et leur délimitation ne seront pas les mêmes. En effet, l’espace de Befandriana présente, en général, deux zones, topographiquement, distinctes. Cet aspect nous permet d’établir une zone dite : « Zone basse », correspondant au bas plateau d’Ampombilava, toutes les régions ayant des altitudes inférieures à 400m. L’autre qui se trouve au plateau d’Antsakabary et aux altitudes supérieures à 700m  est appelée « Zone haute ». Il reste donc une autre zone qui n’est pas touchée par ces limites.

La « Zone basse » et la « Zone haute » sont limitées par un escarpement qui s’étire depuis le Nord de Tsiamalao jusqu’à la Sofia, au Sud. Au delà de cet escarpement, à l’Est, une région semble être distinguée de part à d’autre et présente ses propres caractères physiques. On la considère comme une « Zone intermédiaire ». Les altitudes y sont comprises entre 400 et 700m . C’est juste à ce point là que la limite géologique de BESAIRIE ne correspond plus au profil général du relief. La délimitation géologique englobe la « Zone haute » et la « Zone intermédiaire » dans le plateau d’Antsakabary alors qu’elles sont séparées dans l’étude de la morphologie ou du relief.

L’existence de ces trois zones qui sont les résultats de la structure géologique a une grande importance sur l’étude régionale de l’espace de Befandriana – Nord car elles sont non seulement considérées comme l’un des éléments qui conditionnent l’analyse spatiale de l’ensemble de la « région » de Befandriana, mais, l’étude et l’analyse de tous les faits particuliers de la région s’effectueront au niveau de chacune de ces deux zones.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION GENERALE
CHAPITRE I : Les éléments déterminant la complexité physique de l’espace
CHAPITRE II : Les impacts de la complexité physique de l’espace SUR les conditions naturelles ET L’ESPACE REGIONAL
CHAPITRE III : Le problème de la classification régionale de l’espace de Befandriana – Nord à partir de l’analyse des conditions climatiques
CHAPITRE IV: Etude de la population
CHAPITRE V : Les activités de la population : leur importance et leur rôle au sein de la société
CHAPITRE VI : la répartition des activités dans l’espace de Befandriana
CHAPITRE VII : Les atouts et les contraintes au développement régional de Befandriana – Nord
CHAPITRE VIII : Les PETITS POLES DANS L’ORGANISATION SPATIALE ET LES ZONES NON INFLUENCEES
CHAPITRE IX– L’influence de la ville de Befandriana sur sa région
TABLE DES MATIERES
BIBLIOGRAPHIE
LISTE DES CARTES
LISTE DES CROQUIS
LISTE DES FIGURES ET DES SCHEMAS
LISTE DES TABLEAUX
CONCLUSION GENERALE

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *