Les effets du TGV sur l’activité touristique

L’accessibilité de la gare TGV Belfort-Montbéliard Franche-Comté

Les transports en communs

La gare TGV Belfort-Montbéliard Franche-Comté (BMFC) ayant été construite sur une zone vierge de toute urbanisation, il a fallu entièrement construire l’accessibilité par les transports en commun. L’arrivée du TGV a ainsi été un levier qui a contribué à aller vers la réorganisation du service Optymo pour Belfort. Une ligne de bus classique (ligne 3) permet de relier la gare TGV-BMFC à la ville de Belfort et aux communes voisines. Les tarifs sont les mêmes que ceux de l’ensemble du réseau Optymo. Le trajet dure en moyenne 21 minutes, avec un bus toutes les 20 minutes dans la journée.

Cette ligne fonctionne davantage grâce à sa nature de ligne “classique”. En effet, seulement 4% des entreprises interrogées l’utilisent pour se rendre en gare TGV. Cela peut s’expliquer par le fait que les voyageurs TGV n’apprécient pas cette solution. Ils auraient préféré un système plus rapide, par exemple une navette par autocar sur le modèle de celle de Montbéliard, desservant beaucoup moins d’arrêts qu’une ligne classique. Cette solution de navette, mise en place par la CTPM, relie la gare TGV-BMFC à Montbéliard, Sochaux et Audincourt, en ne réalisant que 4 arrêts en plus de l’arrêt à la gare TGV. Elle permet également une desserte directement sur le parvis de la gare. Cette navette a environ 55 000 utilisateurs par an, constitués principalement d’actifs réalisant des déplacements professionnels sur la journée, et d’étudiants majoritairement en fin de semaine. Début 2013, le prix d’un voyage est passé de 1,50 euros à 2 euros, rajoutant la possibilité de correspondance avec le réseau de bus de Montbéliard. La gare TGV-BMFC est également reliée à Delle par la ligne 30 du réseau Optymo, avec ensuite la possibilité de liaisons vers la Suisse. Une borne tactile d’informations et des panneaux d’affichage à l’intérieur de la gare signalent les horaires de départ des bus et navettes. Cependant, les emplacements des arrêts de bus (pour Optymo) ne sont pas assez bien indiqués et de nombreux voyageurs cherchent leur chemin.

L’accessibilité par les transports en commun : attentes et état prospectif 

La ligne de bus n°3 d’Optymo qui relie Belfort à la gare TGV-BMFC n’est pas appréciée des voyageurs TGV. Ceux-ci réclamant une ligne plus rapide, il y a peut être possibilité de la moderniser pour gagner 5 à 10 minutes de temps de trajet. Il serait intéressant de trouver un juste milieu entre une navette et une ligne de bus. En effet, certains hôteliers regrettent que la navette de Montbéliard n’ait que si peu d’arrêts, car ils souhaiteraient que leurs hôtels soient desservis. Cependant, la société d’exploitation Kéolis ne prévoit pas de faire évoluer cette navette. Par ailleurs, les voyageurs TGV prenant la ligne d’Optymo pour Belfort apprécieraient d’avoir des indications claires et rapides à lire, précisant notamment quel est l’arrêt de bus pour la direction de Belfort et où il se situe depuis l’intérieur de la gare. Enfin, certaines entreprises aimeraient que les liaisons entre la gare TGV-BMFC et les communes de la couronne belfortaine soient plus faciles.

La voiture

La voiture est le mode de transport le plus utilisé pour se rendre à la gare TGV BelfortMontbéliard Franche-Comté : cela concerne 88% des entreprises interrogées prenant le TGV.

Le stationnement
Un parking “longue durée” et un dépose-minute (anciennement appelé parking “courte durée”), gérés et surveillés par Effia, sont présents à proximité de la gare TGV-BMFC. Ils offrent un total de 1 237 places de stationnement. Une seconde sortie et une deuxième caisse ont été construites en mars 2012 afin de réduire les embouteillages du dépose-minute aux heures de pointe, mais quelques utilisateurs se plaignent encore du dimensionnement insuffisant de ce parking. En revanche, si l’on considère les deux parkings, les taux de remplissage sont compris entre 35 et 45% seulement. Les parkings ont en effet été dimensionnés pour un nombre de voyageurs en gare bien supérieur au nombre actuel (de 2 500 à 4 000 voyageurs/jour dans les prévisions, contre 1 800 en 2013).

De plus, les conducteurs ont des difficultés à s’orienter en voiture par manque d’indications et de fléchage des parkings : certains d’entre eux se retrouvent sur le pôle multi-modal car ils ne voient pas l’entrée du parking, provoquant des conflits avec les taxis présents à cet endroit. Depuis l’ouverture de la gare, des potelets de séparation et une barrière ont été installés, ainsi que différents panneaux d’indication au rond-point d’entrée. Cependant, il n’a pas été possible de changer les panneaux à l’entrée du parking pour les améliorer, car ils n’ont pas été validés par Gare & Connexions et par l’architecte.

Par ailleurs, les tarifs des parkings sont considérés comme trop élevés par les utilisateurs, mais ils permettent de faire fonctionner les équipements. Les abonnements et forfaits mis en place ne sont pas beaucoup utilisés par les femmes/hommes d’affaires. Entre 30 et 40 abonnements seulement sont vendus par mois. Le parking “longue durée” est passé de 20 minutes gratuites à 30, pour inciter les conducteurs à s’y reporter, et ainsi fluidifier le trafic dans le dépose-minute. Mais il n’est pas prévu de réaliser de nouveaux investissements pour que le dépose minute passe également à 30 minutes gratuites.

Une aire de stationnement couverte est également présente pour les vélos et les motos sur le pôle multimodal. Cependant, cette aire est très peu utilisée : il y a parfois quelques motos, mais pratiquement aucun vélo. Les rares cyclistes présents ne font que se promener dans la gare, mais ne prennent pas le train. (source : Effia).

L’échangeur de Sévenans
L’Etat avait inscrit les travaux d’aménagement de l’échangeur de Sévenans dans son Plan de modernisation des itinéraires routiers de Franche-Comté pour la période allant de 2009 à 2014. Les accords avaient donc été conclus, mais cependant, les études sont actuellement bloquées par manque de financement. Par ailleurs, des discussions sont en cours concernant le prolongement des concessions autoroutières. Ce prolongement pourrait permettre aux sociétés d’autoroutes de réaliser des projets comme l’échangeur de Sévenans et la mise à 2×2 voies de la RN19.

L’accessibilité en voiture : attentes et état prospectif 

L’attente majeure des entreprises concerne les tarifs des parkings. Celles-ci souhaitent la réduction (voire la gratuité) du stationnement à la gare TGV Belfort Montbéliard Franche-Comté. Cependant, Effia ne prévoit pas actuellement d’évolution des tarifs, qui permettent de faire fonctionner les équipements. Ces tarifs n’ont d’ailleurs pas augmenté depuis 2011. Concernant le manque d’indications et de fléchages dans les parkings, il n’est pas prévu de réaliser d’autres changements que ceux déjà effectués. En effet, même s’il y a toujours des gens qui se perdent, les retours négatifs ont diminué et l’accès au pôle multi-modal est maintenant contrôlé. Par ailleurs, la nécessité de réaliser les travaux de l’échangeur de Sévenans est maintenant accrue avec la livraison de l’hôpital prévue pour fin 2016. En effet, la présence de cet équipement va amplifier le trafic et cet échangeur sera alors essentiel.

Les taxis

Un arrêté signé par le Préfet du Territoire de Belfort en 2011 autorisait le stationnement de 49 taxis sur le Pôle d’Echanges Multimodal (PEM) de la gare TGV-BMFC (28 taxis du Territoire de Belfort et 21 du Pays de Montbéliard). Ces taxis ont ainsi signé une convention avec Gares & Connexions et payent pour avoir l’autorisation d’accéder au PEM. Cependant, cet arrêté a été annulé courant 2014, laissant, en théorie, le pôle d’échange multimodal accessible à tous les taxis. Toutefois, les responsables du PEM n’en permettent l’entrée qu’aux taxis qui ont signé une convention. Mais rien n’empêche les autres taxis de stationner et de prendre de la clientèle sur les autres parkings de la gare, d’où le mécontentement des taxis qui payent pour l’accès au PEM. De plus, ces derniers considèrent que le nombre de 49 taxis autorisés était déjà trop important pour que chaque taxi ait suffisamment de travail. La concurrence entre taxis est donc très forte, provoquant des tensions entre ceux du Territoire de Belfort et ceux du Pays de Montbéliard.

Les effets de l’arrivée du TGV pour les chauffeurs de taxis sont principalement négatifs. Seulement 6% des entreprises interrogées prennent le taxi pour se rendre en gare TGV-BMFC. Les clients ne sont donc pas assez nombreux vis-à-vis de ce qui était attendu, et le nombre de courses des taxis a diminué. Les générateurs de trajets sont des entreprises comme Peugeot, cependant ces trajets ne suffisent pas. La crise économique a en effet entrainé une réduction de 25 à 30% d’effectif pour les voyages au sein des entreprises. Certains taxis ont donc diversifié leur activité en faisant aussi des courses “médicales”. Mais celles-ci sont contraignantes, et il est difficile de les combiner avec les courses pour les entreprises. Entre 85% et 90% des courses partant de la gare TGV-BMFC sont à destination du Territoire de Belfort. Elles ont lieu le matin à l’arrivée des premiers trains vers 9h, et le soir pour les retours. Mais il y a moins de clients vers 14h, car les voyageurs font maintenant l’aller-retour dans la journée, et partent donc le matin. Concernant la clientèle prise en charge par les taxis, il n’y a plus aucun militaire. Par ailleurs, les voyageurs qui prennent le train maintenant, sont ceux qui prenaient déjà le train avant l’arrivée du TGV, ou bien l’avion. Le nombre de trajets vers l’aéroport international de BâleMulhouse a ainsi diminué de manière flagrante, notamment du fait de la réduction des voyages de l’entreprise Alstom. Mais tout dépend du fonctionnement des entreprises et des lieux d’établissement. Par exemple, l’entreprise General Electric continue de réaliser des voyages à destination des Etats-Unis et de Zurich. Néanmoins, chaque course qui se faisait auparavant à destination de l’aéroport international et qui se fait maintenant à destination de la gare TGV-BMFC, représente une perte de 80 à 100 euros, du fait du raccourcissement de la distance des courses.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PREAMBULE
LA MOBILITE
1. L’ACCESSIBILITE DE LA GARE TGV BELFORT-MONTBELIARD FRANCHE-COMTE
a. Les transports en communs
b. La voiture
c. Les taxis
2. LES OFFRES FERROVIAIRES
a. Le TGV Rhin-Rhône
b. Les autres offres ferroviaires
L’OFFRE TOURISTIQUE ET CULTURELLE
1. L’OFFRE TOURISTIQUE
a. Les objectifs liés à l’arrivée du TGV
b. L’évolution de l’offre touristique
2. LES EFFETS DU TGV SUR L’ACTIVITE TOURISTIQUE
a. L’hôtellerie et la restauration
b. Les congrès, colloques et séminaires
c. L’événementiel
3. L’IMAGE DE LA FRANCHE-COMTE
a. L’Originale Franche-Comté
b. La communication touristique en gare TGV-BMFC
DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET ATTRACTIVITE DU TERRITOIRE
1. LES EFFETS DU TGV SUR LES TERRITOIRES
a. L’économie
b. L’enseignement et l’attraction de nouvelles populations
2. LES EFFETS DU TGV SUR LES ENTREPRISES
a. L’importance du TGV pour les entreprises
b. Les effets observés par les entreprises
SERVICES AUX ENTREPRISES, AUX SALARIES ET AUX VOYAGEURS
1. LES SERVICES EN GARE TGV BELFORT-MONTBELIARD FRANCHE-COMTE
2. LES SERVICES AU CŒUR DE LA JONXION
a. L’état d’avancement de la Jonxion
b. Les attentes des entreprises et des collectivités
OUTILS DE L’AIRE URBAINE DE BELFORT-MONTBELIARD-HERICOURT-DELLE
1. LES IMPACTS DE LA GARE TGV-BMFC SUR L’AIRE URBAINE DE BMHD
2. LES ORIENTATIONS POUR L’AIRE URBAINE DE BMHD
a. Une stratégie de développement commune
b. Vers une unification des organisations
CONCLUSION

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.