L’érosion côtière

L’érosion côtière agit de façon importante à l’échelle mondiale. (L’agitation engendre des mouvements sédimentaires dans les profils de plage prélevant 50 à 500 m3 de sable par mètre linéaire et par an, (PERSON, B. 1993). Ce phénomène va prendre de l’ampleur, en raison de l’élévation du niveau des océans, avec comme conséquence le recul de 70% de la longueur des plages et plus de 40% de la population demeurèrent à moins de 100 km du littoral, (BIRD, 1985). Il est donc impératif de s’intéresser sérieusement à cette question. Plusieurs pays dans le monde littoral sont victimes de catastrophes écologiques. En 2014 la côte atlantique était soufflée par les assauts de l’océan, les vagues atteignant près de 12 mètres de haute y avaient touché différentes villes côtières. A Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), au Québec, les impacts de l’érosion se manifestent, notamment sur le plan socio-économique, par des dommages occasionnés aux réseaux routiers et ferroviaires ainsi qu’au cadre bâti.

Aux Comores, de nombreux endroits présentent des signes d’érosion côtière qui tirent leur origine des phénomènes d’évolution naturelle du milieu (Inondation et forte vague). Mais des activités anthropiques, (extraction du sable, exploitation de mangroves et de pêche traditionnelle) détruisent aussi les barrières protectrices des plages, des coraux, herbiers. Les conséquences d’une telle situation au niveau des composantes faunistiques et floristiques sont graves et souvent irréversibles. La côte et les écosystèmes côtiers et marins sont fragilisés à certains endroits voire détruits. Des prélèvements abusifs de sable et de coraux ont provoqué la disparition de certaines plages, notamment dans la région de Mbadjini où se situe notre zone d’étude. La plage d’Ouroveni est victime d’une extraction abusive pratiquée depuis plusieurs années. Par conséquent, l’érosion est d’une telle ampleur que cette plage possède actuellement un double visage.

La plage d’Ouroveni : une plage à double visage 

LIMITE SPATIALE ET CONTEXE DE L’ETUDE

LOCALISATION DE LA ZONE D’ETUDE

La plage d’Ouroveni est située au Sud-Est de la grande Comores. Situé entre les Latitudes 11° 54’35’’ sud et Longitudes 43°29’19’’ Est. Elle est délimitée au Nord-Est par la côte de Chindini, au Sud-Ouest par le massif de Mbadjini et à l’Est par la côte. Le littoral d’Ouroveni couvre une superficie de 253 km2 . La plage d’Ouroveni est connue par la qualité de son sable unique dans l’ile de la grande Comores. Un sable très fin connu sous le nom (Ouropvé) .

LIMITES SPATIALES ET CONTRAINTES

La plage d’Ouroveni dégage une forme en d’arc de cercle orientée Sud-Est, et donc ouverte au sud. Elle est délimitée au Nord et à l’Est par des formations rocheuses qui y empêchent toute extension latérale et la redistribution de ses sables. La plage émergée est également fixée sur la totalité de la zone par des limites rigides, à savoir : les habitations à l’ouest, le massif Montagneux de Mbadjini au Sud-Ouest et la route national (RN2), qui longe à 5 m de la plage sur 5 m à l’Est et le massif de Mbadjini à 10 m à l’ouest, puis la végétation massive de mangroves contournent la côte au Sud-Est et au Nord-Ouest. Ce sable provient essentiellement de la structure du sol et des apports de ruissellement dont le processus actuel est relativement faible, et affecté par un régime de houle de faible énergie avec un marnage inférieur à 0.4m. Il s’agit donc d’une plage micro-tidale qui comporte une barre d’avant-côte qui caractérise la limite de coulée de lave , mais qui également caractérisée par un déplacement sédimentaire d’Ouest en Est temporaire. La largeur de la bande occupée par les sables très fins s’étend sur 90 m2 de surface, plus de 50 m entre le trait de côte et la limite du Massif de Mbadjini. La transition des sables provenant du ruissellement et de l’action de vagues effectue dans une zone mixte , composée de divers types de sable isolée plus ou moins dégradée.

CONTEXTE GENERAL DE L’ETUDE

L’élévation du niveau des océans est devenue un sujet d’actualité depuis que les phénomènes des réchauffements climatiques préoccupent. Cette hausse engendre pour conséquence une érosion quasi généralisée des rivages et une submersion des vastes espaces côtiers, y compris les grandes agglomérations urbaines, ainsi que des terres basses en culture des grandes plaines deltaïques et les plages. La plupart des îles des Comores sont caractérisées par une extension de l’érosion. L’évolution des profils de plages est influencée d’une part, par l’extraction intense de sable et, d’autre part, par les effets des réchauffements climatiques annoncés. Ce phénomène se généralisé partout sur les littoraux de la grande Comores, notamment dans la région de Mbadjini Sud-est, là où se situe la plage d’Ouroveni. Quant à l’érosion d’origine anthropique, ce phénomène est décrit par le groupe de Faouzia M. ABDOULHALIK Mohamed HAMIDOU ALI ; AOUT 1998, dans le rapport de l’Association d’Intervention pour le Développement et l’Environnement (A.I.D.E) sur l’analyse des phénomènes d’érosion littorale au niveau des sites pilotes de la Grande Comores, témoignant que l’érosion d’origine anthropique est la cause principale de la disparition de plage sur l’Ile de la grande Comores. Dans ce contexte, le phénomène de l’érosion côtière sur les îles des Comores ne peut être identifié que par une analyse approfondie des causes de cette extraction abusive, en d’autres termes, une analyse sur terrain. Cette situation progresse dans les archipels de l’océan indien ; aux Seychelles, aux Mascareignes et aux Maldives. Ces archipels sont très exposés aux risques naturels liés, autant à l’érosion côtière qu’à la submersion des îles et aux activités anthropiques en raison de l’augmentation de la population dans ces zones côtières contenu ses activités économiques. (La part d’occupation de la population sur le littoral est estimée à 100% aux Maldives (270700 hab., répartie entre 199 îles), 60% à la Réunion (43800 hab.), 40% à Maurice (480000 hab.), et aux Seychelles (32400 hab.). Selon le Plan d’action pour la Méditerranée (PAM/PNUE), dans le cadre du projet EAF/5 du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), l’île de la Grande Comores intitulé: Profil côtier et stratégie de planification, en 1997 dans la région de l’océan indien, l’élévation de la température des eaux de mer de 1 à 1,5°c par rapport à la normale a provoqué le blanchissement et la mort de presque 60% des coraux sur l’ensemble des îles des Comores ; 80% des coraux sur le placier récifal et 60% au niveau des pentes externes. Donc, les Comores ne sont pas épargnées par le phénomène du changement climatique.

A remarquer que le phénomène susmentionné du réchauffement climatique présente un impact sur la survie des ressources naturelles et la perturbation des écosystèmes, la plage et le rivage sur l’île de la grande Comores. Particulièrement, l’île de la Grande Comores possède plusieurs endroits touchés par ce phénomène de l’érosion côtière (Iconi, Mbachili, Chindini, Ouroveni.), signes qui tirent leur origine des phénomènes d’évolution naturelle du milieu mais aussi et surtout des activités anthropiques qui détruisent les barrières protectrices (plage, coraux, herbiers, …) de la côte contre l’érosion. Les conséquences d’une telle situation au niveau des composantes faunistiques et floristiques sont graves et souvent irréversibles. Des prélèvements abusifs ont provoqué la disparition de certaines plages comme à BandamadjiItsandra. Il est donc intéressant de se pencher sur ce sujet de l’érosion littorale de la plage d’Ouroveni sur le dynamisme morphologique et les activités anthropiques dans la région de Mbadjini, particulièrement dans le village d’Ouroveni où ce phénomène est bien remarquable.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION GENERALE
PREMIERE PARTIE La plage d’Ouroveni : une plage à double visage
CHAPITRE I CONTEXE GENERALITE DE L’ETUDE ET FONCTIONEMENT DU SITE
CHAPITRE II APPROCHE METHODOLOGIQUE
DEUXIEME PARTIE : LA MORPHOLOGIE ET LES FACTEURES INFLUENCANT L’ASPECT DE LA PLAGE D’OUROVENI
CHAPITRE III : DIFFERENTES PARTIES DU LITTORAL D’OUROVENI
CHAPITRE IV LES PHENOMENES INFLUENCANT LA PLAGE D’OUROVENI
CONCLUSION DE LA DEUXIEME PARTIE
TROISIEME PARTIE : LA DYNAMIQUE ACTUELLE ET SES CONSEQUENCES
CHAPITRE : VCONSEQUENCES MORPHODYNAMIQUES
CHAPITRE VI LUTTE CONTRE L’EROSION ET CONTRE LA POLLUTION
CONCLUSION GENERALE
BIBLIOGRAPHIE
ANNEXE

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *