L’émergence du partage d’information

L’information, les interactions, et le partage d’information. En ligne

Pour commencer, définir le partage d’information oblige à partir de l’information et des interactions, les constituants de cette activité. Ces éléments vont être considérés dans l’absolu, hors ligne ou en ligne. Le zoom sur le numérique viendra dans une deuxième partie pour intégrer la notion d’activité liée au support. Deux points préalables doivent tout de même être faits. Tout d’abord, cette recherche s’intéresse aux activités des individus ordinaires, des internautes lambda, des citoyens anonymes. Cette entrée est large et aussi particulièrement difficile à cerner : le public ne s’attrape jamais tout à fait. Une part de mystère fait qu’un public n’est pas qu’une somme d’individus. Et que le public décrit par un sociologue n’est jamais qu’un public parmi d’autres approches possibles. Je m’emploierai donc à parler « des publics » au pluriel, afin de reconnaître la multiplicité des associations et recompositions qui se jouent dans ces regroupements d’individus. Ensuite, ce travail repose sur une étude empirique à partir des pratiques des enquêtés. Les définitions sont restées très souples dans les terrains, afin de garder une approche des informations ou conversations par les acteurs et non pas par la théorie. Les notions proposées ici synthétisent les travaux qui ont inspiré l’analyse à venir, quand bien même le matériel lui-même s’éloigne parfois de ce cadre.

L’information à partir de ses publics 

Comment définir l’information ? Cette question presque naïve peut recevoir une batterie de réponses idéologiques : l’information, c’est la démocratie, c’est la liberté, c’est le quatrième pouvoir… Mais concrètement, définir l’information n’est pas une chose aisée. Une délimitation matérielle est de considérer qu’une information est produite par un média : toute information est produite par des journalistes, tout ce qui est produit par les journalistes est une information. Cette bijection entre les producteurs et les produits sera régulièrement utilisée dans ce travail, car elle permet par exemple d’établir qu’une page web du monde.fr est une information. Ainsi, l’information est ce qui est dans le journal, sur papier, à la radio, à la télévision ou sur Internet. Un contenu devient informationnel du moment qu’un public, ou même des publics, lui reconnaisse cette qualité. On peut alors extraire les caractéristiques des contenus informationnels à partir des pratiques et discours de ces publics.

Les publics en réception
Le public n’est pas un chiffre. Les mesures quantitatives ont bien longtemps phagocyté les études sur le public de l’information : indiquer le nombre de tirages papier d’un journal ou le nombre d’auditeurs d’une émission établit une référence utilisée par les annonceurs pour fixer le prix des publicités ; la complexité de la mesure est effacée du moment que le consensus permet de structurer le marché ; ces chiffres comptabilisant un public de masse écrasent les questions sur les pratiques médiatiques. Les recherches sur la mesure d’audience ont bien montré que cette dernière est une construction qui a un sens dans un marché socioéconomique mais qui ne dit rien des processus de réception de l’information (Méadel, 2010). Le numérique joue de cette mesure : tour à tour concentrés sur le nombre de pages vues, puis le nombre de visiteurs uniques, puis le temps passé sur la page, avant de revenir aux pages vues, les éditeurs et annonceurs ont des excès de vertiges du fait des multiples mesures rendues possibles par l’informatique. A tout le moins, ces nombres peuvent servir à comparer les publics des différents supports et contenus informationnels. Par exemple, on peut observer que l’article de Rue89 sur le lancement de Free Mobile avait été vu par plus de 350 000 internautes, contre quelques 50 000 vues pour un article à la Une en général. Si les mesures d’audience sont donc nécessaires pour estimer qui peut être touché par un contenu, cette approche n’est pas suffisante. Comme le proposent Daniel Cefaï et Dominique Pasquier :

« Il faut dépasser la mesure des actes de consommation pour s’intéresser aux processus de réception et comprendre en quoi ils se fondent sur la mobilisation de ressources individuelles. Il faut analyser la circulation des interprétations dans les interactions de la vie quotidienne et à travers tous les lieux et moments où les expériences singulières se transforment en engagements collectifs. » (Céfaï, Pasquier, 2004).

Ce plan de travail introduit l’idée que la réception fait appel à des ressources individuelles mais que l’enjeu consiste à créer des engagements collectifs. Cette trajectoire peut être retracée dans les étapes de la réception.

Les cultural studies ont apporté depuis plusieurs décennies les preuves que « décoder » un message médiatique ou culturel fait appel à des compétences personnelles et sociales (Hall, 1975). Regarder le journal télévisé n’est pas plus une activité passive qu’assister à un cours d’histoire ou de mathématiques. Les informations consommées sont appropriées à travers un processus de décodage des éléments de métalangage et de cadrage, processus qui mobilise les expériences et ressources personnelles de chacun. Les prismes de lecture de l’information sont donc aussi nombreux que les lecteurs euxmêmes. Pourtant, c’est aussi en se percevant comme individu au sein d’un public que chacun éprouve sa place dans le corps social :

« En allumant la radio après la torpeur de la nuit, l’auditeur renaît au monde, il s’assure de sa permanence et replace son existence dans le cours de celui-ci. C’est d’abord en ce sens que la pratique médiatique a une forte fonction identitaire. Elle permet de se situer par rapport aux autres, de s’inscrire durablement, sur un mode à la fois pratique et symbolique, dans le monde social. » (Goulet, 2009 : 142)

Une consommation individuelle, rituelle et périphérique 

Pour identifier les publics de l’information, les questionnaires se réfèrent aux pratiques individuelles et utilisent le caractère régulier de la consommation médiatique. Les enquêtes par questionnaire du ministère de la Culture et de la Communication sur les pratiques culturelles des Français interrogent les individus sur la fréquence de consommation des différents supports de presse. Cette démarche fournit des éléments sur la sociodémographie des lecteurs de l’information et l’évolution de cette population au fil des générations. Un premier résultat est sans appel : la presse est de moins en moins lue, et surtout de moins en moins lue régulièrement (Donnat, 2009). Dans ce mouvement de recul général, les déterminants sociologiques restent fortement présents : les cadres et chefs d’entreprise s’intéressent plus à l’information que les ouvriers, les jeunes consultent plus les actualités sur Internet que les seniors. Mais cette approche est nécessairement limitée, du fait de la méthode déclarative utilisée pour sonder les publics. En interrogeant les enquêtés sur leurs pratiques informationnelles, l’enquête fait appel aux activités remémorées par le répondant, c’est-à-dire celles où les individus se consacrent à l’information de manière rituelle. Or cette approche oublie toutes les autres occasions de voir ou d’entendre une information, d’une façon non dédiée.

L’exposition médiatique peut être passive, non intentionnelle, y compris dans des pratiques routinières. Ecouter le flash info de 8 h 15 en buvant son café du matin est à la fois une habitude à laquelle un individu peut être attaché et une forme de laisser aller puisque le menu du flash n’est pas au choix, il y aura peut-être de l’international et peutêtre du football. La distinction entre la pratique médiatique et l’assimilation des informations permet de souligner que très souvent, les individus se souviennent avoir regardé « comme d’habitude » le journal télévisé mais ne peuvent plus citer aucune des actualités traitées . Fabien Granjon et Aurélien Le Foulgoc ont demandé à 35 adultes, utilisateurs plus ou moins réguliers des médias en ligne, de signaler dans un carnet de bord leurs activités médiatiques multiples (Granjon, Le Foulgoc, 2010). Ainsi, les auteurs s’attachent à resituer les actualités dans des contextes divers et montrent que les informations débordent dans d’autres situations que celles dédiées aux médias. Les auteurs observent que « les occasions d’un saisissement des contenus d’actualité sont aussi le fait de pratiques fortuites qui s’appuient sur des prises contextuelles inattendues, opportuns, qui n’ont pas grand-chose de commun avec une démarche proactive de recherche de l’information » (ibid. : 243). L’exposition médiatique peut être involontaire et opportuniste, même sur le support numérique pourtant considéré comme l’espace où l’internaute est nécessairement actif. Ces morceaux d’information disséminés dans le quotidien font tout autant partie de la pratique informationnelle et de la réception des actualités que les activités concentrées.

« Être attentif à ces activités ordinaires, c’est considérer que la consultation d’actualités se prolonge et s’actualise en d’autres situations qui ne recoupent qu’en partie seulement ce moment de l’exposition médiatique. » (ibid. : 247).

Les pratiques médiatiques ordinaires, rituelles ou non, reposent ainsi sur une attention périphérique : feuilleter un journal dans les transports, écouter la radio d’une oreille tout en faisant la cuisine, apercevoir le cours de la bourse sur une télévision en faisant ses courses, les situations où l’information fait partie d’un décor privé ou public sont nombreuses. Les activités informationnelles ne sont pas perçues comme un engagement et les individus qui s’adonnent à cette pratique de manière dédiée et régulière sont tout aussi singuliers que les personnes qui attrapent des bribes d’information et savent s’en débrouiller.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
L’information, les interactions, et le partage d’information. En ligne
L’information à partir de ses publics
Les publics en réception
Une consommation individuelle, rituelle et périphérique
Les informations en discussion et l’espace public
L’information, un bien commun actualisé par les interactions
S’activer en ligne
Quid des pratiques médiatiques en ligne ?
Quid des sociabilités en ligne ?
Le partage, rencontre des informations et des interactions
Questions de recherche
Diversité sociale et informationnelle sur le web ?
Homophilie, caractéristique des dispositifs ou des individus ?
L’hypothèse de l’imbrication des liens et des goûts
« Qui partage quoi avec qui » ?
Qui : profils des hérauts de l’espace numérique
Quoi : la longue traîne à l’échelle des individus
Avec qui : différencier la nature des liens
Approches qualitatives et quantitatives
Explorations
Zoom sur les adolescents
Etudier les activités par les traces du web
Chapitre 1 : Vu du web. L’émergence du partage d’information, dynamique sociale de l’exploration du web
1.1) Ordre et accès dans le web des documents
a) L’idéologie collaborative pour hiérarchiser les documents numériques
b) S’équiper et équiper le web pour accéder aux documents numériques
c) L’espace aplani ou découpé, des accès répétés ou en pointillé
1.2) Publics et contenus dans le web des individus
a) Des forums aux réseaux sociaux, généraliser l’expression en resserrant le public des interactions
b) Facebook, généraliser l’expression par le partage de contenus
c) Le newsfeed, solution sociale et dynamique de l’exploration du web
1.3) Conclusion du chapitre 1 : Vu du web, le partage idéal
Chapitre 2 : Vu des médias. L’individualisation des publics à l’œuvre
2.1) Expressions et conversations sur les sites des médias en ligne
a) Produire un fil de discussion : scène et acteurs
b) Exprimer sa réception, négocier sa position
c) Commenter, est-ce partager ?
2.2) Les contenus des médias dans Facebook
a) Une activité des internautes faible et concentrée
b) Une différenciation par les artefacts et par la temporalité
c) Mais qui sont-ils ?
2.3) Conclusion du chapitre 2 : Vu des médias, un public réduit
Chapitre 3 : Vu des publics. L’information sur la scène des interactions
3.1) Les raisons du (non)partage en six profils
a) Ne pas partager
b) Discuter hors ligne plutôt que partager en ligne
c) Partager un lien, relationnel ou informationnel
d) Ouverture ou fermeture dans la dynamique des profils ?
3.2) Au prisme de l’interactionnisme de Goffman
a) Le partage est une expression de la réception des informations
b) Les acteurs de l’interaction peuvent se saisir ou non des contenus
c) La scène numérique, espace de discussion ?
3.3) Conclusion du chapitre 3 : le partage comme partie émergée de l’iceberg
Chapitre 4 : Popularité et affectivité dans les Facebook juvéniles
4.1) « Mon » Facebook
a) « Aller sur Facebook »
b) Des profils négociés
c) Ne pas avoir Facebook
d) « Mon » Facebook : objet personnel évolutif indéterminé
4.2) Mes amis, mes amours, ma famille
a) Accepter des inconnus, un gage de popularité
b) Des connaissances aux amis, une échelle d’affectivité
c) Aux frontières de l’amitié : le lien amoureux et le lien familial
d) On peut négocier son identité, on ne peut pas négocier ses liens
4.3) Le « mur » Facebook remplace-t-il le mur de la chambre ?
a) Des activités limitées et genrées
b) Une expression passée au tamis des sociabilités
c) Prendre conscience de son réseau social
d) Facebook, un média de l’entre-soi
4.4) Conclusion du chapitre 4 : Pierre, Paul et Jacques sont sur Facebook
CONCLUSION

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.