L’élevage du chameau

L’élevage du chameau

Analyse environnementale et spatiale

Récolte des données

Afin de réaliser l’étude spatiale, les points GPS de chaque ferme et de chaque source de pollution identifiée ont été notés. En parallèle, il a été nécessaire de regrouper des informations, provenant de différentes sources : – Fond de carte au format ArcGis o Internet : Digital Charte of the World (DCW), Diva GIS – Topographie, relief, bassin versant, carte administrative o Faculté de géographie, université de KAZNU Almaty o Agence RGKP “Kartographia”, Agence RGKP “NKGF”, Almaty – Climat : pluviométrie et vents dominants o Institut de géographie, Almaty – Pédologie o Bibliographie
L’étude de paysage a été effectuée sur le terrain afin de relever les informations suivantes : – Relief – Végétation (nature, espèces dominantes) – Hydrologie : présence d’irrigation, circulation de l’eau, canaux – Occupation des sols (agriculture, industrie, routes…)
Les sources de pollutions recherchées sont : trafic routier site industriel incinérateurs de déchets ou décharge villes activités agricoles activité minière

Traitement des données sous ArcGis

Les données ont été traitées à l’aide du logiciel de cartographie ArcGis 9.2. Les cartes topographiques ont été géoréférencées en utilisant le système de coordonnées WGS 1984, système de coordonnées en degrés décimaux, référentiel mondial. Les coordonnées GPS sont intégrées au logiciel. La cartographie a permis de représenter, sur une même carte, l’évaluation des risques de pollution pour les différentes fermes selon les sources de pollution identifiées, la topographie du milieu, les vents. Une représentation ou la mise en valeur de certaines données (infrastructure, relief, occupation des sols) a été effectuée. Le logiciel a permis la représentation de zones de risque de différents périmètres autour des sources de pollution. Lorsque les surfaces obtenues se recoupent, un niveau de risque supérieur est attribué. A chaque surface correspond un niveau de risque (de 1 à 4). L’utilisation de code couleur permet d’illustrer les différents périmètres et les niveaux de risque. Le choix de la valeur de chaque périmètre est explicité dans la partie suivante. La direction des vents a été représentée ainsi que les zones sous le vent dominant.

Indicateurs de risques de pollution

Afin d’agréger les renseignements environnementaux et d’exploiter plus facilement les données, les différentes informations sont présentées sous forme d’indicateurs. La mise en place d’indicateurs permet de comparer les niveaux de risque de pollution selon les fermes. Les valeurs des différents indicateurs ont ensuite été agrégées afin d’obtenir un indicateur final représentant le risque pour chaque ferme. Ces indicateurs sont déterminés à partir de la bibliographie, mais les valeurs attribuées sont indicatives et permettent seulement de comparer les données disponibles pour cette étude.
Selon les sources de pollutions identifiées et les données disponibles, nous avons retenu les indicateurs suivants:

– Présence de déchets dans la zone de pâture

Les déchets laissés au pâturage se dégradent et déposent des éléments toxiques ou des métaux lourds. Ceux-ci étant très peu solubles, ils sont rarement lessivés et se fixent dans les sols (Goerg-Günthardt, 2004). Les animaux pâturant à proximité de déchets peuvent alors ingérer ces substances. o 0 : absence de déchets o 1 : déchets personnels de la ferme o 2 : décharge

– Circulation d’engins motorisés dans les pâturages : responsables de dépôts de Cd et Pb principalement. o 0 : absence o 1 : présence

– Proximité d’une route à circulation importante 

La retombée du Pb et du Cd le long des routes à trafic important (axe routier principal) a été retenue pour une distance de 500m. Au-delà, on considère que les particules sont dispersées par les vents sur tout le territoire (Miquel, 2001). o 0 : route éloignée o 1 : route à moins de 500m

– Distance usine, ville, exploitation minière ou pétrolière

La dispersion des polluants émis par les usines se fait principalement par les rejets dans l’atmosphère (également par rejet dans l’eau, mais difficile à évaluer). On a retenu un rayon de 5 km pour les retombées proches des particules les plus lourdes. Il est reconnu que les sols les plus pollués sont ceux à proximité d’usine (Miquel, 2001 ; Farmer et al.., 2000 ; Cai et al.., 2009). Une zone périphérique s’étalant entre 5 et 20 km correspond à la zone de diffusion locale des rejets qui dépend des conditions météorologiques, de l’occupation des sols et du relief de la zone. La dispersion par le vent à l’échelle régionale est considérée à partir de 20 km jusqu’à 400 km environ (CRDP Amiens). o 0 : usine à plus de 400km o 1 : usine entre 20km et 400km o 2 : entre 5 et 20km o 3 : usine à moins de 5km

– Distance à une zone agricole :

La contamination peut avoir lieu si les animaux pâturent sur un champ ayant été mis en culture précédemment, ce qui n’a pas été observé pour les fermes étudiées. Sinon elle peut être due à la dispersion des produits appliqués aux champs lors de l’épandage. Si l’épandage est réalisé alors que le vent est faible, la dérive des produits ne s’étend pas sur de grandes distances, on estime la dispersion des gouttelettes à quelques dizaines de mètres (Keichniger, 2006). Le risque de pollution concerne surtout les cours d’eau à proximité de la zone d’épandage (une enquête plus approfondie serait nécessaire pour évaluer les risques liés à l’eau). Une zone de risque de 1 km est considérée pour prendre en compte la contamination possible des cours d’eau autour des zones agricoles et la dispersion par le vent. o 0 : pas de zones de cultures o 1 : zone de culture à moins de 1 km
La mise en place d’un fichier “base de données” contenant toutes les informations retenues pour chaque ferme permettra le suivi sur plusieurs années.

Analyse statistique

Les moyennes, médianes, minimum et maximum ont été déterminées pour chaque élément étudié. L’analyse comparative des données entre elles est d’abord effectuée puis la comparaison des données avec la littérature permet d’évaluer la pertinence des résultats. Afin d’étudier la relation entre les différents éléments le long de la chaîne alimentaire, une recherche de corrélation a été effectuée.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
Introduction
I. Contexte de l’étude
A. Présentation du Kazakhstan
B. Elevage camelin et productions
1. Généralités sur l’élevage au Kazakhstan
2. L’élevage du chameau
3. Fabrication des produits laitiers
C. Pollutions et métaux lourds
1. Définition
2. Présentation des métaux lourds (ML) étudiés : plomb, cadmium, chrome, cuivre et zinc
3. Comportement des contaminants dans l’environnement
4. Contamination des animaux et des humains
D. Diagnostic spatial, indicateurs de risque
II. Matériels et méthodes
A. Description des régions d’étude
1. Environnement et ressources
2. Industries et pollution
B. Collecte des échantillons
1. Echantillonnage du lait et du shubat
2. Echantillonnage de sol
3. Echantillonnage de l’eau
4. Echantillonnage des plantes
C. Analyse environnementale et spatiale
1. Récolte des données
2. Traitement des données sous ArcGis
3. Indicateurs de risques de pollution
D. Analyse statistique
III. Résultats et discussion
A. Situation des fermes par rapport aux risques de pollution
B. Analyses des données expérimentales
1. Pb et Cd dans les plantes
2. Comparaison avec l’analyse spatiale
C. Analyse de la composition physico-chimique des fourrages
Conclusion
Bibliographie
ANNEXES

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *