LE SYSTÈME D’ÉLEVAGE DE BOVINS TRADITIONNELS

LE SYSTÈME D’ÉLEVAGE DE BOVINS TRADITIONNELS

Les acteurs impliqués dans le plan de lutte

Une lutte collective fait intervenir différents acteurs, responsables de missions propres pour la bonne marche globale du plan de lutte.

Eleveur

C’est l’acteur de première ligne. Il doit veiller à protéger son cheptel vis-à-vis :
– d’une contamination : en respectant les mesures d’introduction d’un bovin et en limitant son exposition aux autres facteurs de risque d’apparition de la tuberculose ;
– d’une persistance de l’infection si son cheptel se voit déclaré infecté : en permettant la réalisation, dans les meilleurs délais et conditions, des mesures d’assainissement.
D’une manière générale, il lui appartient de prendre les dispositions nécessaires à la bonne réalisation des opérations rendues nécessaires par le plan de lutte, notamment en assurant une contention satisfaisante des animaux. De même, l’identification de ses bovins doit être réalisée et conforme à la réglementation.

Groupement de défense sanitaire et établissement départemental d’élevage

L’Etablissement Départemental d’Elevage (EDE) est le maître d’œuvre de l’identification des bovins. Des relations étroites sont établies avec les Groupements de Défense Sanitaire (GDS), organismes à vocation sanitaire qui peuvent apporter leur concours aux éleveurs pour la réalisation des mesures de lutte. Les GDS interviennent notamment, sur demande de l’éleveur, dans la réalisation des opérations de désinfection de l’exploitation après la fin de l’épisode infectieux.

Vétérinaire sanitaire

Le Vétérinaire Sanitaire (VS) est l’acteur de terrain qui intervient dans les exploitations dans le cadre du plan de lutte. Il agit à cet effet pour le compte de l’Etat et est dans ce cadre, habilité par un mandat sanitaire. Son rôle est fondamental car il est à l’origine de la détection de l’infection dans un cheptel en effectuant les opérations de prophylaxie sur les animaux (tuberculination et lecture). Il intervient également lors de la mise en œuvre des mesures d’assainissement.

Abattoir

La détection en abattoir de lésions évoquant la tuberculose permet de repérer l’infection entre deux campagnes de prophylaxie. Ce mode de détection permet aussi de confirmer les résultats tuberculiniques en mettant en évidence des lésions fortement évocatrices de tuberculose quand elles existent. Il sert enfin à évaluer l’efficacité de la prophylaxie : des lésions sur un bovin ayant présenté un résultat négatif lors de la prophylaxie précédente (bovin non marqué du T) signifie une erreur par défaut (faux négatifs).

Direction départementale des services vétérinaires

La Direction Départementale des Services Vétérinaires (DDSV) est responsable de la gestion de la lutte au niveau départemental. Elle centralise des informations sanitaires concernant les élevages. Elle fait appliquer et veille au respect de la réglementation s’appliquant aux maladies animales réglementées (dont la tuberculose bovine).
La DDSV gère des fichiers qui centralisent les informations concernant les différentes interventions de lutte contre la tuberculose dans les exploitations du département.

Préfet

Sur proposition du directeur de la DDSV, le préfet peut prendre toutes dispositions complémentaires aux mesures nationales pour rendre plus efficace la lutte contre la tuberculose bovine dans son département.

Maire

Le maire participe à l’information des éleveurs, notamment ceux possédant un troupeau relié épidémiologiquement à un cheptel infecté. Il tient à jour la liste des exploitations de la commune non encore qualifiées au titre de la tuberculose bovine ainsi que la liste des exploitations assainies. Il peut assortir ces informations de recommandations sur les mesures à prendre. Les maires tiennent ces listes à la disposition des éleveurs intéressés.

Guide du mémoire de fin d’études avec la catégorie LE SYSTÈME D’ÉLEVAGE DE BOVINS TRADITIONNELS

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre et consulter une liste des projets proposées cette année, vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe et ouvrir le fichier PDF ou DOC. Ce rapport complet, pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux, est classé dans la catégorie PROGRAMME DE SUIVI DE L’EPIDEMIOLOGIE où vous pouvez trouver aussi quelques autres mémoires de fin d’études similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Remerciements RÉSUMÉ
SUMMARY
INTRODUCTION
1ÈRE PARTIE : PRÉSENTATION DE LA SITUATION DES CHEPTELS DE BOVINS TRADITIONNELS DE CAMARGUE VIS-À-VIS DE LA TUBERCULOSE
1) LA ZONE CAMARGUE : SON AGRICULTURE ET SES TROUPEAUX DE BOVINS TRADITIONNELS
1-1) LA CAMARGUE : LA ZONE D’ÉTUDE
1-1-1) Géographie
1-1-2) Climat
1-1-3) Sol et végétation
1-2) LA PLACE DE L’ÉLEVAGE DES BOVINS TRADITIONNELS DANS LE SECTEUR AGRICOLE EN CAMARGUE
1-2-1) Productions du secteur agricole
1-2-2) Effectif du cheptel bovin
1-3) LE SYSTÈME D’ÉLEVAGE DE BOVINS TRADITIONNELS
1-3-1) Structure des élevages traditionnels
1-3-2) Races d’animaux
1-3-3) Eléments de conduite du troupeau
1-3-4) Finalités de l’élevage taurin traditionnel
1-4) BILAN
2) LA TUBERCULOSE BOVINE ET SON DIAGNOSTIC SUR LES RACES TRADITIONNELLES DE CAMARGUE
2-1) LA TUBERCULOSE BOVINE : DÉFINITION ET ÉTIOLOGIE
2-2) L’IMPORTANCE DE LA TUBERCULOSE BOVINE
2-2-1) Pour l’hygiène et l’économie générale
2-2-2) Pour les élevages traditionnels de Camargue en particulier
2-3) LA PATHOLOGIE
2-3-1) Pathogénie
2-3-2) Réaction de l’organisme
2-3-3) Symptômes et lésions
2-4) LES ÉLÉMENTS D’ÉPIDÉMIOLOGIE
2-5) LE DIAGNOSTIC DE LA TUBERCULOSE BOVINE
2-5-1) Diagnostic clinique, nécropsique et expérimental
2-5-2) Diagnostic allergique et sérologique
2-6) BILAN
3) LE PLAN DE LUTTE CONDUIT EN CAMARGUE
3-1) LES ACTEURS IMPLIQUÉS DANS LE PLAN DE LUTTE
3-1-1) Eleveur
3-1-2) Groupement de défense sanitaire et établissement départemental d’élevage
3-1-3) Vétérinaire sanitaire
3-1-4) Abattoir
3-1-5) Direction départementale des services vétérinaires
3-1-6) Préfet
3-1-7) Maire
3-2) LES ACTIONS DE LUTTE ET LEUR ÉVOLUTION : AU NIVEAU NATIONAL ET AU NIVEAU LOCAL EN CAMARGUE
3-2-1) Plan général de lutte
3-2-2) Dispositions spécifiques du plan de lutte contre la tuberculose applicables en élevages de bovins traditionnels de Camargue
3-3) LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES DANS LE DÉROULEMENT DU PLAN DE LUTTE CONTRE LA TUBERCULOSE DANS LES CHEPTELS DE BOVINS TRADITIONNELS DE CAMARGUE
3-3-1) Mentalité
3-3-2) Identification défectueuse des animaux
3-3-3) Des habitudes d’échanges non contrôlés d’animaux
3-3-4) Passage en prophylaxie défectueux de certains cheptels et de certains animaux
3-4) LE RÉSULTAT DE LA LUTTE CONTRE LA TUBERCULOSE BOVINE
3-4-1) Au niveau national
3-4-2) Au niveau local
3-5) BILAN
2ÈME PARTIE : ETUDE ÉPIDÉMIOLOGIQUE DE LA TUBERCULOSE BOVINE DANS LES CHEPTELS TRADITIONNELS DE CAMARGUE
1) OBJECTIFS DE L’ETUDE EPIDEMIOLOGIQUE DE LA TUBERCULOSE DANS LES CHEPTELS DE BOVINS TRADITIONNELS DE CAMARGUE
1-1) OBJECTIFS DESCRIPTIFS
6 1-2) OBJECTIFS ANALYTIQUES
2) MÉTHODE
2-1) DESCRIPTION DES ANIMAUX TUBERCULEUX ET DE L’ÉTAT SANITAIRE
2-1-1) Description des animaux tuberculeux
2-1-2) Description de l’état sanitaire dans le temps et l’espace
2-2) ANALYSE DE L’ÉPIDÉMIOLOGIE DE LA TUBERCULOSE DANS LES CHEPTELS
2-2-1) Analyse de la survenue et de la découverte de la tuberculose dans un cheptel
2-2-2) Analyse de la persistance de la tuberculose dans un cheptel
2-3) MÉTHODE STATISTIQUE UTILISÉE
2-4) BILAN DE LA MÉTHODE
3) MATERIEL
4) RESULTATS
4-1) DESCRIPTION DES ANIMAUX TUBERCULEUX ET DE L’ÉTAT SANITAIRE
4-1-1) Animaux tuberculeux
4-1-2) Indicateurs de l’état sanitaire
4-2) APPARITION DE LA TUBERCULOSE DANS UN CHEPTEL
4-2-1) Modes de découverte de l’infection
4-2-2) Origine de l’infection des cheptels
4-3) PERSISTANCE DE LA TUBERCULOSE DANS LES ÉLEVAGES INFECTÉS
4-3-1) Durée de l’infection dans les cheptels
4-3-2) Type d’abattage réalisé dans les cheptels
4-3-3) Délai d’abattage des bovins infectés
5) DISCUSSION SUR LA MÉTHODE ET LE MATERIEL
5-1) CIBLAGE DE LA POPULATION DES BOVINS TRADITIONNELS DE CAMARGUE ET DES CHEPTELS CORRESPONDANTS
5-2) EXHAUSTIVITÉ DU RECENSEMENT DE LA POPULATION DES BOVINS TUBERCULEUX DANS LES DOSSIERS PARTICULIERS DES ÉLEVAGES
5-3) FIABILITÉ DES DONNÉES ISSUES DES STATISTIQUES DE LA DGAL
6) DISCUSSION DES RESULTATS
6-1) CARACTÉRISATION DES ANIMAUX TUBERCULEUX
6-1-1) Typologie des bovins tuberculeux : âge, sexe et cheptel de provenance des animaux tuberculeux
6-1-2) Lésions et portes d’entrée
6-2) EVOLUTION DE LA MALADIE : PRÉVALENCE ET INCIDENCE DE LA TUBERCULOSE DANS LES CHEPTELS
6-2-1) Au niveau des animaux
6-2-2) Au niveau des cheptels
6-3) APPARITION DE LA MALADIE DANS UN ÉLEVAGE
6-3-1) Causes d’apparition de l’infection dans un élevage
6-3-2) Modes de détection des cheptels infectés
6-4) PERSISTANCE DE LA MALADIE DANS UN ÉLEVAGE
6-4-1) Recours à l’abattage partiel et à l’abattage total
6-4-2) Identification des causes de persistance de l’infection dans un élevage dans le cadre de l’assainissement par abattage partiel
7) BILAN
3ÈME PARTIE : PROPOSITIONS DE MESURES D’AMÉLIORATION ET D’UN PROTOCOLE DE SUIVI D’EFFICACITÉ DE CES MESURES
1) OBJECTIFS
2) PROPOSITIONS D’ AMELIORATION
2-1) LES PROPOSITIONS ISSUES DES CONSTATS DE L’ÉTUDE ÉPIDÉMIOLOGIQUE
2-1-1) Amélioration du dépistage des animaux et des cheptels infectés
2-1-2) Réduire la persistance de la tuberculose dans un élevage
2-1-3) Lutte contre les facteurs de risque de contamination d’un cheptel
2-1-4) Prise en compte des animaux à risque
2-1-5) Respect des délais d’abattage des animaux infectés
2-2) PROPOSITIONS DU NOUVEL ARRÊTÉ PRÉFECTORAL SPÉCIFIQUE POUR LA LUTTE CONTRE LA TUBERCULOSE DANS LES CHEPTELS DE BOVINS TRADITIONNELS DE CAMARGUE
2-2-1) Application des dispositions « troupeaux d’engraissement » aux troupeaux de bovins mâles en race de Combat destinés à la mise à mort en arène
2-2-2) Contrôles bisannuels des animaux cabestres et simbèus
2-2-3) Contrôles d’assainissement recourrant à l’IDS forte couplée au test à l’IF γ
2-2-4) Recours à l’abattage total obligatoire dans certaines circonstances
2-2-5) Participation possible sous conditions aux manifestations taurines pour les cheptels réputés « assainis »
2-3) DISCUSSION
2-3-1) Mesures de lutte
2-3-2) Mesures en faveur de l’activité des élevages
3) PROGRAMME DE SUIVI DE L’EPIDEMIOLOGIE
3-1) GÉNÉRALITÉS ET JUSTIFICATION
3-1-1) But en terme épidémiologique de la mesure
3-1-2) « Indicateurs de suivi » de la mesure
3-1-3) «Indicateurs de résultat » de la mesure
3-1-4) Bilan au bout d’une durée fixée
3-2) SUIVI DE LA DÉTECTION DES ANIMAUX ET DES CHEPTELS
3-2-1) Sur la détection des cheptels
3-2-2) Sur la détection des animaux dans les cheptels déclarés infectés
3-3) SUIVI DES FACTEURS DE RISQUE DE CONTAMINATION D’UN CHEPTEL : LIMITATION DE L’INCIDENCE106
3-3-1) Sur les résurgences
3-3-2) Sur les introductions d’animaux
3-4) SUIVI DE LA PERSISTANCE : LIMITATION DE LA PRÉVALENCE
3-4-1) Sur l’abattage total
3-4-2) Sur les délais d’abattage des animaux trouvés positifs
3-5) BILAN
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE
ANNEXE 1 : SCHÉMA REPRÉSENTANT LES ÉTAPES DE L’ÉVOLUTION DE LA CARRIÈRE DES BOVINS DE RACE CAMARGUAISE (LAGACHERIE, 1998)
ANNEXE 2 : SCHÉMA MONTRANT L’ÉVOLUTION DE LA CARRIÈRE DES BOVINS DE RACE DE COMBAT (LAGACHERIE, 1988)
ANNEXE 3 : ETUDE DU LVD 34 (DR. N. KECK) CONCERNANT L’ÉVALUATION D’UN TEST À L’INTERFÉRON GAMMA SUR LES BOVINS DE RACES TRADITIONNELLES DE CAMARGUE
LISTE DES FIGURES ET DES TABLEAUX

Télécharger le rapport completRapport PFE, mémoire et thèse PDF

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.