Le passage d’une grande paroisse à une petite ville résidentielle 

L’espace public d’une ville se caractérise par sa pluralité, du point de vue de la diversité des lieux qu’il occupe, des formes qu’il prend et des fonctions qu’il accueille. Il est place ou esplanade, rue, boulevard ou avenue, mais aussi voie périurbaine ou voie rapide. Il prend la forme de parking, de zone industrielle, de centre commercial ou de grand ensemble. Il peut être jardin, square ou grand parc urbain, mais peut prendre aussi des formes auxquelles on pense moins telles que des talus végétalisés, des giratoires, des terre-pleins… Tous ces espaces, aussi différents soient-ils, participent de façon importante à l’image de la ville. Aussi, l’espace public est à la fois un lieu où s’exercent les fonctionnalités de la ville, et où se développent les innombrables pratiques de la vie urbaine comme les commerces, les services, les loisirs, les rencontres…

La ville dans laquelle j’ai décidé de travailler dans le cadre du projet individuel de cette première année en Génie de l’Aménagement, est Ploemeur, ma ville natale. Cette idée m’est venue car depuis quelques années, la politique d’urbanisme témoigne une volonté de revaloriser son centre-ville qui était jusque maintenant dominé par l’automobile, et ainsi de restructurer ses espaces publics. Plœmeur est une commune du sud de la région Bretagne, dans le département du Morbihan, et se situe dans l’agglomération de Lorient qui compte 190 000 habitants. Avec près de 18000 habitants, elle est la 4ème ville du Morbihan en termes de population. La ville de Plœmeur est partagée entre deux univers : celui du littoral d’abord, avec son sentier côtier de 17 km et ses nombreuses plages qui offrent des activités nautiques, et d’autre part celui de la campagne et son vaste patrimoine culturel. En effet, la commune est appréciée pour le cadre de vie sain et agréable qu’elle propose. Cependant, Ploemeur doit veiller à ne pas se reposer uniquement sur son patrimoine naturel et doit s’assurer de proposer des espaces publics de qualité pour ses habitants, et ses touristes.

Plœmeur, ville moyenne avec du potentiel 

Une commune littorale

Plœmeur est une commune bretonne littorale, se situant à l’Ouest du département du Morbihan (56), et faisant partie de l’agglomération de Lorient.

Le passage d’une grande paroisse à une petite ville résidentielle 

L’occupation humaine du territoire de Ploemeur remonte au néolithique. C’est à l’époque des migrations bretonnes au 5ème siècle que Ploemeur doit son nom : PLOU (paroisse), MEUR (grand).

En 1666, la Compagnie des Indes s’installe sur le territoire. Elle sera à l’origine de la création et du développement de la Ville de Lorient qui grignotera petit à petit le territoire de Ploemeur. Jusqu’au début du 20ème siècle, les activités économiques plœmeuroises sont liées à l’agriculture et à la pêche dans les ports de la ville. C’est au cours de la première moitié du 20ème siècle que Ploemeur verra s’implanter de nouvelles activités comme l’exploitation du kaolin à partir de 1904. Pendant la seconde guerre mondiale, les occupants allemands font construire l’aérodrome de Lann-Bihoué. Les destructions de la fin de la guerre, pendant la période de réduction de la « Poche de Lorient » par les forces alliées, marqueront fortement Ploemeur et la commune sera déclarée ville sinistrée. De 1950 à nos jours, la population a triplé, attirée par les atouts de la campagne puis par les attraits du littoral, ce qui marque le début d’une activité touristique importante. L’extension urbaine provoquée par ce tourisme se fait principalement à partir du centre-ville, en extension des hameaux existants et le long du littoral, le plus souvent en lotissements pavillonnaires. Au cours de cette période, Ploemeur symbolise un phénomène constaté au niveau national de glissement de la population des villes vers des communes rurales périurbaines, la rurbanisation. Au même moment, les activités traditionnelles disparaissent, Les conserveries sont remplacées par des ensembles immobiliers, les bateaux de pêche ont migré au port de pêche de Lorient et le nombre d’exploitations agricoles a été divisé par dix. De 1975 à nos jours, l’extension urbaine continue dans le centre-ville, en campagne ou sur le littoral, principalement sous forme de quartiers pavillonnaires amenant une nouvelle population plus citadine à Plœmeur. Le caractère maritime et agricole de Ploemeur évolue de plus en plus vers un territoire tourné vers les loisirs (le nautisme, la plage, le golf…) avec des habitations à vocation résidentielle.

Une position stratégique au cœur de l’agglomération Lorientaise

Entre terre et mer, Ploemeur est une commune littorale d’environ 18 000 habitants (INSEE 2009). D’une superficie de 4007 hectares, c’est l’une des communes les plus étendues du Pays de Lorient. Située à l’ouest de Lorient, Ploemeur compose avec Larmor-Plage le canton de Ploemeur. Bordée sur 17 kilomètres par l’océan Atlantique à l’ouest, face à l’île de Groix, elle est entourée par les communes suivantes : Larmor-Plage au sud-est, Lorient à l’est, Quéven au nord et Guidel au nord-ouest. Elle fait partie de la Communauté d’Agglomération du Pays de Lorient, Lorient Agglomération (anciennement Cap L’Orient), qui comprend 19 communes et accueille 191 716 habitants (INSEE 2009), ce qui en fait la troisième agglomération de Bretagne.

Un accès et des déplacements aisés 

Le réseau routier communal est composé principalement de quatre routes départementales qui assurent la plus grande partie de la desserte et partent toutes les quatre du centre-ville. La RD 163, qui traverse Plœmeur du nord au sud, permet de relier la commune à la voie autoroutière gratuite A82 desservant tout le sud de la Bretagne. La commune accueille également l’aéroport Lann-Bihoué (Lorient Bretagne Sud) qui assure des liaisons aériennes quotidiennes en direction de Paris et de Lyon. La ville bénéficie également de la présence de la gare de Lorient qu’on rejoint en 10 minutes en voiture à partir du centre-ville de Plœmeur.

Le transport en commun par bus est géré par Lorient Agglomération. Il est représenté à Ploemeur par 5 lignes principales :
♦ La ligne 22 rejoint Lorient et Lanester par le centre-ville de Plœmeur.
♦ La ligne 30 relie le Fort Bloqué à Caudan en passant par les centres villes de Ploemeur, de Lorient et de Lanester.
♦ La ligne 32 relie le centre-ville de Plœmeur à Larmor-Plage et à son littoral.
♦ La ligne 31, interne à la commune, relie les différents quartiers de la ville.
♦ La ligne 51 dessert le Centre de Rééducation de Kerpape qui se trouve à Plœmeur.

La commune a également développé un réseau dense de chemins piétons sur son territoire, reliant le centre-ville au littoral. Les petites routes sont également particulièrement attractives pour les randonnées à vélo. La restauration des axes routiers, comme la route des Plages, s’accompagne d’aménagements spécifiques pour la circulation des 2 roues. Des itinéraires vélo sur routes et chemins se répartissent sur le territoire communal. Un itinéraire vélo et piéton est actuellement en cours de réalisation tout le long du littoral plœmeurois. Il est inscrit au nouveau schéma Véloroute de Lorient Agglomération.

Une démographie dynamique mais vieillissante

L’évolution de Ploemeur est caractérisée par une forte progression démographique jusqu’aux années 1990 : en 22 ans, le nombre d’habitants a été multiplié par 2,5, à cause du solde migratoire très important. Depuis 1990, la population tend à se stabiliser, ne gagnant que 557 habitants en pratiquement 20 ans. Elle est même en régression depuis 1999, perdant en moyenne 0,1% par an. Ainsi, la population de Ploemeur a connu une perte de croissance entre 1999 et 2008, contrairement à l’agglomération lorientaise. Cette perte de population est due à un solde migratoire devenu faible et un solde naturel négatif. Malgré tout, la population de Plœmeur semble relativement stable : la fidélité à la commune est réelle et le taux de migration se situe en dessous des moyennes locales.

L’évolution de la structure par âge de la population à Ploemeur est nette. Les chiffres de 2009 confirment la baisse des tranches d’âge de 0 à 44 ans et la hausse des tranches d’âge de 45 à 75 ans ou plus. Ainsi, on peut noter que la part de la population dépassant 60 ans est passée d’environ 20 % en 1999 à environ 30 % en 2009. La croissance démographique, basée sur les apports migratoires, engendre un vieillissement rapide de la population. Ce vieillissement de la population se retrouve aussi au niveau national et plus particulièrement sur les communes littorales. En effet, ces communes attirent les catégories de plus de 50 ans qui souhaitent s’installer en vue de leur retraite. Ainsi, il est plus marqué sur Ploemeur que sur la communauté d’agglomération ou le département. On observe également depuis 2004 une perte systématique des effectifs scolaires sur la commune, ce qui confirme le vieillissement de la population ainsi que la baisse des naissances dans la ville.

On assiste depuis 1975 à une diminution de la taille moyenne des ménages, pour atteindre en 1999, une taille de 2,5 personnes par ménage puis de 2,3 en 2008. Cette évolution est observée également à l’échelle nationale et n’est donc pas spécifique à Ploemeur. Par ailleurs, le revenu net déclaré moyen par foyer fiscal des Plœmeurois était, en 2009, de 28 174 euros par an. Il est sensiblement supérieur à celui du département du Morbihan : le revenu fiscal moyen annuel des ménages du département était 21 174 euros sur la même année. La population plœmeuroise semble donc relativement aisée en moyenne. Le chômage est quant à lui légèrement en-dessous de la moyenne départementale et nationale, avec 8,1% contre 9,8% dans le Morbihan. (Chiffres INSEE 2009) .

En résumé, La démographie plœmeuroise se caractérise par cinq tendances marquées :
♦ Une stagnation de la population
♦ Un vieillissement de la population
♦ Un parc de logements concentré sur un pavillonnaire spacieux et récent occupé par leurs propriétaires
♦ Une difficulté d’installation des jeunes
♦ Un risque de fermeture des équipements communaux comme les écoles.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Introduction
PARTIE I – DIAGNOSTIC TERRITORIAL
I. Plœmeur, ville moyenne avec du potentiel
a. Une commune littorale
b. Le passage d’une grande paroisse à une petite ville résidentielle
c. Une position stratégique au cœur de l’agglomération Lorientaise
d. Un accès et des déplacements aisés
e. Une démographie dynamique mais vieillissante
II. Un territoire plutôt dynamique
a. Les caractéristiques de l’emploi à Plœmeur
b. Une commune proposant de nombreux équipements
c. Plœmeur, une ville au fort potentiel touristique
III. Les perspectives d’évolution de la ville
a. Les orientations du PLU et du PADD de la commune
Synthèse
PARTIE II Ŕ DIAGNOSTIC CIBLÉ ET ENJEUX DE LA ZONE D’ÉTUDE
I. Une zone d’étude en plein centre-ville de Plœmeur
a. Le centre-ville, le secteur dynamique de la ville
b. Le quartier de la mairie, un secteur au potentiel inexploité à valoriser
c. Un quartier à la visibilité et l’accessibilité assez réduites
d. Les contraintes du PLU concernant la zone d’étude
e. Synthèse
II. Les enjeux du réaménagement de la zone d’étude
a. Les enjeux propres à la zone d’étude
b. Des espaces publics du centre-ville plœmeurois principalement sous forme de places
c. Des espaces verts présents, mais en dehors du centre-ville
d. Un jardin public en centre-ville : un besoin
e. Synthèse
PARTIE III – PROPOSITIONS DE RÉAMÉNAGEMENT
I. Un îlot restructuré
a. Des démolitions qui libèrent de l’espace
b. Une restructuration possible de la voirie
c. Une nouvelle organisation des places de stationnement
II. De nouveaux cheminements piétons
a. Une circulation piétonne aisée à l’intérieur de l’îlot
b. Un cheminement piéton extra-îlot
III. L’attente principale des Plœmeurois : un espace vert en centre-ville
a. La zone de projet
b. Un jardin partagé, créateur de lien social et d’animation dans le quartier
c. Le square public, un lieu de répit dans la ville
Conclusion
Bibliographie
Index des sigles
TABLE DES ILLUSTRATIONS
Annexe

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.