Le doute métaphysique, expression de la pensée comme acte

Mémoire de maitrise sciences humaines et sociales

Introduction générale
PREMIERE PARTIE : CHEMINEMENT DE LA PHILOSOPHIE CARTESIENNE  
Chapitre I : Genese de la pensee cartesienne
I.1.1.Critique de l’enseignement dogmatique des Scolastiques
I.1.2. De la table rase à l’usage du « bon sens. »
I.1.3. L’esprit du doute
Chapitre II : Caracteristiques et fonction logiques du doute
I.2.1. Le doute comme opération essentielle de la raison
I.2.2. Du doute sceptique au doute méthodique
I.2.2.1. Le doute sceptique
I.2.2.2. Le doute méthodique
I.2.3. Le doute hyperbolique
DEUXIEME PARTIE : LE DOUTE METAPHYSIQUE, EXPRESSION DE LA PENSEE COMME ACTE 
Chapitre I : La conscience, premier pas vers la connaissance de soi et du monde
II.1.1. L’analyse critique de la conscience
II.1.2. Le « cogito » comme principe de la certitude première
II.1.3. De l’existence du « je pense » à la certitude du monde extérieur
Chapitre II: L’existence de l’ame
II.2.1. De la nature corporelle au statut ontologique de l’âme
II.2.2. De l’union de l’âme et du corps
II.2.3. L’âme comme principe de la pensée consciente
TROISIEME PARTIE : SUBSTANCE DIVINE, PRINCIPE DE LA CONNAISSANCE ET DE L’EXISTENCE  
Chapitre I. Du doute a la veracite divine
II.1.1. De l’entendement fini a la volonté infinie
III.1.2. Cheminement vers la certitude
III.1.3. De la certitude de soi à la certitude de l’existence de Dieu
Chapitre II : Les preuves de l’existence de dieu
III.2.1. La preuve cosmologique de l’existence de Dieu
III.2.2. La preuve ontologique de l’existence de Dieu
III.2.3. Les données critiques
Conclusion générale

Rapport PFE, mémoire et thèse avec la catégorie philosophie

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe de Bestpfe.com et ouvrir le fichier pfe PDF ou pfe DOC. Ce programme spécifique est classé dans la catégorie premier pas vers la connaissance de soi et du monde où vous pouvez trouver quelques autres mémoires similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Actuellement, de plus en plus de gens sont prêts à partager leurs travaux pfe, mémoire, thèse.. avec les autres et ils ne veulent pas de compensation pour cela. Le rapport LE DOUTE CARTESIEN COMME VOIE DE LA CERTITUDE DE L’EXISTENCE, LU A TRAVERS LES « MEDITATIONS METAPHYSIQUES. » est un rapport complet pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux.

CHEMINEMENT DE LA PHILOSOPHIE CARTESIENNE

GENESE DE LA PENSEE CARTESIENNE

Etymologiquement, le mot « genèse » vient du grec « genesis » qui désigne une production, une origine ou une génération. C’est la raison pour laquelle dans les religions judéochrétiennes, la genèse est le nom du premier Livre de la Bible, contenant le récit de la création.
Ici, nous employons le mot « genèse » en tant que processus par lequel une chose, ou une idée se développe pour parvenir à un état déterminé.
Comme la pensée est un ensemble d’idées qui se développent à partir de plusieurs sources, celle de Descartes repose sur une critique des doctrines anciennes : la pensée scolastique, enseignement théologico philosophique inspiré d’Aristote et de Saint Thomas, pratiqué jusqu’au XVII ème siècle.

Critique de l’enseignement dogmatique des Scolastiques

Le mot critique souffre d’une pluralité de sens tant littéraire que philosophique.
D’une manière générale, il désigne un « examen d’une réalité quelconque dans le dessein de l’évaluer, de former un jugement d’appréciation à son sujet. »
De ce fait, la critique procède d’un examen de la valeur logique d’un jugement, c’est-à-dire un jugement porté sur la valeur d’une action. A ce jugement d’appréciation, Descartes, qui de 1607 à 1615 a étudié au Collège de la Flèche, finit par critiquer sévèrement l’enseignement qui selon la tradition, était destiné à préparer les études théologiques. En effet, il s’agit de l’enseignement scolastique désignant à la fois le mouvement philosophique et théologique qui caractérise la pensée du Moyen-âge, période comprise entre l’Antiquité et les temps modernes.
« Dans son emploi usuel, et qu’il soit nom générique ou adjectif, le mot « scolastique » fait naître l’idée de répétition ou commentaire du déjà-dit, de subtilité pédantesque, par opposition à l’originalité, à l’esprit de découverte par enquête sur les choses mêmes. Cette acception résume une part des critiques dirigées, depuis la Renaissance, contre le régime depensée et d’enseignement qui caractérise le Moyen Âge à partir du XIII e siècle,
principalement en théologie, et que désigne le mot « scolastique » 15 L’enseignement scolastique Dans ce sens, s’élève sur la base d’un vaste commentaire de textes de l’Antiquité qui a pour idéal d’intégrer la sagesse et la foi chrétienne dans le système gréco-romain ordonné par des valeurs éthico-spirituelles. L’enseignement scolastique s’efforce d’utiliser la raison humaine naturelle, en empruntant en particulier, la philosophie d’Aristote pour faire comprendre la dimension surnaturelle de la révélation chrétienne.
14 Jacqueline RUSS, Dictionnaire de philosophie. Paris : Bordas, 1991, p. 61.
15 Jean JOLIVET, In Encyclopaedia Universalis. Version numérique, nouvelle édition 2009.
dans cet enseignement un caractère dogmatique de son contenu dans la mesure où il est établi par autorité sans nul esprit critique comme le décrit André JACOB dans ce passage : « Depuis qu’au XIIIe siècle les théologiens ont adopté la philosophie aristotélicienne, en l’accommodant avec les exigences de la foi, le péripatétisme est devenu à tel point solidaire du christianisme qu’il semble participer à l’immutabilité du dogme et qu’il devient presque impossible de développer une autre philosophie sans donner l’impression de mettre la religion en péril.»

Télécharger le rapport completRapport PFE, mémoire et thèse PDF

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *