Le developpement territorial decentralise

GENERALITES

A l’instar des pays en voie de développement en Afrique, Madagascar figure parmi ceux qui ont opté un découpage territorial décentralisé. Ce processus de décentralisation est devenu une option pour faciliter le développement national et local. Beaucoup considère la décentralisation comme le levier du développement local. Avec cette intention majeur qu’on lui porte, la décentralisation fut constitutionnalisée par différents textes juridiques : la Constitution, les lois, les ordonnances, les décrets.

La décentralisation vise la participation effective des citoyens à la gestion des affaires publiques par l’intermédiaire d’un organe représentatif élu. Ces organes locaux vont diriger les collectivités et affaires locales et fournir des services de proximités à la population d’où la notion de l’approche prospective, la démocratie et le développement local.

Depuis la première République, l’Etat Malgache a déjà eu quatre (4) documents officiels dans sa politique de mise en œuvre de l’action de développement à savoir le Livre rouge (1975-1991), le Document Cadre de Politique Economique (DCPE), le DSRP ou le Document Stratégique pour la Réduction de la Pauvreté, et enfin, le Madagascar action Plan (2007-2012). Avec le processus de décentralisation et les programmes internationaux comme les Objectifs du Millénaires pour le Développement (OMD), ces programmes nationaux n’ont qu’un seul but c’est de lutter contre la pauvreté. En 2010, l’Indicateur de Développement Humain (IDH) est de 0,435%8 (0,509 en 2007/2008) et Madagascar entre ainsi dans le groupe des pays à développement humain faible (IDH<0,5).

LES DIVERSES ACCEPTIONS 

A Madagascar, des programmes nationales (MAP, DSRP) et des projets ont été édifié pour pouvoir sortir le pays dans son seuil de pauvreté et du sous développement mais aussi de promouvoir le développement de la base au sommet ainsi que le développement durable.

C’est pour cela que la région DIANA avec sa stratégie de développement à l’horizon 2030 (in SRAT DIANA), s’est lancée dans un vaste programme d’aménagement territorial et de développement économique. Considérant que le développement économique de la région ne peut réussir que grâce à une meilleure stratégie d’aménagement du territoire, elle a définit un cadre de référence qui permet de veiller à la cohérence territoriale des actions sectorielles : Schéma Régional d’Aménagement du Territoire(SRAT).

LE DEVELOPPPEMENT

En général, le terme développement est associé à plusieurs termes tels que le développement local, développement durable, du sous-développement. Mais comment peut-on définir ce concept ?

Essai de définition

La notion de développement fait partie de notre vocabulaire courant. Nous l’utilisons au jour le jour pour exprimer un état de croissance personnelle, d’une situation sociale, d’expansion domiciliaire,… Des auteurs ont déjà eu des réflexions à ce terme et ont proposé des définitions différentes d’un auteur à une autre. Ils en donnent des définitions selon leurs spécialités. Pour C. FURTADO, il constate qu’ « en effet, le concept de développement contient l’idée de croissance mais il la dépasse car il se réfère à l’accroissement d’un ensemble de structure complexe » . Cet économiste fait une comparaison entre la croissance et le développement. La croissance mesure la richesse produite sur un territoire en une année et son évolution dans une autre année, telle qu’elle est prise en compte par le Produit Intérieur Brute (PIB). Alors que le développement est une combinaison des changements mentaux et sociaux d’une population qui la rende apte à faire croitre, cumulativement et durablement son produit réel global.

En matière juridique, il a développement si n’importe quelle couche de population sans distinction d’ethnie, de sexe, de religion, de partie politique jouit pleinement ses droits en tant que citoyen et qu’il a respect des Droits de l’Homme. Au sens large, l’idée de développement concerne des progrès dans le sens de l’égalité des chances, de la liberté politique et civique. En outre, le terme développement utilisé en science sociale désigne l’amélioration du niveau et qualité de vie d’une population et renvoi à l’organisation sociale servant de cadre à la production de bien-être social. Pour cela, la sociologie de développement étudie des rapports sociaux et des changements sociaux liés aux transformations économiques notamment dans les pays en voie de développement .

Afin de promouvoir ces idées de développement, les Nations Unies se sont engagés dans l’élaboration de l’Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD) avec l’idée d’éliminer d’ici 2015 la pauvreté, d’assurer la paix et la démocratie, d’assurer la durabilité des ressources environnementales,…

Le développement local 

Le développement à la base revêt une philosophie de développement, une organisation et action concrète qui met en mouvement la population afin d’assurer leur bien-être intégral. MERCOIRET M.R affirme ce point de vue dans son écrit que « le développement local est un processus qui prend naissance à travers les initiatives des habitants des terroirs organisés pour opérer des choix responsables pour créer une dynamique d’amélioration des conditions locales de vie, et pour défendre leurs intérêts face au pouvoir publique » .

Le développement local doit en principe faire face à différents enjeux tels qu’assurer le développement économique et social de la population du territoire concerné, de lutter contre la pauvreté et contre différents formes d’inégalités. Bref, il doit répondre en général aux besoins de la population à la base comme le cas des habitants dans les Communes et fokontany.

Le développement durable

La Commission Mondiale sur l’environnement et le développement dans le rapport de Brundtland définit le développement durable comme « le développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins » . La notion de développement durable repose ici sur un mode de développement veillant au respect de l’environnement par une utilisation prudente des ressources naturelles afin de les rendre durable à long terme. Il revêt aussi une forme à la fois écologique, un développement intègre et soucieux de l’avenir embrassant plusieurs domaines l’instar de l’environnement, du sociale, économique et culturel.

En ce qui concerne l’environnement, le terme durable évoque un intérêt pour la génération future, qui repose sur le fait est qu’il y a une certaine prévoyance de la pérennité (protection de l’environnement avec des mesures d’accompagnements telles que l’élaboration des plans de gestion et de conservation des sites, la mise en vigueur des lois et décrets tels que la loi MECIE , la GELOSE ou gestion locale sécurisé qui est une forme de gestion des ressources non renouvelables et d’une forme de transfert aux communautés de base la gestion de certaine ressources naturelles se trouvant dans leurs terroirs comprise dans la loi n°96.025 de transfert de gestion) de ces dernières concernant l’utilisation des ressources naturelles.

Sur le plan économique, on entend par développement durable une certaine viabilité qui procure de bien-être matérielle et sur le plan social, il évoque l’équitable que l’on peut comprendre par la qualité de vie pour tous.

LA DECENTRALISATION 

La déconcentration consiste à la répartition des pouvoirs de décisions entre le gouvernement et les fonctionnaires affectés dans les circonscriptions administratives du territoire, qui vont répercuter et faire respecter les ordres du gouvernement. Par contre, la décentralisation, plus qu’une technique administrative, est une stratégie de développement économique et social. Le choix de la décentralisation envisage les stratégies pour planifier le développement selon les hiérarchies de l’administration du territoire et une mode de gestion des pouvoirs publics.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION GENERALE
PARTIEI : GENERALITES CONCEPTUELLES
CHAPITRE I : LES DIVERSES ACCEPTIONS
CHAPITREII : LE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL DECENTRALISE
PARTIE II : SOCIO-ECONOMIES URBAINES D’AMBILOBE ET BLOCAGES
CHAPITRE IV : PROFILS MONOGRAPHIQUES
CHAPITRE V : INTERVENTIONS SOCIALES LOCALES
CHAPITRE VI : DIAGNOSTICS DES RESSOURCES
PARTIE III : APPROCHES PROSPECTIVES
CHAPITRE VII : PROMOTION DU DEVELOPPEMENT LOCAL ET APPUI AUX ACTIVITES GENERATRICE DE REVENUS ET D’EMPLOI
CHAPITRE VIV : RENFORCEMENT DE CAPACITE DES ACTEURS LOCAUX
CONCLUSION GENERALE
BIBLIOGRAPHIE
TABLE DES MATIERES
LISTE DES ACRONYMES
LISTE DES TABLEAUX
LISTE DES SCHEMAS
LISTE DES PHOTOS
ANNEXES
RESUME

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *