Le Centre ville de Poitiers nécessite des aménagements pour les piétons

A l’ heure actuelle, on a la volonté de créer des « Villes Accessibles à Tous », avec des politiques de transports en commun en ville et en site propre, politiques pour le vélo, itinéraires cyclables, villes piétonnes, zones 30, quartiers calmes qui feront des villes des endroits plus sûrs et plus agréables à vivre. Le centre ville de Poitiers (86) possède un tissu urbain très dense, hérité du Moyen Age. Ses rues et ses trottoirs sont donc très étroits ; cela peut donner un certain charme à la ville, mais crée surtout des nombreux conflits d’ usage. En effet, le centre ville génère 44 % des déplacements, qui sont définis par trois flux de personnes : les résidants, ceux qui vont dans les services et dans les commerces, et enfin, ceux qui vont travailler. Ces derniers représentent le quart des emplois de Poitiers, il s’ agit essentiellement d’ activités tertiaires. Cette concentration des emplois est due au prestige et au dynamisme du centre ville (proximité de la gare, installations des grands équipements culturels, nombreux commerces …). Toutes ces activités ne donnent pas seulement du dynamisme au centre ville mais créent aussi des nombreux déplacements majoritairement automobiles. En effet, par sa topographie, le centre ville de Poitiers est très perméable à la voiture, il est difficile d’ accéder à celui-ci à vélo ou à pied, et les transports en commun ne le traversent pas. Ainsi, on constate des aménagements trop favorables à la voiture au détriment des piétons, des vélos et des transports en commun. De même, l’ intermodalité reste marginale, les déplacements sont conçus de façon unimodale (on utilise un seul mode de déplacement). Quant aux cheminements piétons existants, ils sont très mal adaptés en dehors des zones piétonnes, et l’ accès pour les handicapés n’ est pas pris en compte. Il s’ agit alors de redonner une place aux modes de circulation doux dans le centre ville pour qu’ il soit accessible à un plus grand nombre de personnes, notamment pour les personnes à mobilité réduite, les personnes âgées…

La place des piétons dans la ville

La marche à pied : mode de déplacement adapté à la ville …

La marche à pied, est un moyen de transport économe pour la collectivité, non polluant, peu encombrant et efficace. Le citadin est avant tout un piéton, il marche avant de prendre ou après avoir pris le bus ou la voiture, il marche avant d’ avoir une indépendance automobile. La marche à pied est le mode de déplacement le plus naturel et présente souplesse et indépendance. Mais elle est réservée pour des courtes distances, la vitesse moyenne à pied étant de 5 km/h le domaine de marche à pied se situe alors, entre 0 et 2 km (« La Ville à Pied » CETUR Ministère de L’ Urbanisme du Logement et des Transports, 1986). Or, d’ après les réflexions issues du Congrès International francophone : « Pratique des Cyclistes et Choix de l’Aménagement dans divers Pays Européens » en milieu urbain un déplacement sur deux est inférieur à 3 km et un sur quatre est inférieur à 1 km. Donc ce moyen de transport est très bien adapté au centre ville où les activités sont beaucoup plus condensées donc plus proches .

Donc, en centre ville les aménagements pour les piétons, les vélos et les transports collectifs, qui ont une capacité de transport plus importante que celle de la voiture, pourraient être privilégiés. Ils sont donc beaucoup moins encombrants que la voiture et ils permettaient d’ avoir moins de problèmes de congestion et de pollution en centre ville. Aujourd’ hui la marche à pied représente en moyenne de 20 à 30 % des déplacements en ville (Technicités n°67 «Les piétons sur le devant de la scène »), sans compter ceux prolongeant les trajets effectués en voiture ou en transport collectif et elle est le deuxième mode de déplacement en ville. A Poitiers elle représentait 11% des déplacements pour un usage de proximité (Plan de Déplacement Urbain de Poitiers, 1999). En favorisant les aménagements adaptés aux déplacements à pied la marche à pied pourrait être favorisée. Ainsi, l’ excès d’ automobiles au centre ville pourrait être réduit pour répondre à la politique de développement durable inscrit dans le Plan de Déplacement Urbain de Poitiers.

… qui répond aux objectifs du Plan Bleu

Le Plan Bleu, est le nom donné au Plan de Déplacement Urbain (PDU) de l’Agglomération de Poitiers. Celui-ci s’ organise autour de deux idées : « Passer de la rue à circuler à la rue à vivre » et « développer la mobilité en favorisant les modes non polluants ». Ainsi, les principaux objectifs de ce PDU sont, l’ amélioration du cadre de vie dans l’ ensemble du District, et le Renforcement de l’ attractivité du centre-ville, de l’ accessibilité des quartiers, et des liaisons entre les communes périphériques. Pour cela, les piétons auront la priorité dans tous les aménagements de la voirie et l’ espace réservé à ceux-ci sera étendu dans le centre ville. En effet, une des actions du Plan Bleu est le réaménagement de la Place du Maréchal Leclerc (Place de l’ Hôtel de Ville) en diminuant la circulation automobile, le nombre de stationnements, et en créant des voies piétons-bus et des couloirs à contresens.

Dans le Thème : Marche à pied, le PDU de Poitiers établi le constat suivant : «Des cheminements piétons difficiles voire impossibles du fait du stationnement, des obstacles sur les trottoirs, des trottoirs inadaptés… ». Ainsi, l’ objectif est que la marche à pied soit agréable et qu’ elle se fasse en toute sécurité, pour favoriser l’ intermodalité pour tous (jeunes, personnes à mobilité réduite, poussettes… ).

Une charte d’ aménagement en faveur des piétons est alors définie :
• Largeur minimale des trottoirs libre d’ obstacle de 1,40 m
• Revêtement confortable pour les piétons et les personnes à mobilité réduite
• Obligation d’ intégration de cheminements piétons sécurisés dans les quartiers nouveaux et les projets de réaménagements
• Accessibilité égale pour tous
• Les cheminements seront travaillés .

En résumé, le Plan Bleu veut redonner une place prioritaire au piéton dans la ville, pour que celle-ci soit accessible à tous et pour qu’ elle soit un endroit plus convivial. La charte d’ aménagement en faveur des piétons est en relation avec une réflexion sur le paysage urbain et bénéficie à tout le monde, les retraités, les personnes âgées, les personnes transportant des charges ou des bagages, les femmes enceintes, les personnes accompagnées d’enfants, les personnes handicapées ou à mobilité réduite, les handicapés mentaux, les enfants, les jeunes.

Les besoins des piétons sont en accord avec l’amélioration de la qualité du paysage urbain

La fréquentation piétonne est déterminante pour la pratique de la ville car le citadin est tout d’ abord un piéton. En effet, celui-ci est un des acteurs les plus représentatifs de la vie de la ville, il est en rapport direct avec son environnement car tous ses sens sont activés quand il marche. Il a une disponibilité visuelle et mentale complète pour percevoir son environnement, au contraire de l’ automobiliste, par exemple, qui doit rester concentré sur son parcours et qui est à l’ intérieur de son automobile. Ainsi, le piéton va reconnaître un endroit à son odeur, son architecture, les sons particuliers ; il connaît ce qui détermine l’ identité de chaque lieu. De ce fait, il va être beaucoup plus sensible à la beauté du paysage qui l’ entoure et donc, il ne marchera pas de la même façon partout. La distance, par exemple n’ est pas perçue de la même façon si l’ endroit est attrayant ou pas, ou si le piéton se sent en sécurité ou pas. D’ où l’importance de la composition urbaine, de la nature du sol, de la propreté, de la végétation et des équipements de la rue, dans l’ intérêt du piéton. La végétation, par exemple, peut servir non seulement comme décoration, mais peut aussi donner de l’ ombre, de l’ oxygène, et un certain équilibre par rapport au sol minéral. De même la propreté est une des inquiétudes des piétons, celui-ci ne doit pas avoir un sentiment de dégout, d’ insécurité, créé souvent par les ordures, les déjections canines, ou les papiers. Le piéton doit être pris en compte d’ un bout à l’ autre de son déplacement, si son itinéraire est désagréable, dangereux, difficile, ou s’ interrompt, le piéton préférera prendre un autre chemin.

Ainsi, les besoins des piétons sont en accord avec l’ amélioration de la qualité de la vie urbaine. Un cadre urbain potentiellement riche peut être mis en valeur, en modifiant la perception que le piéton a de cet endroit, en rendant sa marche plus confortable, en le faisant se sentir piéton en sécurité. Alors, la prise en compte du piéton dans l’ aménagement de la ville conduit à un cadre de vie plus agréable, plus sûr, plus convivial. Comme a dit Dietrich Garbrecht ingénieur architecte « Je prétends qu’ une ville qui est … plus amie du piéton est une ville plus humaine ».

Une cohérence entre les différents modes de déplacement pour un partage de la voirie 

La forte concentration d’ activités sur un espace restreint en milieu urbain créée des nombreux conflits d’ usage entre les différents usagers de la voirie. Il faut donc, organiser les déplacements en fonction de leur nature et de leur intérêt. Chaque mode de transport est adapté à une situation spécifique et à des personnes différentes : la voiture sera privilégiée pour des longs trajets en périphérie, mais pas en ville à cause de la pollution, les bouchons, les problèmes de parking, le bruit. Les transports en commun sont avantageux en ville car on ne rencontre pas de problème pour se garer. Leur déplacement est plus facile car ils ont la priorité sur les voitures, mais le temps de trajet peut être plus long s’ il y a besoin de marcher jusqu’ à l’endroit d’ arrivé. Le vélo, est pratique parce qu’ il peut se garer facilement et est économique, mais dépend des conditions météorologiques et de la topographie de l’endroit. Finalement, la marche à pied reste le mode de déplacement le plus pratique pour de courtes distances, pour des activités spécifiques (aller à l’ arrêt de bus, faire les courses en centre ville) et lorsque le rythme de vie est lent, ou quand on n’ a pas l’ âge ou les moyens d’ une autonomie véhiculaire.

Un mode de déplacement ne peut pas être remplacé par un autre. Tous les modes de déplacements doivent être complémentaires pour essayer d’ avoir une cohérence d’ ensemble. Ainsi, quelques modes de transports pourraient être limités pour laisser aux autres la possibilité d’ exister et de se développer. De même, il faut donner le choix du mode de déplacement au citadin par rapport à ses besoins. En ce qui concerne les piétons et les modes non motorisés, le Conseil National des Transports (CNT) a déterminé, entre autres, dans le Rapport sur le “Partage de la voirie, comment dépasser les conflits d’usage” intitulé «Une voirie pour tous » « Sécurité et cohabitation sur la voie publique au-delà des conflits d’usage » qu’ il faut garantir des trajets les plus courts, directs, continus, confortables, agréables, éclairés et sûrs, possible. De même, il faut assurer en permanence des cheminements accessibles aux personnes à mobilité réduite de largeur suffisante et sans obstacle, ce qui permet aussi le passage de familles, de groupes, d’ enfants, de touristes… Très souvent, ces conditions ne sont pas remplies, et créent des nombreux conflits d’utilisation, liés aux multiples usages pratiqués sur la voirie : transports en commun, circulations individuelles, stationnements, déplacements scolaires, loisirs, commerce, livraisons, etc. Ceci crée des conflits entre les différents usagers car les piétons, cyclistes, personnes à mobilité réduite, automobilistes, motocyclistes, ne se respectent pas. Pour faciliter la cohabitation des différents modes de transport, il faut donc réduire les différences de vulnérabilité entre les usagers de la voirie, de vitesse et de débit. Chaque mode de transport doit avoir sa place dans les déplacements de la ville, la marche à pied et tous les modes non motorisés, peuvent être utilisés dans le centre-ville, près des écoles, des commerces et pour des circuits touristiques. De toute façon, faire cohabiter tous les usagers de la voirie est un défi à relever.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

REMERCIEMENTS
INTRODUCTION
Première Partie : Le Centre ville de Poitiers nécessite des aménagements pour les piétons
A. La place des piétons dans la ville
1. La marche à pied : mode de déplacement adapté à la ville
2. … qui répond aux objectifs du Plan Bleu
3. Les besoins des piétons sont en accord avec l’ amélioration de la qualité du paysage urbain
4. Une cohérence entre les différents modes de déplacement pour un partage de la voirie
B. Le fonctionnement du centre ville de Poitiers
1. Répartition des activités dans un petit centre ville
2. Un tissu urbain médiéval qui crée des conflits d’ usage de la voirie
C. Les accès existants entre le cœur de la ville et le quartier des Trois Rois
1. Le quartier des Trois Rois
2. Les flux entre le quartier des Trois Rois et le cœur de la ville
Deuxième Partie : Propositions d’aménagement : Liaison entre le centre-ville et le quartier des Trois Rois
A. Les piétons nécessitent :
1) D’ espace :
2) Des repères
3) Un environnement agréable
4) Se sentir en sécurité
B. Eclairage du passage de l’église Montierneuf
1.Etat des lieux
2. Mise en place de l’ éclairage
C. Création d’une zone 30 sur les rues Jean Bouchet, de la Chaîne et des Trois Rois
1.Etat des lieux
2.Créer une Zone 30
D. Transformer la rue de la Tête Noire en rue piétonne
1.Etat des Lieux
2.Aménagements piétons
E. Coût et financement
1. Coût des aménagements
2. Financement
Conclusion Générale

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.