L’amélioration du cadre de vie du Quartier de l’Agriculture

Les différents types d’espaces verts possibles

Il existe différents types d’espaces verts à inclure en ville. Il peut être du plus végétalisé à une végétalisation plus restreinte, se contentant de quelques pots de fleurs.

Place publique

La première solution est la création d’une place possédant quelques espaces végétalisés, très souvent par des arbres. Certaines places publiques n’ont aucune végétation présente et sont complètement minérales, c’est le cas, par exemple, de la Place de la Concorde à Paris.

Cet espace est un lieu de rencontre et de partage, cependant il ne permet pas l’apport de verdure dans le quartier. La verdure est un élément principal du projet, cette solution ne convient donc pas.

Aire de jeux

La solution suivante est une aire de jeux. Une aire de jeux est un espace regroupant différent jeux pour enfants comme un toboggan, des tourniquets ou encore des balançoires. Cela permettrait un apport de verdure autour de la zone de jeux mais aussi cela peut être un lieu de rencontre lorsque les parents emmènent leurs enfants dans l’aire après l’école pour se divertir.

La présence des écoles dans le quartier est un bon critère pour implanter un espace de jeux pour les enfants. Cependant, cela ne satisferait qu’une seule génération, les enfants âgés au maximum de 12 ans. Les parents sont présents dans le but de les surveiller, ce n’est donc pas un moment de détente complète pour eux. Cet espace apporte de la verdure, de la convivialité, des rencontres et du partage mais qu’une seule tranche d’âge peut vraiment se divertir dedans. Il est donc possible de créer une aire de jeux mais elle ne doit pas être seule.

Square

La création d’un square peut être une des hypothèses envisageables. Un square est un espace vert généralement enclos de grilles et soumis à des horaires d’ouverture et de fermeture, les chiens y sont interdits. C’est un lieu ayant pour but principal la détente, il est très souvent très végétalisé, avec plusieurs espèces de plantes et arbres différentes. C’est aussi un espace de rencontre et de partage.

Très souvent, les squares ne permettent pas le passage, surtout lorsque l’on a un chien. C’est un espace clos dans lequel on vient pour se détendre, se donner rendez-vous, se sentir bien, en contact avec la nature, mais ce n’est pas un lieu pour se promener ou un passage agréable lorsque l’on veut rentrer chez soi. Le square n’est alors pas une solution pour ce projet car ne permet pas le passage et peut sembler être un obstacle à contourner sur notre chemin.

Jardin public

La dernière solution est un jardin public. Un jardin public est un terrain enclos, paysagé et planté destiné à la promenade ou à l’agrément du public. C’est un espace où l’on peut passer, accompagné d’un chien ou non. Il est aussi possible de se détendre et se divertir, pour toutes les générations, cultures et niveaux de vie.

L’option de créer un jardin public est la meilleure. Elle permet de regrouper un lieu de détente, de passage, de jeux pour toutes les générations, de regroupement, de rencontre, de rendez-vous et d’apprentissage. L’apport de verdure et de nature dans le quartier est alors important. Cela pourrait redonner une identité au Quartier de l’Agriculture et compléter le projet de la ZAC « Cœur de Ville » au Sud du quartier.

La réalisation d’un jardin public et de nouveaux logements

L’espace choisi

Dans la première partie de ce rapport, nous avons pu constater que le Nord du Quartier de l’Agriculture était délaissé de toutes activités et d’espaces verts. C’est pourquoi, cette partie de cette ZUS apparait comme un choix judicieux.

De plus, nous pouvons observer que le Nord-Ouest du quartier se retrouve à plus de 500 m des deux principaux parcs de la commune, le Parc Bettencourt et le Parc Sacco-et-Vanzetti, se situant dans la ZUS Val Notre-Dame. Les habitants et les usagers de cette zone doivent alors choisir entre l’un des deux parcs et marcher plus de 500 mètres, soit plus de 6 minutes environ, pour atteindre un espace vert. Créer un jardin public dans cette zone permettrait aux habitants d’avoir un espace vert de proximité, « en bas de chez eux » et aux parents venant chercher leurs enfants à l’école de pouvoir faire une pause pour laisser jouer les enfants et se détendre, eux mêmes, après leur journée de travail. En outre, pour des raisons de liaisons entre les parcs de la commune de Bezons, la zone citée précédemment se place dans l’espace situé entre ces deux espaces verts .

La partie bâtie du Nord-Ouest du Quartier de l’Agriculture est constituée de logements individuels privés, de logements sociaux collectifs ainsi que des établissements scolaires. Les logements sociaux étant importants pour la commune, qui souhaite les préserver, il est alors déconseillé de les démolir. Ils apportent, de plus, différents types de population car certains logements sont spécialisés pour l’accueil de personnes âgées. Les établissements scolaires sont aussi essentiels au quartier, permettant ainsi d’apporter une autre fonction que celle d’habiter et d’amener une population extérieure à celle du y habitant déjà. Démolir ces établissements n’est donc pas envisagés.

Ainsi, l’espace choisi pour la réalisation d’un jardin public et de nouveaux logements est situé dans le Nord-Ouest du Quartier de l’Agriculture, dans la zone entre les deux principaux parcs de la ville, permettant, de ce fait, de lier ces deux espaces verts entre eux par un troisième. En outre, cet espace n’est constitué que de logements individuels privés, évitant donc la destruction de logements sociaux et des établissements scolaires, essentiels aux quartiers et à la commune de Bezons.

Cet espace situé en face de logements pour personnes âgées et à proximité d’une école élémentaire et maternelle renforce la fonction de rencontre intergénérationnelle du jardin public. Les logements sont des maisons d’un étage datant des années 1940 – 1950 sans rénovations importantes faites depuis leur construction. Leur démolition ne sera alors pas néfaste au quartier et permettra un renouveau de cette zone.

Les règlementations s’appliquant à cet espace

L’espace choisi se situe en zone UG du Plan Local d’Urbanisme (PLU) de la ville de Bezons ainsi qu’en aléa faible d’instabilité des sols liés aux gonflements et retraits des argiles. Cela impliquant différentes règles d’aménagement.

Règles concernant le PLU

Le PLU énonce des règles d’urbanisme à respecter suivant les zones définies. Différents articles de la zone UG concernent donc la réalisation du projet. Ces articles sont :

✽ Article 1 : Occupations et utilisations du sol interdites :
► Les constructions et installations qui, par leur situation, leurs caractéristiques, leur importance ou leur implantation, seraient incompatibles avec la présence d’habitations ou susceptibles de porter atteinte à la salubrité ou la sécurité publique ;
► Les constructions et installations destinées à l’exploitation agricole ;
► Les constructions et installations destinées à l’industrie ;
► Les entrepôts ;
► L’ouverture et l’exploitation de carrières ;
► Les caravanes isolées et les campings de toutes natures, et les terrains de stationnement des caravanes ;
► Les installations classées pour la protection de l’environnement ;
► Les affouillements et exhaussements, décaissements et remblaiements des sols ;
► Les constructions nouvelles ou extensions d’établissements difficilement évacuables.
✽ Article 3 : Conditions de desserte des terrains par les voies publiques ou privées et d’accès aux voies ouvertes au public :
► Les accès doivent être adaptés à l’opération. Ils doivent présenter des caractéristiques permettant de satisfaire aux exigences de la sécurité, de la défense contre l’incendie et de la protection civile ;
► Les accès sur les voies ouvertes à la circulation publique doivent être aménagés en fonction de l’importance du trafic afin d’éviter toute difficulté et tout danger pour la circulation automobile, des cycles et des piétons ;
► Les constructions et installations nouvelles doivent être édifiées sur des terrains desservis par des voies ouvertes à la circulation publique présentant les caractéristiques suivantes :
• Correspondre à la destination de la construction,
• Permettre les manœuvres de véhicules lourds et encombrants tels que les véhicules d’ordures ménagères,
• Satisfaire aux exigences de sécurité, de défense contre l’incendie et de protection civile.
✽ Article 4 : Conditions de desserte des terrains par les réseaux publics :
► Toute construction qui requiert une alimentation en eau potable doit être raccordée au réseau de distribution d’eau potable ;
► Le raccordement au réseau collectif d’assainissement, lorsqu’il existe, est obligatoire pour toute construction ou installation nouvelle engendrant des eaux usées, dans les conditions définies conformément aux avis de l’autorité compétente concernée. Le raccordement doit respecter les caractéristiques du réseau public ;
► Pour toute construction principale nouvelle dont la superficie dépasse 250 m² de SHON, un emplacement doit être prévu pour accueillir les conteneurs de tri sélectifs ;
► En ce cas, la localisation et la taille de cet emplacement doivent être adaptés aux besoins et à une manipulation aisée des conteneurs.
✽ Article 6 : Implantation des constructions par rapport aux voies et emprises publiques :
► Les constructions doivent être implantées avec un retrait d’au moins 4 mètres de l’alignement ou de la limite qui s’y substitue ;
► Des saillies (balcons, auvents, corniches, marquises, …) peuvent être édifiées en surplomb de la marge de retrait, à condition que leur profondeur soit inférieure à 0,80 mètre.
✽ Article 7 : Implantation des constructions par rapport aux limites séparatives :
► Les constructions doivent être implantées
• sur une limite latérale ;
• Ou sur les deux limites séparatives latérales ;
• Ou en retrait des limites séparatives latérales, dans le respect des dispositions suivantes :
• La distance de tout point de la construction au point le plus proche de la limite séparative, comptée horizontalement, doit être au moins égale à la différence d’altitude entre ces deux points, avec un minimum de 6 mètres ;
• Pour les parties de constructions constituées d’un mur aveugle, comportant éventuellement des parties translucides, le retrait peut être rapporté à une distance de toute point de la construction au point de la plus proche de la limite séparative, comptée horizontalement, égale à la moitié de la différence d’altitude entre ces deux points, avec un minimum de 2,50 mètres.
✽ Article 9 : Emprise au sol :
► L’emprise au sol maximum des constructions ne peut excéder 40 % de la surface du terrain
✽ Article 10 : Hauteur maximale des constructions :
► La hauteur des constructions ne doit pas excéder :
• 9,5 mètres au faîtage,
• 7 mètres à l’acrotère.
• Article 11 : Aspect extérieur :
► Les volumes simples, les façades maçonnées et crépies, et l’usage du bois sont à privilégier ;
► Les couleurs des façades doivent être en harmonie avec la trame bâtie et paysagère environnante ;
► Les clôtures et portails sur rue doivent être implantées à l’alignement ;
► Les clôtures doivent être constituées d’un mur bahut, dont la hauteur ne peut excéder 0,60 m, surmonté d’un dispositif ajouré, de type barrières, haies, grilles, treillages, … Les clôtures édifiées en limites séparative peuvent également être constituées de murs pleins ;
► La hauteur des clôtures ne doit pas excéder 2,20 mètres.
✽ Article 12 : Stationnement :
► Il est exigé au minimum une place de stationnement par tranche de 40 m² de SHON, dans la limite de 2 places par logement ;
► Pour les constructions dont la superficie dépasse 250 m² de SHON
• Il est exigé au minimum 1 m² pour 100 m² de SHON pour le stationnement des deux-roues motorisés ;
• Des locaux fermés destinés aux vélos et poussettes doivent être aménagés au rez de-chaussée à raison de 2 m² pour 100 m² de SHON minimum.
✽ Article 13 : Espaces libres et plantations, espaces boisés classés :
► Les surfaces libres de constructions doivent être végétalisées (et non imperméabilisées) à raison d’au moins 1 arbre de haute tige par tranche de 200 m² ;
► Les aires de stationnement à l’air libre de plus de 3 places doivent avoir un aspect paysagé et être plantés à raison d’un arbre pour 100 m² de surface destinée au stationnement ;
► 50 % de la surface du terrain laissée libre de toute construction doit être non imperméabilisée.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Introduction
Partie 1 : L’agglomération Argenteuil-Bezons et ses zones urbaines sensibles
I. L’agglomération Argenteuil-Bezons, un territoire à l’aspect social fort
II. Les territoires les plus sociaux : les Zones Urbaines Sensibles
Synthèse
Partie 2 : Les enjeux d’une amélioration d’un cadre de vie
I. Les dispositifs d’amélioration du cadre de vie
II. Les principaux rôles des espaces verts en ville
III. Les enjeux de l’amélioration d’un cadre de vie
Partie 3 : L’amélioration du cadre de vie du Quartier de l’Agriculture
I. Les différents types d’espaces verts possibles
II. La réalisation d’un jardin public et de nouveaux logements
Conclusion
Bibliographie / Webographie
Index des sigles
Glossaire

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.