LA VIE ET LA MORT

LA VIE ET LA MORT

A.Les iraky (messagers)

La première chose à faire est l’envoi des iraky ou messagers. Les hommes dans le trañondahy désignent les garçons pour transmettre la mauvaise nouvelle aux membres de la famille qui habitent d’autres villages, comme les beaux-parents, les renilahy (oncles), les fati-drà et les amis.
En accomplissant cette mission, ” le messager doit se montrer essoufflé pour traduire l’importance et l’urgence du message afin que les familles avisées ne s’attardent pas à venir “, dit le professeur Eugène Régis  Mangalaza dans sa thèse de doctorat : ” Vie et mort chez les Betsimisaraka “.En effet, la mission de ces messagers ne concerne pas non seulement la famille issue du même lonaky habitant d’autres villages. Elle touche aussi les autres membres d’un autre lonaky à savoir, les lonaky du renilahy (beauxfrères du côté maternel) les bons amis et aussi les fati-drà.Puisque la mission est sacrée, la violation de cette mission entraîne une sanction sévère.Puisque la mission est sacrée car elle concerne une mort. En effet elle doit s’effectuer dans un moment bref et rapide, par suite, le messager ne doit pas dormir en route (iraky tsy mandry an-dala) et le message ne se transmet pas d’une main à autre (ary tsy afindra taña)Une fois la mauvaise nouvelle reçue, les membres de famille avisés rejoignent sans hésitation et sans faire attendre, le lieu du doby. Les nouveaux arrivants se dirigent vers le trañondahy pour faire leur visite de condoléances tout en présentant leur atofañapy (aide à apporter), tandis que les femmes se dirigent vers le trañombavy pour rejoindre leurs camarades. Puis, les hommes de l’ambatolava donnent (ou attribuent) à chaque groupe d’invités un torotraño (part de maison) .Les atofañapy (aides à apporter) soit en argent ; soit en nature (lamba, zébu) sont transcrites dans un cahier du lonaky pour etre comptabilisées efficacement en fin du doby. Le total de ces différents dons mobilisés (recettes et dépenses) sera communiqué publiquement au mpiray lonaky à la fin du doby. L’ensemble des dons et des fangala constitue les moyens finaciers mobilisés lors du doby. Entre temps, les hommes en deuil préparent tout le nécessaire au doby : ramassage du fangalà (ou isan-dahy (3), le bois sec de chauffage. Ces isan-dahy servent pour acheter le nécessaire pour le faha (1) des invités. Un bœuf est tué rituellement pour la nourriture tout simplement.

Les faha (nourritures)

Précédemment, il a été dit que le doby est un rassemblement de tous les hommes et des femmes lors d’un décès. Il constitue donc une mobilisation générale de tous les membres du clan endeuillé voire de toute la communauté villageoise. En effet, tout le monde s’arrête de travailler pour aller participer au doby. C’est le travail au champ qui est arrêté pour pouvoir accomplir un autre travail imputé par Zañahary aux humains qu’est la mort.
Tous les membres de la famille habitant d’autres villages plus ou moins éloignés viennent pour assister au doby. Par suite, dès qu’ils arrivent, ils présentent leurs condoléances aux hommes dans le trañondahy. Après les avoir présentées, ces nouveaux arrivants se dirigent vers la maison respective qu’on leur a attribuée (toro-traño). Ils ont chacun leur chambre selon leur lonaky d’origine. Une fois placés, on leur donne des faha. Et c’est à eux de s’organiser pour la préparation.
Les faha sont donc des aliments crus que les membres du lonaky en deuil doivent préparer pour ravitailler les zanaray (2) arrivés au doby. C’est donc un devoir pour les Antesaka de contribuer à ce rituel des faha.
Non seulement les faha qu’on fait pendant le doby sont un autre rituel caractéristique de la société antesaka, chaque foyer ou ménage apporte deux plats de repas cuits aux gens du doby dont l’un est destiné aux hommes dans le trañondahy et l’autre aux femmes dans le trañombavy. Ces plats de riz cuit apportés par chaque femme s’appellent les lahatry dont on verra les détails par la suite.

Guide du mémoire de fin d’études avec la catégorie Mort et économie : le maropiky

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre et consulter une liste des projets proposées cette année, vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe et ouvrir le fichier PDF ou DOC. Ce rapport complet, pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux, est classé dans la catégorie Le fampandroafaty (toilette funéraire) où vous pouvez trouver aussi quelques autres mémoires de fin d’études similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

LA MORT ET LE DOBY (RITES FUNERAIRES) CHEZ LES ANTAISAKA
RESUME ET LIMITE DU TRAVAIL
INTRODUCTION
PROJET DE PLAN DE THESE
PREMIERE PARTIE : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE
CHAPITRE PREMIER : LOCALISATION GEOGRAPHIQUE : CARTE DE LA REGION ANTESAKA
A. – Le climat
B. – Population et mode de vie
C. Le village et l’habitat.
CHAPITRE II : CADRE HISTORIQUE
A. La structure sociale de la société
B. La hiérarchie sociale et son organisation
DEUXIEME PARTIE : LA VIE ET LA MORT
CHAPITRE PREMIER ! GENERALITE SUR LA VIE ET LA MORT
QUELQUES NOTIONS SUR LA VIE HUMAINE
II. – La notion de vie selon les Antesaka
CHAPITRE II : LA MORT ET SES ORIGINES
I. – La mort suite logique de la maladie
II. – La mort résultat du mauvais sort jeté par les autres
III. – La mort comme destin venant de Dieu
IV. – La mort comme un fait social
TROISIEME PARTIE : DESCRIPTION DE LA MORT ET DU DOBY
CHAPITRE PREMIER : LA MORT
1. – Définition de la mort
2. – De la maladie à la mort
3. – Les préparatifs
A. – Le alaleotry (toilette prélimintaire)
B. – Le fampandroafaty (toilette funéraire)
C. – Le mampisiky (habillement)
D. – Les pleurs
CHAPITRE II : ORGANISATION DU DOBY (VEILLEE ET RITES FUNERAIRES)
1. – Définition du doby
2. – Les préparatifs
A. – Les iraky (messagers)
B. – Les faha (nourritures)
C. – Les lahatry (plats de riz cuit)
D. – Les voambato (lancement de pierres) et l’asa faty (veillée des morts)
E. – Les chants et danses
3. – Le hariasa ou l’enterrement
A. – Les préparatifs
B. – La sortie du défunt 4
C. – Le départ pour le kibory
D. – L’arrivée au kibory
E. – Le retour
F. – L’après hariasa
a. – Le mangala lohanakoho
b. – L’atitrandonaky et le tsanga pata
c. – Le fandalà (deuil)
d. – L’exhumation
G. – D’autres cérémonies mortuaires
a. – Le hazolahy
b. – Le velatry
c. – Mort et économie : le maropiky
CONCLUSION PARTIELLE
BIBLIOGRAPHIE
DOCUMENTS ANNEXES
AVERTISSEMENTS
LISTE DES INFORMATEURS
1. Ñ’ARETY EO AME TESAKA
1. LES MALADIES CHEZ LES ANTESAKA
2. ÑE DOBY NA FIAMBESA FATY
2. LE DOBY OU LA VEILLEE MORTUAIRE
3. FANDEFASA ÑE IRAKY
3. ENVOI DES MESSAGERS
4. E FANGALA SY ÑE ANTONY ANAOVANA AZY
4. LES COTISATIONS INDIVIDUELLES ET LEUR MOTIF.
5. ÑATOFAÑAPY
5. LES AIDES APPORTEES
6. ÑE RAVAKY
7. ÑE LAHATRY SY ÑE FAHA
7. LES NOURRITURES CUITES ET NON CUITES
8. E KITO
8. LES LAMENTATIONS RITUELLES
09. DIHY, BALY
09. LES DANSES, LES CHANTS
10. E kibory
10. LE TOMBEAU

Télécharger le rapport completRapport PFE, mémoire et thèse PDF

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.