La tuberculose problème de la santé publique chez les enfants

Régime de retraitement

Ce régime doit être obligatoirement utilisé en prise quotidienne dont deux mois avec cinq antituberculeux plus six mois avec quatre antituberculeux 2S [ERHZ] / 6 [ERHZ].
Le retraitement de la tuberculose doit être bénéficié d’une surveillance très stricte afin d’éviter l’émergence aux antituberculeux.
La surveillance quotidienne intensive de la prise de médicament doit durer huit mois. La prise de médicament doit avoir lieu devant le personnel de santé ou une personne accréditée.
Les patients toujours positifs, après cinq mois de retraitement doivent poursuivre leur traitement jusqu’à la fin du huitième mois. S’ils sont toujours positifs au huitième mois, ces patients doivent être adressés vers le centre de référence : Service de Pneumophtisiologie et Institut d’Hygiène Sociale (IHS) où ils pourraient bénéficier d’une mise en culture des expectorations et d’un antibiogramme.
Les cas à retraiter sont :
– les échecs :
Ce sont des malades qui sont « positifs à l’examen bacilloscopique des crachats » à la fin du cinquième mois de traitement ou à n’importe quel moment entre la fin du cinquième et la date de fin du traitement. Cette positivité doit être confirmée par une deuxième lame.
– les rechutes :
Ce sont des malades traités antérieurement pour une tuberculose active « déclarés guéris » en fin de traitement et chez lesquels on trouve « une bacilloscopie positive ».
– les reprises de traitement :
Ce sont des malades « perdus de vue pendant deux mois et plus » et qui reviennent avec une expectoration positive à l’examen de crachat sur un échantillon.
Une seule exception, le patient TPM (+) qui a suivi moins d’un mois de traitement : il est remis au régime standard de première ligne et dans ce cas, il est à réenregistrer dans la colonne « nouveau cas » (préciser en observation que c’est une reprise après moins d’un mois de traitement).

NB : Pour les TPM (-), il est exceptionnel d’avoir des retraitements, les cas de TEP à retraiter (également rares) sont confirmés par examen anatomopathologique des prélèvements biopsiques.
En cas de suspicion de rechute ou d’échec sur la tuberculose TPM (-) ou TEP, il faut, avant de décider, une mise sous traitement, avoir formellement écarté les autres diagnostics différentiels afin de faire supporter aux malades un traitement long et inefficace.

Traitement préventif

– Chimioprophylaxie:
Si un enfant de moins de 6 ans vit sous le même toit qu’un cas à frottis positif, il faut s’assurer que l’enfant n’est pas malade et lui donner une chimioprophylaxie durant 6 mois à l’isoniazide à la dose quotidienne de 5 mg/kg/j. Cette prophylaxie est aussi indiquée chez les sujets infectés par le VIH.
– Vaccination par BCG:
La vaccination par le BCG fait partie du Programme Elargi de Vaccination (PEV). Ce vaccin est administré le plus tôt possible dès la naissance.
Il est généralement admis que la vaccination par BCG procure une certaine protection (surtout chez les jeunes enfants) notamment contre les formes graves de la tuberculose comme la miliaire tuberculeuse et la méningite tuberculeuse. Le BCG semble capable de donner une protection correcte pendant environ 15 ans, s’il est administré très tôt en tout cas, avant la première infection (chez les jeunes enfants). La vaccination se fait par injection intradermique ou par bague.
– Diagnostic et traitement, guérison de TPM (+):
– Dépister prioritairement les tuberculoses pulmonaires bacillifères (TPM+), elles représentent la seule source d’infection par la mise en évidence de BAAR à l’examen direct.
–  Traiter les tuberculoses pulmonaires (TPM (+) de façon à stériliser les sources d’infection ; nous disposons des médicaments efficaces à condition qu’ils soient utilisés en respectent certaines règles, à Madagascar, le traitement antituberculeux est délivré gratuitement à tous les malades.
– Guérir tous les cas traités afin d’éviter l’émergence des sources résistantes difficiles à stériliser et à traiter.

Guide du mémoire de fin d’études avec la catégorie MEDECINE GENERALE

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre et consulter une liste des projets proposées cette année, vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe et ouvrir le fichier PDF ou DOC. Ce rapport complet, pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux, est classé dans la catégorie TUBERCULOSE GANGLIONNAIRE où vous pouvez trouver aussi quelques autres mémoires de fin d’études similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PREMIERE PARTIE : GENERALITES SUR LA TUBERCULOSE GANGLIONNAIRE CHEZ L’ENFANT
1- Définition
2- Epidémiologie
3- Rappel anatomo-physiologique du système lymphatique
4- Physiopathologie
5- Diagnostic
5.1- Diagnostic positif
5.2- Diagnostic différentiel
6- Traitement
6.1- Traitement curatif
6.2- Traitement préventif
7- Evolution
7.1- Sans traitement
7.2- Sous traitement
7.3- Surveillance
DEUXIEME PARTIE : ETUDE PROPREMENT DITE
1- Matériels et méthode
2- Résultats
TROISIEME PARTIE : DISCUSSIONS
SUGGESTIONS
CONCLUSION
REFERENCES
ANNEXES

Télécharger le rapport completRapport PFE, mémoire et thèse PDF

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *