La tactique de competence et d’intervention au bon fonctionnement de l’arrondissement

Mémoire de Maîtrise FACULTE DES LETTRES ET DES SCIENCES HUMAINES

Introduction générale
Choix de l’étude et de méthodologie
Première partie : HISTOIRE DE LA FORMATION ET STRUCTURE DE L’ARRONDISSEMENT 
Chapitre I : SITUATION ET MAITRISE DU MILIEU 
I.1. Présentation et étude du climat
I.1.1. La présentation
I.1 2. Le climat
I.2. Nature du sol, végétation et géomorphologie
I.2.1. La nature du Sol
I.2.2. La végétation
I.2.3. La géomorphologie
Chapitre II : CHOIX DE TULEAR PAR LE POUVOIR COLONIAL 
II.1. L’organisation de l’administration civile Française
II.2 L’ouverture d’un port de migration
Chapitre III : NAISSANCE ET PEUPLEMENT DE BETANIA 
III.1. L’ancienneté de la présence Makoa sur la côte Ouest
III. 1. 1. La cour du roi face aux Makoa
III. 2. L’installation de l’église face aux Makoa par les missionnaires chrétiens
III.2.1. Le progrès des églises à BETANIA
III 2.2. La localisation géographique
III.2.2.1. Betania avec son nom sacré
III. 3 Domination Makoa et installation des autres ethnies
III.3.1 Des implantations des sociétés malgaches de cultures
Chapitre IV : La délimitation administrative préalable 
IV.1. La tentative de la délimitation
IV.2 La tentative réussie pour la délimitation
Chapitre V : La population de Betania 
V.1. Le recensement de la population
V.2. La démographie
V.2.1. Une très forte natalité
V.2.2. Le problème de la mortalité
V.2.3. Une explosion démographique
V.2.4. Une croissance accélérée de la population Betania
V.2.5. La composition par sexe
V.2.6. La composition par âge
V.3. La répartition de la population dans la surface en question
V.3.1. Forme de déplacement et voie de communication
V.4. La vie économique
V.4.1. La société impose le commerce du marché
V.5. Un plan socioculturel
V.5.1. Les loisirs
V.5.2. Le nom du quartier
V.5.3. Le nom de l’activité
V.6 L’éducation
V.7. L’insécurité
V.8. La santé malsaine
Deuxième partie : LES DYNAMIQUES DES CONTRASTES 
Chapitre VI : notion des contrastes et problème de la croissance urbaine 
VI.1. Citadinité et Ruralité de Betania
VI.1.1. Une nouvelle vie de la société citadine
VI.2. Un plan juxtaposé
VI.3. L’identification des contrastes
VI.3.1. La résidence
VI.3.2. Diverses synthèses et causes de problèmes
VI.3.2.1 Insalubrité et mauvaise condition d’hygiène
VI.3.2.2. Insécurité et délinquance
VI.3.2.3. Manque des infrastructures et équipements publics
VI.3.2.4. Le domaine éducatif
VI.3.2.5 L’assainissement
VI.3.2.6. La jeunesse
VI.3.2.7. Le « fokontany »
Chapitre VII : Les problèmes de l’Habitat  
VI.1. Le mode d’occupation du sol par les constructions
VII.1.1. Les facteurs physiques
VII.1.2. Les facteurs humains
VII.1.3 La forme d’adaptation
VII.2 Les matériaux de construction
VII.2.1 Les maisons à élément juxtaposé
VII.2.2 Les maisons à cour
VII.3. Habitant et extension
VII.3.1. Les maisons en dur
VII.3.2. Les maisons en joncs
VII.3.3 Les autres types d’habitations
VII.3.3.1. La clôture des maisons
VII.4. La dimension des ménages
VII.5. La juxtaposition d’habitat
VII.6. L’accès au logement
VII.6.1. La construction
VII.6.2. L’accès au logement par voie de location
VII.6.3. La prise en charge
VII.6.3.1. Les secteurs (exclusifs)
VII.7. Le problème de l’hygiène
Chapitre VIII : LES INFRASTRUCTURES COLLECTIVES 
VIII.1. L’eau, élément de base
VIII.2. Les branchements privés
VIII.3. Rues et ruelles
VIII.4. Les voies de communication
VIII.5. Le transport
VIII.6. L’électrification
VIII.7. Le téléphone
Chapitre IX : L’ECOLOGIE
IX.1. La personnalisation des Tanalana
IX.1.1. Les dialectes à Betania de Tuléar
IX.1.2 Une partenaire religieuse
IX.1.2.1. La répartition des religions
IX.1.2.2. L’influence des religions
IX.2. Les influences sociales
IX.2.2. Ombiasy et guérisseurs traditionnels
IX.2.3. Les autorités locales
IX.2.4. Une association des jeunes
IX.2.6. L’alliance « ziva » (plaisanterie)
IX.2.7 Les funérailles
IX.2.8. Les jeunes (principalement militants d’un parti politique)
Chapitre X : Les activités dominantes  
X.1. L’Elevage
X.2. L’Artisanat
X.3. Vente et commercialisation des produits
X.3.1. Les commerces de la rue
X.4. La tarification
X.4.1. L’intervention par l’établissement des infrastructures
X.4.2. L’intervention par les prix de revient et par le régime des impôts
X.5. La composition professionnelle de cette population
X.6. Les revenus
X.7. Le bas niveau d’instruction
X.8. La place de l’enfant dans la société Betania
X.9. L’exploitation des enfants
Troisième partie : LA TACTIQUE DE COMPETENCE ET D’INTERVENTION AU BON FONCTIONNEMENT DE L’ARRONDISSEMENT  
Chapitre XI : LES PISTES D’ACTIONS 
XI.1. Les résultats d’analyse causale
XI.2. L’identification et réalisation
XI.3. Reconstitution de la ville et arrondissement
XI.4. Un nouveau plateau d’urbanisation
Chapitre XII : BETANIA ET SON ORGANIGRAMME 
XII.1. Des fokontany bien administrés
XII.2. La restructuration
XII.3. Un arrondissement cosmopolite
XII.4. La modernisation d’une architecte vie urbaine
XII.5. Une opération de sécurisation foncière si possible
Chapitre XIII : LES PROGRAMMES DE LUTTE 
XIII.1. La réduction de la pauvreté
XIII.2. L’évolution future des habitants de Betania sur les secteurs vétustes
XIII.3. La lutte contre la famine
XIII.4. La lutte contre l’exploitation des enfants
XIII.5. La Protection des mineurs
XIII.6. Diminution et autre forme nouvelle de la prostitution
Chapitre XIV : LA RENOVATION
XIV.1. Le Dina commence à institutionnaliser
XIV.2. Une rééducation individuelle mais une affaire de tous
XIV.3. La santé
XIV.4. La création d’un autre pôle de marche Betania est évident
XIV.5. Possession d’un Etat Civil informatisé à Betania
Chapitre X : L’ASSAINISSEMENT 
XV.1. L’eau
XV.2. Les ordures
XV.3. Les lieux d’aisance
XV.4. Un seul stationnement de pousses-pousses, charrettes et véhicules
XV.5. Les Intervenants
XV.5.1. Mairie et Etat
XV.5.2. Association et ONG
XV.6. Les suggestions
Conclusion générale

Rapport PFE, mémoire et thèse avec la catégorie géomorphologie

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe de Bestpfe.com et ouvrir le fichier pfe PDF ou pfe DOC. Ce programme spécifique est classé dans la catégorie reconstitution de la ville et arrondissement où vous pouvez trouver quelques autres mémoires géographie similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Actuellement, de plus en plus de gens sont prêts à partager leurs travaux pfe, mémoire, thèse.. avec les autres et ils ne veulent pas de compensation pour cela. Le rapport CONTRIBUTION A L’ETUDE GEOGRAPHIQUE SUR LES CONTRASTES DU 5 ème ARRONDISSEMENTest un rapport complet pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux.

HISTOIRE DE LA FORMATION ET STRUCTURE DE L’ARRONDISSEMENT

SITUATION ET MAITRISE DU MILIEU
Présentation et étude du climat
La présentation

23 degrés 21 minutes Sud, 43 degrés 41 minutes Est est située la ville de Tuléar, sur la côte Sud-Ouest de Madagascar. Entre les fleuves Fiherenana au Nord et Onilahy au Sud, en bordure du canal de Mozambique et à cheval sur le tropique du capricorne. Elle n’était pas avant la colonisation, en effet elle était dépourvue de traditions urbaines.
Au passage de la formation du peuplement, les nomades ou semi-nomades régnaient avec un mode de vie adapté au milieu rural semi-aride et à une agriculture de type extensif selon Johanna LEVY 1.
Le Sud-Ouest en question comprend les deux régions Sakalava du Menabe et du Fiherenana s’étendant de l’Onilahy à la région de Maintirano. Elle est considérée comme deux anciens royaumes d’ailleurs liés par une parenté à plaisanterie (ziva) SELON Jeanne DINA 2 . Les Masikoro et les Vezo forment deux ethnies autochtones de la région et le nom Toliara selon J. LEVY est attribué plus particulièrement au site occupé par les Vezo pêcheurs de mer. Cela permet dans le littoral les installations aux navires de commerce, empruntaient jadis le Canal de Mozambique, d’échanger leurs marchandises contre des esclaves et les bœufs.
Mahavatse, Tsimenatse, Besakoa et autres constituent les vestiges de ces villages Vezo aujourd’hui inclus dans l’espace urbain de Toliara.
Les agropastorales qui se situent à l’intérieur des terres de l’Onilahy à Mangoky forment par le pays Masikoro. A cela s’ajoutent des autres de la périphérie tels que Miary Tsongobory, Belemboka, Maromiandra et autres et donc en 1886, l’ensemble de ces villages comptait huit cent trente deux casés, soit deux mille habitants environs.
1 J. LEVY, Paris, 2002, p.65.
2 DINA J., Tana, 24- 28 sept 1996, p.96.

Le climat
Les précipitations

Le climat qui est tropical sec, est marque par la faiblesse des précipitations (500 à 800mm par an ) pour la région et même un peu de 400mm pour les environs immédiats de la ville et surtout par leur irrégularité intra-annuelle. On y trouve la classique opposition entre la brève saison des pluies de novembre à Mars et Avril-Mai (saison transitoire) et la longue saison sèche le reste de l’année. Les transitions inter-saisonnières sont brutales, les cyclones qui touchent en priorité la région de Morondava se font sentir certaines années jusqu’aux alentours de Toliara accentuant ainsi le caractère irrégulier des précipitations sur le long terme.
Tableau n°1: Les pluies enregistrées à Tuléar durant 3 années distinctes Mois Année
J F M A M J J A S O N D
1973-1982 75,41 101,33 35,54 19,91 12,61 15,11 7,13 4,76 11,12 15,46 35,6 12,74
1983-1992 76,63 58,69 45,04 21,91 9,08 10,69 5,51 4,77 3,91 6,85 19,07 68,99
1993-2002 97,7 85,31 34,85 9,7 13,94 5,08 2,63 3,95 2,54 5,82 31,11 52,28

Les températures

Les températures ont une moyenne annuelle de l’ordre de 23 à 24°C avec des maxima de 27°C en saison humide (de décembre à février ) et de minima de 19° à 20°C en saison sèche (juillet -août ). Les situations anticycloniques sont majoritaires avec comme conséquence des types de temps très peu variés, surtout pendant l’hiver austral. Le plus important de ces centres d’actions anticycloniques reste celui de Mascareignes, au Sud-Est de l’île.

Télécharger le rapport completRapport PFE, mémoire et thèse PDF

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *