La politique demographique et la lutte contre la pauvrete

Actuellement, Madagascar ne fait pas encore partie de ces pays très peuplés. Elle figure par contre parmi les pays sous développés ou en voie de développement. Le développement et la croissance économique d’un pays repose en premier lieu sur sa capacité à mobiliser ses ressources humaines : la population. Ainsi, une politique démographique est alors nécessaire pour pouvoir bien gérer et mobiliser cette ressource. De nombreux pays ont déjà élaboré leurs politiques démographiques en fonction de leurs objectifs de développement. Parmi eux il y a des pays qui comme Madagascar n’ont pas encore un problème de surpopulation. Pour cela, il y a ceux qui ne font que copier celles des autres, il y a aussi ceux qui essaient d’en avoir une propre à eux ; mais le point commun entre ces pays, c’est qu’ils croient tous qu’une politique démographique est nécessaire pour le développement. La préoccupation est majeure dans le problématique de la conséquence d’une croissance continue et non maîtrisée de la population. Ainsi différentes questions se posent : quel rôle joue exactement la population dans le processus de développement ? Ou en d’autre terme, quel est le poids de la politique démographie dans le développement d’un pays ? Répondre à ces questions nous conduit à analyser la relation entre la population et l’économie mais aussi à analyser les différentes politiques démographiques afin de pouvoir en élaborer une pour le pays.

LA POLITIQUE DEMOGRAPHIQUE ET LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE 

La pauvreté un état de manque et d’insuffisance qui empêche les hommes de vivre normalement en limitant leur capacité de satisfaire les besoins fondamentales. La notion de pauvreté est souvent utilisée par opposition au développement. D’où lutter contre la pauvreté revient à promouvoir le développement. Avant d’illustrer les différentes relations entre la croissance démographique et la croissance économique, faisons d’abord un état de lieu des situations économiques et démographiques du pays. Ces notions nous permettra de d’établir facilement la relation entre la croissance démographique et la croissance économique et ainsi le développement.

APERÇU SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET DÉMOGRAPHIQUE À MADAGASCAR

Tout le monde accepte facilement le fait qu’il y a une forte relation entre la population et le développement. Pour en analyser le cas de Madagascar, on va faire une vision synthétique qui permettre entre autre d’analyser la situation de faiblesse de son économie et la structure de sa population afin d’en conclure la nécessité d’un politique démographique.

La situation économique du pays

Madagascar est l’un des pays les plus pauvres du monde avec un taux de pauvreté générale de 69% , environ le deux tiers de la population vit sous le seul de la pauvreté de 1USD par jour. L’économie du pays est encore très faible et fragile. Malgré les quelques améliorations constaté entre 2002 et 2007, l’environnement économique s’est dégradé pendant la crise politique, au début mais qui est devenu économique et sociale, au début de l’année 2009. Comme dans tous les autres pays en développement, l’économie présente une structure particulière et propre à ces pays.

La structure de l’économie
L’analyse de la structure de l’économie consiste à analyser les différentes secteurs d’’activités dans l’économie. Le tableau suivant donne la part de chaque secteur d’activité dans le PIB ainsi que la population active employée dans chaque secteur.

Une économie traditionnelle dominée par l’agriculture
L’économie du pays est qualifiée de traditionnelle parce qu’elle représente la structure de l’économie des pays développés pendant les périodes d’avant la révolution industrielle .D’après le tableau, 80% de la population active travaille dans ce secteur qui regroupe dans son ensemble l’agriculture, l’élevage et la pêche. Et malgré cette proportion élevée de la population active, le secteur ne participe qu’à une raison de 29.2% dans le PIB et n’assure qu’à un taux de 2% dans la croissance de la valeur ajoutée . L’effectif élevée de la population s’explique par le fait que presque 70% de la population sont des paysans et vivent dans les campagnes et dans les zones rurales. On peut donc constater que l’activité ne génère pas du tout assez de revenu pour les paysans.

Pour l’agriculture, la faible productivité est due à la méthode de travaille qui est très traditionnelle. De plus, les moyens et outils sont aussi si vieux : les bèches ne sont plus efficaces pour retourner la terre qui est déjà desséchée par la sècheresse. Quant à l’élevage, elle n’est pas encore très développée vu que les paysans n’élèvent que pour la subsistance, et, dans les rares des cas, pour avoir un peu de revenu supplémentaire. Donc, on ne peut pas espérer avoir une production importante. De même pour la pêche, l’exploitation se fait encore de la même manière qu’il y a des siècles : deux hommes sur une petite pirogue à voile avec des maillets tissés à la main pour leur servir de filet. Il faut aussi noter que la plupart de la population qui travaille dans le secteur est sous-employée c’est-à-dire qu’il ne travaille qu’à un durée minime voire cinq à dix heures par jour et ils sont cinq à dix personnes à travail sur un petit lopin de terre. Toutes ces caractéristiques expliquent donc la faible production dans le secteur. Et en absence d’une intervention pour améliorer ces situations, la population rurale continuerait à s’appauvrir et leur situation futur se trouverait être encore plus pire qu’aujourd’hui.

Face à cette situation, des programmes et politiques ont étés mis en place à travers des différent projets . Et des effets positifs ont été déjà observés mais l’objectif est encore loin. Les paysans se trouvent encore dans la classe de la population la plus pauvre.

Un secteur moderne moindre et peu développé
Dans le secteur moderne, on veut surtout parler du secteur secondaire qui regroupe l’industrie et l’artisanat. Ce secteur, bien qu’il emploie un part minime de la population active, contribue par contre assez dans le PIB et apporte une part de 7% dans la croissance de la valeur ajoutée . Le développement de ce secteur favoriserait alors une croissance pour l’économie.

Pendant la deuxième République, Madagascar décide de promouvoir l’industrialisation par la promotion de l’investissement à outrances en créant des sociétés d’Etat. Mais le PAS a contraint le gouvernement à modifier sa politique et à privatiser ces sociétés qui étaient presque toutes à bord de la faillite à cause de la mauvaise gestion. Et le mauvais sort de ces entreprises ont rendus réticents ceux qui envisageaient d’investir dans le secteur. De plus, l’insuffisance de l’investissement limite la création de nouvelles industries. Par conséquent, ce sont les investisseurs étrangers qui investissent dans le secteur. Et il y a aussi la qualité des mains d’œuvre qui est souvent non qualifiée et mal, voire même, non formée. Du coup, les employeurs sont obligés de faire venir des spécialistes étrangers pour les machines. Ce qui explique alors la faible proportion de la population active dans le secteur. Les industries existant à Madagascar sont pour la plupart des industries de textiles plus les quelques uns dans l’agroalimentaire et dans la transformation des produits locaux.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
LA POLITIQUE DEMOGRAPHIQUE ET LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE
Chap. I : Aperçu sur la situation économique et démographique à Madagascar
Section 1. La situation économique du pays
Section 2 : La situation démographique de Madagascar
Chap. 2 : Appréciations des théoriciens
Section 1. Le malthusianisme
Section 2. Le populationnisme
Section3. La thèse d’Alfred SAUVY ou la thèse de l’optimum de population
Chap. 3 : La relation entre croissance démographique et la croissance économique
Section1. La croissance démographique, un obstacle pour la croissance économique
Section 2. La croissance démographique, un facteur de la croissance économique
QUELQUES IDEES SUR UNE MEILLEURE POLITIQUE DEMOGRAPHIQUE
Chap.4. L’utilité d’une politique démographique
Section 1 : L’origine de l’idée de politique démographique
Section 2 : La nécessité d’une politique démographique
Section 3 : Les différentes politiques envisageables
Chap.5. Etude du cas de Madagascar
Section 1. Les objectifs de l’Etat en matière de population et les politiques mises en œuvres
Section 2. Le MAP ou Madagascar Action Plan
Section 3. Critiques et recommandation
CONCLUSION
LISTES DES ANNEXES
ANNEXES
BIBLIOGRAPHIE

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *