La politique de change et l’analyse theorique du commerce exterieur

Malgré l’énorme potentialité économique, en particulier agricole, Madagascar demeure dominé par un capital marchand qui se valorise dans l’échange, et non par un capital productif se valorisant par la production. De nombreux obstacles limitent la monétisation des biens, des marchandisations de la terre et de la force de travail. Et dans un contexte instable et incertain, les producteurs privilégient l’extensif et la poly activité aux dépens d’économies de spécialisation et de la productivité. Aussi, dans cet univers risqué et incertain, la priorité est donnée à la sécurité alimentaire, à la couverture des risques et à l’assurance contre les aléas, les catastrophes.

LE CONCEPT DE TAUX DE CHANGE 

La réunion organisée à Washington à partir de 1939 sous l’égide de l’US Council on Foreign relations a abouti à la création du système de « libreéchange ». En effet, ce système de libre-échange était l’objet de la fameuse conférence de 1944 à Bretton Woods où furent fondés la Banque Mondiale et le Fonds monétaire international (FMI). Et à travers ce système, la position extérieure d’un pays est définie selon le solde entre ses avoirs extérieurs bruts (les créances qu’il détient sur l’étranger) et ses engagement extérieurs bruts (les créances détenues par l’étranger sur ce pays considéré).

DEFINITION DU TAUX DE CHANGE

Le taux de change nominal (ou le cours) d’une devise étrangère est le prix de cette devise en monnaie nationale.

Le taux de change effectif 

C’est le calcul d’un taux de change pondéré de la monnaie d’un pays par rapport à l’ensemble de ses partenaires. Cette pondération par rapport à chaque devise se fait en prenant en compte la proportion des échanges du pays concerné avec chacun de ses partenaires (ventilation géographique).

Le taux de change réel

C’est la notion permettant de cerner l’évolution de la compétitivité-prix d’un pays par rapport à un autre, en tenant compte à la fois de l’évolution du taux de change nominal et des mouvements de prix dans l’un et l’autre des deux pays considérés.

Le taux de change effectif réel

C’est la correction de chaque taux de change par l’écart de hausse des prix entre le pays considéré et ses partenaires, afin de rendre compte de l’évolution de la compétitivité-prix et change.

CARACTERISTIQUES DU MARCHE DES CHANGES

Le marché des changes est le lieu où s’échangent les devises entre elles ; c’est lui qui contribue à la détermination des prix des devises donc du taux de change.

Généralités sur le marché des changes 

A l’instar du marché monétaire, le marché des changes n’est pas localisé en un lieu précis. De plus, il est permanent (du fait de l’internalisation des systèmes financiers et des décalages horaires) et pratiquement intégré à l’échelle mondiale grâce aux nouveaux moyens de télécommunications. Les transactions peuvent donc se faire sur n’importe quelle place financière. Toutefois, pour que le marché des changes puisse déterminer librement les taux de change, il faut que les monnaies soient convertibles. Et, une monnaie est dite convertible dès lors que son détenteur peut l’échanger librement contre toute autre devise.

Généralement, on distingue la convertibilité totale et celle qualifiée de partielle.

Dans le premier cas, les transactions ne sont pas limitées, la banque centrale du pays considéré s’engage à garantir la libre circulation de sa monnaie et à la racheter à toute circonstance. Toutes les opérations et tous les agents économiques, résidents ou non-résidents, sont concernés par ces dispositions.

Dans le second cas, la convertibilité est limitée par des mesures règlementaires. Il s’applique pour l’essentiel à des pays en développement. Les restrictions imposées conduisent généralement à une segmentation du marché des changes qui débouche inéluctablement sur une pluralité des parités pour un même couple de monnaies. Soulignons que la convertibilité est souvent différente pour les résidents et pour les non-résidents.

Les opérations de change : les transactions 

Le dollar reste la devise principale puisqu’il intervient dans 87% de l’ensemble des transactions (sur 200% puisque chaque transaction fait intervenir un couple de devises). La Bri a pu estimer qu’en avril 2008, le montant quotidien des transactions traditionnelles (c’est-à-dire le comptant, le terme sec et les swaps cambistes) sur les marchés des changes avait atteint 1490 milliards de dollars contre 1190 milliards, trois ans auparavant et 800 milliards en avril 2002. Cependant, à taux de change constant, la part du dollar a légèrement décliné (76%). En termes de compartiments, le poids du marché comptant (spot) a décliné au profit du terme sec et des swaps cambistes. La croissance récente des dérivés (devises et taux) doit par ailleurs être soulignée.

La place de Londres est la place la plus active dans le domaine des transactions sur devises (32% du total), devant les Etats-Unis (18%), le Japon (18%), Singapour (7%), l’Allemagne (5%), Hong-Kong (4%), La Suisse (4%) et la France (4%).

Les acteurs sur le marché des changes 

En premier lieu, il est à signaler le rôle central des établissements de crédit qui constituent les « intermédiaires agréés » du marché des changes ; cela signifie qu’ils interviennent pour le compte de la clientèle (entreprises, ménages) mais aussi pour leur propre compte. Les opérations se font par :
– les comptes « Nostro » : les comptes que les banques possèdent à l’étranger ;
– les comptes « Loro », les comptes ouverts par les banques étrangères chez elles.
– les cambistes : exécutant les transactions de change. Au sein des banques, ce sont des agents spécialisés et qualifiés, parfaits connaisseurs du marché. En relation permanente avec les cambistes, d’autres banques ou d’autres intervenants sur le marché contribuent à la formation progressive des cours de change.
– les courtiers (brokers) : intermédiaires non obligatoires sur le marché des changes. Ils centralisent les ordres d’achat et de vente de devises et fournissent les cours pour lesquels ils font la contrepartie à l’achat et/ou à la vente.
– les entreprises : leur motivation principale est liée (en principe) au commerce extérieur et à leur stratégie en matière de placements de capitaux à l’étranger, qu’il s’agisse d’investissements directs ou de portefeuille, de prêts ou d’emprunts.
– la banque centrale : elle intervient sur le marché des changes dans un double objectif :

❖ Satisfaire les ordres de sa clientèle (trésor, banques centrales étrangères…) ;
❖ Contrôler et défendre la valeur de sa monnaie.

Lorsqu’une banque centrale intervient, elle se comporte comme un agent ordinaire, au sens où elle effectue des transactions : elle vend sa monnaie. Dès lors qu’elle ne souhaite pas la voir se déprécier davantage, à contrario, elle achète sa monnaie en cédant des devises puisées dans les réserves de change ou empruntées à une autre banque centrale, si elle cherche à enrayer sa dépréciation.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PREMIERE PARTIE : LA POLITIQUE DE CHANGE ET L’ANALYSE THEORIQUE DU COMMERCE EXTERIEUR
CHAPITRE I : LE CONCEPT DE TAUX DE CHANGE
Section I : DEFINITION DU TAUX DE CHANGE
Section II : CARACTERISTIQUES DU MARCHE DES CHANGES
Section III : LES PREVISIONS ET LES DETERMINANTS DES TAUX DE CHANGE
CHAPITRE II : L’ANALYSE THEORIQUE DU COMMERCE EXTERIEUR
Section I : THEORIE DU COMMERCE EXTERIEUR
Section II : L’INTEGRATION COMMERCIALE
Section III : LA POLITIQUE COMMERCIALE ET LES REGLEMENTATIONS INTERNATIONALES : le GATT
CHAPITRE III : L’INTEGRATION REGIONALE
Section I : LE CONCEPT DE L’INTEGRATION REGIONALE
Section II. ANALYSE THEORIQUE DE L’INTEGRATION REGIONALE
Section III. LES SYSTEMES D’INTEGRATION ECONOMIQUE
CONCLUSION PARTIELLE
DEUXIEME PARTIE : LE CHOIX MALAGASY DE LA POLITIQUE DE CHANGE
CHAPITRE I : CONTEXTE ET DIAGNOSTIC MACRO-ECONOMIQUE
Section I. L’ECONOMIE MALAGASY ET SES RESSOURCES
Section II : ANALYSE DE LA SITUATION MACRO-ECONOMIQUE
Section III : LA POLITIQUE ECONOMIQUE MALAGASY
CHAPITRE II : LA SITUATION MALAGASY DE LA POLITIQUE DE CHANGE52
Section I : POLITIQUE DES CHANGES FIXES
Section II : LA POLITIQUE DES CHANGES FLEXIBLES
Section III. L’EVOLUTION DU COMMERCE EXTERIEUR
CHAPITRE III : ANALYSE DE L’IMPACT DE LA POLITIQUE DE CHANGE SUR LE COMMERCE EXTERIEUR
Section I. LA POLITIQUE DE CHANGE ET L’EQUILIBRE INTERNE
Section II. LA POLITIQUE DE CHANGE ET L’EQUILIBRE EXTERNE
Section III : LA COORDINATION DES POLITIQUES ECONOMIQUES
CONCLUSION PARTIELLE
TROISIEME PARTIE : STRATEGIES D’APPOCHE D’UNE NOUVELLE POLITIQUE DE CHANGE SUR LE COMMERCE EXTERIEUR DE MADAGASCAR
CHAPITRE I : MADAGASCAR ET L’INTEGRATION REGIONALE
Section I. L’ENGAGEMENT DE MADAGASCAR DANS LES BLOCS REGIONAUX
Section II. ANALYSE STRUCTURELLE DES ECHANGES COMMERCIAUX DE MADAGASCAR
Section III. ANALYSE D’IMPACTS COMMERCIAUX DE L’INTEGRATION REGIONALE
CHAPITRE II : STRATEGIES D’APPROCHE D’UNE NOUVELLE POLITIQUE DE CHANGE
Section I : EFFORT DE PENETRATION SUR LE MARCHE DES PAYS PHARES
Section II : LE RENFORCEMENT DE LA STABILITE ECONOMIQUE
Section III : LA DIVERSIFICATION DE L’ECONOMIE
CHAPITRE III : PERSPECTIVES
Section I. L’INSTAURATION DES ZONES-CIBLES
Section II : LES NOUVELLES PISTES DE REGLEMENTATION
Section III : LA PARITE DES POUVOIRS D’ACHAT
CONCLUSION PARTIELLE
CONCLUSION GENERALE
BIBLIOGRAPHIE
ANNEXES

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *