La moto ambulance

La moto ambulance

Historique de l’ambulance

Toutes les époques furent confrontées au problème que constituait le transport d’un blessé ou d’un malade, particulièrement sur les champs de batailles qui jalonnent notre histoire. En 1590, sous le règne d’Henri IV en France, l’armée royale affecte du personnel au relevage et au transport des blessés. Il s’est agi de caissons d’artillerie, de mulets, de chariots, de bras, pas de matériel spécifique mais une simple reconversion momentanée des moyens de transport de marchandises.

Il faut attendre la fin de la révolution pour lire une ordonnance du Ministère de la guerre en date du 12 novembre 1792 déclarant ceci:”Le Ministre de la guerre prévient ses concitoyens qu’en exécution du décret de la Convention Nationale du 12 de ce mois, qui ordonne l’établissement aux armées de voitures couvertes et suspendues pour le transport des malades et des blessés. Les charrons et autres artistes sont invités àproposer, d’ici au 30 de ce mois inclusivement, des modèles de voitures qui réunissent la commodité des malades à la solidité de la construction. Tous les modèles seront examinés par le conseil de santé des hôpitaux militaires, assisté de plusieurs artistes et l’auteur du modèle qui sera préféré obtiendra une récompense de la somme de 2000 livres. Signé: Pache” Vingt-huit modèles furent étudiés mais, après trois mois de délibération, aucun ne fut retenu.

Deux ans plus tard, en 1794, le Docteur Dominique Larrey, chirurgien militaire et aide major dans l’armée du Rhin, de retour à Paris, propose dans le cadre d’une réorganisation du service de santé, la création d’ambulances volantes pouvant suivre les soldats jusque sur les champs de batailles et prendre immédiatement en charge les blessés. Toutes les armées d’Europe suivirent cet exemple et “l’ambulance de Larrey” évolua très peu au cours du siècle suivant. On appellait alors « ambulance» l’attelage chargé du transport des blessés vers le centre de soins puis « ambulance automobile» lorsque se répandirent les véhicules à moteur[3].

Historique de la moto ambulance

L’ambulance estl’attelage chargé du transport des blessés vers les centres de soins. Elle est appelée «ambulance automobile» lorsque se répandent les véhicules à moteur et « moto ambulance» lorsque se répandent les Motocyclettes[3] .

L’utilisation des MA remonte à la première guerre mondiale (1914-1918) où elles étaient dotées de brancard et souvent conduites par des femmes moins exposées que les hommes au combat, chargées de transporter les blessés des postes de premier secours vers les hôpitaux militaires proches du front (Iconographie 5).Pendant la deuxième guerre mondiale (1939-1945), les MA étaient surtout utilisées pendant les missions aéroportées, et permettaient d’aller chercher rapidement les blessés, et ensuite de les évacuer par avion (Iconographie 6). Des cyclo-ambulances ont été, en Inde, fabriquées pour évacuer rapidement et en position horizontale les malades du choléra déshydratés, et qui devaient recevoir une perfusion de lactate-ringer lors du transport vers l’hôpital (Iconographie7). En 1974, dans la région de Fada N’Gourma (Haute-Volta), deux volontaires de l’ONG «Frères des Hommes» (un médecin: Martin Schlumberger, et un technicien: Bernard Eichwald), constatant la difficulté qu’avaient certains malades ou blessés à se faire évacuer vers l’hôpital régional, eurent l’idée de couper une mobylette en deux, de rallonger la chaîne, et d’incorporer un madrier entre les deux parties, pour évacuer les malades couchés. Ce modèle appelé SBW, fut d’abord fabriqué à Ouagadougou (SBWO, Iconographie 8), puis un berceau métallique fut conçu et incorporé à la place du madrier (SBWl, Iconographie 9)[4], avant qu’un modèle, construit en France, après un calcul de résistance des matériaux, soit transporté à Bobo-Dioulasso, pour Volta Secours. Ce modèle a été mis en action à Moussodougou, près d’Orodara. C’est ce modèle (SBW2) qui a fait l’objet d’un documentaire en 1989 [4].

L’utilisation des MA dans la région sanitaire des Hauts Bassins remonte en 1990, avec la fabrication par Burkina Secours de MA, à partir de cadre de Peugeot 50, disponibles à l’usine de montage de Bobo-Dioulasso (SIFA). Ensuite on a utilisé des cadres YAMAHA puis JIANSHE en 1993, les cadres brancards étant fabriqués à Bobo (Iconographie10). Plus tard en 1998 suite à la Coupe d’Afrique des Nation (CAN) de football «Burkina 98», les motos ambulances qui servaient pour transporter des joueurs blessés sur les terrains de sport, ont été redistribuées aux formations sanitaires pour le transport des malades à travers le pays et donc dans cette région.

Des MA ont été aussi utilisées en Côte d’Ivoire pour évacuer des Burkinabès qui avaient été maltraités en 2000, vers le Ghana. Certains centres de santé de la région sanitaire des Hauts Bassins ont bénéficiés de MA grâce à des organisations caritatives: URGENCE AFRIQUE, FOUNDATION SUKA, PREMISS BB, PLNS BF.

PRESENTATION GENERALE DE LA REGION SANITAIRE DES HAUTS BASSINS

Données administratives

La Direction Régional de la santé des Hauts-Bassins épouse les limites de la région administrative. Elle s’étend sur trois provinces (le Houet, le Kénédougou et le Tuy) avec 33 départements, 33 communes (dont 03 urbaines et 30 communes rurales) et 493 villages [l].Avec le nouveau découpage, la commune urbaine de Bobo compte désormais 7 arrondissements. Il est à souligner qu’à la faveur de la mise en œuvre de la communalisation intégrale décidée par notre pays, l’opportunité est ainsi donnée aux différents conseils municipaux, d’organiser de façon autonome leurs communautés respectives en vue d’assurer leur propre développement (social, économique, sanitaire etc.) .

Données géographiques

La Région Sanitaire des Hauts Bassins se situe à l’Ouest du Burkina Faso entre Il °27 de la latitude Nord et 4°21 de la longitude Ouest. La région sanitaire est située au Sud du Il ° parallèle. Traversée à la fois par l’axe routier Abidjan – Ouagadougou et la voie ferroviaire Abidjan -Niamey, la région occupe une position géographique favorable aux échanges commerciaux. Elle couvre une superficie totale de 25 573 km2 soit 9,4 % du territoire national,Elle est limitée:

• au Nord par la DRS de la Boucle du Mouhoun ;
• au Sud par les DRS des Cascades et du Sud-Ouest;
• à l’Est par les DRS de la Boucle du Mouhoun et du Sud-Ouest;
• à l’Ouest par la République du Mali

Géo foresterie

Les plateaux dominent les unités topographiques. Leur altitude moyenne est de 300 m. Ils sont généralement entaillés par les cours d’eaux . Le Nord, le Nord – Ouest et la moitié du centre sont constitués de vallées marécageuses, de plateaux argilo latéritiques. L’Est de la région est constitué de plaines latéritiques, d’un  peu de sable argileux, de vallées colmatées d’argile, propices à la culture du coton (District Sanitaire de Houndé). Les sols ferrugineux peu lessivés sur matériaux sableux, sablo argileux représentent le groupe le plus important. Les sols hydro morphes se rencontrent dans la vallée du Mouhoun. Tous ces sols se caractérisent par leur richesse en oxyde et hydroxyde de fer et de manganèse, mais pauvres en calcium, potassium et phosphore. Cependant les sols bruns euthrophes tropicaux sont riches et très favorables aux cultures de coton, sorgho, maïs et manioc. La végétation de la région des Hauts Bassins est du type forêts claires avec des galeries forestières le long des cours d’eau. La région regorge plus de16 forêts classées reparties entre les provinces du Houet (09), et du Tuy (07) sur une superficie totale de 211.290 hectares, offrant des possibilités d’exploitation rationnelle des bois d’œuvre et de service. Un certain nombre d’espèces d’arbres sont traditionnellement conservées pour leurs avantages commercial, alimentaire tels que Karitier (Vitellariaparadoxa) – néré (Parkiabiglobosa) – Baobab (Adansoniadigitata), ) . Les spécificités sanitaires de cette géophysique sont: (i) les marécages constituent de véritables réservoirs du paludisme : (Banzon – Barna – Dandé – Vallée du Kou voire Bobo-Dioulasso) ; (ii) Les affluents et les galeries forestières constituent des gîtes de vecteurs pour l’Onchocercose, la Trypanosomiase, la Bilharziose, la schistosomiase, la fièvre jaune, la leishmaniose et les shigelloses.[l].

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
1. GENERALITES
1.1. La moto ambulance
1.1.1. Historique de l’ambulance
1.1.2. Historique de la moto ambulance
1.2. PRESENTATION GENERALE DE LA REGION SANITAIRE DES HAUTS BASSINS
1.2.1. Données administratives
1.2.2. Données géographiques
1.2.3. Données démographiques
1.2.4. Données économiques
1.2.5. Données socio culturelles
1.2.6. Partenaires intervenant dans la région
1.2.7. Organisation et fonctionnement de la DRS
II. REVUE DE LA LITIÉRATURE
III .OBJECTIFS
111.1. Objectif général
111.2. Objectifs spécifiques
IV. CADRE ET CHAMP DE L’ETUDE
IV.1.Le cadre d’étude
IV.2. Champ de l’étude
V. METHODOLOGIE
V.1. Le type et période d’étude
V.2. Population d’étude
V.2.1. Critères d’inclusion
V.2.2. Critères d’exclusion
V.3. Echantillonnage
V.5. Définitions opérationnelles
V.6. Collecte des données
V.6.1. Méthode et techniques de collecte des données
V.6.2. Instrument de collecte des données
V.7. Analyses des données
VI.CONSIDERATIONS ETHIQUES
VII. RESULTATS
V11.1. Caractéristiques des centres de santé
VI1.1.1. Nombre et répartition des centres de santé dans la région sanitaire des Hauts Bassins
VII.1.2. Nombre de centre de santé disposant de MA.
VI1.1.3. Le personnel de santé dans les CSPS
V11.1.4. Nombre moyen d’agents de santé selon leur profil dans les CSPS enquêtés
VI1.1.5. La fréquence des consultations dans les centres de santé
V11.2. Description des moto-ambulances dans les CSPS
VI1.2.1. Le nombre de MA livrées et non fonctionnelles
VI1.2.2. Répartition des MA selon le type
VI1.2.3. Répartition des MA leurs Sources d’acquisition
VI1.2.4. Durée d’acquisition des MA.
VI1.2.6. Le profil de conducteur de la MA
VI1.2.7. Formation du conducteur de la MA
VI1.2.8. Répartition des MA selon l’existence de motivation du conducteur
VI1.2.9. Répartition des MA selon la présence ou l’absence d’une mutuelle dans le centre de santé
VI1.2.10. Répartition des MA selon l’existence de mécanicien dans la localité siège du CSPS
VI1.2.11. Répartition des MA selon l’existence de pièces de rechange dans la ville siège du CSPS
VII.2.12. La répartition des MA selon l’existence du carnet de bord
VI1.2.13. Le nombre de MA en bon état mais « abandonnées» par des CSPS et qui auraient pu remplacer des MA non fonctionnelles
V11.3. Fonctionnalité des moto-ambulances dans les CSPS
VilA. Types d’utilisation des MA
VI1.4.1. Evacuation des malades: nombre d’évacuation annuelle par la MA.
VI1.4.2. Types d’évacuation de malades (domicile CSPS, CSPS CMA, CSPS CHR, Domicile Route
bitumée)
V11.5. Opinion des populations enquêtées sur les MA.
VI1.5.1. Utilité de la MA selon des enquêtés
VI1.5.2. Acceptation du coût de la MA
V11.6. Facteurs d’utilisation de la MA.
VI1.6.1. Selon les personnes interviewées
VI1.6.2. Etude de la fonctionnalité des MA
VI1.6.3. Etat de la MA selon le type
VIII. DISCUSSION ET COMMENTAIRES
VIII.1. Approche méthodologique
VIII.2. Limites et contraintes
VII 1.3. Caractéristiques des centres de santé
VII1.3.1. Nombre et répartition des centres de santé dans la région sanitaire des Hauts Bassins
VII1.3.2. Nombre de centre de santé disposant de MA.
VII1.3.3. Nombre moyen d’agents de santé selon leur profil dans les CSPS enquêtés
VII 1.3.4. La fréquence des consultations par les centres de santé
VillA. Description des moto-ambulances dans les CSPS
VII1.4.3. Répartition des MA selon le type
VII1.4.4. Répartition des MA selon leurs Sources d’acquisition
VIIlA.5.Periode d’acquisition des MA.
VII1.4.6. La survie de la MA
VII 1.4.7. Le Type de conducteur de la MA
VII1.4.8. Formation du conducteur de la MA
VII1.4.9. Répartition des MA selon la présence ou l’absence d’une mutuelle de santé
VII 1.4.1O. Répartition des MA selon l’existence de pièces de rechange
VII1.4.11. La répartition des MA selon l’existence du carnet de bord
V111.5. Fonctionnalité des moto-ambulances dans les CSPS
V111.6. Types d’utilisation des MA
VII1.6.1. Evacuation des malades: nombre d’évacuation annuelle par la MA.
VII1.6.2. Autres types d’utilisation
VII1.6.3. Acceptation du coût de la MA
VII!.7. Facteurs d’utilisation de la MA
VIII.7.1. Selon les personnes interviewées
VII1.7.2. Etat de la MA selon le type
VII1.7.3. Etat de la MA selon l’existence de carnet de bord
VII1.7.4. Etat de la MA selon l’existence de l’existence de mutuelle de santé
CONCLUSION

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.