LA GENÈSE DE L’EXPÉRIENCE DE CAPTIVITÉ

INTRODUCTION

  Lhistoriographie traitant de la Seconde Guerre mondiale est lune de celles que lon peut considérer comme très vastes. Il suffit de regarder rapidement un rayon de bibliothèque ou de librairie pour comprendre lengouement public et scientifique envers ce conflit. Pourtant, malgré la quantité impressionnante de publications sur le sujet, certains thèmes demeurent encore aujourdhui vierges ou peu défrichés. C’est le cas de lexpérience des prisonniers de guerre, et plus particulièrement celui des prisonniers de guerre canadiens-français.En effet, les études de niveau universitaire consacrées aux prisonniers de guerre ne sont pas légion, tout particulièrement dans le cas des prisonniers canadiens-français incarcérés en Allemagne. Pourtant, selon Anciens Combattants Canada, cest environ 9000 Canadiens qui sont capturés durant la Seconde Guerre mondiale, tous corps darmées confondus, et majoritairement internés en Allemagne nazie l . De ce nombre, 1 946 sont capturés à loccasion du débarquement de Dieppe et un peu plus de 26% dentre eux sont des soldats canadiens-français2• Ces chiffres démontrent que la petite histoire des prisonniers de guerre canadiens-français représente un aspect à ne pas négliger de la grande histoire de la Seconde Guerre mondiale et du Québec en général.C’est précisément sur ce sujet que porte le présent mémoire de recherche.Le premier chapitre est consacré d’abord à notre problématique puis aux moyens d’enquête et à la méthodologie que nous avons privilégiée dans cette étude. Le deuxième chapitre présente les individus faisant partie du groupe témoin, leur capture, l’étape du transport et larrivée au camp de prisonniers. Le troisième chapitre aborde la captivité sous laspect physiologique et il y sera question de lalimentation et de l’hygiène. Finalement, le quatrième chapitre sintéresse à la réalité sociale en traitant des relations interpersonnelles qui sétablissent dans le camp ainsi quau quotidien et aux loisirs disponibles.

Donatien Vaillancourt

  Donatien Vaillancourt est né le 2 avril 1917 dans la ville de Browsburgh (comté dArgenteuil). Il senrôle à Montréal le 30 septembre 1939 à l’âge de 22 ans et il participe au raid de Dieppe alors quil est aussi caporal pour les FMR. Il nous confie quil avait de lappréhension face à cette manœuvre militaire, car il naimait pas le fait quelle soit reportée et que les hommes soient tous mis au courant, causant ainsi possiblement des fuites au profit de lennemi. Malgré tout, il débarque sur les plages de Dieppe le 19 août 1942. Selon lui, les hommes nont pas peur de mourir, mais dêtre blessés. À ce sujet, le témoin se souvient dun jeune soldat qui semble être clairon pour les FMR qui refuse la communion avant lopération en disant au padre : «Passe ma ration aux autres». Lors du déroulement sanglant du raid sur Dieppe, Vaillancourt mentionne que lui et des camarades ont vu ce jeune homme mortellement blessé à la mâchoire et faisant de grands signes de croix en lair avec ses bras. Cette scène aurait fait pleurer le caporal Vaillancourt et ses camarades, car ils voyaient bien que, selon  eux,le jeune garçon: «avait réalisé le chemin à prendre pour lautre vie I l . >> Il mentionne également que pendant les combats et après, la vue des blessés était très difficile à supporter: «Quand on voyait un gars blessé, on narrachait 12.» Le témoin «pense se souvenir» que ,le commandant aurait donné lordre de se «rendre prisonnier» quand il serait Ilh. Ils ont donc le temps de détruire leurs armes en enlevant la culasse et en la lançant, même chose pour les munitions. Les hommes savent que la marine ne peut plus revenir les chercher, car ils ont pris trop de temps à évacuer les blessés. À ce moment, précise le vétéran Vaillancourt, quand les hommes savent quils vont devenir prisonniers dans 25 minutes, cest la peur. Ils pensent que cest à leur tour de subir le «questionnage», le «fouettage» et toutes les atrocités quils ont entendues de la part des Anglais au sujet des Allemands. Ils savent bien que ceux qui risquent davantage dêtre victime des interrogatoires musclés sont les officiers, mais le témoin précise: «Quimporte, on avait peur pareil, être pris prisonnier. 13» Ils marchent jusquà lhôpital qui est situé à un quart de mile doù ils sont. À chaque avion qui passe au-dessus de leur tête, les pnsonmers ont le réflexe de ducker l4 . Les Allemands informent les prisonniers de la présence de grosses croix rouges peintes sur le toit des bâtiments, empêchant ainsi les Anglais de bombarder cet endroit.

Le transport vers le camp de prisonniers.

  Cette section veut présenter les aspects qui caractérisent ce transport vers le camp de prisonniers. Nous y verrons la diversité dans la façon de déplacer les nouveaux captifs et le fait que cette étape, tout comme la capture, a de nombreux impacts sur l’expérience de captivité à la fois au niveau physique et psychologique. Parmi les facteurs qui influencent le transport, le premier est inévitablement le lieu de la capture. Bien qu’un réseau très étendu de camps de prisonniers couvre l’ensemble des districts militaires allemands (Wehrkreis), la possibilité qu’un camp soit à proximité des lieux de capture demeure très aléatoire. Dans les dix cas qui nous intéressent, il sera systématiquement nécessaire de transporter les prisonniers sur des distances assez importantes. Dans le cas des prisonniers capturés à Dieppe, le trajet vers les camps de prisonniers sétire sur environ 914 kilomètres pour les officiers qui se rendent à lOflag VII-B à Eichstatt et 1428 kilomètres pour les sous-officiers et les simples soldats qui se rendent au Stalag VIII-B à Lamsdorë3. À noter que ces distances sont évaluées selon un tracé routier actuel. Il est difficile pour nous détablir les routes ferroviaires qui sont utilisé à l’époque, ainsi ces donnée demeurent approximatives et à titre dinformation. De plus, ces distances ne tiennent pas compte des transferts de camps qui seffectuent au cours de la captivité pour plusieurs témoins. En ce qui concerne le Pilot Officer Lamontagne, il est transporté des alentours dAmsterdam vers le Dulag Luft 1 situé à Oberusel en Allemagne pour le questionnement et est ensuite transféré au Stalag Luft III près de Sagan en territoire polonais. Tout cela représente environ 1086 kilomètres. Comme  nous lavons mentionné plus haut, ces distances sont frappantes par leur longueur.Ayant à être déplacé systématiquement sur environ 1000 kilomètres, le prisonnier de guerre se trouve plongé dans un territoire géographique dont il ignore à peu près tout,perdant ainsi une bonne partie de ses repères. Cette perte de repères sème inévitablement la confusion chez les prisonniers, ce qui contribue à augmenter leur insécurité et leur vulnérabilité. Aussi, cette pratique représente un bon moyen de prévention contre les évasions, car des captifs brisés et dociles sont moins enclins à donner du fil à retordre aux gardes.

L’arrivée au camp de prisonniers

  Dernière étape avant ladaptation à une existence derrière les barbelés, larrivée dans cette enceinte de captivité mérite dêtre analysée. Se situant encore au tout début de la captivité et étant fortement tributaires de la capture et des transports, nous avons décidé den parler dans ce chapitre plutôt que dans le suivant, qui portera exclusivement sur les aspects thématiques de la vie dans les camps. Deux éléments sont essentiels à prendre en considération. Il sagit dabord des premières impressions des témoins lors de leur arrivée sur place et ensuite leurs souvenirs concernant les formalités administratives au travers desquelles ils doivent passer. Nous ciblons ces éléments, car ils sont situés chronologiquement dès larrivée et ils marquent une étape charnière entre le statut de «militaire capturé» et celui réellement officiel de prisonnier de guerre.

Les formalités administratives du camp

  Il convient maintenant de nous intéresser aux formalités administratives du camp imposées aux captifs dès leur arrivée. Comme nous lavons mentionné plus haut, ces formalités marquent véritablement la charnière entre la captivité et le statut officiel de prisonnier de guerre du Reich allemand. Le déroulement de ces procédures consiste en gros à faire la queue afin de pouvoir être identifié, photographié et immatriculé par les responsables du camp de prisonniers.Le groupe témoin fournit plusieurs souvenirs intéressants concernant ce passage au travers des formalités administratives des camps allemands. Ces souvenirs, parfois très courts, parfois plus détaillés, dépeignent une situation qui, encore une fois, sillustre par son ambivalence. Le capitaine Gravel se souvient que les Allemands les ont envoyés «faire prendre leur portraie6.» Après cela, faisant allusion au fait qu’il possède toujours,lors de l’entrevue, sa fiche remplie par les autorités allemandes (Personalkarte), le vétéran Gravel lance tout haut et avec verve: «Mon numéro 4028 77!» Il sagit là du numéro de référence qui lui est donné lors de limmatriculation et sous lequel il est désormais identifié par les autorités allemandes en tant que prisonnier de guerre. Fait intéressant, la Personalkart/ 8 du capitaine Gravel mentionne à la case «Nationalité» (Staatstangehôrigfeit) quil est un Canadien français (Frz.Kanadier). Ce document nous démontre que dans le processus dimmatriculation des prisonniers, les autorités Allemandes savent (ou sont mis au courant) de cette distinction nationale au moins en ce qui concerne le cas de Grave179• Nayant pas à notre disposition dautres fiches didentités, nous ne pouvons affirmer si cette précision administrative est courante ou si linformation est donnée justement par les prisonniers lorsquils sont questionnés. Nous reviendrons plus bas sur limpact de ce processus dimmatriculation sur les nouveaux prisonniers. Le sergentmajor Dussault corrobore ces informations en mentionnant sêtre fait photographier et ensuite davoir reçu un «tag» de prisonnier de guerre. Il mentionne ensuite que tous les prisonniers capturés à Dieppe sont envoyés dans le même enclos, et ce, peu importe leur nationalité8o• Le caporal Maurice Jolicoeur met de côté les aspects plus administratifs de son arrivée et traite plutôt des procédures de nature hygiénique. Il se souvient dêtre envoyé à linspection afin de vérifier sil a des poux ou des puces. À propos de cette procédure, il affirme: «ça cest normal, toutes les armées font ça. Une douche pis ils  nous ont dirigés dans le grand camp pis envoyés dans chaque baraque, 225 par baraque.»

La santé et les maladies

   Lhygiène et la santé sont deux thèmes qui vont souvent de pair. Nous croyons quil convient également de les unir dans notre analyse. Au cours des pages précédentes, nous avons pu voir comment les captifs prennent en charge la salubrité de leur corps, mais également celle des lieux quils habitent. Bien souvent, les motivations derrières de tels comportements sont générées par un désir de préserver la santé de sa personne et celle de ses camarades. Nous chercherons dans les pages qui suivent à déterminer quels sont les problèmes de santés ou les maladies qui menacent le plus souvent les prisonniers. Nous tenterons aussi de déterminer dans quelle mesure il y a une prise en charge médicale disponible aux captifs et comment cette dernière sopère. En ce qui concerne les problèmes de santé, il convient de préciser avant tout que les prisonniers que nous étudions sont pour la plupart de jeunes hommes en bonne santé. Pour eux, les dangers de la maladie sont présents, mais moins menaçants que pour des individus âgés ou bien préalablement malades. Le capitaine Gravel précise par rapport à cela quil na connu aucune situation de maladie grave: «Bin honnête là, j ai pas connu personne parce quon était toutes 23-24-25 ans. Quand même quon mangeait pas on était pas malades de rien I69.» Le caporal Dumaine définit la population captive sensiblement de la même façon quand il nous dit: «On était jeune, on était en bonne santé, on était «toughS»170! » Jacques Cinq-Mars tient une position plus pessimiste face aux maladies dans le camp. Il parle des problèmes de santé ainsi : «ça on avait peur de ça. Fallait pas être malade… si t’étais malade tu mourrais, cest toute 17lPlus loin il aJoute: . «LIe es p us lortS passaIent . a, travers 172.» Nous avons questionné nos témoins concernant les problèmes de santés auxquels ils doivent faire face durant leur captivité. Leur réponse regroupe des situations vécues par eux-mêmes, mais également celles qui frappent d’autres prisonniers et qui marquent leur mémoire. Le soldat Émond y va ainsi: «J’ai jamais été malade. La seule maladie c’est quand j’me suis fait piquer par une bébitte 173.» Il mentionne également que d’autres prisonniers peuvent avoir des «ptits bobos», mais sans plus selon ses souvenirs.Donatien Vaillancourt nous parle du temps où les prisonniers du FMR sont ligotés. Les effets sur la santé dune telle pratique sont doubles dans le témoignage de ce dernier.D’abord, les cordes irritent la peau et comme elles sont partagées entre les prisonniers au fil des jours, elles propagent l’impétigo 174. Aussi, la posture forcée dans laquelle se trouvent les prisonniers ligotés déforme les épaules en les repliant vers le torse. Le témoin mentionne malgré tout qu’une fois la pratique des cordes arrêtée, ces problèmes de santé cessent et ne semblent pas avoir dimpacts ultérieurs 175. En plus de ces situations, Vaillancourt se souvient davoir une infection dans une oreille. Jacques Cinq-Mars fait mention des problèmes de santé suivant: «Bin la grippe, moi j ai pogné des mals de gorge...euh…cest ça 176Il nous explique que ces problèmes peuvent être dangereux, car sans médicaments pour les soigner la situation peut empirer et devenir un sérieux problème177. Jacques Nadeau indique quil a attrapé deux fois la «va-vite» (diarrhée) durant sa captivité et quil a dû se faire arracher une dent 178• Pour sa part, Maurice Jolicoeur ne semble pas avoir été trop inquiété de problèmes de santé: «Un p’tit rhume cest toute, presque trois jours. Pis avec tout ce qui avait alentour j’ai pas été malade une fois. <Simon Leduc: Pas une fois?> Toussé un peu…y en a dautres...poumons malades, qui avaient de la misère, ça dépendait de la constitutionI .»

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

LISTE DES CARTES
INTRODUCTION 
CHAPITRE 1- DEVIS DE RECHERCHE
1. La problématique de recherche
1.1 Présentation du sujet de recherche
1.2
État de la question, bilan de la production scientifique
1.3
Objet de recherche, questions et hypothèses de recherche
2. Les moyens d’enquête 
2.1 Présentation des sources
2.2 Critique de la valeur scientifique des sources
3. Les méthodes et stratégies de recherche
3.1 Le plan de travail, les dimensions de l’étude
3.2 La collecte des données
3.3 L’analyse de l’information
CHAPITRE 2
LA GENÈSE DE L’EXPÉRIENCE DE CAPTIVITÉ
1. Les événements avant l’arrivée au camp de prisonniers
1.1 La capture

1.2 …et ses impacts
1.3 Le transport vers le camp de prisonniers
2. L’arrivée au camp de prisonniers

2.1 Les premières impressions des captifs
2.2 Les formalités administratives du camp

CHAPITRE 3
UN JOUR À LA FOIS DANS LE CAMP 
1. L’alimentation comme élément central de la captivité
1.1 Que mangent les prisonniers?
1.2 Les rituels de la table 

1.3 Les stratégies alimentaires
2. L’hygiène et les maladies
2.1 L’hygiène des corps
2.2 L’hygiène des bâtiments
2.3 La santé et les maladies

CHAPITRE 4 – LES SOCIABILITÉS DERRIÈRE LE BARBELÉ 
1. Les relations interpersonnelles dans le camp 

1.1 Les relations entre prisonniers de guerre

1.2 Les relations avec les gardes 

2
. Le quotidien et les loisirs 
2.1 Les loisirs physiques

2.2 Les loisirs de l
esprit
3. La libération

CONCLUSION

ANNEXES

BIBLIOGRAPHIE

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.