La fonction du travail dans la dialectique de la valeur d’usage et la valeur d’échange

Mémoire de maîtrise lettres et des sciences humaines et sociales

Introduction générale
Première Partie : LE STAUT ONTOLOGIQUE DU PROCES DU TRAVAIL 
Chapitre I : La condition Subjective du Procès de travail
Chapitre II : La condition Instrumentale du Procès de travail
Chapitre III : La condition Objective du Procès de travail
Chapitre IV : La condition Mixte du Procès de travail
Deuxième Partie : TRAVAIL ET MARCHANDISE 
Chapitre I : La fonction du travail dans la dialectique de la valeur d’usage et la valeur d’échange
Chapitre II : travail et valeur
Chapitre III : Echange et fétichisme de la Marchandise
Troisième Partie : DE LA DISLOCATION DU STATUT ONTOLOGIQUE DU TRAVAIL A L’EXPLOITATION DE L’HOMME PAR L’HOMME 
Chapitre I : Accumulation primitive et transformation de la subjectivité humaine en marchandise
Chapitre II : Force de travail et exploitation de l’homme par l’homme
Chapitre III : travail et aliénation
Conclusion générale

Rapport PFE, mémoire et thèse avec la catégorie philosophie

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe de Bestpfe.com et ouvrir le fichier pfe PDF ou pfe DOC. Ce programme spécifique est classé dans la catégorie transformation de la subjectivité humaine en marchandise où vous pouvez trouver quelques autres mémoires similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Actuellement, de plus en plus de gens sont prêts à partager leurs travaux pfe, mémoire, thèse.. avec les autres et ils ne veulent pas de compensation pour cela. Le rapport  L’EVOLUTION CONCEPTUELLE DE LA NOTION DE TRAVAIL A TRAVERS LE LIVRE PREMIER DU CAPITAL DE Karl MARX est un rapport complet pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux.

Echange et fétichisme de la marchandise

Il a été affirmé dans le Capital, livre I, que dans le capitalisme, le marché qui est une institution humaine apparaît comme une loi devant laquelle les individus s’inclinent comme devant un fétiche. Soumis à lui comme par un ordre naturel, ils aliènent leur capacité de se concrétiser, ils se trouvent réifiés, choses parmi les choses, ne percevant que des rapports entre marchandises là où il s’agit de leurs relations entre leurs travaux. De ce fait, le fétichisme se définit comme étant une pratique qui consiste à transformer un objet ou un animal en fétiche.
Le fétichisme est donc cette chose à laquelle on attribue une propriété magique, mystérieuse, sinon divine. La chose dont il est question ici est la marchandise. La marchandise est cette chose devenue fétiche dans le mode de production capitaliste.
L’opacité, la magie, la mystification sont des critères fondamentaux du fétichisme. Celui- ci permet à Marx d’expliquer le mode de production capitaliste défini comme système. Par cette explication, Marx manifeste le fait que les agents économiques n’appréhendent l’économie qu’à travers les phénomènes d’échange. Cette appréhension produit une illusion générale en ce qui concerne la nature de la valeur et de toutes ses formes dérivées. Cependant, dans la relation de l’échange marchand, la valeur d’une chose apparaît comme une qualité naturelle de cette chose ou comme un rapport entre deux choses. C’est la raison pour laquelle le fait que c’est un rapport social qui est constitutif de la valeur, est dissimulé à la conscience.

TROISIEME PARTIE DE LA DISLOCATION DU STATUT ONTOLOGIQUE DU TRAVAIL A L’EXPLOITATION DE L’HOMME PAR L’HOMME

Accumulation primitive et transformation de la subjectivité humaine en marchandise

D’une manière plus évidente, il a été démontré pour Marx, que le travail est un procès qui se constitue à partir de l’unité organique de la condition subjective et de la condition objective. La condition subjective montre que l’homme, avec toutes ses dimensions, forme le sujet de toute activité de production. Les conditions objectives sont constituées par l’objet, l’instrument et le produit du travail. Il a été démontré aussi que c’est un procès qui traduit un concept d’échange entre l’homme et la nature (son corps non organique). Définie comme ensemble de forces naturelles transformé en organisme humain, la force subjective agit sur la substance extérieure à l’homme. De la même manière, il a été montré que c’est dans cette action que la nature se convertit en nature humaine. Non seulement cela, mais l’homme ne développe ses facultés que dans la mesure où il transforme la nature. C’est de cette façon que l’œuvre en tant que nature humanisée représente la réalité humaine devenue naturelle et la réalité naturelle humanisée, et que c’est dans cette condition que la nature humaine acquiert une qualité sociale qui représente la valeur d’usage. Elle représente aussi l’unité substantielle qui vient de l’homme et de la matière qui vient de la nature. En tant que produit de l’échange organique vital entre l’homme et la nature, elle est une osmose originelle, primordiale entre la subjectivité vivante et la nature.

Force de travail et exploitation de l’homme par l’homme

Il a été démontré dans le Capital que la force de travail est « un ensemble des facultés physiques et intellectuelles qui existent dans le corps d’un homme, dans sa personnalité vivante, et qu’il doit mettre en mouvement pour produire des choses utiles. » Faisant partie de l’ensemble des éléments qui concourent à la production, la force de travail n’est pas seulement la force musculaire, le travail met en jeu aussi les connaissances, le savoir faire, l’intelligence, etc…, comme dit Marx « toute la personnalité vivante » qui s’y développe ou s’y mutile. La notion de force de travail n’implique pas une conception limitative de l’activité productrice. Elle souligne seulement que cette activité n’est pas la seule activité des hommes. Des trois composantes des forces productives, c’est-à-dire l’objet de travail et les moyens de production, c’est la force de travail qui est l’élément déterminant et cela quel que soit le niveau de développement technique.

Télécharger le rapport completRapport PFE, mémoire et thèse PDF

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *