LA FILIERE RIZ AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT

Forte augmentation de la population mondiale

                L’utilisation des différents modes contraceptifs et l’évolution de la technologie dans le domaine de la médecine limitent la naissance et la mortalité. Selon les experts, la surpopulation ne menace plus. Néanmoins, la population ne cesse d’augmenter à un rythme très élevé. En effet, la planète augmente de 78 millions d’habitants par an (environ 1.2% par an). En 2000, nous étions 6milliards et l’Organisation des Fonds Alimentaires (FAO) estime qu’en 2050, nous atteindrons 9 milliards dont 80% se trouvent dans les continents du Sud. Pourtant, selon Malthus : « la famine et la pauvreté augmenteront dans les mêmes proportions que la population». Henri Wang, Directeur de l’UCR, précise que « La population mondiale augmente, les superficies cultivées diminuent. La situation actuelle est influencée par une baisse des stocks mondiaux de riz l’an passé ».

Situation géographique et démographique

              Le climat malgache est tropical le long des côtes, tempéré à l’intérieur des terres, aride au sud. La diversité climatique de Madagascar lui donne une grande possibilité de diversifier ses activités agricoles : agriculture, élevage, pêche et aquaculture et de développer la culture du riz. Toutefois, les risques naturels sont fréquents et les cyclones sont périodiques, ce qui limite la production. La Grande Ile s’étend sur 587051 km2. Elle dispose d’une grande superficie cultivable dont une grande partie reste encore inexploitée et sous-exploitée, 8millions d’hectares, dont seuls 1.330.000 ha sont cultivés en riz. La texture de sols malgache convient à différents types de culture et est favorable à la riziculture. La population de Madagascar, estimée à 17 885 000 en 2005, est essentiellement rurale (75%) avec un taux de croissance annuel moyen de 2.9% et une population active de 52%. Vu le nombre de la population, la Grande Ile dispose d’une force de travail assez suffisante pour le développement du secteur agricole qui occupe 2 394 000 de la population dont 90% cultivent du riz. La riziculture est donc un secteur important dans la mesure où plus de la moitié vivent d’elle. De plus, elle assure presque la totalité de la consommation.

Les différents types de riz à Madagascar

               Il existe plusieurs dénominations de riz à Madagascar, une variété de riz peut avoir des noms différents selon les régions. Cependant les experts et les ingénieurs en riz ont retenu deux catégories :
– Les séries IR : les IR8, IR16dans les régions de Diana, Sava, Horombe et du Sud-Ouest de Madagascar, IR20 IR36 et IR38
– Les séries X : X360 et X265 et les multitudes de variétés X telles que
• Mahadigny ou Vary Vahiny
• Variétés Makalioka qui sont encore largement utilisées dans la région de l’Alaotra
• Les variétés Tsipala qui demeurent dans tout Madagascar, cultivées dans 292 communes et restent les préférées des riziculteurs. On peut encore classer ces deux catégories en trois sous groupes selon leur origine :
– Les variétés locales variétés traditionnelles
Les variétés Makalioka 34, Ali Combo, Rojofotsy 1285 et Vary lava 16 produit par l’Institut de Recherche Agronomique de Madagascar ou IRAM vers les années 50 mais qui sont encore utilisées actuellement. Le FOFIFA maintient une collection nationale de plus de 2.600 variétés dans la région du Lac Alaotra et plus de 3.700 variétés à Marovoay .
– Les variétés améliorées provenant des autres pays ou par importation
Avec le FOFIFA, les années 80 ont vu l’introduction de plusieurs variétés en provenance de l’International Rice Research Institute (IRRI), de l’Institut de Recherche Agricole Tropicale (IRAT), de Chine, de l’Indonésie, du Japon. Durant les années 90, avec le programme de recherche sur le riz, l’IRRI, le FOFIFA a continué à introduire des variétés ayant des caractéristiques très spécifiques comme la résistance aux maladies dont le Rice Yellow Mottle Virus ou RYMV.
– Les créations variétales : combinaison de variétés ou croisement de variétés.
Par Japon : la variété NERICA ou New Rice for Africa a été introduite dans le pays à partir de l’année 2002. La variété NERICA est un croisement d’une variété de riz africain et d’une variété asiatique.Cette variété peut s’adapter à tout type de climat, que ce soit climat sec ou climat humide et elle résiste aussi aux différentes maladies. Elle peut être cultivée dans toutes les régions de Madagascar mais jusqu’à aujourd’hui, 4 régions pratiquent cette variété à savoir l’Alaotra-Mangoro, Bongolava, Analamanga et Vakinankaratra. Le cycle de production de cette variété de riz est plus court que celui de la variété ordinaire. Par la Chine : Quatre experts chinois en riz hybride sont en mission à Madagascar avec 34 variétés de riz hybride. Au bout de six mois de plantations expérimentales, ils ont pu sélectionner 10 variétés qui conviennent aux rizières malgaches. Les rizicultures choisissent les variétés en fonction de la productivité, le goût et le cycle ainsi que la résistance de la variété à la sécheresse, les problèmes d’inondation et les problèmes de maladies des plantes. Plusieurs variétés traditionnelles ou anciennement améliorées demeurent ainsi dans la pratique des riziculteurs en fonction de ces critères, sans qu’ils aient adopté une quelconque nouvelle variété, bien qu’on ne peut plus avoir un rendement maximum avec ces variétés utilisées par les paysans.

Exportation du riz

                  La consommation mondiale annuelle par tête de riz a augmenté de 40% environ au cours des quarante dernières années, passant ainsi de 61,5kg en 1961 à 85,9 kg en 2002 (riz usiné). Face à l’augmentation de la demande mondiale d’importation, les disponibilités exportables sont relativement faibles. L’exportation de riz malgache existe mais reste faible. Le volume de devises étrangères généré par l’exportation de riz reste négligeable. Madagascar faisait partie des pays exportateurs de riz (riz de luxe, perle de riz) vers l’Europe, notamment l’Italie et les îles voisines qui sont : La Réunion et Maurice. En 2007, le pays avait exporté environ 1000 tonnes de riz vers l’Europe contre 100 tonnes l’année précédente, ce qui reste une quantité très modeste. Or récemment, la suspension de l’exportation est l’une des mesures prise par le gouvernement depuis le 05 Mai 2008. Ainsi, selon l’article 2 du code de commerce, « l’exportation du riz de position tarifaire7 10.06 est suspendue ». Ceci étant pour assurer la sécurité alimentaire du pays.

Le prix influencé par la disponibilité du riz importé

                  L’amplitude des variations saisonnières du prix du riz local est moins importante dans les communes où le riz importé est présent. Dans les communes où le riz importé se trouve sur le marché, la variation saisonnière des prix est légèrement plus faible : différence de 36 ariary par kapoaka entre janvier-mars et avril-juin contre 44 ariary par kapoaka dans les communes où le riz importé n’est pas disponible. En outre, le prix du riz importé et celui du riz local ne diffèrent pas tellement dans les zones où les deux produits sont disponibles. De plus, le prix du riz local est nettement plus faible dans les communes où on ne trouve pas de riz importé. Ainsi les commerçants ne voient aucun intérêt à l’acheminement du riz importé dans ces localités en raison du faible niveau des prix. Il est à noté aussi qu’actuellement que les taxes sur les importations du riz sont éliminés, l’entrée des riz extérieurs sont faciles et les riz à l’export du pays sont subventionnés, ce qui conduit à une faiblesse des prix du riz du pays.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS-
AVANT PROPOS
INTRODUCTION
PARTIE 1: LA REALITE DANS LA FILIERE RIZ
Chapitre 1 : CONTEXTE MONDIAL
Section1 : La crise alimentaire mondiale
1) Forte augmentation de la population mondiale
2) Baisse de stocks mondiaux
Section 2 : Marché du riz tendu
1) La flambée des prix agricoles et rizicoles
1) La spéculation de riz
2) Réduction mondiale des exportations
3) La production mondiale
4) L’ Augmentation de la consommation
Chapitre 2 : CONTEXTE DE MADAGASCAR
Section 1 : Situation géographique et démographique
Section 2 : Situation socio économique : Etat de pauvreté
1) Le niveau de revenu
2) Le taux de salaire
a) Pauvreté rurale
a) Pauvreté urbaine
Section 3: Les politiques adoptées dans les années 1970
Chapitre 3 : EVOLUTION DES POLITIQUES AGRICOLES ET RIZICOLES A MADAGASCAR
Section1 : Dans les années 70 à 99
Section 2 : De 1999 à nos jours
1) Le PADR
2) Le PSDR
3) Le MAP et la révolution verte
4) Les Projets de Développement Rizicole
Chapitre 4 : LA PRODUCTION DE RIZ
Section 1 : La culture de riz
1) Les modes de culture
a) La riziculture aquatique
b) La riziculture de montagne ou Riziculture pluviale
2) Les techniques de culture
a) Technique traditionnelle
b) Techniques modernes
SRA
SRI
3) Les saisons culturales
Section 2 : Les différents types de riz à Madagascar
Section 3 : Les zones de production et les rendements
Chapitre 5 : LE MARCHE DU RIZ
Section 1 : La demande de riz
Section 2: L’offre du riz
1) Les marchés locaux et nationaux
a) Les circuits de distribution du riz
b) Les fournisseurs des marchés locaux
2) Le marché international
a) Importation en riz
b) Exportation du riz
Section 3 : Le prix
1) Le prix suivant la saison rizicole
2) Les prix suivant les distances
5) Le prix suivant le niveau de richesse de chaque localité
6) Le prix influencé par la disponibilité du riz importé
7) Le prix en fonction des catastrophes naturelles
8) Le prix et l’insécurité des zones de production
PARTIE 2: IMPORTANCE DE LA FILIERE RIZ DANS LE DEVELOPPEMENT DE MADAGASCAR
Chapitre 1: LA PLACE DE LA FILIERE RIZ
Section 1 : Le riz dans l’économie
1) Le riz dans le PIB
2) Le riz, source de revenu des paysans
3) Création d’Emploi
4) Le riz, moteur d’autres secteurs
Section 2 : Sociopolitique
1) Le riz à la base de la puissance et décision politique
2) Le riz et la Santé
Section 3: Environnement
Chapitre 2: ANALYSE SWOT DE LA FILIERE RIZ
Section 1 : Forces et Opportunités
1) Forces
2) Opportunités
Section 2 : Faiblesses et Menaces
1) Faiblesses
a) Les problèmes liés à la culture de riz
Problèmes fonciers
Accès aux intrants
Méthodes et techniques de production
Problème de crédit agricole
b) Le problème lié à la commercialisation du riz
Transport
Contraintes par type d’agent
2) Menaces
a) Sur la culture
Risques climatiques
Les ennemis du riz
b) Sur le marché
Chapitre 3: ANALYSE DE LA CRISE DU RIZ EN 2004
Section 1 : Les facteurs de la crise
1) Les facteurs monétaires
2) Les facteurs physiques
3) Les facteurs institutionnels
Section 2 : Les impacts de la crise
1) La crise, une menace pour la filière riz
2) Des opportunités ouvertes par la crise
Chapitre 4 : ANALYSE DES POLITIQUES ACTUELLES SUR LA FILIERE RIZ
Section 1 : Théorie sur la production agricole : Physiocrates
Section 2 : Théorie sur les échanges extérieurs (exportations et importations)
1) Libre échangisme et non interventionnisme étatique des physiocrates
2) Mercantilistes : exportation>importation=richesse
Section 3 : Théories sur les subventions
Chapitre 5 : PERSPECTIVES DE RECOMMANDATIONS ET PISTES DE SOLUTIONS
Section 1 : Perspectives de recommandations
1) Pour l’amélioration de la culture de riz
a) Capital
Capital financier
Capital foncier
b) Main d’œuvre ou capital humain
c) Technologie ou capital technique
2) Pour le développement du marché du riz
Section 2 : Pistes de solutions
1) Pour éviter la crise alimentaire à Madagascar
2) Pour lutter contre la crise alimentaire mondiale
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE
WEBOGRAPHIE
TABLEAUX
GRAPHES
ANNEXES

Télécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *