La bank of africa

Le Groupe BOA ou Bank Of Africa est une institution d’envergure régionale. Il est un groupe bancaire dynamique implanté en Afrique subsaharienne et recouvre huit pays à savoir Bénin, Mali, Madagascar, Burkina Faso, Côte D’Ivoire, Niger ,Sénégal et Kenya. Il est constitué par un ensemble composé de banques, de sociétés de bourses appelées ACTIBOURSES, les sociétés de crédit bail dénommées EQUIPBAILS et des sociétés de prestations de services informatiques appelées AISSA.

Présentation Générale

Le Groupe BOA

Historique
Le groupe BOA a été fondé à Bamako Mali, vers la fin de l’année 1982 par des opérateurs français. La réussite de l’expérience malienne a permis l’application des valeurs et stratégies du groupe dans d’autres pays. Elles font la fierté de la Banque. Cette extension est justifiée par l’implantation des banques BOA et des établissements financiers spécialisés dans l’union économique et monétaire Ouest Africaine. En 2001, le groupe a dirigé 7 banques commerciales, 3 filiales de crédit bail, 1 société de base. Elle a acquis une notoriété appréciable dans les milieux financiers et bancaires africains. Le groupe ne cesse d’améliorer ses stratégies et d’élargir son domaine d’activité. C’est le cas de la mise en place de l’AFH ou African Financial Holding. Ce dernier permettra d’imprimer les impulsions nécessaires au développement des autres composantes du groupe et d’assurer la cohésion de celuici. Aujourd’hui le groupe compte huit banques et vise toujours, à répondre à l’attente des principales entreprises qu’à celle du grand public .

Les branches du groupe

Les banques
« L’existence du commerce de banque dans une civilisation suppose des conditions non seulement économiques et monétaires mais aussi morales . » A l’instar des différentes banques, la BOA exerce des activités dans différents établissements financiers en collectant des fonds venant des agents économiques excédentaires. Ces fonds seront utilisés ultérieurement pour financer les besoins des agents économiques déficitaires sous forme de crédit. Les banques quoiqu’elles appartiennent, à un même groupe tiennent comptent des réalités socioéconomiques des pays d’implantation dans les exercices de leurs activités. Mais il est à remarquer que l’objectif central du groupe BOA est de maintenir un rythme de croissance élevé, lui permettant de renforcer son rang parmi les réseaux bancaires présents en Afrique. Réseau : Bénin, Mali, Madagascar, Burkina Faso, Côte D’Ivoire, Niger, Kenya et Sénégal.

Equipbails
Les équipbails sont des sociétés qui ont pour objet de réaliser les opérations de financement par crédit-bail de matériels à usage professionnel et l’octroi de crédits pour l’acquisition d’équipements et des véhicules par les entreprises et par les particuliers. Cette branche d’activité existe au Bénin, Mali, Madagascar. Pour Madagascar, la date de création est de janvier 2000 et les opérations ont démarré au mois de mai 2000.

Actibourse
C’est une Société de Gestion et d’Intermédiation (SGI) du groupe Bank Of Africa. Elle fait partie des quinze SGI agréées, au marché financier régional, par le Conseil Régional de l’Epargne Publique et des marchés financiers de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine. Pour le groupe BOA, l’actibourse n’existe qu’au Bénin.

AISSA
AISSA est une SARL ou Société Anonyme à Responsabilité Limitée créée en 1999 par les quatre banques du groupe BOA. C’est une société de prestations de services informatiques intervenant dans l’ensemble du Groupe. Elle a pour mission de :
•Conseiller en matière informatique du groupe BOA
•Assister la BOA dans l’exploitation du logiciel IGOR et des applications nouvelles en amont et en aval de IGOR.
•Appuyer le Groupe dans leurs négociations avec les différents fournisseurs.
•Produire les développements spécifiques à la demande.
•Former des utilisateurs dans les banques du réseau et suivi de l’exploitation.

La BOA Madagascar

Historique

En 1885, c’est le CNEP ou Comptoir National d’Escompte de Paris qui a été implanté à Madagascar. La BAMES ( Banque Malgache d’Escompte et de Crédits), une des filiales des banques françaises s’installait à Madagascar, à partir de 1950, dont une partie des capitaux sont fournis par l’ancien CNEP fusionné avec la BNP et une partie par l’Etat. L’année 1950 a également vu la naissance de la CM ou Crédit de Madagascar, créé par le Ministère de la France d’Outre mer dont le capital est détenu par la caisse centrale d’Outre Mer et par Madagascar. Un accord gouvernemental de juin 1960 a transformé le CM en Société Conventionnelle de Droit International. La SMIC (Société Malgache d’Investissement et de Crédits elle même devenue BNM (Banque Nationale pour le développement) depuis 1963. La BNM garde son caractère de banque publique mais fonctionne sous le statut de Société Anonyme ou SA. La BTM ou Bankin’ny Tantsaha Mpamokatra a été créée parallèlement avec la naissance de la BNI ou Bankin’ Ny Indostria en décembre 1976 en remplacement de la BNM dissoute. La BAMES est absorbée par la BTM.

Par la suite, l’ordonnance 88/005 de l’année 1988 a transformé les statuts des trois banques de l’Etat qui sont la BTM, la BNI et la BFV en Société Anonyme à Capital Fixe. L’instauration de la Politique d’Ajustement Structurel réclame la privatisation des sociétés ou entreprises de l’Etat y compris la BTM ou Bankin’ny Tantsaha Mpamokatra.  Le 19 novembre 1999, la BOA Madagascar est constituée. Elle a obtenu sa licence bancaire de plein exercice en reprenant le fonds de commerce de l’ancienne BTM le 26 novembre 1999. Elle a commencé ses activités le 29 novembre 1999. L’année 1999 a été donc une année de préparation et de mise en place des stratégies. Durant l’année 2000 qui est considérée comme la première année de ses activités, les résultats de l’exercice sont les suivants :
– Un accroissement de 39, 1% des immobilisations nettes, principalement lié aux nouvelles informations.
– Progression significative de 18,5% du bilan, augmentation des dépôts collectés de 20,3% et des concours à la clientèle 23,4%.
– Résultat net : 22,7 %
La mise en vigueur du plan triennal de 2001-2003 débute en 2001. Les faits les plus marquants de cette année sont :
•La mise en place d’un nouveau système informatique « IGOR ».
•La création d’équipes additionnelles d’agents commerciaux par redéploiement dans le domaine commercial du personnel libéré après cette mutation informatique.
•La poursuite d’un important programme d’investissements immobiliers, mobiliers et matériels ainsi qu’un intense programme de formation dans divers domaines d’activités de la banque.
•Le lancement de nouveaux produits tels que le « prêt scolarité » et le compte d’épargne TAHIRY.
•Le renforcement de la vocation de banque « tous publics » par le biais d’une politique de proximité. La crise politique en 2002 a affecté l’économie malgache. Malgré cela, la BOA Madagascar a pu s’en sortir de cette crise et continue de renforcer ses interventions et cela dans différents secteurs. Elle a mis en lumière sa capacité à affronter une situation politique, économique et sociale inédite, par la poursuite de ses activités sur l’ensemble du territoire. Par la suite, elle a prouvé son aptitude à assimiler une technologie évolutive, en s’adaptant au nouveau système informatique, lequel marque une avancée fondamentale, indispensable pour parfaire la qualité de service à la clientèle. Enfin, elle a démontré qu’elle est capable de se rapprocher progressivement des meilleures performances du Groupe.

Les évènements qui ont marqué l’année 2003 sont :
– son aptitude à la créativité en accompagnant par des financements adaptés les mesures de relance économique dès l’apparition d’une demande solvable ;
– installation des huit premiers Guichets Automatiques Bancaires, dans la capitale et les principales villes de province et en diffusant sa carte de retrait privative SESAME;
– amélioration de plus de treize points du coefficient d’exploitation dans l’année 2003;
– performances commerciales nettement supérieures à l’évolution des marchés.

Le Plan Triennal de développement 2001-2003 a pris fin en décembre 2003 et a dépassé les objectifs fixés, malgré le retard d’un an de son démarrage. Le nouveau défi du groupe pour les prochains exercices c’est l’adoption du Plan Triennal de développement 2004-2006. Ce Plan Triennal de Développement 2004-2006 permet à la BOA de réorganiser et d’exploiter de façon optimale son réseau en 2004. Elle a perfectionné ses moyens matériels en modernisant ses locaux, ses installations et ses équipements. La montée en puissance des financements de campagne agricole à partir de juillet 2003, additionnée à une hausse de crédits de trésorerie des entreprises en phase de reprise d’activité, ont contribué largement au décollage des encours de crédits à court terme Depuis sa création, les résultats des exercices ne cessent de s’évoluer, ceci est dû principalement à la mise en place, chaque année, des défis plus ambitieux. Actuellement, la BOA Madagascar est composée de 51 agences reparties dans les six provinces. Elle est l’une des institutions financières qui contribuent à la mise en œuvre des stratégies de développement économique du pays, surtout dans le développement rural.

Option Stratégique

L’option stratégique de la BOA Madagascar s’articule autour des trois axes fondamentaux suivants :
– banque de proximité par l’envergure du réseau et son élargissement progressif, ouverture de nouvelles agences, réactivation d’agences mise en sommeil au lendemain de la privatisation. La proximité est aussi faite à distance par le traitement en temps réel des opérations, grâce à l’interconnexion des agences. Le but étant d’avoir dans un proche avenir, un maillage plus serré ;
– banque tous publics par le développement des activités de micro finance en plus des produits traditionnels aux entreprises, aux institutionnels et aux particuliers ;
– banque innovante, c’est-à-dire une innovation aussi bien sur les produits que les services. Alors, une gamme de plus en plus vaste de nouveaux produits continuera de compléter les activités traditionnelles de la banque.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Introduction
Première partie : Caractéristique générale du projet
Chapitre I : La BANK OF AFRICA
Section 1: Présentation générale
1- Le groupe BOA
1.1 Historique
1.2 Les branches du groupe
1.2.1 Les banques
1.2.2 Equipbails
1.2.3 Actibourses
1.2.4 AISSA
2- La BOA Madagascar
2.1 Historique
2.2 Option stratégique
Section 2: Le financement de la production agricole
1- Rôles des service d’appui financier
2- Type de financement
2.1 Crédits directs aux exploitants individuels
2.2 Crédits aux associations
2.3 Le refinancement d’institution de micro finance
Chapitre II: Présentation de la zone d’exploitation
Section 1: Ressources physiques
1- Situation géographique
2- Climatologie
Section 2: Ressources humaines
1- Démographie et population
1.1 Effectif de la population
1.2 Structure des ménages par catégorie socio-professionnel
1.3 Répartition de la population par groupe d’âge
2- Structure économique
2.1 L’agriculture
2.2 Production de l’élevage
2.2.1 Marché intérieur
2.2.2 Les atouts de l’élevage
2.2.3 Les faiblesses de l’exploitation
2.2.4 Principal client-consommateur
2.3 Marché extérieur
2.3.1 Opportunités
2.3.2 Contraintes
Deuxième partie: La conduite de l’élevage des poules pondeuses
Chapitre I: Les infrastructures
Section 1: Le poulailler
1- Forme du bâtiment
2- Rôle du poulailler
3- Emplacement
4- Environnement
5- Suivi et entretien
Section 2: Les matériels nécessaires à la conduite de l’élevage des poules pondeuses
1- La mangeoire
2- L’abreuvoir
3- Le pondoir
4- La litière
4.1Qualités recherchées
4.3 La litière montée ou semi-permanente
5- Les désinfectants
Chapitre II: Les données techniques de l’exploitation
Section 1: Alimentation et énergie
1- Dépenses alimentaires
1.1 Quantité des aliments nécessaires
1.1.1 La provende
1.1.2 Les CMV
1.1.3 Les herbes
1.1.4 Les concentrés
1.2 Dépenses alimentaires
2- Eclairement
Section 2: Maîtrise sanitaire et médicale
1- Le maladies fréquentées chez les volailles
2- Les vaccins et autres médicaments nécessaires
2.1 les vaccins
2.1.1 Les cinq règles de vaccination
2.1.2 Période de vaccination
2.2 Autres médicaments nécessaires
Troisième partie: Evaluation financières et économiques du projet
Chapitre I: Projection financière
Section 1: Les investissements
1- Fonds de roulement initial
2- Plan de financement
Section 2 : Evolution de Cheptel
1- Evolution de cheptel avicole et besoins en aliments
2- Evolution de cheptel avicole et de la production
Section3: Compte de gestion
1- Charges
2- Recettes
Chapitre II: Evaluation économique du projet
Section 2: Pour les éleveurs
1. Production envisagée
1.1 Production en œufs
1.2 Les poules réformées
1.3 Les fumiers
2. Commercialisation
3. Revenu
Section 2: Pour la commune
1. Emplois
2. Recettes fiscales et ristournes
Section 3: Pour la région Analamanga
3.1 Avantages
3.2 Développement
CONCLUSION GENERALE
BIBLIOGRAPHIE
ANNEXES

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *