Intérêt des inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine dans le traitement de l’IRC

Traitements néphroprotecteurs

Mesures diététiques

Les objectifs généraux de la prise en charge nutritionnelle de l’animal insuffisant rénal chronique sont, tout en maintenant un statut nutritionnel correct, de minimiser les conséquences cliniques et physiopathologiques de l’affection et de ralentir l’évolution de la maladie.
1- Protéines
La justification de la formulation d’un aliment contenant une quantité réduite de protéines de haute qualité repose sur l’hypothèse que la restriction contrôlée des protéines non essentielles a pour effet de diminuer la production de déchets azotés, avec une amélioration ou une disparition consécutive des signes cliniques.
Un certain nombre de données expérimentales confirment le bénéfice d’un régime hypoprotéique :
• Elliott et al., réalisent une étude sur 50 chats insuffisants rénaux chroniques stabilisés recevant un régime hypoprotéique et concluent à : – une diminution de l’urémie, de la phosphorémie et du taux de parathormone, – une espérance de vie doublée (survie moyenne de 383 jours pour les chats non retreints contre 616 jours pour les chats restreints). • Harte et al., concluent à une prise de poids, une augmentation de l’hématocrite et de la protéinémie, une diminution de l’azotémie et de la phosphorémie chez des chats insuffisants rénaux chroniques nourris avec un aliment restreint en protéines [54]. • Une limitation de la glomérulosclérose grâce au régime hypoprotéique est établie chez l’homme et le rat mais pas chez le chat.
Outre l’aspect quantitatif de l’apport protéique, il semble que la qualité des protéines joue un rôle tout aussi important. Les protéines végétales permettent une survie plus longue et une baisse de la protéinurie chez le rat. L’origine des protéines (animale ou végétale) semble influer sur l’hémodynamique rénale chez l’homme : les régimes végétariens préviendraient la glommérulosclérose. Chez le chat, Finco et al., démontrent les mêmes effets bénéfiques en utilisant des protéines de soja et de la caséine. Ainsi, même si aucune étude spécifique sur l’importance de la source de protéines utilisées n’a pour l’heure été menée chez le chat, on peut supposer que la qualité des protéines a son rôle à jouer dans le ralentissement de l’évolution de l’IRC.
Le risque de la restriction protéique réside dans la baisse de l’appétence de la ration.
2- Phosphore
Une restriction alimentaire en phosphore permet de limiter l’hyperphosphatémie et donc de prévenir l’hyperparathyroïdisme secondaire et ses conséquences.
La restriction phosphorée a un effet bénéfique majeur sur l’espérance de vie des chats insuffisants rénaux chroniques comme l’ont montré Eliott et al.
Le mécanisme par lequel la restriction phopshorée permet de ralentir la progression de la maladie rénale n’est pas entièrement élucidé, il pourrait être lié à la réduction de la minéralisation des tissus mous ou à la prévention de l’hyperparthyroïdisme.
L’objectif du traitement est de normaliser la phosphatémie, la restriction alimentaire n’est toutefois pas toujours suffisante.
3- Apports caloriques
Le besoin énergétique d’entretien doit absolument être couvert par la ration afin de prévenir un catabolisme protéique endogène.
Les calories sont apportées par les glucides et les lipides, et il semblerait que la composition de ces derniers soit importante. Différentes études chez le rat ont montré le bénéfice apporté par l’utilisation d’acides gras polyinsaturés sur la diminution du phénomène de glomérulosclérose. Une étude rétrospective menée sur des chats insuffisants rénaux chroniques spontanés comparant 7 alimentations industrielles différentes montre une durée de survie moyenne maximale (23 mois) avec l’aliment contenant le taux le plus important en acide eicosapentanoïque.
Si la restriction calorique est à éviter, il en serait de même pour l’excès de calorie. Finco et al., montrent une augmentation des infiltrats cellulaires dans le parenchyme rénal, des lésions tubulaires et de la fibrose chez les chats recevant une ration plus calorique (73 cal/kg/j versus 58 cal/kg/j).
4- Potassium
L’hypokaliémie est constatée dans environ 30% des chats IRC, elle doit être corrigée car elle peut aggraver le tableau clinique (anorexie, perte de poids, vomissements…). C’est par l’alimentation que la correction est la plus efficace, la voie intraveineuse étant à réserver aux cas extrêmes (réanimation d’urgence chez l’animal anorexique). La supplémentation est débutée lorsque la kaliémie est inférieure à 3.5 mEq/L : le gluconate de potassium est utilisé (2 à 6 mEq/chat /j suivant la taille et la sévérité de l’hypokaliémie) [56]. Les dosages sont à ajuster selon les kaliémies mesurées et la réponse clinique. Le taux de potassium dans la ration doit être de 0,8 % MS .

Guide du mémoire de fin d’études avec la catégorie réalisation des prélèvements sanguins et urinaires

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre et consulter une liste des projets proposées cette année, vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe et ouvrir le fichier PDF ou DOC. Ce rapport complet, pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux, est classé dans la catégorie notion de clairance rénale où vous pouvez trouver aussi quelques autres mémoires de fin d’études similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Liste des figures
Liste des tableaux
Liste des abréviations
Introduction
PREMIERE PARTIE : ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE
I : L’insuffisance rénale chronique féline : étude clinique
1- Rappels anatomiques
2- Définitions
3- Physiopathologie de l’IRC
A- Les différentes théories physiopathologiques
B- Mise en jeu du SRAA
a- Rappels généraux sur le SRAA
a-1- Les différents constituants du SRAA
a-2- SRAA plasmatique et SRAA tissulaire
a-3- Effets du SRAA
b- Activation du SRAA lors d’IRC
c- Effets de l’angiotensine II sur le néphron
4- Epidémiologie de l’IRC féline
5- Démarche diagnostique face à une IRC
A- Diagnostic clinique de l’IRC
B- Diagnostic biologique de l’IRC
a- Paramètres plasmatiques
a-1- La créatinine
a-2- L’urée
b- Paramètre urinaire
C- Classification des stades d’IRC
D- Diagnostic étiologique de l’IRC
a- Imagerie médicale
b- Analyses histologique et cytologique
c- Analyses urinaires
c-1- Mise en évidence d’une protéinurie
c-2- Examen bactériologique
E- Diagnostic des complications de l’IRC
a- Troubles hydroélectrolytiques
b- Hyperparathyroïdisme secondaire
c- Hypertension artérielle
d- Anémie
e- Infection du tractus urinaire
6- Traitement de l’IRC
A- Traitements néphroprotecteurs
a- Mesures diététiques
a-1- Protéines
a-2- Phosphore
a-3- Apports caloriques
a-4- Potassium
a-5- Mise en pratique de la ration
b- Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine
B- Traitements symptomatiques
a- Traitement des vomissements
b- Traitement des troubles hydroélectrolytique
c- Traitement de l’hyperparathyroïdisme secondaire
d- Traitement de l’hypertension artérielle
e- Traitement de l’anémie
8- Pronostic
II : Intérêt des inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine dans le traitement de l’IRC
1- Pharmacocinétique et pharmacodynamique des IECA
A- Formes galléniques disponibles en médecine vétérinaire
B- De la pro-drogue au métabolite actif
C- Modèle multi-compartimental d’élimination des IECA
D- Relation pharmacocinétique/pharmacodynamique des IECA
2- Intérêt des IECA dans le traitement de l’IRC chez l’homme
3- Intérêt des IECA dans le traitement de l’IRC chez le chat
4- Utilisation, précautions d’emploi et contre-indication du bénazépril chez le chat
A- Schéma thérapeutique
B- Effets indésirables
C- Contre-indications
D- Intéractions médicamenteuses
III : Exploration de la fonction rénale : intérêt de la scintigraphie
1- Exploration biologique de la fonction rénale
A- Notion de clairance rénale
a- Clairance rénale : définition
b- Caractéristiques d’une bonne substance utilisable pour la mesure de clairance
c- Clairance urinaire et clairance plasmatique
B- Exploration de la fonction glomérulaire
a- Clairance de l’inuline
b- Clairance de la créatinine
c- Autres molécules utilisable
C- Exploration de la fonction tubulaire
a- Clairance de l’acide para-aminohippurique
b- Clairance de la phénolsulfone phtaléine
c- Clairance de marqueurs radioactifs
2- Exploration de la fonction rénale par scintigraphie
A- Réalisation pratique de la scintigraphie rénale
a- Les différents traceurs utilisables
a-1- Les traceurs statiques
a-2- Les traceurs dynamiques glomérulaires
a-3- Les traceurs dynamiques tubulaires
b- Principes de l’examen scintigraphique
B- Exploitation des données de la scintigraphie
a- Obtention de la courbe de captation rénale du traceur
b- Exploitation de la courbe de captation rénale
c- Obtention de données morphologique
C- Intérêts et limites de la scintigraphie rénale
a- Intérêts de la scintigrahie rénale
b- Limites de la scintigraphie rénale
SECONDE PARTIE: ETUDE EXPERIMENTALE
Préambule : objectif de l’étude
I- Animaux, matériel et méthodes
1- Matériel
A- Animaux
B- Critères d’inclusion
C- Critères d’exclusion
D- Population d’étude
E- Traitement expérimental
2- Méthodes
A- Paramètres sanguins
a- Dosages biochimiques plasmatiques
b- Hémogramme
B- Paramètres urinaires
a- Densité urinaire
b- Rapport protéines urinaires/créatinine urinaire
C- Mesure de pression artérielle
D- Scintigraphie rénale
a- Appareillage
b- Préparation du traceur
E- Méthodes d’analyse des résultats
a- Données scintigraphiques
a-1- Obtention du rénogramme
a-2- Exploitation des rénogrames
b- Analyse statistique
3- Protocole
A- Evaluation avant traitement
a- Admission de l’animal
b- Réalisation des prélèvements sanguins et urinaires
c- Réalisation de la scintigraphie
d- Hospitalisation de l’animal
e- Sortie de l’animal
B- Suivi de l’animal
C- Evaluation après traitement
II- Résultats
1- Données d’inclusion de la population d’étude
2- Paramètres cliniques et biologiques : effets du bénazepril
A- Paramètres cliniques
B- Paramètres biologiques
a- Paramètres biochimiques plasmatiques
b- Paramètres hématologiques
c- Paramètres urinaires
C- Pression artérielle
3- Paramètres scintigraphiques : effets du bénazepril
A- Profil des rénogrammes
B- AUCcaptation
C- Pente de captation
D- Tmax
E- Pente d’élimination
F- V1840/Vmax
4- Bilan
III- Discussion
Conclusion
Bibliographie
Annexes

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *