Intégration du réseau SNELL sur la Map de supervision sous LORIOT-PRO

LE GROUPE TF1 :

   Le groupe TF1 s’est construit autour de la chaîne historique TF1, à partir de l’année 1987. Le groupe a su se diversifier économiquement en élargissant son spectre de revenus. Le groupe est aujourd’hui présent dans plusieurs secteurs : Chaînes gratuites, chaînes payantes,production, publicité, diversification et internet, droits audiovisuels et la diffusion internationale.De la grande chaîne généraliste, aux chaînes d’affinité (Stylia, Histoire, Ushuaia TV et TF6), TF1 se positionne comme le 1er groupe privé de télévision français. Elle rassemble environ 32 millions de téléspectateurs chaque jour. Le groupe a étendu son champ d’action en devenant l’actionnaire majoritaire de deux chaînes de la TNT en 2010 : TMC et NT1. Les contenus de l’antenne vivent aussi sur le Web, offrant aux internautes et aux mobinautes une approche délinéarisée et enrichie des programmes. Tout cela afin de prolonger la durée de vie des programmes. Les sites Web, liés au groupe TF1, diffusent pratiquement tous les programmes de l’antenne : Série TV, JT, Téléfilm, reportage, évènement exceptionnelle tel que les mariages princiers…

LE SIEGE SOCIAL :

   Le siège social du groupe TF1 se situe dans la tour TF1 à Boulogne depuis 1992. Dans une démarche de réorganisation pour améliorer les performances du groupe, ce lieu rassemble désormais plusieurs activités. Pour faire face à ce rassemblement, deux nouveaux bâtiments sont venus s’ajouter à la Tour : L’Atrium et le Delta. Ces trois bâtiments forment aujourd’hui, au sein du quartier du Point du Jour, le Pôle TF1. Eurosport restant à Issy-les-Moulineaux et Téléshopping à La Plaine Saint-Denis. La Tour comprend trois bâtiments (Annexe 2 Description de la Tour TF1 – Source Intranet TF1) : Le bâtiment A (ou IGH – 14 étages), le bâtiment Nord (7 étages) et le bâtiment Sud (8 étages) Elle accueille entre autre les acquisitions, la diffusion, le marketing, la programmation, l’information (TF1 – LCI), la direction de la Communication et la direction technique. L’Atrium est un immeuble de 9 étages pour 1200 postes de travail. Il accueille notamment TF1 publicité, les nouveaux médias comme WAT et e-TF1,TF1 Vidéo et TF1 international (filiale d’acquisition et de distribution de TF1) Le Delta regroupe, sur 3 étages, 200 collaborateurs, principalement de TF1 production.

SOLUTION DE LUTEUS :

Le concept technique Pour rappel, Les collectes de données sur les équipements du système à superviser sontprincipalement réalisées grâce au protocole SNMP. Ce protocole permet de récupérer des indicateurs d’état et de performance grâce à des agents SNMP présents sur les équipements et systèmes. Les délais de réponse des agents à des requêtes sont assez imprévisibles, on ne peut donc prévoir réellement le temps qu’un processus de collecte de LoriotPro mettra pour obtenir une réponse. Chaque processus de collecte dispose d’une limite maximum d’attente (appelée Timeout) au delà de laquelle il considère que l’agent ne répond pas. Si un processus unique est chargé de ces collectes qu’il réalise donc séquentiellement la performance peut ne pas être au rendez-vous sachant qu’une centaine de collectes peut prendre de quelques secondes à quelques minutes. Résumons le contexte : Nous savons que les collectes que nous appelons « tâches » ont des durées d’exécution très aléatoires pouvant aller de quelques millisecondes à plusieurs secondes. Par ailleurs nous souhaitons réaliser les collectes périodiquement et à intervalles serrés (période de polling), de l’ordre de la seconde pour certains indicateurs de performance.
Principe mise en œuvre : Toutes les tâches (collectes) à réaliser sont regroupées au sein d’un programme unique. Celui-ci détaille pour chaque tâche le type de collecte à réaliser (GET SNMP sur un objet de MIB). Pour l’exemple nous utilisons des objets SNMP mais d’autre type de collecte peuventêtre faîtes, extrait de fichiers de log, requête sur des bases SQL, lecture de compteurs deTRAP, etc. A noter que les collectes peuvent provenir des variables globales déjà en mémoire, ce qui permet de traiter par corrélation. Pour réaliser ces tâches, un nombre variable de processus peuvent y être attaché. Par principe, plus le nombre de tâches à réaliser est important et plus leur fréquence de répétition est élevée, plus le nombre de processus devra être grand. Les processus en question sont instanciés autant que nécessaire (Plugin Audit Process de LoriotPro) pour assumer un traitement quasi parallèle. Voici un exemple simplifié avec deux processus en charge de trois collectes. Les collectes sont réalisées à des intervalles de temps différents, les durées de collecte sont aussi supposées variables. Les deux processus (audit process) prennent en charge les collectes en fonction de leur disponibilité. Dès qu’ils ont fini leur job, ils parcourent la liste des collectes à faire et s’attribue la première dont la période d’interrogation (polling) est échue et qui n’est pas déjà attribuée. Cet exemple présente des rations entre période d’interrogation et durée de traitement disproportionné. Habituellement le rapport entre celle-ci est de 1 à 100 environ. Dans le cas ou un agent SNMP fonctionne correctement une collecte est de l’ordre de quelques dizaines de millisecondes et les intervalles d’interrogation entre 1 et 15 secondes. Des retards dans les traitements peuvent survenir si les délais de collecte augmentent ou si le nombre de collectes est augmenté. Idéalement il faut que la somme des rapports entre la durée d’exécution et la période interrogation de toutes les collectes soit inférieure au nombre de processus de collecte disponible pour leur traitement.
Les composantes de l’architecture : Les composantes de l’architecture sont présentées dans le schéma ci-dessous D’un coté les équipements sur lesquels les collectes sont faites, de l’autre un visuel qui doit refléter le plus rapidement possible un ou des statuts de ces équipements.Les processus de collecte (Audit Process) sont en recherche permanente de collectes à réaliser qu’ils prennent dans une sorte de « job liste ». La job liste est une liste des collectes à réaliser et qui décrit par programmation comment les réaliser. Les processus de collecte enregistrent les valeurs collectées sur les équipements mais pas seulement (Cf corrélation) en mémoire dans la variables globales correspondantes. Les ActiveView de leur coté ont leur processus de collecte dédié et viennent chercher en fonction d’un intervalle de collecte positionné sur chaque objet graphique, les valeurs des variables globales. En fonction des valeurs, les objets graphiques sont modifiés (couleur de fond, texte, position, clipart, etc .) pour avertir l’administrateur d’un changement d’état.
Structure du programme de collecte Le programme de collecte est multi-instance car il peut être exécuté simultanément par de nombreux processus d’audit (multi-tâche). Pour que chaque variable globale soit manipulée à un instant donné par un seul processus de collecte, un système de verrou est en place sur chacune d’elles. L’organigramme ci-dessous simplifié, reprend la logique du code. En premier les variables globales manipulées sont vérifiées une à une. Si elle n’existe pas elles sont alors initialisées avec les valeurs imposées. Ensuite pour chaque variable le processus d’audit vérifie si un verrou est présent, si c’est le cas il passe à la variable suivante de la liste sinon il pose un verrou sur celle-ci. Le verrou interdit de suite la manipulation de la variable par un autre processus. Le programme importe la variable (une structure) pour la manipuler. Il vérifie ensuite l’intervalle d’interrogation de cette variable, si celui-ci est échu il procède à la collecte de la valeur auprès de l’équipement (si SNMP). La variable est mise à jour puis libérée. Le processus d’audit qui balaye la liste des jobs s’accapare ainsi tous les jobs dont les variables ne sont pas verrouillées.
ntégration du réseau SNELL sur la Map de Supervision sous LORIOTPRO : Procédure appliquée pour intégrer le réseau SNELL au logiciel de supervision LorioPro :
 Installation de LoritPro version 6.00 sur la machine TFPTHDHAN1 (TFPTHDHAN2 sur le Raritan) qui a l’adresse IP suivante : 10.232.12.XX et est connectée au VLAN MAM en plateforme de test.
 Installation de la de la nouvelle version de RollCall Control Panel. Une fois les outils nécessaire installés (les Softs), on passe à l’installation physique des équipements pour cela, on installe une carte SNELL de type Gateway IP (on lui attribue l’adresse 10.232.xx.xx) et serie, compatible avec la version de RollCall Control Panel précédemment installée sur le caisson SNELL, on connecte ensuite la carte Gateway qui contrôle toute les cartes du caisson au VLAN MAM.
Démonstration de la maquette : Les éléments visualisés dans les MAP de détail présentent principalement des statuts defonctionnement non corrélés, tandis que les éléments de la vue principale représentent des statuts de fonctionnement corrélés. Dans l’exemple ci-après une sortie audio AES a étédétectée en défaut par le logiciel de supervision en collectant un objet particulier sur unéquipement SNELL. L’élément est alors passé en alarme critique (rouge). Dans un mêmetemps, sur la vue principale l’élément Mapping audio est aussi passé en rouge car un des éléments de la vue de détail est en défaut. Ici la corrélation est simple car l’élément de la vue principale hérite du plus mauvais statut détecté dans la vue de détail. Les accès en mode WEB : Le logiciel de supervision intègre un serveur Web qui permet un accès Muli utilisateur à laconsole de supervision. Les pages de navigation sur l’interface Web dédiée à la solution TF1 sont à construire de toute pièce. Coté serveur, le langage LUA intégré à la solution, traite toutes les demandes et génère lesréponses. Ce langage est ouvert et permet de faire évoluer la solution facilement sans besoin de régénérer de mise à jour (Compilation). TF1 dispose déjà des compétences techniques pour modifier et adapter les solutions basées sur ce langage pour l’avoir largement utilisé dans les solutions LoriotPro en place (Médiamétrie et supervision Onecast) L’accès par l’interface Web est basé sur la notion d’utilisateur et de Login. Un utilisateur accède aux pages et l’élément de l’interface autorisés par l’administrateur. Plusieurs utilisateurs Web peuvent accéder en lecture à l’interface de supervision WEB.
Proposition financière 

Les réseaux informatiques :

  Aujourd’hui, la majeure partie des équipements est reliée au réseau pour échanger des médias, accéder à une interface web pour le configurer ou pour envoyer des trappes SNMP afin de le superviser. Vu la difficulté technique du réseau, il m’aurait été difficile de travailler correctement sans une formation théorique solide. En effet, les notions d’adresse IP, VLAN, port, Raid, SAN, NAS font partie de mon quotidien au sein du DSY. Les cours de réseaux que j’ai eu et les CCNA1 & CCNA2 acquis durant mon cursus, m’ont permit d’avoir une base indispensable, pour réfléchir à des solutions de connectivités, et ainsi bien communiquer surle plan technique avec les prestataires afin de répondre à leurs besoins, comme par exemple leur assurer la communication depuis l’extérieur vers leur serveur installé à TF1 via un pont VPN.

Conclusion :

   La fin du stage rime avec la fin des études et par conséquent le début d’une vie active. Un parcours d’étudiant qui a débuté il y a déjà 6 ans avec d’abord une licence enmathématiques et informatique à l’Université de Tlemcen en Algérie puis un master 1 en télécommunications dans la même Université et enfin un cycle d’ingénieur à TELECOM SudParis de l’institut Mines-Télécom en France, et qui se concrétise aujourd’hui avec ce dernier stage chez TF1. Au cours de mon cursus, j’ai eu la chance de rencontrer des personnes qui m’ont enrichi par leurs expériences et donné goût au travail bien fait. Durant ce stage, j’ai pu découvrir et mettre la main sur de nouvelles  technologies utilisées au cœur des solutions innovantes développées par les collaborateurs de TF1. Des technologies utilisées dans le domaine de la supervision et la maintenance des équipements broadcaste , dont l’apprentissage au cours de ce stage me sera d’une grande utilité dans mes futurs travaux d’ingénieur généraliste. Cette dernière immersion dans le milieu professionnel a été pour moi l’occasion de travailler sur un sujet mettant en œuvre des compétences multiples, gestion de projet, analyse et prise de décisions, travail en équipe, communication. Aux côtés de personnes compétentes et expertes dans leurs domaines, j’ai pu acquérir non seulement une expérience mais aussi des connaissances et des méthodes qui me serviront dans mes futurs emplois.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Remerciements
Résumé / Abstract
Liste des tableaux, liste des figures
Introduction
Présentation de l’entreprise et du secteur d’accueil
I. LE GROUPE TF1
1. Le groupe TF1 en quelques chiffres 
2. Le siège social
3. Présentation du service d’accueil 
3.1 Le département système
3.1.1 Organisation du service
Une approche management
II. Contexte Générale
1. Les nouveaux enjeux 
1.1 La direction technique
1.2 Les directions métiers
2. Business Service Management
2.1 Illustration du positionnement de l’application dans le Busines Service Management
III. Etapes du projet 
1. Introduction 
2. Expression de besoins
2.1 Public-cible du projet
2.2 Objectifs du projet
2.3 Description de l’application
2.3.1 Contraintes
2.3.2 Structure de la Map
3. Solution apportée
4. Procédure déployée 
4.1 Les phases du projet
4.2 La maquette
IV. Les solutions proposées par CRT Informatique et LUTEUS
1. solution de LUTEUS 
1.1 Le concept technique
1.2 Principe mise en œuvre
1.3 Les composantes de l’architecture
1.4 Structure du programme de collecte
1.5 Intégration du réseau SNELL sur la Map de Supervision sous LORIOT-PRO
1.6 Démonstration de la maquette
1.7 Proposition financière
2. Solution de CRT Informatique 
2.1 Présentation générale de l’hyperviseur NDS
2.1.1 Le concept
2.1.2 Le cycle
2.1.3 L’hyperviseur NDS
2.1.4 L’architecture des modules dans NDS
2.1.5 Choix techniques
2.1.6 Fonctionnalité
2.2 Présentation générale du module NAS
2.3 Implémentation de la maquette CRT Informatique dans la PDT
2.4 Proposition financière du projet
3. Démonstration des deux maquettes 
3.1 Tableau de comparaison
V. Synthèse et réflexions de mon stage de fin d’études
1. La mise en œuvre de connaissances 
1.1 Les systèmes d’informations
1.2 Les réseaux informatiques
Conclusion
ANNEXES

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.