Influences des facteurs écologiques sur le mode d’alimentation

Mémoire pour l’obtention du diplôme de master

METHODES DE COLLECTE DE DONNEES 

Une étude préliminaire de sept (07) jours a été menée avant l’étude proprement dite. Différentes méthodes de collecte de données ont alors été essayées afin de déterminer leurs faisabilités et leurs adéquations aux objectifs de la recherche. L’étude préliminaire a aussi permis l’établissement du chronogramme d’observation ainsi que la familiarisation avec les méthodes d’étude, en particulier l’estimation visuelle de la distance de déplacement en cm des lézards objet de l’étude.

Capture et marquage des individus

Pour faciliter les observations, des individus ont été capturés et marqués après l’étude préliminaire. La capture s’est faite à main nue et à l’épuisette (Annexe 2). La capture à main nue s’est faite en s’approchant lentement de l’individu cible et en le saisissant tout en évitant la queue (s’il est saisi par la queue, l’animal la coupe automatiquement par autotomie, pour s’enfuir). La capture à main nue paraît être plus efficace malgré qu’elle soit difficile sur les adultes qui sont très rapides, et qu’elle puisse blesser l’animal si non maitrisée. La capture à l’épuisette s’est faite en approchant ce matériel vers l’animal, l’ouverture tournée vers le bas, puis en le recouvrant avec, et enfin en glissant un peu le filet sur le sol pour que l’animal soit bien piégé entre les mailles. Cette méthode est plus adéquate bien que sa faisabilité semble limitée à cause de la végétation qui peut gêner. Après la capture, le marquage des individus s’est fait a l’aide d’une peinture a l’huile rouge. La marque était de forme arrondie de 1 cm de diamètre environ. La position de la marque sur le corps du lézard était propre à chaque individu marqué. Les individus capturés et marqués n’ont pas pu être retrouvés ultérieurement. Ceci peut être lié à un stress dû à la capture qui aurait encouragé les individus à s’éloigner des sites d’étude. Les individus observés dans l’étude proprement dite sont donc des individus qui n’ont pas été capturés. Certains individus observés ont pu être marqués sans capture. Pour cela, l’observateur s’est approché discrètement de chaque individu à marquer et a laissé tomber quelques gouttes de la peinture à l’huile rouge sur une partie du corps de cet individu. La partie du corps visée avec ces gouttes de peinture était différente pour chaque individu marqué. La position précise des marques de peintures a ensuite été notée. Les individus qui ont été marqués de cette manière ont pu être retrouvés plus tard. Pour les individus qui n’ont pas pu être marqués avec la peinture à l’huile rouge, la combinaison des paramètres suivant a été utilisée pour distinguer chacun d’eux des autres: sa classe d’âge (juvénile (JU) ou adulte (AD)), l’espèce à laquelle il appartient, et la distance qui le sépare des individus d’apparence semblables. Plus concrètement, quand deux individus nonmarqués sont de même espèce et de même classe d’âge et qu’ils n’ont pas de marque de peinture ni de marque naturelle, ils sont considérés différents s’ils sont à plus de 100 m l’un de l’autre, ou s’ils ont été vus en même temps.

Observations sur le mode d’alimentation

La collecte des données sur le mode d’alimentation a été faite uniquement durant les jours ensoleillés, durant lesquelles les lézards sont très actifs. La recherche d’individus à observer a eu lieu entre 9h30 et 16h00, avec une pause de 12h00 à 13h30. C’était la partie du jour suffisamment chaude durant laquelle les lézards font normalement la chasse, une constatation issue des études préliminaires. La recherche des individus cibles a été menée le long des pistes dans chaque site d’étude en marchant lentement pour éviter de les perturber. Cette étape s’est faite par vision directe ou avec l’aide d’une paire de jumelles. Apres repérage les perturbations de l’individu à observer ont été évitées au maximum. Ainsi, l’observateur est resté immobile autant que possible. La distance entre l’animal suivi et l’observateur a été maintenu à plus de 3 m, une précaution issue des études similaires (Razafindrakoto, 2006 ; Randrianarisoa, 2010) et des constats durant les études préliminaires. Toutefois, dans certains cas, l’animal s’est rapproché de l’observateur en continuant normalement ses activités. Ainsi, son comportement est enregistré. Dans le cas ou la présence de l’observateur semble avoir influencé l’animal, tout comportement associé a été omis des analyses. Chaque lézard a été observé sans interruption par la méthode « focal sampling » (Altmann, 1974 ; Huey et Pianka, 1981). La durée d’observation optimale est de 10 minutes.

Cependant, plusieurs individus ont été perdus avant cette durée optimale. Ainsi, les observations de moins de 1 minute ont été omises de l’analyse. Les données sur le mode d’alimentation de chaque individu ont été enregistrées vocalement avec un smartphone. Ensuite, les enregistrements ont été transcrits sur des feuilles de données. Pour chaque individu suivi, ces données concernent : le début et la fin de chaque mouvement de déplacement (l’heure avec minutes), la distance parcourue à chaque mouvement de déplacement (en cm) estimée visuellement et les paramètres permettant de distinguer l’animal (voir I.4.1).

La différence entre le début et la fin de chaque mouvement de déplacement correspond à sa durée (en minutes). Ici, un mouvement de déplacement est défini comme étant une translation du corps en entier d’un point à un autre. Ainsi, les mouvements d’ajustements de position sont exclus. Le repos est enregistré quand le lézard arrête de se déplacer au moins une seconde (Huey et Pianka, 1981). Des indices caractérisant le mode d’alimentation pour chaque individu et pour la population étudiée sont ensuite calculés à partir du nombre de mouvements de déplacements, de la durée d’observation, de la durée de chaque mouvement de déplacement, de la distance parcourue durant chaque mouvement de déplacement et de la distance parcourue durant chaque observation. Dans le cadre de la présente étude, les indices suivants sont calculés pour caractériser le mode d’alimentation..

Guide du mémoire de fin d’études avec la catégorie observations sur le mode d’alimentation

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre et consulter une liste des projets proposées cette année, vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe et ouvrir le fichier PDF ou DOC. Ce rapport complet, pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux, est classé dans la catégorie relations entre les facteurs écologiques où vous pouvez trouver aussi quelques autres mémoires de fin d’études similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Mots clés : Mode d’alimentation ; Gerrhosauridae ; Zonosaurus karsteni ; Zonosaurus laticaudatus, Kirindy CNFEREF

Table des matières

SOMMAIRE
INTRODUCTION
GENERALITES
I. MATERIELS ET METHODES
I.1. Matériel biologique
I.2. Milieu d’étude
I.3. Période et sites d’étude
I.4. Méthodes de collecte des données
I.4.1. Etudes préliminaires
I.4.2. Capture et marquage des individus
I.4.3. Observations sur le mode d’alimentation
I.4.4. Etude des facteurs écologiques potentiels de variations du mode d’alimentation
I.4.5. Utilisation du microhabitat
I.4.6. Habitat favorable à la survie des espèces étudiées
I.5. Traitement des données
I.5.1. Analyse des facteurs de variations du mode d’alimentation
I.5.2. Analyse des relations entre facteurs écologiques
I.5.3. Analyses de l’utilisation du microhabitat et de l’abondance par kilomètre des espèces étudiées entre N5 et CS7
II. RESULTATS
II.1. Tendance générale et variations du mode d’alimentation
II.2. Facteurs de variations du mode d’alimentation dans chaque espèce étudiée
II.2.1. Exploration des variations du mode d’alimentation
II.2.2. Influence des classes d’âge sur le mode d’alimentation
II.2.3. Influences des facteurs écologiques sur le mode d’alimentation
II.2.4. Relations entre les facteurs écologiques
II.3. Utilisation du microhabitat
II.4. Habitat favorable à la survie
III. DISCUSSION
III.1. Tendance générale du mode d’alimentation de Zonosaurus karsteni et Zonosaurus laticaudatus
III.2. Variations du mode d’alimentation de Zonosaurus karsteni
III.3. Mode d’alimentation et utilisation du microhabitat
III.4. Mode d’alimentation et habitat favorable à la survie
CONCLUSION
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
ANNEXES

Télécharger le rapport completRapport PFE, mémoire et thèse PDF

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *