Indicateurs de santé de l’enfant

Indicateurs de santé de l’enfant

Dans le monde

Les enfants représentent une part importante de la population mondiale surtout dans les pays où l’espérance de vie est faible. L’espérance de vie moyenne globale est en hausse et est estimée à environ 69 ans, tandis que le taux de mortalité infanto-juvénile est en baisse, elle était de 51 %0 en 20 Il [4,8] contre 97%0 en 1990. Selon le rapport mondial 2012 sur la mortalité des enfants, les causes de la mortalité infanto-juvénile seraient principalement la pneumonie (18%), la diarrhée (14%), les complications pendant l’accouchement (9%), le paludisme (7%) et globalement plus d’ 1/3 des décès sont attribuables à la malnutrition. La mortalité néonatale représente 43% de la mortalité infanto-juvénile [4].

En Afrique

L’Afrique regroupe 15,5% de la population mondiale, soit un peu plus d’un milliard d’individus, avec un nombre moyen d’enfants par femme qui est de 4,34. L’espérance de vie à la naissance, y est en moyenne de 57,62 ans [8]. Le taux de mortalité infantojuvénile demeure élevée, globalement supérieur à 70%0. Ces indicateurs ne sont pas uniformes pour toute l’Afrique, notamment en ce qui concerne les pays de l’Afrique Subsaharienne, où, malgré les progrès réalisés entre 1990 et 20 Il, les taux de mortalité infanto-juvénile sont au-delà de 100% .

Au Burkina Faso

Le Burkina Faso est l’un des pays les plus pauvres au monde. Plus de 50% de la population vit en dessous du seuil national de pauvreté. En 2010, selon l’INSD [9], le pays comptait 15730977 d’habitants dont 19,07%, soit 2334781 avaient moins de 5ans. Les statistiques de la santé de l’enfant sont préoccupantes:
﹣le pourcentage d’accouchements assistés est passé de 43,8% en 2006 à 46% en 2010, mais reste faible;
﹣le taux de mortalité infanto-juvénile est passé de 141,9%0 en 2006 à 146% en 2011 [4,10].

Aspects étiologiques des maladies fébriles de l’enfant

Les infections respiratoires

Les principales étiologies des infections respiratoires de l’enfant sont [11, 12, 13] :

Les infections des voies respiratoires supérieures

Les rhinopharyngites
Elles sont causées par les virus: Rhinovirus, coronavirus, virus respiratoire syncytial,
virus influenza A et E, virus parainfluenza. Le traitement est symptomatique, les antibiotiques sont justifiés en cas de surinfection, notamment en cas d’otite moyenne aiguë purulente, ou de sinusite dues principalement à une surinfection par S. pneumoniae et H. influenzae.

Les angines
Classiquement dues à des virus (adénovirus, entérovirus, rhinovirus), dans les pays en développement, l’origine bactérienne à streptocoque fi hémolytique du groupe A est systématiquement envisagée vu le risque de rhumatisme articulaire aigu. Le traitement antibiotique antistreptococcique par la pénicilline V ou l’ amoxicilline est préconisé. Le test de diagnostic rapide, permet de diminuer la prescription d’antibiotiques dans 75 à 90 % des cas. Concernant les angines à Corynebacterium diphteriae le traitement associe d’emblée la pénicilline G et la sérothérapie, après avoir fait un prélèvement de gorge pour rechercher Corynebacterium dyphteriae. La vaccination antidiphtérique, intégrée dans les programmes élargis de vaccination, protège contre l’infection diphtérique.

Les otites moyennes aiguës
Première infection bactérienne de l’enfant en Europe, elle y atteint 20% des enfants au moins une fois par an, l’examen des oreilles est systématique devant une otalgie, une infection du pharynx et surtout la fièvre. Elles sont causées par S. pneumoniae, H. influenzae, Moraxella catarrhalis qui sont responsables de complications: sinusite,mastoïdite, méningite. Quand le diagnostic est certain, il faut aSSOCIer dans le traitement, l’amoxicilline et l’acide clavulanique. La paracentèse est faite chez les nourrissons de moins de 3 mois, et en cas d’otites récidivantes. L’étude bactériologique du pus permettra d’identifier le germe en cause et de réaliser un antibiogramme. L’otite moyenne aiguë est une surinfection fréquente au cours de la rougeole.

Laryngite et épiglottite
Chez l’enfant, le risque d’obstruction des voies aériennes respiratoires met en jeu le pronostic vital dans un bref délai. La laryngotrachéite atteint l’enfant de 1 à 3 ans. Les agents causaux sont virus parainjluenza, virus injluenza, virus respiratoire syncytial (VRS), coronavirus. Le traitement nécessite une hospitalisation, avec administration intra veineuse de corticoides. L’épiglottite est causée par H influenza de type b et atteint les enfants de 3 à 7 ans. Elle nécessite une antibiothérapie (céphalosporine de 3ème génération). Elle peut nécessiter une intubation ou une trachéotomie en urgence.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
I. GENERALITES
II. REVUE DE LA LITTERATURE
III. OBJECTIFS
IILI. OBJECTIF GE)lERAL
IIL2. OBJECTIFS SPECIFIQUES
IV. CADRE ET CHAMP DE L’ETUDE
IV.I. CADRE DE L’ETUDE
IV.2. CHAMP DE L’ETUDE
V. METHODOLOGIE
V.l. TYPE ET PERIODE D’ETUDE
V.2. POPULATION D’ETUDE
V.3. ECHANTILLONNAGE
IV3.I. Calcul de la taille d’échantillon
IV3.2. Méthode d’échantillonnage
VA. DESCRIPTION DES VARIABLES ETUDIEES
V 4.1.Caractéristiques sociodémographiques de l’enfant
V 4. 2. Recours actuel
V 4. 3. Recours antérieur
V 4. 4. Accompagnateur
V4.5,Parents
V 4. 6. Eléments de la consultation
V 4.7. Traitement médicamenteux prescrit
V.5. COLLECTE DES DONNEES
V.6. ANALYSE DES DONNEES
VI. CONSIDERATIONS ETHIQUES
VII. RESULTATS
VII.I. CARACTERISTIQUES DE L’ECHANTILLON
VIl. 1. 1. Caractéristiques des enfants inclus dans l’étude
VIl. 1.2. Caractéristiques des parents de l’enfant
VII.2. DESCRIPTION DU RECOURS AUX SOINS DES ENFANTS
VIl. 2. 1. Recours actuel
VII. 2. 2. Recours antérieur
VIl.2.3. Profil de l’accompagnateur principal de l’enfant
VII.3. PRINCIPAUX MOTIFS ASSOCIES A LA FIEVRE
VIlA. PRINCIPALES HYPOTHESES DIAGNOSTIQUES RETENUES
VII.4.1. Nombre d’hypothèses et de pathologies par hypothèse diagnostique
VII. 4.2. Hypothèses diagnostiquesformulées par l’agent de santé
VII. 4. 3. Examens complémentaires demandés au CHUSS
VIl.5. TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
VII.6. TRAITEMENT MEDICAMENTEUX SELON LE DIAGNOSTIC
VIII. DISCUSSION
VIII.I. LIMITES METHODOLOGIQUES
VIlI.2. CARACTERISTIQUES DES ENFANTS
VIII.3. CARACTERISTIQUES DES PARENTS
VIllA. RECOURS AUX SOINS
VIII.5. MOTIFS, HYPOTHESES DIAGNOSTIQUES ET EXAMENS COMPLEMENTAIRES
VIIl.6. TRAITEMENT
CONCLUSION
SUGGESTIONS
ANNEXES

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.