Impact des produits naturels sur les thérapies actuelles

 Impact des produits naturels sur les thérapies actuelles

De tous temps les hommes ont utilisé les produits naturels pour leurs propriétés biologiques, à des fins thérapeutiques, cosmétiques, comme poisons, etc… Pendant très longtemps, pratiques religieuses et médications ont été intimement liées, les différents traitements à bases de plantes ou d’extraits organiques étaient ainsi associés à des divinités prépondérantes. Le papyrus Ebers (environ 1550 avant J. C.) est le premier papyrus médical connu, il recense les connaissances en médecine datant de l’Egypte ancienne : quels dieux invoquer, quelles prières réciter, quelles décoctions préparer. Au cours de la civilisation hellène, Hippocrate (460 – 370 environ avant J.-C.) fut le premier à associer les maladies à des phénomènes naturels et ainsi à réfuter l’origine divine. Dès lors et pendant des siècles, la connaissance du corps humain, des maladies et la pharmacopée ont évolué. Si l’alchimie a dominé au cours du Moyen Age, les travaux de Lavoisier ont établi les bases de la chimie moderne à la fin du 18ème siècle. Avec le développement des méthodes d’extraction et de purification, les premières molécules organiques ont pu être isolées de végétaux au début du 19ème siècle. Ce furent la morphine, l’émétine, la caféine, la strychnine, la colchicine et la quinine .

Les structures de ces molécules ne furent déterminées que plusieurs décennies plus tard, et les premières synthèses entièrement stéréosélectives de certaines d’entre elles n’ont été accomplies que récemment (strychnine en 1993, quinine en 2001 ). Leur isolement eut cependant un impact considérable et ouvrit une ère nouvelle pour la médecine, la biologie, la pharmacie et la chimie. Depuis cette époque, les molécules organiques naturelles découvertes ont permis notamment d’améliorer la connaissance des mécanismes qui régulent notre organisme et d’augmenter significativement notre espérance de vie en offrant des traitements à des maladies qui pouvaient autrefois s’avérer létales. Parmi ces découvertes, celle de la pénicilline par Alexander Fleming en 1928 est d’une importance considérable . Elle mit en évidence le fait que des organismes vivants produisent des métabolites secondaires actifs dont le rôle est de protéger vis-à-vis d’agressions extérieures. Fleming avait d’ailleurs déjà mis en évidence l’existence d’une enzyme à faible potentiel bactéricide (lysozyme) dans la salive, les larmes et le mucus nasal.

Catalyse par des complexes organométalliques 

Introduction

Historique
Bien que le mot « catalyse » ait été utilisé pour la première fois par Libavius en 1597, il tomba rapidement dans l’oubli, et ce fut Berzelius (1779-1849) qui donna en 1836 la première définition du catalyseur en le décrivant comme une espèce capable de «réveiller les affinités assoupies » des réactifs pour conduire à une transformation chimique, sans lui-même être altéré.  En bon visionnaire, Berzelius prédit que des réactions catalytiques avaient lieu dans les organismes vivants animaux et végétaux, et que les procédés catalytiques connaîtraient un important développement en chimie industrielle.

La catalyse d’une réaction est aujourd’hui définie comme l’opération qui consiste à accélérer ou permettre cette réaction soit en abaissant son énergie d’activation, soit en offrant un chemin réactionnel différent. Le catalyseur de la réaction étant régénéré au cours de celleci, il n’a pas besoin d’être utilisé en quantité stœchiométrique. Le catalyseur peut être de nature enzymatique, minérale, organique ou organométallique. Il peut être soluble (catalyse homogène) ou non (catalyse hétérogène) dans le milieu réactionnel.

Le premier complexe organométallique fut synthétisé par Zeise en 1827 (sel de Zeise : K[(η2 -C2H4)PtCl3]), puis à partir de 1870 les premiers complexes métal carbonyles ont été préparés par Schützenberger ([Pt(CO)2Cl2] et [Pt(CO)Cl2]2), Mond (Ni(CO)4 en 1890 et Fe(CO)5 en 1891), et Berthelot (Fe(CO)5 en 1891). Les complexes métal-carbonyles sont à l’origine de la première application industrielle de la catalyse organométallique homogène. Le procédé « oxo » d’hydroformylation des oléfines découvert en 1938 par Roelen (Ruhrchemie) fait aujourd’hui toujours partie des plus importants procédés catalytiques industriels (Schéma 14). Ce procédé a connu de nombreux développements dont le plus récent est l’utilisation d’un complexe de rhodium hydrosoluble (Rh(H)(CO)(TPPTS)3) dans un milieu biphasique organo-aqueux par Rhône-Poulenc et Ruhrchemie. Ce système conduit à la formation du butanal avec une meilleure sélectivité, facilite la purification du produit et permet le recyclage du catalyseur.

Essor de la catalyse organométallique 

L’essor de la chimie organométallique n’a toutefois eu lieu qu’après la seconde guerre mondiale. La découverte du Ferrocène en 1951 et celle de la polymérisation des oléfines par les catalyseurs de Ziegler-Natta en 1955 ont amorcé une période riche en découvertes fructueuses tant sur le plan académique qu’au niveau industriel. A partir des années 1960 l’apparition de nouvelles réactions catalysées par des complexes de métaux de transition révolutionnera peu à peu la chimie organique classique. En particulier de nombreuses réactions catalysées par le palladium ont été découvertes, permettant de créer sélectivement des liaisons carbone-carbone et carbone-hétéroatome (réactions de Heck-Mizoroki, Sonogashira, Suzuki, Stille, Negishi, Tsuji-Trost, Buchwald-Hartwig) .

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Introduction Générale
Chapitre I : Bibliographie
A- Impact des produits naturels sur les thérapies actuelles
I.- Introduction
II.- Origine des molécules d’intérêt biologique
II.1- Origine végétale
II.2- Microorganismes
II.3- Origine animale
II.4- Molécules extraites d’organismes marins
II.4.a- Une éponge marine à l’origine des antiviraux et anti-tumoraux nucléosidiques
II.4.b- Extraits de gorgone dans une crème antirides
II.4.c- Squalamine, ziconotide, immunocyanine sur le marché
II.4.d- Futurs anticancéreux d’origine marine
II.4.e- Quelle est la véritable origine des substances actives ?
II.4.f- Production des métabolites actifs
III.- Synthèse de molécules d’intérêt biologique au laboratoire
B- Catalyse par des complexes organométalliques
I.- Introduction
I.1- Historique
I.2- Essor de la catalyse organométallique
I.3- Premières réactions de catalyse organométallique asymétrique
I.4- Impact de la catalyse organométallique
II.- Hydrogénation asymétrique
II.1- Historique
II.2- Préparation des complexes chiraux de ruthénium
II.3- Hydrogénation asymétrique catalysée par les complexes chiraux de ruthénium
II.4- Hydrogénation asymétrique des β-cétoesters
II.4.a- Mécanisme – cycle catalytique
II.4.b- Sens de l’énantiosélectivité – règle des quadrants
II.4.c- Influence d’autres centres stéréogènes et des groupements chélatant le ruthénium
II.5- Applications de l’hydrogénation asymétrique des β-cétoesters en synthèse
III.- La Métathèse
III.1- Historique
III.2- Applications de la métathèse
III.3- Evolution des catalyseurs
III.3.a- Catalyseurs de tungstène et de molybdène
III.3.b- Catalyseurs de ruthénium
Mécanisme et cycle catalytique
Relation Structure-activité
III.4- La métathèse ényne catalysée par les complexes de ruthénium
III.5- Catalyseurs de Grubbs : purification et réactions secondaires
III.6- Impact et nouvelles applications industrielles
Chapitre II Synthèse du fragment C15-C30 des dolabélides
I.- Bibliographie
I.1- Présentation des dolabélides
I.2- Approches synthétiques des dolabélides
I.2.a- Approche du groupe de Prunet
I.2.b- Approche du groupe de Leighton
II.- Synthèse
II.1- Stratégie et objectifs
II.2- Rétrosynthèse
II.3- Approche du fragment C15-C30 par réaction de Horner-Wadsworth-Emmons
II.3.a- Première approche du fragment C15-C24
II.3.b- Synthèse du fragment C15-C24
II.3.c- Synthèse du fragment C25-C30
II.3.d- Réaction de Horner-Wadsworth-Emmons entre les fragments C15-C24 et C25-C30
II.3.e- Approche alternative par réaction de Horner-Wadsworth-Emmons
II.4- Autres approches par formation de la double liaison C24-C25
II.5- Synthèse du fragment C15-C30 par formation de la liaison C23-C24
II.5.a- Synthèse de l’alcyne C24-C30
II.5.b- Synthèse du fragment C15-C30
II.6- Synthèse d’analogues du fragment C15-C30
II.6.a- Synthèse de l’épimère C22
II.6.b- Synthèse sur support solide
III.- Conclusion
Chapitre III : Synthèse de β-lactames polycycliques
I.- Bibliographie
I.1- Présentation des β-lactamines
I.1.a- Histoire des antibiotiques β-lactamines
I.1.b- Mode d’action et résistance bactérienne
I.2- Méthodes de synthèse de β-lactames tricycliques
I.2.a- Approche des laboratoires Glaxo
I.2.b- Approche du groupe d’Hanessian en collaboration avec GlaxoWellcome
I.2.c- Approche des laboratoires Wyeth-Ayerst Research
I.2.d- Approche du groupe de Gallagher (Zeneca Pharmaceuticals)
I.2.e- Approche des laboratoires LEK pharmaceuticals
I.2.f- Approche des laboratoires Hoffmann-La Roche
I.2.g- Approche des laboratoires Sankyo
I.2.h- Approche des laboratoires Procter et Gamble Pharmaceuticals
I.3- Synthèse de β-lactames polycycliques par métathèse
I.3.a- Approches du groupe de Barrett
I.3.b- Approche du groupe de Holmes
I.3.c- Approche du groupe de Alcaide
I.3.d- Approche du groupe de Metz
II.- Synthèse de β-lactames polycycliques
II.1- Synthèses de β-lactames au laboratoire
II.2- Objectifs du travail
II.3- Rétrosynthèse des composés polycycliques
II.4- Synthèse des diènes
II.4.a- Séquence réactionnelle
II.4.b- Interprétation de la différence de réactivité des énynes
II.5- Cycloadditions de Diels-Alder
II.5.a- Cycloadditions thermiques
II.5.b- Mise au point des conditions réactionnelles avec le diène 4/5
II.5.c- Détermination de la stéréochimie des adduits de Diels-Alder
II.6- Réactions de métathèse et de Diels-Alder « one-pot »
III.- Synthèse de β-lactames polycycliques fonctionnalisés
III.1- Fonctionnalisation des β-lactames polycycliques
III.1.a- Hydrogénation de la double liaison
III.1.b- Introduction de la fonction ester sur le cycle B
III.2- Synthèse de composés 4/6/6 fonctionnalisés
III.2.a- Bibliographie
III.2.b- Rétrosynthèse
III.2.c- Synthèse des diènes
III.2.d- Cycloadditions
III.2.e- Réactions de métathèse et Diels-Alder « one-pot »
IV.- Synthèse sur support solide
IV.1- Bibliographie
IV.1.a- Principe
Le bras de couplage
IV.1.d- Applications en chimie combinatoire
IV.1.d- Synthèse sur support solide au laboratoire
IV.2- Synthèse des β-lactames polycycliques sur support solide
IV.2.a- Travaux antérieurs
IV.2.b- Influence du bras de couplage et des conditions réactionnelles
IV.2.c- Synthèse sur la résine PS-DES
V.- Evaluation des propriétés antibactériennes
VI.- Conclusion
Conclusion Générale

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.