Hydroboration d’alcynes catalysée par des complexes de cobalt

L’hydroboration d’alcynes, et notamment d’alcynes internes, constitue une voie d’accès privilégiée à des précurseurs de synthèse à haute valeur ajoutée. En effet, elle permet la synthèse d’esters vinylboroniques qui sont des réactifs de choix pour des réactions de couplage croisé, largement utilisées aussi bien en laboratoire qu’en industrie. Certes les réactions d’hydroboration ont été énormément étudiées au cours des cinquante dernières années et des méthodes efficaces ont été développées. Malgré tout, les questions de chimio-, régio- et stéréosélectivités que pose cette réaction en font un défi perpétuel. L’objectif commun à tous les chercheurs est de mettre au point des stratégies efficaces et versatiles, permettant chacune d’accéder sélectivement à un type d’ester vinylboronique particulier. D’autre part, si l’on tient compte des problématiques actuelles d’utilisation et de gestion des ressources, le développement de méthodes mettant en jeu des catalyseurs à base de métaux non nobles est une nécessité. Parmi eux, le cobalt s’est petit à petit imposé dans la liste des métaux efficaces et viables aussi bien pour son abondance que son faible coût et sa toxicité modérée. Notre équipe, qui jouit d’une expertise accrue dans le domaine de la catalyse au cobalt, a démontré au cours des dernières années le fort potentiel d’une famille de complexe [Co(PMe3)n(R)] pour des réactions impliquant l’activation de liaisons C‒H et Si‒H. Dans le cadre de ce projet, nous avons voulu exploiter les capacités de ces complexes en catalyse pour le développement de réactions originales d’hydroboration d’alcynes internes. Dans un second temps, nous avons tenté d’élargir le champ d’application de ces complexes non plus à des réactions d’hydrofonctionnalisation, mais de double fonctionnalisation.

Catalyse par des complexes bien définis de cobalt à basse valence

Activation de liaisons C‒H par des complexes bien définis de cobalt à basse valence

Klein a réalisé d’importantes études sur les propriétés des complexes de cobalt à basse valence, et il a notamment montré en 1993 la capacité de ce type de complexes à activer des liaisons C‒H. Au cours de cette étude réalisée avec des quantités stœchiométriques de cobalt(0) ou de cobalt(I), Klein a révélé la différence cruciale de réactivité entre deux complexes apparentés en fonction de la nature des ligands portés. En présence d’un diazène, le complexe de cobalt(0) [Co(C2H4 (PMe3)3] subit un échange de ligand, conduisant à la coordination du diazène et à la libération d’éthylène (Schéma I.1, équation 1). En revanche, le complexe de cobalt(I) [Co(Me)(PMe3)4] réagit avec l’azobenzène selon une réaction de cyclométallation pour conduire au cobaltacyle à cinq chaînons, entraînant la libération d’une molécule de méthane (Schéma I.1, équation 2). Dans ce deuxième cas, la réaction procède bien comme précédemment par un premier échange de ligand entre l’azobenzène et une molécule de triméthylphosphine. Dans ce nouveau complexe, l’azobenzène agirait alors comme groupement directeur permettant ainsi l’addition oxydante du cobalt dans la liaison C‒H. Par la suite Klein démontra qu’il était possible d’utiliser ce même complexe de cobalt pour activer des liaisons C‒H portées par divers arènes fonctionnalisés par des atomes de phosphore, d’oxygène, d’azote ou encore de soufre.

En réalité le concept de C‒H activation, cette fois-ci dans sa version catalytique, avait déjà été exploité en 1955 par Murahashi. A partir de la N-benzylidèneaniline, en présence de Co2(CO)8 sous atmosphère de monoxyde de carbone, il a réalisé la synthèse de la 2- phénylisoindolinone (Schéma I.2). Ceci constitue le premier exemple de catalyse organométallique permettant la fonctionnalisation de liaison C‒H assistée par chélation. En effet, on suppose que cette réaction passe par une étape de cyclométallation suivie de l’insertion de CO dans le cobaltacyle et d’une élimination réductrice permettant de conduire au produit cyclisé et à la régénération du catalyseur. Ce travail a cependant été limité par les conditions réactionnelles de température et de pression pour le moins drastiques.

Malgré ce résultat déjà fort prometteur, il faudra attendre 1994 pour voir apparaître de nouvelles avancées significatives dans le domaine, en complément des travaux préliminaires de Klein développés en version stœchiométrique. En effet, Kisch publia la première réaction d’hydroarylation d’alcynes catalysée par un complexe de cobalt(I) [CoH(N2)(PPh3)3] à partir de dérivés de l’azobenzène et de diphénylacétylène (Schéma I.3). Ces résultats ont constitué la première preuve de concept concernant la possibilité non seulement d’activer des liaisons C‒ H aromatiques avec des complexes de cobalt, mais aussi, et de manière beaucoup plus intéressante, d’utiliser les métallacycles intermédiaires comme espèces actives pouvant réagir avec des liaisons multiples C‒C pour conduire aux produits d’hydroarylation correspondants. Cependant, cette méthodologie présente différentes limites de par la quantité encore importante de catalyseur utilisée et de son champ d’application réduit au diphénylacétylène et aux dérivés de l’azobenzène.

A partir de ces travaux, et particulièrement depuis la dernière décennie, l’utilisation de complexes de cobalt à basse valence pour catalyser des réactions d’hydroarylation d’alcynes et d’alcènes, et plus généralement des réactions de C‒H activation, a été largement développée. Deux stratégies se sont distinguées au fil des années. Une première consiste à utiliser un système catalytique ternaire composé d’un sel de cobalt(II) (stable et facile d’utilisation), d’un ligand (le plus souvent de type phosphine ou encore NHC) et d’un réducteur par exemple un organomagnésien ajouté dans des proportions similaires à celle du catalyseur, voire en excès. Yoshikai a été le premier à mettre en évidence l’efficacité d’un tel système pour l’hydroarylation d’alcynes. Cette méthodologie a par la suite été largement étendue à d’autres types de réactions : l’hydroarylation d’oléfines, l’hydroacylation et les couplages croisés avec des halogénures aromatiques, vinyliques ou aliphatiques. La seconde stratégie est quant à elle basée sur l’utilisation de complexes de cobalt(0) ou de cobalt(I) bien définis. Ces complexes, malgré leur sensibilité à l’air, ont l’avantage d’être efficaces sans l’ajout d’un quelconque additif. En effet, la présence d’un agent réducteur tel qu’un organomagnésien a pour conséquence directe de limiter le champ d’application des méthodologies développées en raison d’une faible tolérance fonctionnelle. D’autre part, générer une espèce catalytique active in situ à partir d’un mélange de composés présente certains inconvénients. En effet il est souvent délicat de déterminer le rôle exact de chacun de ces composés ainsi que la nature réelle de l’espèce catalytique. De ce fait, élucider le mécanisme de la réaction étudiée devient délicat. Au contraire, l’utilisation d’un complexe bien défini comme catalyseur de départ constitue un premier pas vers la connaissance du mode d’action de ce dernier. Pour toutes ces raisons, depuis ces quatre dernières années, notre équipe a cherché à exploiter cette seconde stratégie, basée sur l’utilisation de complexes de cobalt isolés de basse valence (0) ou (I) de la famille [Co(PMe3)n(R)]. L’objectif était de développer des séquences « activation de liaisons C‒H / hydrofonctionnalisation » en version catalytique, avec la possibilité de procéder dans chaque cas à des études mécanistiques.

Dans la continuité des travaux de l’équipe, ces complexes de cobalt ont dans un premier temps été logiquement utilisés de manière efficace pour le développement de réactions de cycloaddition [2+2+2]. De manière intéressante, un autre type de réactivité a été décelé dans le cadre de ces études : la dimérisation régio- et stéréosélective d’alcynes terminaux. En effet, en présence d’une quantité catalytique de HCo(PMe3)4, les dérivés de l’acétylène dimérisent, formant ainsi sélectivement les (E)-1,4-énynes correspondants. De manière encore plus intéressante, l’étude mécanistique incluant des calculs DFT (density functional theory) a révélé que cette réaction reposait sur une activation de la liaison C‒H d’une des deux molécules d’arylacétylène impliquées dans la dimérisation (Schéma I.5). En effet, après échange de ligands et coordination de deux molécules de substrat sur le cobalt pour former l’intermédiaire A s’en suivrait une étape d’addition oxydante du centre métallique dans la liaison C‒H acétylénique, générant une nouvelle espèce B de cobalt(III). Cet intermédiaire subirait alors préférentiellement une étape d’hydrocobaltation puis une élimination réductrice permettant la formation de l’intermédiaire D qui, après échange de ligand, conduirait à la libération du produit et la régénération de l’espèce active. Il est à noter que lors de cette étude, le complexe de cobalt(0) Co(PMe3)4 s’est révélé être lui aussi très efficace.

Outre son intérêt synthétique, cette réaction représente surtout une preuve de concept indiquant la possibilité d’utiliser ce type de complexes pour réaliser des réactions nécessitant une étape élémentaire de C‒H activation initiale. Suite à cette découverte prometteuse, un travail conséquent a été entrepris dans le but de démontrer le potentiel de tels systèmes catalytiques pour l’activation de liaisons C‒H et leur fonctionnalisation.

Dans un premier temps, la réactivité avérée de ces complexes de cobalt vis-à-vis de liaisons C‒H a été exploitée dans le but de développer des réactions d’hydrofonctionnalisation via l’activation de liaisons C‒H ortho-dirigée. La stratégie était d’utiliser un groupement directeur, capable de chélater le métal, et de ce fait assister l’addition oxydante du centre métallique dans la liaison C‒H (Schéma I.6). Ce concept, bien connu aujourd’hui, a déjà été largement étudié avec un grand nombre de métaux de transition, notamment des métaux nobles tels que le rhodium, le palladium ou le ruthénium.

En ce qui concerne les complexes de cobalt à basse valence, leur utilisation avantageuse pour l’activation ortho-assistée de liaisons C‒H a été démontrée par Yoshikai. 10a En effet, il a constaté qu’une céto-imine portant un substituant p méthoxyphényle était un groupement directeur de choix pour diriger l’addition oxydante du cobalt dans une liaison C‒H en position ortho. Ceci lui a permis de développer des méthodologies efficaces et économiques de fonctionnalisation directe de molécules aromatiques. Cependant, même si les résultats obtenus pour ces différentes réactions d’hydroarylation sont plus que satisfaisants, les systèmes catalytiques utilisés par Yoshikai posent certains problèmes. L’utilisation d’un excès de réactif de Grignard pour la génération de l’espèce catalytique active a pour conséquence de limiter la tolérance fonctionnelle du système, de rendre difficile l’identification de l’espèce active et du coup l’étude mécanistique. De plus, l’utilisation d’un système catalytique ternaire (sel de cobalt, ligand, réactif de Grignard) rend souvent difficile et fastidieuse l’optimisation des conditions réactionnelles. Pour toutes ces raisons, il paraissait judicieux et opportun de proposer une nouvelle méthodologie de C‒H activation assistée par chélation, catalysée par des complexes bien définis de cobalt à basse valence. A partir des complexes de cobalt de type [Co(PMe3)n(R)], l’équipe a ainsi pu mettre au point une autre méthode pour l’hydroarylation d’alcynes à partir des mêmes céto-imines aromatiques (Schéma I.7). Cette réaction est complémentaire à celle décrite par Yoshikai puisqu’elle produit les adduits correspondants avec une haute sélectivité trans (hydroarylation syn-sélective dans le cas de la méthode de Yoshikai). Elle présente également certains avantages, notamment en ce qui concerne sa tolérance fonctionnelle et la possibilité de rationaliser le mécanisme réactionnel. Pour cette étude, le complexe de cobalt(0) Co(PMe3)4 a été défini comme catalyseur de choix puisqu’il permettait d’obtenir des rendements légèrement meilleurs que le complexe de cobalt(I) HCo(PMe3)4.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Introduction générale
Chapitre 1 : Hydroboration d’alcynes catalysée par des complexes de cobalt
Introduction
I. Rappels bibliographiques
I.1. Catalyse par des complexes bien définis de cobalt à basse valence
I.1.1. Activation de liaisons C‒H par des complexes bien définis de cobalt à basse valence
I.1.2. Activation de liaisons Si‒H par des complexes bien définis de cobalt à basse valence
I.2. Hydroboration d’alcynes
I.2.1. Hydroboration d’alcynes ‒ Résultats préliminaires
I.2.2. Hydroboration d’alcynes organocatalysée
I.2.3. Hydroboration d’alcynes catalysée par des métaux de transition
I.2.3.1. Hydroboration d’alcynes catalysée par des complexes de titane
I.2.3.2. Hydroboration d’alcynes catalysée par des complexes de zirconium
I.2.3.3. Hydroboration d’alcynes catalysée par des complexes de nickel
I.2.3.4. Hydroboration d’alcynes catalysée par des complexes de fer
I.2.3.5. Hydroboration d’alcynes catalysée par des complexes de cuivre
I.2.3.6. Hydroboration d’alcynes catalysée par des complexes de cobalt
II. Objectifs du projet
III. Hydroboration d’alcynes catalysée par HCo(PMe3)4
III.1. Optimisation de la réaction
III.2. Résultats de l’hydroboration d’alcynes disubstitués
III.3. Considérations mécanistiques
III.3.1. Hydroboration cobalta-catalysée versus organocatalysée
III.3.2. Origine de la régiosélectivité
III.3.3. Mise en évidence de l’espèce active
III.3.4. Origine de la stéréosélectivité
III.3.5. Proposition mécanistique
IV. Vers la diboration d’alcynes catalysée par des complexes de cobalt
IV.1. Rappels bibliographiques
IV.1.1. Diboration d’alcynes non catalysée
IV.1.2. Diboration d’alcynes organocatalysée
IV.1.3. Diboration d’alcynes catalysée par des métaux de transition
IV.1.3.1. Diboration d’alcynes catalysée par des complexes de fer
IV.1.3.2. Diboration d’alcynes catalysée par des complexes de cuivre
IV.1.3.3. Diboration d’alcynes catalysée par des complexes de cobalt
IV.2. Optimisation de la réaction
IV.3. Résultats de la diboration d’alcynes disubstitués
IV.4. Approche mécanistique
Conclusions et perspectives
Chapitre 2 : Hydrofonctionnalisation intramoléculaire de liaisons multiples catalysée au niobium
Introduction
I. Rappels bibliographiques
I.1. Chimie du niobium
I.1.1. Généralités sur le niobium
I.1.2. Utilisation du niobium en chimie organique et en catalyse
I.1.2.1. Activation de fonctions carbonyles et d’imines
I.1.2.2. Activation d’éthers et d’alcools
I.1.2.3. Réactions de protection et déprotection
I.1.2.4. Activation de liaisons multiples carbone‒carbone
I.1.2.5. Utilisation de NbCl5 en présence d’un sel d’argent
I.2. Réactions d’hydrofonctionnalisation intramoléculaires
I.2.1. Hydroalkoxylation intramoléculaire d’allènes
I.2.1.1. Hydroalkoxylation intramoléculaire d’allènes catalysée par des complexes de mercure
I.2.1.2. Hydroalkoxylation intramoléculaire d’allènes catalysée par des complexes de lanthanides
I.2.1.3. Hydroalkoxylation intramoléculaire d’allènes catalysée par des complexes de cuivre
I.2.1.4. Hydroalkoxylation intramoléculaire d’allènes catalysée par des complexes de fer
I.2.2. Hydroalkoxylation intramoléculaire d’alcènes
I.2.2.1. Hydroalkoxylation d’alcènes catalysée par des acides de Brønsted
I.2.2.2. Hydroalkoxylation d’alcènes organocatalysée
I.2.2.3. Hydroalkoxylation d’alcènes catalysée par des complexes métalliques
II. Objectifs du projet
III. Hydroalkoxylation intramoléculaire de γ-hydroxyallènes
III.1. Premiers essais d’hydroalkoxylation sur le 5-cyclohéxylidènepent-4-èn-1-ol
III.2. Hydroalkoxylation de γ-hydroxyallènes terminaux
IV. Hydroalkoxylation intramoléculaire d’alcènes
IV.1. Etude des différents paramètres expérimentaux sur le 2,2-diphénylhex-4-èn1-ol
IV.2. Extension à l’hydroalkoxylation de divers alcènes terminaux et internes
V. Hydrofonctionnalisation intramoléculaire d’alcènes et d’alcynes
V.1. Utilisation du système catalytique NbCl5 / AgNTf2 pour l’hydroamination intramoléculaire d’alcènes
V.2. Utilisation du système catalytique NbCl5 / AgNTf2 pour l’hydroalkoxylation et l’hydroamination intramoléculaires d’aminoalkoxy-alcènes
V.3. Utilisation du système catalytique NbCl5 / AgNTf2 pour l’hydrocarboxylation et l’hydroamidation intramoléculaires d’alcènes
V.4. Utilisation du système catalytique NbCl5 / AgNTf2 pour l’hydroalkoxylation intramoléculaire d’alcynes
VI. Amélioration des conditions réactionnelles
VII. Approche mécanistique
VII.1. Expériences de contrôle – comparaison avec un acide de Brønsted
VII.2. Utilisation d’éponges à protons
VII.2.1. Expériences en présence de 1,8-bis(diméthylamino)naphtalène
VII.2.2. Expériences avec une éponge à protons non coordinante : PhSiMe3
VII.3. Proposition mécanistique
Conclusions et perspectives
Chapitre 3 : Vers une version énantiosélective de l’hydroalkoxylation intramoléculaire d’alcènes catalysée par un complexe de niobium
I. Rappels bibliographiques
I.1. Chimie de coordination du niobium pour une application en catalyse stéréosélective
I.1.1. Induction de chiralité par des dérivés de la quinine
I.1.2. Induction de chiralité par des dérivés salen
I.1.3. Induction de chiralité par les dérivés du BINOL
I.2. Hydroalkoxylation intramoléculaire énantiosélective d’alcènes
II. Objectifs du projet
III. Hydroalkoxylation énantiosélective catalysée par le pentachlorure de niobium(V)
III.1. Influence du ligand
III.2. Influence du mode opératoire
III.3. Influence de la présence d’additifs
III.4. Premières conclusions
IV. Hydroalkoxylation énantiosélective catalysée par le pentaéthanolate de niobium(V)
IV.1. Premiers essais
IV.2. Influence de la présence d’eau
IV.3. Influence du mode opératoire
IV.4. Tentatives de mise en évidence des espèces catalytiques actives
IV.5. Mise en évidence d’un problème de reproductibilité
Conclusion et perspectives
Conclusion générale

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.