Generalites sur l’insuffisance renale 

L’anatomie du rein

L’anatomie externe du rein

Les reins sont deux organes profonds rétro-péritonéaux, appliqués contre la paroi lombaire de part et d’autre de la colonne vertébrale, au niveau de la partie haute de la colonne lombaire, s’étendant de TIl à L2-L3. Le rein gauche est un peu plus haut situé que le droit [9]. Le plus souvent, le rein droit est plus petit que le rein gauche. Le rein de l’adulte mesure en moyenne entre 10 et 12 centimètres de longueur, 5 et 6 centimètres de largeur et 4 centimètres d’épaisseur. Il pèse environ 120 grammes et peut atteindre 300 grammes. On distingue au rein une face antérieure et une face postérieure ainsi qu’un large pôle supérieur et un pôle inférieur pointu. Les faces sont séparées par des bords. Le bord latéral est convexe et prolonge les pôles. Dans le bord médial concave se trouve une incisure, le hile du rein, par lequel entrent et sortent les vaisseaux rénaux et le bassinet [9]. Les reins sont en rapport avec les glandes surrénales en haut, l’angle colique droit, la partie descendante du duodénum, la face viscérale du lobe droit du foie en avant. Leur face postérieure correspond à la voie classique d’abord chirurgical du rein [10].

L’anatomie interne du rein

Le rein est constitué d’un parenchyme enveloppé par une capsule fibreuse. Une coupe frontale du rein montre deux parties différentes du parenchyme (Figure 1) :
• au centre la médulla rénale, formée par 8 à 10 pyramides rénales (dites de Malpighi) dont le sommet correspond au début des voies excrétrices et forme les papilles rénales;
• à la périphérie, le cortex rénal sépare la base des pyramides rénales de la surface du rein et pénètre entre les pyramides en formant les colonnes rénales ou colonne de Bertin. La partie périphérique du cortex rénal comprend la partie radiée (pyramides de Ferrein : 500 pour une pyramide de Malpighi) formée par une concentration de tubes collecteurs, et la partie contournée dans laquelle se trouve de nombreuses granulations rougeâtres qui sont les corpuscules rénaux.

Le néphron est l’unité fonctionnelle des reins. Il est constitué d’un glomérule et d’un tubule. Le tubule est composé du tube contourné proximal, de l’anse de Henlé et du tube contourné distal, qui se jette dans le système collecteur des urines (Figure 2). Il existe environ un million de néphrons par rein.

La physiologie du rein

Les principales fonctions du rein

Les reins épurent la fraction plasmatique du sang de certaines substances et dans quelques cas en ajoutent. Ils forment et excrètent ainsi l’urine. Les principales fonctions du rein sont:

La fonction d’épuration sélective
C’est la plus évidente. Le rein n’est pas un filtre passif mais un filtre sélectif. Les reins assurent l’élimination des déchets azotés de l’organisme (l’urée, la créatinine et l’acide urique) et de certaines substances exogènes dont les médicaments et leurs métabolites.

La fonction de régulation de l’homéostasie hydroélectrolytique
C’est la fonction la plus importante. Le volume et la composition des urines sont réglés avec précision afin d’annuler le bilan de l’eau et des électrolytes et de maintenir la stabilité des volumes liquidiens de l’organisme [15]. Le volume et la composition urinaires peuvent varier entre de larges limites en cas de changement des apports et/ou des pertes extrarénales :de 0,5 à 12 L/24 h pour le volume, de 0 à 1000 mmo1l24h pour l’excrétion de sodium, de 50 à 1200 mOsm/Kg pour l’osmolalité et de 4,4 à 8 pour le pH. Cette variabilité préserve l’égalité journalière : Apports=pertes extrarénales +pertes urinaires d’eau et d’électrolytes.

La fonction endocrine

Les reins ont un rôle de glande endocrine, sécrétant au moins deux hormones : l’érythropoïétine et la 1,25-dihydroxyvitamine D. Ils sécrètent également une enzyme, la rénine, qui joue un rôle important dans le contrôle de la pression artérielle et de l’équilibre sodé. Ainsi les reins participent à la régulation rapide (quelques minutes) de la pression artérielle par les actions hémodynamique du système rénine angiotensine-aldostérone. Ils assurent sa régulation lente (quelques heures) qui se confond avec la régulation de la volémie [16].

Le concept de la clairance rénale

Une méthode utile de quantification de la fonction rénale est de se référer à la clairance. La clairance rénale d’une substance est le volume plasmatique complètement épuré de cette substance par les reins par unité de temps. L’équation de base pour le calcul de la clairance de la créatininémie est:

Cl = U x V/P

– Cl= clairance
– U = créatinine urinaire (µmol/24 h).
– V = volume urinaire en ml.
– P = créatinine plasmatique (µmol/l)

On sait que l’inuline est une substance facilement filtrée dans le corpuscule rénal, mais qu’elle n’est ni réabsorbée, ni sécrétée, ni métabolisée dans le tubule. La clairance de l’inuline est donc égale au débit de filtration glomérulaire. Malheureusement aucune substance normalement présente dans le plasma ne répond à tous ces critères. En clinique, on se réfère souvent à la clairance de la créatinine pour estimer le débit de filtration glomérulaire selon la formule indiquée plus haut. Le déchet musculaire de créatinine est filtré dans le corpuscule rénal et n’est pas réabsorbé. Il est en revanche légèrement sécrété et une certaine proportion du plasma péri tubulaire est épurée de créatinine par ce biais. Ainsi la clairance de la créatinine surestime légèrement le DFG mais il est très proche de la réalité et garde toute son utilité clinique [15].

L’insuffisance rénale aiguë (IRA)

Définition 

L’insuffisance rénale aiguë (IRA) est définie par la baisse brutale et importante de la filtration glomérulaire. Elle est habituellement réversible après traitement [17]. Afin d’homogénéiser la définition et les différents stades des IRA, une classification nommée «RIFLE» a été proposée et est de plus en plus utilisée. Elle correspond à des stades de sévérité croissante avec :
– Rpour «risk »
– I pour «Injury »
– F pour «failure »
– L pour «loss offunction »
– Et E pour «end-stage renal disease.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
1. GENERALITES SUR L’INSUFFISANCE RENALE 
1.1. L’anatomie du rein
1.2. La physiologie du rein
1.3. L’insuffisance rénale aiguë (IRA)
1.4. L’insuffisance rénale chronique (IRC)
2. REVUE DE LA LITTERATURE
2.1. L’insuffisance rénale aiguë
2.2. L’insuffisance rénale chronique
3. OBJECTIFS
3.1. Objectif général
3.2. Objectifs spécifiques
4. METHODOLOGIE
4.1. Le cadre et le champ de l’étude
4.2. Le type et la période d’étude
4.3. La population d’étude
4.4. Les critères d’inclusion et de non-inclusion
4.5. L’échantillonnage
4.6. La description des variables d’étude
4.7. Les définitions opérationnelles
4.8. La collecte et l’analyse des données
5. CONSIDERATIONS ETHIQUES
6. RESULTATS
6.1. Les résultats globaux
6.2. L’insuffisance rénale aiguë
6.3. L’insuffisance rénale chronique
6.4. L’arbre de parcours du malade insuffisant rénal au CHUSS
6.5. Le devenir de malades référés pour une hémodialyse au CHUYO
7. DISCUSSION
7.1. Les limites et les contraintes de notre étude
7.2. Les données globales épidémiologiques et sociodémographiques
7.3. L’insuffisance rénale aiguë
7.4. L’insuffisance rénale chronique
CONCLUSION
RECOMMANDATIONS ET SUGGESTIONS
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
ANNEXES

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.