Généralités sur la filariose lymphatique

GENERALITES

Définition

Les filaires lymphatiques sont des métazoaires triploblastiques à larves sanguicoles appartenant au phylum des Nematoda, à la famille des Fi/ariidœ et aux genres Wuchereria et Brugia (13). Elles sont responsables d’une parasitose nommée filariose lymphatique communément appelée éléphantiasis qui est considérée comme une maladie tropicale négligée (MIN). La filariose lymphatique humaine est une parasitose du système lymphatique de l’Homme. Elle est transmise à l’Homme par la piqûre infestante des arthropodes de la famille des Culicidae. Les filarioses lymphatiques sont très largement répandues dans les zones intertropicales et subtropicales avec une incidence globale plus asiatique qu’africaine (14). En Afrique, la filariose lymphatique est principalement due au parasitisme des vaisseaux lymphatiques par Wuchereria bancrofti.

Historique

Les premières microfilaires de Wuchereria ban crafti autrefois connues sous les noms Filaria sanguinis hominis, Filaria bancrofti, Fi/aria nocturna furent observées à Paris en 1863 par DEMARQUAY (chirurgien) dans le liquide d’hydrocèle d’un Cubain (14,15).
– WUCHERER (1866), au Brésil, isole les microfilaires d’une chylurie.
– En 1876-1877, en Australie, un Médecin Anglais Bancroft mettait en évidence des filaires femelles adultes dans une lésion lymphatique du bras ; ces vers ont été après décrits par COBBOLD sous le nom de Fi/aria bancrofti (16,17).
– C’est la première maladie reconnue à transmission vectorielle en 1878 par Sir Patrick MANSON.
– La microfilaire de Brugia malayi (Wuchereria malayi), espèce orientale, fut décrite par Brug en 1927 et l’adulte fut décrite par Rao et Maplestone en 1940 (16,18).

Agent pathogène

Les vers adultes ou macrofilaires sont ronds, filiformes avec des téguments lisses et blancs opalescents. Ils vivent dans le système lymphatique. Le mâle est long d’environ 40 mm sur 0,1 mm de large alors que la femelle a de 10 à 20 cm de long pour un diamètre de 0,24 à 30 mm. Les femelles émettent dans la lymphe des embryons ou microfilaires qui passent ensuite dans le sang (6). Ces microfilaires munies d’une gaine, mesurent 300 /lm de long sur 8 /lm de large. Elles sont présentes dans le sang périphérique avec une certaine périodicité:
– périodicité nocturne (22h-02h du matin) pour Wuchereria bancrofti;
– absence de périodicité pour la variété pacifica;

Cycle biologique du parasite

Le cycle du parasite est hétéroxène:
– une phase sexuée, se déroulant chez 1’hôte définitif (être humain).
– une phase asexuée qui se déroule chez l’hôte intermédiaire (moustiques femelles).

Chez l’hôte définitif (Homme)

L’Homme est infesté par des piqûres de moustiques femelles abritant les larves infectantes au stade L3. L’anophèle femelle inf ectée en piquant un sujet sain et sous la pression des microfilaires, la trompe éclate, sa partie moyenne s’infléchie, les microfilaires métacycliques sans leur gaine sont déposées sur la peau dans la plaie. Les larves pénètrent activement dans la peau, gagnent les espaces lymphatiques et se logent en amont des ganglions. Arrivée à la maturité sexuelle, la femelle vivipare expulse des embryons ou microfilaires. Ces microfilaires sont entraînées par la lymphe et se concentrent dans le sang circulant où elles peuvent vivre environ 3 mois. Elles deviennent adultes en 3 mois après 2 mues. Le jour, les microfilaires se cachent dans le système artériel profond, essentiellement au niveau des artérioles pulmonaires, du cœur gauche et de l’aorte.

Chez l’hôte intermédiaire (anophèle femelle)

Le moustique femelle hématophage absorbe lors de son repas sanguin les microfilaires (mt) de Wuchereria bancrofti entre 22h et 02h chez un sujet infesté. Certaines microfilaires ingérées perdent leur gaine dans l’estomac du moustique, traversent Ja paroi stomacale et passent dans la cavité générale. Elles évoluent vers le stade Lien 5 à 6 jours. Du stade LI, elles passent au stade intermédiaire L2. Quelques jours après, une autre mue s’effectue donnant ainsi le stade L3 (infectant). Les larves sont alors très mobiles, longues et fines. L’ensemble du cycle dure en moyenne un peu moins de quinze jours à 25°C-30°C.

Les vecteurs

Les vecteurs responsables de la transmission des microfilaires de W bancrofti sont des moustiques (hôtes intermédiaires) en l’occurrence des genres Anopheles et Culex. Anopheles gambiae et An. funestus, sont les principaux vecteurs de W. bancrofti en Afrique de l’Ouest. Ils peuvent aussi transmettre d’autres agents pathogènes comme Plasmodium sp. Seule l’intervention d’un vecteur assure sa transmission d’un individu à un autre L’homme est infesté par des piqûres de moustiques femelles abritant les larves infectantes.

Cycle du développement des Anopheles

Le cycle biologique des anophèles comprend deux phases:
➤ Une phase aquatique pour les stades préimaginaux ou immatures: œuf, larves (avec 4 stades larvaires entrecoupés chacun d’une mue) et nymphe.
➤ Une phase aérienne pour le stade adulte ou imaginaI, avec des mâles et des femelles. C’est la période de reproduction et de dispersion. Chaque espèce de moustique semble posséder, dans des conditions climatiques déterminées, un cycle d’activité qui lui est propre. Chez le genre Anopheles, la durée du stade larvaire est d’environ sept jours (si les conditions extérieures sont favorables: qualité de l’eau, température et nourriture essentiellement). Les adultes vivent selon les conditions et les espèces, de 15 à 30 jours (19).

Répartition géographique 

Les filarioses lymphatiques sont endémiques et représentent un problème de santé publique dans 80 pays, répartis essentiellement dans trois régions du monde. La maladie est répandue surtout en Asie (sous-continent indien et Asie du Sud), en Afrique, dans les Îles du Pacifique et l’infection filarienne par région, 52, 3% des cas mondiaux ont été recensés en Asie du Sud-Est, 42,2% en Afrique, 4,8% dans le Pacifique oriental, 0,4% en Amérique, 0,3% en Méditerranée orientale. L’Afrique noire est infectée par W. bancrofti, du Sénégal à l’Ouest, jusqu’à la Somalie et au Mozambique à l’Est, en s’étendant également aux îles proches de l’Océan Indien (6,20). En Afrique de l’Est, W. bancrofti est toujours bien implanté dans les régions côtières du Kenya, du Mozambique, le long du fleuve Zambèze et autour des Grands lacs. En Egypte les foyers se localisent dans la région du Delta du Nil. En Afrique centrale, W. bancrofti sévit encore dans le Nord et l’Ouest de la République Démocratique du Congo et dans le Nord du Cameroun. En Afrique de l’Ouest, la filariose lymphatique se rencontre surtout dans les régions côtières, en zone de forêt mais aussi de savane notamment au Ghana, au Togo, au Bénin, au Burkina Faso et au Nigéria (20,21). Au Burkina Faso, une cartographie de la filariose lymphatique a été réalisée en 2000 et a révélé que toutes les régions du pays sont endémiques avec une prédominance particulière dans les régions sanitaires du Sud-Ouest, du Centre-Est, du Centre-Sud et de l’Est (14,22). Jusqu’en fin 2010 tous les districts sanitaires du pays étaient considérés endémiques bien que certains aient été éligibles à l’arrêt du traitement à l’albendazole et l’ivermectine. C’est le cas des districts sanitaires de Dandé, Oô, Houndé, Dafra, Karangasso-Vigué et Léna qui sont en arrêt de TOM et qui sont désormais sous surveillance active.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

1. INTRODUCTION
Il. GENERALITES SUR LA FILARIOSE LYMPHATIQUE
II.1. Définition
II.2. Historique
II.3. Agent pathogène
II.4. Cycle biologique du parasite
lIA.l. Chez [‘hôte définitif(Homme)
11.4.2. Chez l’hôte intermédiaire (anophèle femelle)
II.5. Les vecteurs
II.6. Cycle du développement des Anopheles
II.7. Répartition géographique
11.7. Xénosurveillance de la filariose lymphatique
II.8. Programme mondial d’élimination de la filariose lymphatique et son application
III. OBJECTIFS
111.1. Objectif généraI
111.2. Objectifs spécifiques
IV. METHODOLOGIE
IV.l. Site d’étude
IV.2. Type et période d’étude
IV.3. Collecte des moustiques
IV.4. Analyse des échantillons
IV.4.1. Analyse des échantillons sur le terrain
IV.4.2. Analyse des échantillons au laboratoire
IV.5. Analyse des données
IV.6. Considérations éthiques
V.RESULTATS
V.l. Distribution globale de la population vectorielle par localité
V.2. Distribution de la population anophélienne par localité et par mois
V.4. Comportement de la population vectorielle par localité
VA.l. Répartition de la population anophélienne en fonction de leur état de réplétion
VA.2. Répartition de la population anophélienne en fonction de leur comportement de piqûre (endophagie/exophagie)
VA.3. Préférence trophique
VAA. Taux de parturité d’Anopheles gambiae s.l
VA.5. Dynamique horaire de piqûre des vecteurs par localité
VA.6. Taux d’infection des vecteurs à W. bancrofti
VA.7.Taux d’agressivité et taux d’inoculation entomologique des vecteurs
VA.8. La distribution des gènes de résistance aux pyréthrinoïdes chez les populations An. gambiae s.l.
VI. DISCUSSION
VI.1. L’intérêt de la surveillance entomologique
VI.2. La diversité de la faune vectorielle en genre
VI.3. La diversité de la faune anophelienne
VIA. Comportement de la faune anophelienne, résistance aux pyréthrinoïdes chez les populations An. gambiae s.l
VI.S. Indice microfilarien
VII. CONCLUSION

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.