Generalite sur la pintade

Historique et Origine de la pintade 

L’histoire de la pintade remonte avant Jésus Christ. Selon la légende des Argonautes, à la disparition du héros grec Méléagre, roi de Calydon, ses sœurs pleurèrent jusqu’à mourir. Pour les sauver de l’enfer, elles furent transfonnées en oiseaux (pintades) par leur déesse protectrice Artémis. Ainsi, les pintades seraient donc les sœurs de Méléagre, d’où leur description sous le nom de Meleagris par Aristote au IVe siècle avant lC. (LE COZ-DOUIN J. 1992).

La pintade est originaire d’Afrique (HASTINGS B., 1984). Les romains appelaient respectivement la pintade, poule de Numidie et poule de Guinée, du fait de leur origine (Afrique du nord et Guinée), d’où l’appellation « guineafowl» en Anglais (LE COZ-DOUIN J. 1992). Le naturaliste suédois du XVIIIe siècle, Charles Linné décrit la pintade dans son systema natural sous le nom de Numida meleagris liant ainsi son origine mythologique grecque à son origine géographique africaine (LE COZ-DOUIN l 1992).

Systématique 

Les pintades appartiennent à la classe des Carinates, à l’ordre des galliformes, au sous ordre des alectropodes, à la famille des phasianidés et à la sous-famille des numides. Cette dernière est subdivisée en quatre genres dont le genre Numida.

Morphologie 

La pintade commune est un oiseau pouvant peser (02) kilogrammes (IEMVT, 1983). Elle a une tête nue surmontée d’une crête qui se recourbe légèrement en arrière. Le bec est court et robuste. En arrière du bec et de chaque côté du menton descendent les barbillons. Le cou présente à partir du milieu un collier de plumes grêles à partir duquel s’étendent, sur tout le corps, des plumes normales. La queue est tombante. Le dimorphisme sexuel s’exprime entre 12 semaines (LE COZ-DOUIN 1. 1992) et 04 mois (DAHOUDA M. et al., 2008). Le mâle est généralement plus élancer avec des barbillons plus développés.

Paramètres zootechniques 

Alimentation et croissance 

La consommation alimentaire de la pintade augmente avec l’âge. Pendant le démarrage, elle est autour de 7,3 à 14 g par jour (DAHOUDA M. et al., 2008; HALBOUCHE M. et al., 2010).

A la croissance, des études ont montrés une consommation moyenne de 46,18 g par jour au Benin (DAHOUDA M. et al., 2008); tandis que des valeurs de 75,42 à 86,28 g par jour ont été observées au Nigéria (ADEYEMO A. et OYEJOLA O., 2004 ; DAHOUDA, M., 2009). Pendant la ponte, la consommation alimentaire se situe entre 123 et 128 g par jour (ADEYEMO A. et OYEJOLA O., 2004).

La consommation de l’eau est une donnée qui dépend à la fois des variations de l’ingérée alimentaire et de la température. En moyenne, les volailles consomment deux fois plus d’eau que d’aliment (lEMVT, 1983). Les quantités d’eau consommées évoluent avec l’âge. De la 2éme à la 4ème semaine, elle est de 30 à 60 millilitre (ml) par jour. Ensuite elle augmente pour atteindre 75 – 90 ml entre la 5ème et la 6ème semaine. Et enfin, elle atteint et demeure au-delà de 100 ml à partir de la 7éme semaine (GUERIN. J.L., Sd).

Gain Moyen Quotidien(GMQ)

Le gain moyen quotidien en poids est un paramètre qui dépend du type d’élevage et l’âge des pintades. En effet, durant le premier mois il évolue entre 1,7 et 4 g (DAHOUDA M., et al., 2007 ; OUATTARA. M.L., 200 ; DAHOUDA M., et al., 2008). Pendant la période de croissance, le GMQ croît et atteint un pic variant de 8 à 10 g entre l’âge de 12 et 16 semaines (OUATTARA. M.L., 200; DAHOUDA M., et al., 2008). C’est également à partir de 12 semaines que la femelle commence à réaliser un gain de poids vif supérieur au mâle d’environ 20 % (INRA, 1991). Par ailleurs SOMDA a obtenu un GMQ de 10 g en station contre 8 g en élevage traditionnel entre la 8ème et la 10ème semaine d’âge (SOMDA 1. C., 1987). Par la suite, le GMQ entame une phase de décroissance. Il varie entre 1,93 et 4 g à l’âge de 24 semaines (OUATTARA. M.L., 200 ; DAHOUDA M., et al., 2008).

Poids Vif (PV)

Chez la pintade, le poids vif à l’âge type est fonction du poids de l’œuf (SANFO et al., 2007b), des variétés, du régime alimentaire et enfin des conditions d’élevage. A âge type, les poids vifs sont les suivants:

– chez les pintadeaux d’un jour, le poids vif moyen se situe entre 25 et 26 g. Cette variation est liée aux poids des œufs et aux conditions d’incubation (SANFO et al., 2007b).

– à partir de 2 semaines, l’on a un poids vif moyen de 46,7 g. Lequel poids croît et atteint 66 g en milieu villageois contre 76,6 à 128 g en station à 1 mois d’âge (FAO., 1992 ; SANFO et al., 2007b; HIEN, 1999). Entre le premier et le deuxième mois, le pintadeau double ou triple presque son poids. Ainsi, au Ghana DEI et al. ont enregistré un poids vif de 379 g à 2 mois (DEI et al., 2009), tandis que HIEN en 1999 rapportait 245g au Burkina-Faso. Au Nigéria, AYANWALE & KUDU, 1998 et HALBOUCHE et al., 2010 ont trouvé au même âge des poids vifs compris entre 411 et 516 g. Au Burkina Faso, SANFO et al.. 2007a Ont trouvé au même âge des pintadeaux de 178 g.

– en début de ponte, les pintades ont des poids vifs compris entre 1121 et 1139 g (DAHOUDA M., et al., 2008). Ce poids connaît une réduction ou une fluctuation pendant la ponte. Toutefois, des poids vifs de 1004 g et 1800 g respectivement à 12 et 15 semaines ont été observés respectivement par des auteurs (HALBOUCHE M. et al., 2010; DEHOUX 1.P et al., 1997).

Indice de Consommation (IC)

L’indice de consommation indique le degré de conversion de l’aliment consommé en gain de poids. L’appréciation de l’indice de consommation chez la pintade peut se faire sur deux plans: son évolution avec l’âge des sujets et sa variation avec le taux protéique et le niveau énergétique de l’aliment.

En considérant l’âge des sujets, l’indice moyen de consommation augmente avec l’âge de l’animal. Une moyenne de 4,6 au démarrage (0-4 semaines) fut obtenue par certain (SANFO et al., 2008), tandis que d’autres ont trouvé des IC compris entre 2,8 et 4,7 pendant les trois (03) premiers mois (DAHOUDA M., et al., 2008 ;HALBüUCHE et al., 2010). Après cet âge, l’IC augmente progressivement avec la possibilité d’atteindre 12,6 à l’âge de 6 mois (SANFO et al., 2008). Il est de 5,4 pour la production d’œufs (HALBOUCHE et al., 2010). En ce qui concerne le statut nutritionnel du régime, aucune différence significative n’est notée aussi bien avec des rations différentes sur le plan énergétique (DEHOUX et al., 1997), qu’avec des rations différentes sur le plan protéique (AYANWALE B. A. et KUDU Y. S., 1998) .

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PREMIERE PARTIE: SYNTHESE BIBLIOGRAPHIQUE
CHAPITRE 1: GENERALITE SUR LA PINTADE
1.1. HISTORIQUE ET ORIGINE DE LA PINTADE
1.2. SYSTEMATIQUE
1.3. MORPHOLOGIE
1.4. PARAMETRES ZOOTECHNIQUES
1.4.1. Alimentation et croissance
1.4.2. Gain Moyen Quotidien(GMQ)
1.4.3. Poids Vif (PV)
1.4.4. Indice de Consommation (le)
1.4.5. Production d’œufs et reproduction
1.5. LA SANTE
1.5.1. Les principales maladies de la pintade
1.5.2. Mortalité des pintadeaux
1.5.3. Causes de mortalité des pintadeaux
1.5.3.1. Les Maladies et les facteurs environnementaux
1.5.3.2. Prédation et accidents
CHAPITRE II: MELEAGRICULTURE AU BURKINA FASO
2.1. PROFIL DES MELEAGRICULTEURS
2.2. SYSTEME D’ELEVAGE
2.3. REPARTITION DU CHEPTEL SUR LE TERRITOIRE
2.4. DIFFERENTES VARIETES
2.5. OBJECTIFS DE PRODUCTION
2.6. CONDUITE DE L’ELEVAGE
2.6.1. Alimentation et hygiène
2.6.2. L ‘habitat
2.6.3. Production des pintadeaux
2.6.3.1. L ‘œufde la pintade
2.6.3.2. Anomalies de constitution de l’œufde pintade
2.6.3.3. L’incubation
2.6.3.3.1. Types d’incubation
2.7. TECHNIQUES D’INCUBATION ARTIFICIELLE
2.7.1. Collecte et sélection des œuft
2.7.2. Nettoyage et désinfection des œuft à incubation
2. 7.3. Réglage de la température et de l’humidité d’incubation
2.7.4. Retournements dans l’incubateur
2.7.5. La ventilation des œuft en incubation
2. 7. 6. Les mirages des œuft
2.8. DEVELOPPEMENT DE L’EMBRYON ET SES ANNEXES EN COURS D’INCUBATION
2.8.1. Facteurs affectant l’éclosabilité en incubation artificielle
2.8.2. Poids moyen à l’éclosion
2.8.3. Croissance pondérale
2.9. CONTRAINTES DE L’ELEVAGE DE PINTADE AU BURKINA-FASO
2.9.1. Contraintes techniques liés au système d’élevage
2.9.2. Alimentation et abreuvement
2.9.3. Contraintes sanitaires
2.9.4. Contraintes liées à la forte mortalité des pintadeaux
DEUXIEME PARTIE: ETUDE EXPERIMENTALE
CHAPITRE 1: MATERIEL ET METHODE
1.1. MATERIEL
1.1.1. Champ de l’étude
1.1.2. Matériels technique
1.1.3. Matériel biologique
1.2. METHODOLOGIE
1.2.1. ENQUETES
1.2.2. EXPERIMENTATION
1.2.2.1. Collecte des œuft
1.2.2.2. Nettoyage et sélection des œufs
1.2.2.3. Mensurations et classement
1.2.2.4. Incubation
1.2.2.5. Conduite des pintadeaux
1.3. PARAMETRES ETUDIES
1.4. ANALYSE STATISTIQUE
CHAPITRE II : RESULTATS
2.1. RESULTATS DE L’ENQUETE
2.1.1. Profil des méléagriculteurs dans la province du Houet
2.1.2. Types d’élevage
2.1.3. L ‘habitat
2.1.4. Alimentation et abreuvement.
2.1.5. Santé
2.1.6. Production de pintades et savoir-faire locaux
2.1. 7. Contraintes
2.1.8. Proposition d’axes d’amélioration
11.1.2. RESULTATS DE L’EXPERIENCE
2.1.2.1. Corrélations entre les paramètres physiques de l’œuf
2.1.2.1.1. Poids et longueur
2.1.2.1.2 Poids et diamètre
2.1.2.2. Corrélation entre le poids de l’œuf, les variables de l’incubation artificielle et la production de pintadeaux
2.1.2.2.1. Poids des œufs incubés
2.1.2.2.2. Poids de l’œufet taux de fertilité
2.1.2.2.3. Poids de l’œufet taux de mortalité embryonnaire
2.1.2.2.4. Poids de l’œufet taux d’éclosion
2.1.2.2.5. Poids de l’œufet poids du pintadeau à l’éclosion
2.1.2.2.6. Poids de l’œufet poids du pintadeau à âge type
2.1.2.2.7. Poids de l’œufet cinétique de croissance pondérale du pintadeau (GMQ)
2.1.2.2.8. Poids de l’œufet mortalité des pintadeaux enfonction de l’âge
11.1.2.3. LES PATHOLOGIES RENCONTREES
CHAPITRE III : DISCUSSION
3.1. DE L’ENQUETE
3.2. DE L’EXPERIMENTATION
CONCLUSION

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.