Evaluation de l’initiative de la stratégie d’élémination du tetanos neonatal (tnn)

La mortalité néonatale demeure un grave problème de santé publique dans les pays en voie de développement, 14% de décès survenant durant cette période de la vie sont dus au tétanos néonatal (TNN). [1] Au début du XXI ème siècle, malgré les progrès réalisés en matière de santé le tétanos néonatal (TNN) sévit encore dans les pays du tiers-monde ou la mortalité varie entre cinq et 100cas/1000 naissances. [2] Le tétanos est encore présent dans 57 pays en développement (PVD) ,90% des cas sont enregistrés dans 27 de ces pays, dont 18 en Afrique et le reste en Asie et au Moyen-Orient. [3] En Afrique il y a entre 150.000 et 200.000 décès dus au tétanos néonatal, selon l’OMS, l’Afrique du sud, la Namibie, la Tanzanie et le Zimbabwe ont potentiellement éliminés le tétanos néonatal et maternel. [4] L’initiative mondiale d’élimination du tétanos a permis la réalisation de cet objectif dans 104 pays sur 161, mais le TNN demeure une maladie à haut potentiel de létalité dans les autres pays car les décès surviennent le plus souvent à domicile et ne sont pas déclarés d’où le nombre de notification sous estimé qui lui confère le nom de << tueur silencieux >>. [5] L’élimination du TNN est un objectif mondial, il se définit par un taux annuel de moins de 1 cas de TNN pour 1000 naissances vivantes dans chacun des districts sanitaires d’un pays. [6] Comme le tétanos néonatal continu à poser un gros problème dans les autres pays, l’UNICEF, l’OMS et le FNUAP ont décidés en décembre 1999 de l’éliminer totalement d’ici à, 2005. [7]

GENERALITES

Définition :
Le TNN se définit comme la survenue entre le 3e et le 28e jour de vie d’un arrêt de tétée accompagné de raideur et de convulsion chez un nouveau-né antérieurement en bonne santé (44).

CONNAISSANCE GENERALE DE LA MALADIE

Le tétanos est connu depuis Hippocrate, mais il a fallu attendre longtemps pour isoler le tétanos ombilical du cadre des maladies convulsives de la période néonatale. C’est ce qui explique la multitude de noms qu’il a reçus à travers les âges: The scourge of st. Kilda. Trismus Nascentium ou la maladie des sept jours etc. Pour HUALT [13], c’est BAYON qui fut le premier à parler du tétanos ombilical en 1769, mais c’est après la découverte du bacille par Nicolaier en 1885 qu’on a pu rapporter la cause de l’effet et en 1901, Eccles [14] affirmait que l’étiologie du tétanos ombilical ne faisait plus de doute. Cependant, en Afrique traditionnelle, la maladie est encore interprétée comme la manifestation du mauvais sort que le sorcier aurait jeté à la mère C’est à cause de cela qu’on interdit aux femmes enceintes de sortir la nuit.

BIOLOGIE ET MODE D’INOCULATION DU BACILLE TETANIQUE

Le clostridium tétanie est un germe anaérobie, sporulé tellurique. La maladie est provoquée par l’exotoxine (tétanospamine) diffusée a partir des germes résultant de la germination des spores Ceux-ci sont introduits dans l’organisme, généralement a l’occasion d’une plaie traumatique septique (souillure tellurique). La tétanospamine est extrêmement toxique il suffit d’1/15ième de millionième de milligramme pour tuer un cobaye.

SAMANA [15] explique que souvent la maladie est mortelle à partir d’un foyer septique d’inoculation souvent minime, parfois inapparent. Le rapport entre la quantité de toxine diffusée et le poids du sujet contaminé intervient naturellement dans l’évolution de la maladie, ce qui explique l’extrême gravité du tétanos néonatal. Par ailleurs, le pouvoir toxinogène semble varier d’une souche à l’autre. La biologie du germe dans le sol n’est pas bien connue. La maladie prédomine dans les zones rurales ou le risque de contamination tellurique est plus grand qu’en milieu urbain.

Les autres russes de bulgare (16,17) ont établi un rapport direct entre le taux de morbidité et la fréquence du bacille dans le sol d’une région donnée. La température optimale pour son développement est de 33° et le bacille peut survivre entre 14°C et 40°C. Quant à la spore, sa résistance a la chaleur est de six heures à 80°C, deux heures à 90°C et cinq minute à 100°C.sa résistance au froid est considérable. Les conditions thermiques favorables à la biologie du bacille tétanique pourraient expliquer pour certains auteurs (18) la forte incidence de la maladie dans les pays chauds, en particulier en Amérique latine, en Afrique tropicale et en Inde.

Contamination immédiate

Contact du cordon avec la terre

Le mode d’accouchement traditionnel dans certaines régions du Mali explique cela : la femme accouche toute seule, à l’extérieur de sa case, dans la cour ou elle s’accroupit pour expulser l’enfant qui tombe sur le sol suivi peu après du placenta. L’accoucheuse traditionnelle ou la matrone n’intervient qu’une fois le travail terminé pour s’occuper de l’enfant .

Section du cordon

Elle se fait à l’aide d’un matériel généralement aseptique. La nature de cet instrument est variable, soit un couteau, le même qui sert à d’autres cordon, chez certains ethnies il est réservé à d’autres usages. C’est le couteau rituel détenu par le devin du village dans un sac de raphia et que les femmes courent chercher dès que la parturiente a fini d’accoucher (19).

BOURLES(20) lui, relate l’histoire de la bouchère de l’île Batz qui sectionnait le cordon des nouveau-nés avec le même couteau qui lui servait aussi à ouvrir le ventre de ses moutons, Les enfants des femmes qu’elle accouchait mourraient tous du tétanos.

Ligature du cordon

Apres la ligature du cordon ombilical certaines accoucheuses traditionnelles arrêtent l’hémorragie funiculaire en macérant le bout distal avec du sable.

Contamination secondaire

La contamination secondaire peut se produire au cours du pansement avec un matériel non stérile. Les topiques traditionnels utilisés varient d’une ethnie à une autre : il peut s agir de quelques débris d’une poterie en terre cuite plus ou moins souillée de terre .c’est parfois le latex d’une plante suphorbiacée, le Jatropha curas ; reconnue pour ses propriétés antiseptiques et cicatrisantes ont été d’ailleurs signalées par ULTEE (21). Une fois que le topique est mis sur la plaie, on recouvre cette dernière d’un morceau de tissu ou d’herbes tressées.

Ailleurs dans le monde on a signalé d’autres modes de pansement : crotte de souris ou bouse de vache au Burundi (22).un mélange de salives d’escargot, de bouses d’animaux domestique et d’écorces d’arbres pilées au Nigeria (23), jus de pieds de bananier pilé en Sierra Léone (24), feuilles de goyavier et de toiles d’araignées au Brésil (25) Madeleine BURGUET (26) signale un cas de contamination par la poudre de talc et un autre par une pièce de monnaie utilisée comme moyen de contagion.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

I – Introduction
II – Objectifs
III – Généralités
IV – Méthodologie
V – Résultats
VI – Commentaires et discussions
VII – Conclusion
VIII – Recommandations
IX– Références bibliographiques
X – Annexes
XI Fiche signalitique
XII ­ Serment d’Hippocrate

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *