Etudes chimique et toxicologique les méthodes d’étude des effets sur la croissance des microorganismes

Mémoire de recherche pour l’obtention du diplome d’études approfondies de biochimie appliquée aux sciences médicales

Introduction générale
PREMIERE PARTIE : ETUDE CHIMIQUE
1 INTRODUCTION
2 MATERIELS ET METHODES
2.1 MATERIELS
2.2 METHODES
3 RESULTATS
3.1 EXTRACTION
3.2 PURIFICATION
3.3 RENDEMENT
3.4 DEGRE D’HOMOGENEITE DES DIFFERENTS EXTRAITS
3.5 CARACTERISATION CHIMIQUE
4 DISCUSSION ET CONCLUSION
DEUXIEME PARTIE : ETUDE TOXICOLOGIQUE
1 INTRODUCTION
2 MATERIELS ET METHODES
2.1 MATERIELS
2.2 Méthodes
3 RESULTATS
3.1 Effets des extraits sur les animaux
3.2 Effets des extraits sur les végétaux
3.3 EFFETS DES EXTRAITS SUR LES MICROORGANISMES
4 DISCUSSION ET CONCLUSION
Conclusion générale

Rapport PFE, mémoire et thèse avec la catégorie biochimie

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe de Bestpfe.com et ouvrir le fichier pfe PDF ou pfe DOC. Ce programme spécifique est classé dans la catégorie méthodes de préparation et de conservation du matériel végétal où vous pouvez trouver quelques autres mémoires similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Actuellement, de plus en plus de gens sont prêts à partager leurs travaux pfe, mémoire, thèse.. avec les autres et ils ne veulent pas de compensation pour cela. Le rapport ETUDES CHIMIQUE ET TOXICOLOGIQUE DES EXTRAITS D’ECORCES est un rapport complet pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux.

Mots clés : Conchopetalum madagascariense, SAPINDACEAE, écorces, toxique, DL50, pouvoir
hémolytique, CL50, CMI, CMB.

ETUDE CHIMIQUE

INTRODUCTION

D’après la littérature, aucune étude autre que botanique (SCHATZ, 2001) n’a encore été faite sur Conchopetalum madagascariense.
Des tests préliminaires sur souris ont permis de mettre en évidence une activité toxique dans les extraits des écorces de branches qui constituent le matériel de cette étude.
Ainsi, dans cette étude chimique nous nous sommes employé à :
? mettre au point un procédé d’extraction et de purification des principes toxiques ;
? étudier certaines de leurs propriétés physico-chimiques ;
? déterminer leur nature chimique.

MATERIELS ET METHODES

MATERIELS

Matériel végétal

Position systématique

La plante a été identifiée à l’herbarium du Parc botanique et zoologique de Tsimbazaza (PBZT). Elle y est répertoriée sous le numéro d’herbier 8818 MILLER J du 26 Octobre 1996.
Classification : (SCHATZ, 2001)
Règne : VEGETAL
Embranchement : ANGIOSPERMES
Classe : DICOTYLEDONES
Ordre : SAPINDALES
Famille : SAPINDACEAE
Genre : Conchopetalum
Espèce : madagascariense
Noms vernaculaires : Savoninala, Savoniala, Hazoambo
Première partie : Etude chimique

Description botanique

(SCHATZ, 2001; TROPICOS, 2008)
Conchopetalum madagascariense, présentée sur la figure 1 (p. 7) est un arbre monoïque atteignant 14 m de haut, aux axes des inflorescences munis de poils courts et simples. Les feuilles alternes composées imparipennées sont coudées à la base du pétiole et coriaces.
L’inflorescence est en grappes de grappes, ramiflores, les fleurs à 5 sépales rouge vif, 5 pétales libres, 3 ovaires loculaires avec 2 ovules par loge et 8 étamines rouges. Le fruit est une grande capsule sèche, tardivement déhiscente, profondément trilobée, légèrement gonflée, glabre avec un fin réseau de nervures saillantes.

Distribution géographique

(SCHATZ, 2001 ; TROPICOS, 2008)
Conchopetalum madagascariense est une espèce endémique de Madagascar. Elle est distribuée principalement dans la région Atsinanana, à Toamasina et plus précisément dans la forêt dense d’Analalava, à 115km au sud-ouest de Foulpointe, à une altitude de 50 à 60 m. Sa répartition géographique à Madagascar est montrée sur la carte de la figure 2 (p. 8).

Date et lieu de récolte

Les branches de la plante ont été récoltées en Octobre 2007 dans la forêt d’Analalava, Foulpointe, à 115 km au nord de Toamasina.
Première partie : Etude chimique
Figure 1 : Conchopetalum madagascariense
a) Feuilles, b) Fleurs, c) Fruits
Première partie : Etude chimique
Source : Tropicos (2008)
Figure 2 : Distribution géographique de Conchopetalum madagascariense
Première partie : Etude chimique

Les produits chimiques

Les produits chimiques et les solvants organiques utilisés dans cette étude sont de qualité pour analyse et de marque MERCK, PROLABO.
Les supports utilisés pour la chromatographie sur couche mince sont des plaques de gel de silice 60 F 254 prêtes à l’emploi (marque MERCK) ; de dimensions : 20 x 20 cm (épaisseur de la couche : 0,2 mm), et pouvant être découpées selon les dimensions voulues.

METHODES

Méthodes de préparation et de conservation du matériel végétal

Les écorces de branches sont séchées à l’abri du soleil pendant quelques semaines. Elles sont ensuite broyées au moyen d’un broyeur de marque BLENDER (Robot Coupe GT 550), jusqu’à pulvérisation. Après tamisage, la poudre fine obtenue est conservée dans un bocal opaque hermétiquement fermé, à la température ambiante.

Méthodes d’extraction

Extraction à froid

La poudre végétale est délayée dans le solvant d’extraction (eau distillée, éthanol, ou mélange hydroéthanolique 75%), suivant le rapport 1/10 (p/v) : (1 g de poudre est mélangé à 10 ml de solvant). Le mélange est soumis à une agitation magnétique pendant 3 h à la température ambiante, puis laissé macérer pendant une nuit à + 4°C. Le macérat est ensuite agité de nouveau pendant 30 min, puis filtré sur quatre épaisseurs de gaze afin d’éliminer le marc. Le filtrat ainsi obtenu est centrifugé à 10 000 tours/min pendant 15 min à + 5°C à l’aide d’une centrifugeuse JOUAN (modèle T52). Le surnageant est récupéré tandis que le culot est éliminé.
Pour l’extraction aqueuse, le surnageant est concentré tandis que pour les extractions hydroéthanolique et alcoolique, l’éthanol est éliminé par évaporation sous pression réduite (voir méthode au paragraphe 3.1 p. 19). Dans les deux cas, le volume final est ramené à 1 ml pour 1 g de poudre de départ (rapport 1/1, p/v).

Télécharger le rapport completRapport PFE, mémoire et thèse PDF

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *