Etude sur la pollinisation et la fécondation

Etude sur la pollinisation et la fécondation

Connaissance de la plante

Les pitayas ou pitahayas appartiennent à la famille botanique des Cactaceæ et au genre Hylocereus, lequel genre est caractérisé par des plantes lianoïdes, à racines aériennes et portant des baies glabres à écailles foliacées (Fournet, 2002). Les Cactaceæ (ordre des Caryophyllales) comprennent entre 120 et 200 genres différents lesquels regroupent entre 1500 et 2000 espèces, exclusives des régions semi-désertiques tempérées chaudes et tropicales de l’Amérique (Spichiger et al., 2000). Appréciées pour leur valeur ornementale, les Cactaceæ comportent également de nombreuses espèces cultivées, près de 250 espèces comme plantes fruitières ou « industrielles » (Fouqué, 1969). Cependant, peu d’entre-elles ont une importance économique. Le genre Opuntia Mill. est probablement le plus cultivé pour son fruit (la figue de barbarie ou tuna) et comme hôte de Dactylopius coccus O. Costa, la cochenille de laquelle est extrait le carmin (Mizrahi et al., 1997). Cette dernière est également élevée sur Nopalea cochenillifera (L.) Salm-Dyck (Lavergne, 1984; Spichiger et al., 2000). En Amérique Latine, de nombreuses espèces cultivées ou de cueillettes portent le nom de pitaya, ce nom générique vernaculaire contribuant à la difficulté de classification botanique de ces dernières. Toutes ces « pitayas » sont cependant regroupées dans quatre principaux genres : Stenocereus Britton & Rose, Cereus Mill., Selenicereus (A.Berger) Riccob. et Hylocereus Britton & Rose (Mizrahi et al., 1997). Nous nous intéresserons plus particulièrement aux espèces de ce dernier genre. Il existe de nombreuses contradictions quant à la classification botanique des Hylocereus (Mizrahi et al., 1997; Daubresse, 1999). Nous adopterons dans ce document la classification de Britton et Rose (annexe 1), reconnue par « The Missouri Botanique Garden (www.mobot.org), The Angiosperm Phylogeny Group, 1998 ».

Origine, distribution et écologie des Hylocereus

Les pitayas (genre Hylocereus) sont originaires d’Amérique Latine, probablement du Mexique et de la Colombie. La distribution des Hylocereus est aujourd’hui mondiale, mais H. undatus est l’espèce la plus cosmopolite. Dans leur aire originelle, les fruits des pitayas (H. costaricensis, H. polyrhizus, H. trigonus et H. undatus) font l’objet de cueillettes traditionnelles et d’une consommation locale (Fouqué, 1969; Mizrahi et al., 1997; Daubresse, 1999). Ces espèces ne sont que très rarement cultivées à grande échelle, hormis en Colombie, au Costa Rica et au Nicaragua (Barbeau, 1990). Au Vietnam, H. undatus, a par contre connu un réel développement : près de 2.000 ha y sont cultivés (Nguyen, 1996). Ailleurs, les pitayas sont considérées comme une culture fruitière nouvelle prometteuse (Barbeau, 1990; Nerd et Mizrahi, 1997; Jacobs, 1998). Malgré leur apparente rusticité, les Hylocereus ne prospèrent véritablement que dans des régions à pluviométrie moyenne (800 à 1500 mm/an). Ces espèces peuvent supporter de fortes chaleurs, allant jusqu’à 38-40 °C (Barbeau, 1990) ; tandis que des températures inférieures à 12°C peuvent provoquer des nécroses sur tige (Erwin, 1996). Un ensoleillement trop important et une alimentation en eau insuffisante provoquent des brûlures de tiges (Raveh et al., 1998). A contrario, l’eau en excès provoque systématiquement la chute des fleurs et des jeunes fruits (Barbeau, 1990 ; Le Bellec et Renard 1997). Les Hylocereus peuvent s’adapter à de nombreux types de sols pourvus qu’ils soient drainants (Barbeau, 1990; Bárcenas, 1994; Nguyen, 1996; Luders, 1999).

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Remerciements
Table des matières
Liste des figures
Liste des tableaux
INTRODUCTION GENERALE
CHAPITRE I Analyse bibliographique sur les Hylocereus
I. Connaissance de la plante
1. Classification botanique
2. Origine, distribution et écologie des Hylocereus
3. Les Hylocereus à la Réunion
4. Morphologie
5. Phénologie et reproduction
II. Agronomie et valorisation
1. Multiplication et plantation
2. Techniques culturales
3. Ravageurs et maladies
4. Composition, conservation et utilisations des fruits
CHAPITRE I Etude sur la pollinisation et la fécondation
d’H. undatus et d’H. purpusii à l’île de la Réunion
et proposition d’un itinéraire technique adapté
I. Problématique
II. Matériel et méthode
1. Matériel végétal et dispositif
2. Mode de pollinisation
3. Suivis et observations complémentaires
III. Résultats et discussion
1. Déroulement des floraisons et des conditions
de pollinisation 1999 et 2000
2. Auto-incompatibilité et viabilité du pollen
3. Incidence du mode de pollinisation sur la fécondation
et sur le poids du fruit
IV. Conclusion
1. Décalage des floraisons des deux espèces
2. L’itinéraire technique de fécondation des Hylocereus
CHAPITRE III La pitaya (Hylocereus sp.) en culture de diversification
à la Réunion : stratégie d’accompagnement de son développement
I. Le patrimoine fruitier de l’île de la Réunion
II. Critères de présélection
III. La pitaya à l’île de la Réunion
IV. Accompagnement et évaluation du développement de la pitaya
1. Recherche en microparcelles et validation du choix de l’espèce
2. Recherches en macroparcelles et sensibilisation
3. Recherche appliquée et accompagnement commercial
V. La pitaya chez le producteur
VI. Les débouchés de la pitaya
VII. Forces et faiblesses de la culture d’Hylocereus sp. à l’île de la Réunion
VIII. Conclusion
CONCLUSION GENERALE
Littérature citée
Annexes
Annexe 1 : Liste des Hylocereus (Berg.) Britt. & Rose. 1909
Annexe 2 : Plan de la parcelle de pitaya du Cirad-Flhor Saint-Pierre
Annexe 3 : Données météo de la station Cirad de Ligne Paradis.

 

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *