ETUDE EPIDEMIOLOGIQUE DE LA PLANIFICATION FAMILIALE AU CSB2

Dans les milieux ruraux

               Dans les milieux ruraux, le médiocre succès des programmes de planification familiale tient à deux paramètres essentiels. D’une part, ce qu’ils proposent n’intéresse qu’une petite partie de la population, d’autre part ils sont conçus de telle manière qu’ils satisfont mal, ou pas du tout la petite fraction de population qui manifeste effectivement une « demande ». Les services de planification familiale répondent essentiellement à la demande des couples souhaitant remplacer l’espacement traditionnel par des méthodes modernes de contraception. Pour cette clientèle, ils rendent un service adapté mais de peu d’effet sur la croissance démographique. En ce qui concerne la diffusion de messages par les médias, ils s’en tiennent à l’espacement des naissances dans un cadre conjugal, message qui a le mérite d’être culturellement admis mais dont l’effet est très faible, tant le contenu tel qu’il est diffusé par les médias est vague : « Il faut espacer les naissances ». Tout le monde le sait et le fait, avec plus ou moins de succès par les moyens traditionnels bien identifiés.

Répartition des femmes selon l’âge, la situation matrimoniale et le nombre d’enfants

• Selon le tableau n° 4, les femmes qui utilisent la planification familiale sont âgées de 15 ans et plus. La majorité des femmes sont âgées de 15 à 29 ans (83 sur 211) et de 30 à 44 ans (119 sur 211). Si on ne tient compte que les femmes régulières, la couverture contraceptive n’est que de 2,42%.
• Sur les 211 femmes régulières, 37 vivent seule (17,5%) et 174 vivent en couple (82,5%). Apparemment, les femmes mariées ont beaucoup plus de facilité à adhérer au programme de P.F. que les célibataires ou celles qui vivent seules. (Tableau n° 5).
• Si on examine le nombre d’enfants, 36% ont 1 à 3 enfants et 64% ; 4 enfants et plus. La majorité des femmes inscrites au programme de P.F. ont 4 enfants ou plus. On serait tenté de dire que l’objectif de ces femmes est de limiter les naissances (tableau n° 6).

SUGGESTIONS

                 A Madagascar, la planification familiale en zone rurale rencontre encore beaucoup de problèmes. En ce qui concerne le secteur sanitaire du CSB2 de Soavina, nos suggestions pour améliorer la couverture contraceptive sont les suivantes :
– une meilleure information de la population,
– une amélioration de l’accessibilité,
– une meilleure prise en charge des effets secondaires.
Une meilleure information de la population
• Pour une meilleure information de la population, l’IEC est une stratégie importante. (25)
• Il s’agit de constituer un groupe d’intervention P.F. au niveau des Fokontany non représentés dans le programme P.F. du CSB2
• Les éléments de ces groupes devraient recevoir une formation adéquate et les moyens qu’il faut pour réaliser le travail d’IEC (matériel, budgétaire). Les anciens groupements déjà utilisés à Madagascar comme les « Vaomieran’ny fahasalamana » pourraient être réhabilités pour réaliser le travail.
Une amélioration de l’accessibilité
• L’accessibilité géographique mérite quand même d’être améliorée en mettant au niveau de chaque Fokontany des distributeurs de préservatifs ou de pilules mais selon un programme clair de distribution.
• L’information des familles c’est-à-dire, les maris, les beaux pères et belles mères pourrait faciliter l’accès des femmes aux méthodes contraceptives.
Une meilleure prise en charge des effets secondaires
• Ceci suppose l’existence, au niveau du CSB2 d’un programme de suivi et de contrôle de l’utilisation des méthodes contraceptives.
• Le personnel responsable doit s’y atteler y compris le médecin. Le médecin est souvent considéré comme un responsable qui ne s’intéresse pas suffisamment aux problèmes de la contraception, cette idée ne devrait pas se développer au niveau de la population.
• Le développement du programme de P.F. doit passer par une formation et une motivation adéquates du personnel de santé. Il faut aussi que le CSB2 dispose de suffisamment de produits contraceptifs et de médicaments pour soigner éventuellement les effets secondaires sérieux de la contraception.

CONCLUSION

              L’étude que nous avons menée sur la planification familiale dans le secteur sanitaire du CSB2 de Soavina Ambatofinandrahana illustre la situation de la politique démographique en zone rurale. En effet, l’étude montre que, malgré les efforts de développement de la planification familiale déployés au niveau du CSB2, la couverture contraceptive n’est que de 2,42% au niveau du secteur sanitaire. Les obstacles au développement de la planification familiale sont multiples : les résultats de la présente étude ont mis en évidence les problèmes les plus importants qui sont l’insuffisance d’information de la population sur les intérêts de la planification familiale, une carence organisationnelle au niveau du CSB2 entravant les visites directes au niveau des Fokontany, des problèmes d’accessibilité limitant l’utilisation du service de P.F., et les problèmes dus aux effets secondaires des produits de contraception. L’efficacité et la promotion des méthodes contraceptives modernes en zone rurale demande au moins l’amélioration de la prise en charge des effets secondaires et une information plus complète de la population sur la planification familiale.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
1ère partie : GENERALITES SUR LA PLANIFICATION FAMILIALE ET L’EPIDEMIOLOGIE
1. La planification familiale
1.1. Les programmes de planification familiale
1.1.1. En Afrique subsaharienne
1.1.2. En Chine
1.2. Familles et politique de population
1.3. Les méthodes de planification familiale
1.3.1. Les méthodes traditionnelles
1.3.2. Les méthodes naturelles
1.3.2.1. La méthode du calendrier ou méthode Ogino-Knauss
1.3.2.2. La méthode de la température basale du corps
1.3.2.3. Le retrait ou coït interrompu
1.3.2.4. L’allaitement maternel exclusif
1.3.3. Les méthodes modernes
1.3.3.1. Méthodes hormonales
1.3.3.2. Les méthodes barrières
1.3.3.3. Dispositifs Intra-utérins ou DIU ou stérilet
1.3.3.4. Les contraceptions chirurgicales volontaires (CCV)
1.3.3.5. Autres méthodes modernes
2. Epidémiologie
2.1. Epidémiologie en zone tropicale
2.2. Epidémiologie descriptive
2.3. Epidémiologie analytique
2.4. Etudes expérimentales
2ème partie : ETUDE EPIDEMIOLOGIQUE DE LA PLANIFICATION FAMILIALE DANS LE SECTEUR SANITAIRE DE SOAVINA
1. Cadre d’étude
1.1. La commune rurale de Soavina
1.1.1. Situation géographique
1.1.2. Situation démographique
1.1.3. Situation socio-économique
1.2. Le CSB2 de Soavina
2. Méthodologie
2.1. Méthode d’étude
2.2. Paramètres d’étude
3. Résultats
3.1. Inscription au programme P.F
3.2. L’assiduité des femmes
3.3. Les résultats de l’enquête
3.3.1. L’âge des femmes
3.3.2. La situation matrimoniale
3.3.3. Le nombre d’enfants
3.3.4. La profession
3.3.5. Le niveau d’instruction
3.3.6. Le domicile
3.3.7. La méthode contraceptive
3.3.8. Motifs de contraception
3.3.9. L’accessibilité au CSB2
3.3.10. Les effets secondaires
3ème partie : COMMENTAIRES, DISCUSSIONS ET SUGGESTIONS
1. Commentaires et discussions
1.1. Le CSB2 de Soavina et l’adhésion des femmes au programme de P.F
1.2. Résultats de l’enquête
1.2.1. Répartition des femmes selon l’âge, la situation matrimoniale et le nombre d’enfants
1.2.2. Répartition des femmes selon la profession, le niveau d’instruction et le domicile
1.2.3. Répartition des femmes selon la méthode contraceptive utilisée, le motif de contraception, l’accessibilité et les effets secondaires
2. Suggestions
2.1. Une meilleure information de la population
2.2. Une amélioration de l’accessibilité
2.3. Une meilleure prise en charge des effets secondaires
CONCLUSION
ANNEXES
BIBLIOGRAPHIE

Télécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *