ETUDE D’IMPACT ENVIRONNEMENTAL DES ACTIVITES MINIERES

MILIEU BIOPHYSIQUE

Paysage : Le paysage est caractérisé par des collines avec des vallées aménagées en rizières et cultures de légumes. Le paysage montre une prédominance de couleur verte jaunâtre de la végétation avec des petites forêts de sapins et des plantations d’Eucalyptus. Cette prédominance de couleur signifie une forte activité de feux de brousse dans la région. Le paysage rural est dominé par la brousse herbeuse composée de quelques champs de culture vivrière sur les basses pentes. Le paysage est aussi caracterisé par des blocs rocheux ainsi que des gisements de roche granitiques.
Géomorphologie : Nous observons des alternances de collines culminant à 1413 m d’altitude à la limite sud du site d’exploitation. La pente Nord-Est sur laquelle est localisée la carrière tombe sur une vallée orientée Nord-Est, aménagée en rizière et culture potagère.
Climat : Pour le cas de la carrière d’Andranovao, elle jouit d’un climat tropical humide. La température moyenne sur l’année est modérée par les effets de l’altitude. Le climat est caractérisé par des hivers frais et très secs et des étés doux et très pluvieux. La pluviométrie moyenne annuelle est de l’ordre de 1322 mm.
Air : La pollution de l’air (ou pollution atmosphérique) est un type de pollution défini par une altération de la pureté de l’air, par une ou plusieurs substances : substances explosives et détonantes (cas de la carrière UBP Ambohimalaza) ou particules présentes à des concentrations anormales et durant des temps suffisants pour créer un effet toxique ou écotoxique. Cette pollution peut être brève ou chronique, visible (fumée) ou invisible (pesticides dans l’air), émise massivement ou en faible dose et émise en quantité dispersée. Aujourd’hui, la pollution de l’air atmosphérique de la commune d’Ambohimalaza est du type ‘brève’ ou chronique’ par l’émanation des gaz et poussières provoquées par l’utilisation des substances explosives et détonantes.
Géologie et pédologie : Du point de vue géologique, le site est constitué de granite et migmatite granitoïde. Le granite est une roche plutonique à texture grenue composé de mica et biotite. La migmatite granitoïde sous forme de filons de nature variée mais toujours grenue. Le type de sol rencontré dans la zone d’étude est un sol ferralitique rouge très riche en oxydes de fers et oxydes d’alumine.
Hydrologie et hydrogéologie : Les plans d’eau et écoulements dans la zone d’étude sont uniquement constituées par l’eau des rizières dans la vallée en bas de pente à l’Ouest et au Sud Est de la carrière. La nappe aquifère est profonde se trouve à une quarantaine de mètres en haut de pente et à une dizaine de mètres en bas de pente.
Flore : Le tableau montre la répartition des types de flore rencontrés dans le site d’exploitation d’après leurs espèces ou genres avec leur nom scientifique, nom vulgaire et nom vernaculaire.
Faune : Parmi les espèces élevées, nous rencontrons dans les environs de la zone : des bœufs, des porcs et des volailles autour des villages (poules, coqs, canards….). Les espèces sauvages sont surtout constituées de lézard, des oiseaux dans la brousse, des papillons, des criquets, des libellules et des serpents.

Mesures de sécurité

– Les chantiers seront signalés de manière à être visibles de jour comme de nuit
– Des panneaux d’avertissement seront disposés à distance pour réguler le trafic
– Le sol devra être arrosé pour éviter des émissions de poussières trop importantes.
– Les engins utilisés seront de conception adaptée à la nature des travaux et équipés d’avertisseur de recul.
– Les engins bruyants seront insonorisés
– Les déchets solides et liquides générés par le chantier, y compris emballages, déchets alimentaires… seront collectés et évacués vers une décharge adéquate.
– Les opérations de tir de mine doivent utiliser l’explosif de type allumage par détonateur électrique à microretard, organisés de façon standard.
– Les heures de tirs doivent-être respectées par exemple 10h du matin.
Protection collective : Pour éviter toutes sortes d’accident et dangers qui peuvent se produire dans la carrière, les mesures prises par la société sont les suivantes :
– Bonne maintenance des matériels roulants et des engins
– Respect des panneaux de signalisation
– Application des règles et étapes écrites dans la procédure de tir
– Sensibilisation permanente de la population par voie d’affichage ; à l’aide des drapeaux marquant l’emplacement des tirs. Sans oublier l’utilisation des sirènes
– Bonne gestion des explosifs en présence permanente des gendarmes. Protection individuelle :
– Port d’EPI ou équipement de protection individuelle pour les personnels (casques, chaussures de sécurité, lunettes en plastique, gants,…)

AVANTAGES ET INCONVENIENTS DE L’ABATTAGE A L’EXPLOSIF DANS LA PETITE MINE (carrière Andranovao)

Avantages : L’abattage à l’explosif est une méthode qui permet d’accélérer la production. Il permet une fragmentation des volumes importants de roche. Une souplesse de la méthode se fait remarquer au niveau du profil à réaliser et de l’adaptation aux différentes catégories de terrains rencontrés. Pour les roches dures, nous obtiendront les meilleurs résultats d’efficacité et de rendement.
Inconvénients : Sur le plan environnemental, l’abattage à l’explosif engendre la pollution de l’environnement. Les risques d’érosion, d’éboulement, la destruction de la couverture végétale sont probables du fait de l’utilisation des substances explosives et détonantes. Les débris de roches causés par l’abattage à l’explosif provoqueront des accidents graves sur le site d’exploitation et sur les populations environnantes. Parmi les inconvénients de l’abattage à l’explosif, il y a aussi le manque de formation des responsables de tirs et la faiblesse du niveau de production par rapport à l’intensité de l’effort Physique fourni

Suggestions

   Participation au développement local et régional des activités minières à petite échelle : Les activités minières à petite échelle devront apportées des bénéfices à l’économie régionale. Ils devront conduire à l’amélioration des infrastructures routières pour faciliter le transport des produits miniers du lieu d’extraction vers les centres consommateurs. Ils devront apportées un développement du fait de l’exploitation minière et des retombées de la vente des produits extraits. La vente de ces produits aura un impact certain sur le niveau de vie des petits exploitants et sur l’activité économique de la commune où se situe l’activité minière à petite échelle. Il faudra mettre en place des infrastructures qui vont servir entre autre à l’hébergement du personnel et à la facilitation de l’exploitation du gisement minier. Le paiement des redevances devrait être bénéfique pour le budget aussi bien local que régional. Il faudra encourager, à côté de la petite production minière, d’autres activités productives complémentaires, auxquelles l’activité minière servira de point d’encrage. Il faudra également inciter non seulement l’assistance de l’état et des bailleurs de fonds, mais aussi la création d’entreprises locales et de coopératives minières structurées. Perfectionner le code (ou la loi) sur les mines et industries extractives et assurer sa mise en application effective et sans faille. Suivre des formations académiques aux besoins de l’exploitation minière de la région, afin d’offrir au secteur la main d’œuvre spécialisée dont il a besoin et renforcer les structures d’appui à l’exploitation minière à petite échelle;

CONCLUSION

   Le présent mémoire fait le point des observations sur le plan environnemental de l’Etude d’Impact Environnemental des activités minières utilisant des substances explosives et détonantes. L’utilisation des Substances Explosives et Détonantes pour l’abattage des roches engendre des impacts sur le milieu physique : ressources en eau, sol, atmosphère (bruit et air), paysage ; sur le milieu biologique : écosystèmes, flores et faunes et surtout sur le milieu humain : social, culture, éducation, santé et sécurité. Parmi les impacts physiques, il y a le risque de contamination des eaux de surface causée par l’utilisation des substances explosives et détonantes (pollution des ressources en eau), l’augmentation potentielle des risques d’érosion, effondrement et glissement de terrains. L’utilisation des Substances Explosives et Détonantes provoque aussi des impacts biologiques tels que la modification du paysage, la destruction de la couverture végétale. Sans oublier les impacts humains : la modification des coutumes, des traditions et du style de vie, le déplacement humain et réinstallation… Concernant l’utilisation des substances explosives et détonantes, la société UBP devra impérativement suivre les exigences et norme de la Q-HSE pour éviter tous risques d’accidents, la dégradation de la santé et surtout la sécurité des personnels. Parmi les normes et exigences de la Q-HSE, les points suivants mérites d’être respectés : la mise en place d’une politique environnementale, les actions à entreprendre pour les mesures d’atténuations des impacts et les normes ISO. Différentes mesures environnementales sont proposées dans ce travail : mesures d’atténuation, mesures d’évitement, mesures de réhabilitation et mesures de sécurité. Ces mesures sont faites pour réduire, éviter et limiter les impacts de l’utilisation des Substances Explosives et Détonantes sur les composantes du milieu. Un Plan de Gestion Environnemental du Projet : Programme de surveillance et programme de suivi sont formulés dans ce travail qui décrit les obligations du promoteur mais avec un planning prédéfini. Les avantages apportés par ce projet sont surtout, sur le plan économique comme la création d’emploi, l’augmentation des sources de revenus, l’augmentation du budget communal par la ristourne et surtout le transfert des savoirfaire sur le plan social. Pour les impacts négatifs, nous avons établi des mesures d’atténuation des dégâts :
– port obligatoire des EPI pour les personnels et visiteurs présent dans la carrière
– Respecter les procédures de tirs et employer les charges minimales en évitant de tirer la nuit ou tôt le matin
– Mettre en place des centres de santé publics
– Conserver ou favoriser un écran de végétation autour de tous les sites affectés
– L’utilisation des engins se fait seulement durant l’heure de travail.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
Chapitre I. CADRAGE DU PROJET
I.1. GENERALITES
I.1.1.Contexte général de la zone d’étude
I.1.1.1.Localisation de la zone d’étude
I.1.1.2.Contexte socio-économique
I.1.1.2.1.Le fokontany d’Andranovao
I.1.1.2.2.Infrastructures et services publics
I.1.1.3.Contexte géographique
I.1.1.3.1.Végétation
I.1.1.3.2.Hydrologie
I.1.1.3.3. Climat
I.1.1.4.Contexte géologique
I.1.1.4.1.Contexte géologique général
I.1.1.4.2.Contexte géologique sectoriel
I.1-2. Signification du terme « exploitation minière à petite échelle »
I.1-3. Rôle et importance de l’exploitation minière à petite échelle
I.2. METHODOLOGIE
I.2-1.Approche participative : consultation publique
I. 2-2. Etapes méthodologiques
I.2-2-1. Recherche documentaire
I.2-2-2. Descente sur terrain
I.2-2-3. Traitement et analyse des données
I.3.STRUCTURE DE LA BASE DE VIE (Cas UBP Ambohimalaza)
I.4.PRESENTATION DE LA Q-HSE
I.4.1. Définition
I.4.2.Les exigences de la Q-HSE
I.4.3.Les principaux risques liés à l’environnement professionnel
I.4.4. Signalisations
I.5. DESCRIPTION DES TRAVAUX
I-6. PRESENTATION DU MILIEU RECEPTEUR
I.6.1.MILIEU BIOPHYSIQUE
I.6.1.1.Paysage
I.6.1.2.Géomorphologie
I.6.1.3.Climat
I.6.1.4.Air
I.6.1.5.Géologie et pédologie
I.6.1.6.Hydrologie et hydrogéologie
I.6.1.7.Flore
I.6.1.8.Faune
I.6.2.MILIEU HUMAIN
I.6.2.1.Situation géographique
I.6.2.2.Démographie
I.6.2.3. Evacuation des déchets
I.6.2.4.Eau potable
I.6.2.5. Santé et population
Chapitre II. RESULTATS : Inventaire et évaluation des impacts
II.1. ANALYSE DES IMPACTS
II.1.1 Identification des impacts potentiels
II.1.2. Evaluation de l’importance des impacts
Chapitre III. INTERPRETATIONS ET DISCUSSIONS
III.1. PROPOSITIONS DES MESURES ENVIRONNEMENTALES
III.1.1. Mesures d’atténuation / compensation
III.1.2. Mesures de réhabilitation
III.1.3. Mesures d’évitement
III.1.4.Mesures de sécurité
III.2. PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DU PROJET
III.2.1. Le programme de surveillance
III.2.2. Le programme de suivi
V. AVANTAGES ET INCONVENIENTS DE L’ABATTAGE A L’EXPLOSIF DANS LA PETITE MINE
VI. RECOMMANDATIONS ET SUGGESTIONS
CONCLUSION

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *