Etude des effets de passage de cyclones

L’origine biogéographique et climatique des forêts tropicales humides remonte au Crétacé, depuis la dérive des continents, avec la collision du Gondwana avec Laurasia (WHITMORE, 1990). De cette origine découle une diversité en faune et en flore très exceptionnelle dont l’évolution est loin d’être achevée. Le cas de Madagascar, qui se trouve dans l’Hémisphère Sud en est une preuve de cet écosystème tropical non figé dans le temps car la grande île est soumise à de nombreux facteurs entraînant des changements dans son aspect original. A la différence avec les autres forêts tropicales, Madagascar bénéficie d’une très haute endémicité particulièrement en espèces végétales (SCHATZ, 2000) avec des représentants très anciens comme Takhtajania perrieri.

A Madagascar, la péninsule de Masoala constitue un exemple typique d’une forêt tropicale humide. Les inventaires menés jusqu’à ce jour indiquent une importante diversité végétale où 90% des espèces sont endémiques (BIRKINSHAW et al, 2001) En plus, la forêt de Masoala abrite des espèces d’oiseaux comme l’aigle serpentaire : Eutriorchis astur (THORSTROM et al, 1997) et le hibou rouge : Tyto soumagnei (THORSTROM et al, 1995), que l’on croyait longtemps éteints et ayant été redécouverts à la fin des années 90.

Comme toute la partie orientale de Madagascar, pendant l’été austral. Masoala est exposé aux Cyclones. Au cours des cinq dernières années, trois cyclones l’ont traversé mais aucun ne peut être comparé au Cyclone Hudah. Des survols aériens effectués après le passage du Cyclone ont permis d’estimer qu’environ 30% du Parc National ont été sérieusement affectés par le Cyclone. Hudah a été certainement le Cyclone le plus dévastateur que la région ait connu de mémoire d’homme et sans doute depuis la colonisation française en 1896 (SERVICE de la Météorologie Nationale).

MILIEU D’ETUDE

SITUATION GEOGRAPHIQUE DE MASOALA

La péninsule de Masoala forme une charnière entre la province de Toamasina et celle d’Antsiranana. Située au Nord-Est de Madagascar, elle est limitée à l’Est par l’Océan Indien et à l’Ouest par la Baie d’Antongil. Elle s’étend entre les latitudes 15°27’-15°59’ (au Nord de la Baie d’Antongil) d’une part et entre les longitudes 40°54-50°24 d’autre part. La péninsule Masoala possède deux Aires Protégées: la Réserve Spéciale de Nosy Mangabe dans la baie d’Antongil, avec une superficie de 520 ha et le Parc National Masoala qui est subdivisé en un Parc terrestre de 210000 ha et un Parc marin de 6000 ha.

En 2001, quinze parcelles permanentes de 0, 1ha ont été installées par BIRKINSHAW et al (MBG) dans la partie Nord Est du parc Masoala (zones parmi les plus affectées par le Cyclone Hudah) pour une étude des impacts du Cyclone Hudah. Douze parcelles réparties dans quatre sites différents se trouvant dans la forêt humide de basse altitude et trois autres dans un site qui se trouve dans la forêt littorale ont été installées et étudiées. Les même quinze parcelles permanentes ont constitué nos sites d’étude .

MILIEU ABIOTIQUE

GEOLOGIE, RELIEF ET SOLS
La plupart de la région de Masoala est formée de roches métamorphiques ignées appelées granite migmatitique (HOTTIN et LIANDRAT, 1964). La bande littorale est formée de sable marin d’origine quaternaire (KOECHLIN et al, 1974).

La presqu’île de Masoala représente un horst granitique bordant à l’Est le fossé d’effondrement de la baie d’Antongil. C’est une zone montagneuse d’altitude variant de 0 à 1224m, hachée par plusieurs systèmes de fractures différents qui lui donnent un relief extrêmement compartimenté et très accidenté. Le versant occidental haché par de failles multiples est très abrupt et le versant oriental étagé sur environ 30 km est par contre beaucoup moins accentué (HOTTIN et LIANDRAT, 1964).

Le sol est de type ferralitique sous forêt (HUMBERT et COURS DARNE, 1965). Il est caractérisé par une couleur rouge à structure compacte. La retombée des matières organiques donne un horizon humifère important. Le cordon littoral est constitué d’un sol sableux (KOECHLIN et al, 1974).

HYDROGRAPHIE

Le versant occidental, avec moins de cours d’eau que le versant oriental, n’a que deux importantes rivières : l’Ambanizana et la Mahalevona. Aucune d’entre elles n’est navigable. Les rivières navigables telles que l’Ianobe, la Ratsianarana, la Fampotahely, l’Anaovandrano, la Fampotabe se trouvent sur le versant oriental avec également des plaines alluviales et des marécages. Elles présentent toutes un cours supérieur torrentiel . Elles sont toutes susceptibles de crues brutales surtout dans la zone interne pouvant monter de 3 à 4 mètres en 24 heures. Dans les cours inférieurs, les crues se traduisent souvent par des inondations étendues dans les zones alluviales transformant les rares pistes existantes en bourbier pendant la majeure partie de l’année (HOTTIN et LIANDRAT, 1964).

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PARTIE I: MILIEU NATUREL
I.1. SITUATION GEOGRAPHIQUE DE MASOALA
I.2. MILIEU ABIOTIQUE
I.2.1.Géologie et Relief et sols
I.2.2.Hydrographie
I.2.3.Climat
I.2.3.1.Précipitations et températures
I.2.3.2.Dépressions tropicales et cyclones
I.3. MILIEU BIOTIQUE
I.3.1.Flore et végétation
I.3.2.Faune
I.3.3.Population et économie
I.3.4.Pressions anthropiques
PARTIE II: METHODOLOGIE
II.1. ETUDES BIBLIOGRAPHIQUES
II.2. ETUDES ECOLOGIQUES
II.2.1.Structure
II.2.1.1. Installation des parcelles permanentes
II.2.1.2. Description des changements de la structure de la forêt
II.2.2. Changements floristiques de la forêt
II.2.3.Taux de mortalité, recensement et croissance des arbres
II.2.3.1.Taux de mortalité des arbres
II.2.3.2. Recensement annuel des arbres par parcelle
II.2.3.3 taux de croissance annuel
II.2.4. Taux de régénération des arbres
PARTIE III : RESULTATS ET INTERPRETATIONS
III.1.DONNEES GENERALES SUR L’ETAT DES QUINZE PARCELLES D’ETUDES (AVANT ET APRES LE PASSAGE DES CYCLONES)
III.2.DESCRIPTION DES DIFFERENTS TYPES DE FORMATIONS
III.2.1.Forêt littorale du site Ambanimangy
III.2.1.1.Parcelle permanente 9
III.2.1.2. Parcelle permanente 10
III.2.1.3. Parcelle permanente 11
III.2.2.Forêt dense humide sempervirente de basse altitude
III.2.2.1 Parcelle permanente 1
III.2.2.2.Parcelle permanente 2
III.2.2.3. Parcelle permanente 3
III.2.2.4. Parcelle permanente 15
III.2.2.5 Parcelle permanente 4
III.2.2.6. Parcelle permanente 5
III.2.2.7. Parcelle permanente 6
III.2.2.8. Parcelle permanente 7
III.2.2.9.Parcelle permanente 8
III.2.2.10 Parcelle permanente 12
III.2.2.11.Parcelle permanente 13
III.2.2.12.Parcelle permanente 14
PARTIE IV : DISCUSSION GENERALE
IV.1.SUCCESSION DE LA VEGETATION APRES CYCLONES
IV.2.CROISSANCE RAPIDE D’ESPECES HERBACEES EN FORET ENDOMMAGEE
IV.3.TAUX DE CROISSANCE ELEVE DES ARBRES
IV.4.ELIMINATION DES PLANTULES D’ESPECES DE FORET PRIMAIRE PAR LE FEU
IV.5.VEGETATION DE REMPLACEMENT APRES LE FEU
CONCLUSION GENERALE
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
ANNEXES

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *