Etude des crues et des etiages dans le bassin versant du NIERI-KO

L’eau est source de vie humaine, animale et végétale ; par ses multiples usages, elle constitue un bien précieux et présente un enjeu majeur. L’équilibre des régions sahéliennes a ét é perturbé par la diminution des totaux pluviométriques annuels. Les déficits pluviométriques engendrés depuis quelques années, ont eu des répercussions sur l’environnement, notamment sur le fonctionnement du r éseau hydrograghique, avec une réduction des écoulements dans le bassin du fleuve Gambie ainsi que ses affluents. Le bassin versant du Niéri-ko affluent le plus vaste de la Gambie couvre une superficie de 11757 km². Il se trouve sur la partie aval du fleuve Gambie, entièrement dans la région du Sénégal oriental, entre les latitudes 13° 10’ et 14° 45’ Nord et les longitudes 12° 15’ et 13° 30’ Ouest. Le Niéri-ko prend sa source à 110 m d’altitude au Nord de Goudiry, il est contrôlé par la station de Goumbeyel, qui dispose d’une échelle limnimétrique installée en rive gauche depuis mai 1977. La station du pont routier qui était trop proche de la confluence à environ 2,5 km, installée depuis 1970, a été abandonnée à cause de l’influence considérable des remous du fleuve Gambie en période de crues. Le Niéri-ko est un affluent de rive droite, malgré la taille du bassin versant, ses disponibilités en eau de surface sont très faibles. Il est marqué par des étiages prononcés avec comme résultat, l’arrêt total de l’écoulement durant de nombreux jours de l’année. Ces étiages interviennent durant la saison non pluvieuse, période durant laquelle les besoins en eau sont plus importants, alors que les crues surviennent au cours de la saison pluvieuse. Ces formes extrêmes interviennent dans un contexte de diminution des pluies, entraînant une baisse générale de l’écoulement dans le bassin du fleuve Gambie, ainsi que ses affluents. Ce bassin a déjà fait l’objet de deux études que l’on peut citer :
– AMATH GNING, 1987 : Etude hydrologique du bassin versant du Niéri-ko (Mémoire de maîtrise)
– MAMADOU SOW, 1992 : Ecoulement dans le bassin versant du Niéri-ko (Mémoire de maîtrise).

LES FACTEURS PHYSIQUES ET CLIMATIQUES DU BASSIN

LES FACTEURS PHYSIQUES DU BASSIN

Ces facteurs physiques sont les données stables qui évoluent peu à l’échelle humaine. Ils se résument à la géologie, la lithologie, le relief et les systèmes de pentes, les sols et la couverture végétale qui sont des facteurs de différenciation des bassins des cours d’eau dans un même domaine climatique. Ils influencent l’écoulement, les crues et les étiages .

LA GEOLOGIE ET L’HYDROGEOLOGIE DU BASSIN

La géologie du bassin versant du Niéri-ko est à l’image de la géologie du Sénégal oriental et l’hydrogéologie du bassin nous renseigne sur l’existence de nappes et leur capacité à soutenir l’écoulement.

La géologie
On distingue dans le bassin deux grandes formations géologiques, le socle et la couverture paléozoïque au sud- est et l’Ouest est occupé par le bassin sédimentaire secondaire et tertiaire .

Le socle et sa couverture du Paléozoïque

Le socle est formé de roches métamorphiques d’origine sédimentaire ou éruptive au sud du bassin. Il est composé de granites syncinématiques formant une bande allongée selon la direction birrimienne NNE-SSW (P.Michel, 1973). Ce socle est une ancienne chaîne de montagnes avec des intrusions granitiques et qui a été par la suite nivelée. Il a été recouvert par les formations du Paléozoïque et se présente le plus souvent sous un faciès gréseux avec présence de dolérites intrusifs. Les séries du Paléozoïque sont représentées ici par la série de Bakel-Mbout, qui est souvent dénommée série de Falémé. C’est une formation composée de roches métamorphiques constituées de schistes et de quartzites plissés. Cette série de Falémé est composée de pélites, de dolérites et de grés feldspathiques argileux rouges.

Le bassin sédimentaire du Secondaire et du Tertiaire

Il occupe la majeure partie du bassin versant sous des formations du Continental Terminal. Son principal faciès est un grés hétérométrique, argileux, bariolé. Il contient aussi des lentilles de sable, souvent bien triées, des bancs d’argiles kaoliniques et des passés de gravillons ferrugineux (P. Michel, 1973). Les couches détritiques sont coiffées d’une cuirasse ferrugineuse compacte, piquetée de grains de quartz. Les grés ferrugineux comme les argiles kaoliniques sont les témoins de sols latéritiques érodés et déposés à nouveau en bordure du continent. On peut donner un âge éocène moyen à cette formation du Niéri-ko.

L’évolution au Quaternaire

Elle est marquée par la formation de cuirasses ferrugineuses, surtout formées sur les grés du Continental Terminal, c’est pourquoi elles renferment souvent de nombreux grains et quartz. Au cours du Quaternaire récent, le climat a év olué vers la sécheresse lors de la régression marine du Würm récent (P. Michel, 1973) provoquant une érosion mécanique, alors que le lit du cours d’eau a été occupé par des dépôts fluviatiles récents composés de sables et graviers. Les couches géologiques du bassin ont subi des déformations au cours de leur évolution et les effets de la tectonique, ainsi que les failles ont rendu la zone perméable favorisant ainsi une infiltration des eaux dans les réserves souterraines.

LE RELIEF LES SOLS ET LA VEGETATION

Le relief donne les caractéristiques morphométriques du bassin et conditionnent largement les modalités de l’écoulement.

Le relief du bassin

Le bassin versant du Niéri-ko e st en totalité inscrit dans un paysage de plateau s’étendant depuis la limite orientale du bassin sédimentaire jusqu’en basse Casamance. Le plateau a été entaillé durant le Quaternaire et des cuirasses se sont formées au sommet à la fin du Tertiaire et au cours des périodes humides du Quaternaire. Le relief est marqué par la faiblesse des altitudes et les plus élevées se localisent au Nord et à l’Est. Sur cette partie Est, l’altitude peut atteindre 150 mètres. La plaine alluviale occupe 10,8% du bassin et elle constitue la partie la plus basse du fait que les altitudes ne dépassent jamais 40 mètres. D’une manière générale, les altitudes sont faibles et la répartition hypsométrique donne une idée sur l’allure des pentes.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION GENERALE
PARTIE I : LES FACTEURS PHYSIQUES ET CLIMATIQUES DU BASSIN
CHAPITRE I: LES FACTEURS PHYSIQUES DU BASSIN
CHAPITRE II: LES FACTEURS CLIMATIQUES DU BASSIN
PARTIE II : LES MODALITES DE L’ECOULEMENT DANS LE BASSIN
CHAPITRE I : LE REGIME MOYEN ET SA VARIABILITE DANS LE BASSIN VERSANT DU NIERI-KO
CHAPITRE II : LES CRUES
CHAPITRE III : LES ETIAGES
CHAPITRE IV : LE TARISSEMENT
CONCLUSION GENERALE

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *