ÉTUDE DE MARCHÉ ET ASPECTS MARKETING

Télécharger le fichier pdf d’un mémoire de fin d’études

HISTORIQUE ET PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE LA MISE EN PLACE DU PROJET

Ce chapitre comporte trois sections : tout d’abord, la Généralité du district d’Ambanja et ses potentialités. La seconde section introduit la présentation générale de banane et de la farine. Enfin, les activités et caractéristiques du projet.

Généralités du district d’Ambanja et ses potentialités

Description et situation géographique du district

Localisation du district d’Ambanja

Le district d’Ambanja se trouve dans la partie Nord-Ouest de Madagascar, dans la région de DIANA (Diégo, Ambilobe, Nosy-Be, Ambanja).
Géographiquement sa superficie couvre environ : 8306km2. Il est délimité à l’Ouest par le canal de Mozambique baignant Nosy-be, au Nord et à l’Est par le district d’Ambilobe et au Sud par ceux d’Ananalava et de Béalanana.
Administrativement, il est divisé en vingt trois (23) communes. Seule la ville d’Ambanja représente la commune Urbaine et les vingt deux (22) autres sont des communes rurales.

Histoire de la ville d’Ambanja

Avant l’arrivée des colons, Ambanja portait la dénomination «ANTANATSIMANAJA» à cause des manguiers aux pieds desquels les bouviers s’assoupissent sous les ombrages quant il faisait chaud. Quand les français arrivèrent, ils ont découvert l’existence de la poudre et l’exploitèrent comme l’ont fait les Arabes autrefois. Et jusqu’à nos jours, la poudre se trouve encore entre la résidence de district d’Ambanja et le bureau de subdivision des travaux publics Ambanja.
Au début de la colonisation, le chef lieu de district c’est-à-dire le centre d’organisation administrative, sociale et économique était à AMBATO (Nosy Faly). Lors d’une visite du chef de district, dans le but d’évaluer les possibilités d’exploitation de la poudre, l’administrateur LAMAINDOR réalisait le bon emplacement de site. Il décida d’y transférer le centre administratif. Les travaux commencèrent dès 1896. Et le chef de district LAMAINDOR baptisait le site : AMBANJA là ou se trouve la poudre (VANJA)

Géographie de la zone a) Relief

Le relief est caractérisé par un ensemble de plaines et de montagnes et particulièrement par la présence des massifs de Tsaratanana et de Manongarivo. Mais en majorité, la zone est constituée par des plaines qui favorisent tous types de culture et sa fertilité considérable. D’où son appellation plaine du Sambirano.

Massif de Tsaratanana

Dès le début du XXè siècle, il fait l’objet d’une attention particulière de l’administration coloniale. Tsaratanana, grâce ces richesses exceptionnelles en matière de biodiversité, est devenu une Réserve Naturelle Intégrale (RNI) à part entière le 31 Décembre 1927 et l’administration malagasy a parachevé la protection totale de ses richesses en complétant le statut par le décret n°66-242 du 1er juin 1996. Le massif de Tsaratanana fait donc partie des aires protégées. Le 1er Octobre 1998, elle fait partie des unités de gestion suivant décision directe de la Direction interrégionale de l’ANGAP (Association Nationale pour la Gestion des Aires Protégées) d’Antsiranana. Comprise entre les fleuves de Mahavavy à l’Est, Ramena à l’OUEST et Sambirano au SUD, la RNI s’étend sur une superficie de 48,662 ha, soit 6,85% de la superficie totale de district d’Ambanja. Tsaratanana s’élève à 200m pour culminer jusqu’à 2876m d’altitude à Maromokotra.

Massif de Manongarivo

Les premiers occidentaux à s’être intéressés au massif de Manongarivo vers la fin de XIXème siècle furent le missionnaire R.BARON procédèrent lors de leurs fréquentes visites, à la collecte d’échantillons botaniques dont les résultats avaient permis de déceler de l’immensité de la richesse. Celle-ci a suscite un intérêt particulier de l’administration coloniale qui a fini par le décréter Réserve Spéciale (RS) en 1956 suivant le numéro 56-208.

Climat

Le district d’Ambanja est soumis à un climat de type chaud et humide. Les précipitations atteignant 4654,1 mm de pluies par an avec un maximum de 6148,2 mm au mois de janvier et un minimum de 5,6 mm au mois d’août. La saison de pluie s’étale sept mois sur douze entre octobre et avril. Le climat est caractérisé par une température élevée variant entre 24°C et 27 °C.

Ressources naturelles a) Biodiversité

En général, les ressources naturelles en matière de biodiversité sont représentées par la richesse des deux aires protégées (A P), gérées par l’ANGAP agence d’Ambanja, à savoir la R S de Manongarivo et la R N I de tsaratanana.

Faune

Ambanja constitue une des zones ayant une biodiversité exceptionnelle et des espèces endémiques.
Le tableau n°1 ci-dessous permet de déterminer la r ichesse faunistique de la zone du Sambirano. Il est à signaler que de nouvelles espèces sont identifiées au fil des jours puisqu’elles sont difficiles à répertorier, surtout les oiseaux et les espèces nocturnes.

Flore

Malgré les effets des diverses pressions comme le défrichement le coup et le feu de brousse, la zone du Sambirano constitue un espace riche en matière d’espèce végétales. A partir de ces plantes, les habitants procèdent à l’extraction des huiles essentielles.
Dans le cas de RNI de Tsaratanana, on constate une présence de peuplement monoscénique dense de bambous tandis que dans le RS de Manongarivo, on à recensé 74 genres et 167 espèce pour les 30 familles des plantes ; les 11espèce parmi ces 167 sont reconnues seulement à Manongarivo et l’Etaphogossun avaratraense Rakotonor y est actuellement endémique.

Hydrologie

Dans la désertique d’Ambanja, il existe deux (2) grands cours d’eau du réseau hydraulique : le Sambirano et son affluent la Ramena qui se jette dans le Sambirano en avant du Bemaneviky à Ambodimanga Ramena et qui prend sa source au pied de Maromokotra.
Le Sambirano est un fleuve important de la côte ouest.
Il se jette dans le canal de Mozambique au niveau de la baie d’Ampasindava à l’ouest d’Ambanja. Il a été jaugé à Ambanja ; pour le plus faible débit la hauteur mesurée a été de 1m 92 ; la cote maximale observée a été de 6m 12. Pour le cas de Ramena, le plus faible débit mesuré a été de 10,2m3 par seconde, le plus forte de 75,9m3 par seconde correspond à une cote de 1,44m et la plus haute cote observé était de 8m10. Ces renseignements montrent le caractère très grave des côtes suxeptibles de ravager les cultures et l’importance que joue ces deux cours d’eau. En plus de ces deux grandes cours d’eau, il y a d’autres qui prennent leur source à l’intérieur des deux réserves. Le tableau suivant nous montre les fleuves qui traversent le district d’Ambanja.

Us et coutumes

L’organisation sociale est bipolaire et caractérisée par la structure sociale de type féodal Sakalava et par celle dénaturée des migrants.
La structure sociale sakalava est caractérisée par une hiérarchie coutumière à la tête de laquelle se trouve « Ampanjaka »; sa résidence se situe dans la commune urbaine d’Ambanja, au centre de la ville. Au niveau local, les vassaux ou «Ampanjanka » sont à la fois chefs spirituels et temporels. Chaque Ampanjanka ou Prince est secondé par un Manatany qui est issu du peuple. Il assure le trait d’union entre le peuple et les souverains pour les discussions les décisions, de leur réalisation et de la participation du peuple à la collecte des fonds, à la prière et aux travaux communautaires. Ils sont nombreux. Les Fahatelo quant à eux, sont proche de l’Ampanjakabe, issu de peuple également. Ils assurent la gestion des biens et des intérêts du prince. Cette structure persiste jusqu’à nos jours. Elle a son influence sur l’activité économique. Par exemple, le mardi et le jeudi sont consacrés au respect du prince. On ne doit pas travailler la terre pendant les deux jours.

Activités économiques et services sociaux

Activités économiques

En général, le développement d’une localité bien déterminée dépend des activités économiques de la population. Nous développons notre analyse en examinant successivement les trois secteurs selon la distinction de COLIN Clark à savoir : le secteur primaire, le secteur secondaire, le secteur tertiaire.

Secteur primaire

Agriculture

Dans la zone du Sambirano, on assiste à divers types de culture vis-à-vis de la qualité du sol, des conditions climatiques et pluviométriques ainsi de la dominance des plaines. Sur la section précédente a été prouvée que la population sambiranaise est majoritaire jeune, ce qui contribue donc un atout considérable dans le dynamisme de l’activité économique du milieu. Le tableau nous montre les principales productions du district d’Ambanja.

Pêche

Ambanja, en tant que zone côtière, présente une grande potentialité en matière des ressources halieutiques. Cette activité intéresse 7% de la population. Même si l’exploitation se fait toujours selon le mode traditionnel, elle constitue une source de revenu appréciable pour la population surtout dans les zones littorales. Ces derniers sont les communes qui sont en contact avec le canal de Mozambique. On y trouve 15 communes sur 23.
Plusieurs ménages en tirent leurs sources de revenu. La production annuelle se situe entre 127,5 à 230,9 tonnes en moyenne.
Pour cette raison, la zone du Sambirano constitue un grand fournisseur pour les zones périphérique en matière des produits halieutiques comme les poissons, les crabes, les crevettes, la holothurie et autres. Elle assure aussi la consommation locale, notamment de la zone du Sambirano.

Secteur secondaire

Ce secteur regroupe l’ensemble des activités constituantes en une transformation plus ou moins élaborée des matières premières.

Artisanat

L’artisanat joue un rôle important dans la vie socio-économique des habitants dans la zone du Sambirano puisqu’il constitue une source de revenu non négligeable en appui aux activités agricoles. La commune rurale d’Antsifitry et d’Antsakoamanondro pratiquent de la forge qui fournit les divers matériels d’exploitation comme le « gory », la hache, la gaffe, la charrue et autres.
En général, les artisans sont rarement formels. Pour certains individus, ils ont une activité secondaire pour monnayer les temps libre, donc une activité secondaire dont le revenu servira pour couvrir les dépenses mensuelles. Seule quelques filières comme la menuiserie, la bijouterie, l’aménagement de l’habitat sont livrés dans les Petites et Moyennes Entreprises (PME) et qui sont classées dans les secteurs formels, dans la mesure où elles sont patentés.
On peut souhaiter le développement de l’artisanat compte tenu de la richesse de la zone en matière première, mais jusqu’à maintenant , ce secteur n’occupe que 2% seulement de la population alors que la demande des meubles et des tables bancs augmentent géométriquement.

Industrie

Ambanja présente toutes les caractéristiques d’un pôle de développement de l’industrie. Ses ressources en matières premières sont énormes et diversifiées tels que : les produits de la pêche, les produits agricoles, les produits d’élevage. Le problème majeur se situe au niveau de l’énergie. La solution réside dans la construction d’une centrale hydroélectrique dans le site de la haute Ramena. Si elle était réalisée, elle provoquerait sans doute une ruée des étrangers et locaux vers la zone du Sambirano. Jusqu’à maintenant, ce sont les anciennes compagnies des colons dans l’extraction des huiles essentielles qui occupent ce secteur.

Transport

Ambanja est à la fois un carrefour et un centre commercial des produits agricoles, il possède à l’exception du transport ferroviaire, tous les autres types de transports :
Un quai à Antsahampano et un autre à Ankify ;
Des infrastructures routières reliant les différentes communes, les autres districts et surtout la présence de la route nationale numéro 6 (RN6).

Tourisme

Selon le dictionnaire HACHETTE, le tourisme est une activité de loisir qui consiste à voyager pour son agrément.
Selon l’ANGAP (Association Nationale pour la Gestion des Aires Protégées), le tourisme écologique ou l’écotourisme est un voyage dans les régions naturelles avec des objectifs multiples, une compréhension accrue de l’histoire naturelle et culturelle de l’environnement en ayant soin de ne pas altérer ce dernier tout en apportant des avantages économiques au profit de la population locale.
Selon le programme de Nations Unies pour l’environnement, l’écotourisme est une forme de tourisme axé sur l’observation de la nature et des ses éléments, de la culture traditionnelle en adoptant une approche sociale de l’observation de la communauté locale pour la protection de l’environnement et l’amélioration de bien être de la population.
Le tourisme, un secteur qui est en train de s’épanouir dans la zone du Sambirano étant donné que Nosy-Be, une ville touristique de renommée internationale, est une district mitoyenne. L’objectif est de faire en en sorte que Ambanja ne soit pas seulement un lieu d’escale mais vraiment une des destinations privilégiées des touristes. Malgré l’existence des sites intéressants, les infrastructures touristiques sont loin d’être à la hauteur de l’objectif.
On peut affirmer qu’Ambanja est capable de satisfaire les besoins de touristes car elle peut offrir divers sites attrayants :
Ile Ambariotelo Nosy Faly
Antsahampano Ankify
Ampasindava

Services sociaux

IIs englobent l’ensemble des éléments nécessaires à la vie quotidienne et sociale de la population. Elle se compose de la santé, éducation ainsi que les autres infrastructures culturelles, sportives, électricité, infrastructures de communication.

Services sanitaires

La santé est un élément essentiel aussi bien pour le bien être de l’individu et la communauté que pour le développement des sociétés. Elle conditionne la durée de vie des individus, augmente la productivité des travailleurs, la capacité intellectuelle et la productivité future des jeunes enfants.
Depuis 1995 jusqu’à nos jours, des efforts ont été déployés afin d’améliorer l’efficacité des services de santé. Ces efforts sont basés sur les différentes réformes telles que la Prise en Charge Intégrée des Maladies de l’Enfance (PCIME), la lutte contre l’épidémie du cholera en 2001-2002, la lutte contre la conjonctivite en 2003, la vaccination en 2004 (HIAKA), etc.

Services de sécurité

Les services de sécurité sont nécessaires dans la ville afin d’assurer un minimum de paix et protéger la population face aux différents actes de banditisme et d’insécurité. La forte augmentation du chômage, l’abandon de classe chez les jeunes et le phénomène de la pauvreté qui s’accentuent de plus en plus en sont les causes de différents actes de vol, de banditisme et des crimes. Actuellement, Ambanja bénéficie d’un service de commissariat de police, la police nationale, et les services de la gendarmerie et les quartiers mobiles qui assurent la sécurité dans l’ensemble de la commune.

Jeunesse et sport et les infrastructures de communication

Pour ces activités, Ambanja possède une section football. Toutes les communes rurales possèdent une sous section de football. Ce sport est aussi connu sous le terme de « sport roi » dont tous les villages, présentent un terrain de foot même les plus reculés. D’autre part, ils pratiquent aussi des « morengy » sport traditionnel qui se trouvent dans le quartier de Begavo I de cette ville. Ces sports offrent la possibilité de distraction à tous les jeunes de la ville.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

LISTE DES ABRÉVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES
GLOSSAIRE
INTRODUCTION
PREMIÈRE PARTIE: VUE GÉNÉRALE ET ÉTUDE DESCRIPTIVE SUR LE PROJET
CHAPITRE I: HISTORIQUE ET PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE LA MISE EN PLACE DU PROJET
Section I: Généralités du district d’Ambanja et ses potentialités
§1- Description et situation géographique du district
A- Localisation du district d’Ambanja
B- Histoire de la ville d’Ambanja
a) Place du District d’Ambanja dans la région DIANA
b) Cartographie du District d’Ambanja
C- Géographie de la zone
a) Relief
1- Massif de Tsaratanana
2- Massif de Manongarivo
b) Climat
D- Ressources naturelles
a) Biodiversité
1- Faune
2- Flore
b) Hydrologie
§2- Situation démographique
A- Évolution de la population
B- Répartition spatiale de la population
C- Différentes ethnies
D- Activités culturelles
a) Religion
b) Us et coutumes
§3- Activités économiques et services sociaux
A- Activités économiques
a) Secteur primaire
1- Agriculture
2- Élevage
3- Pêche
b) Secteur secondaire
1- Artisanat
2- Industrie
c) Secteur tertiaire
1- Commerce
2- Transport
3- Tourisme
B- Services sociaux
a) Services sanitaires
b) Services de sécurité
c) Jeunesse et sport et infrastructures de communication
Section II : Présentation générale de la banane et de la farine
§1- Généralités de la filière banane
A- Aperçu historique de la banane
B- Valeur nutritionnelle de la banane
C- Santé et bananes
E- Principes actifs et propriétés
F- Nutriments les plus importants
G- Précautions de la banane
§2- Généralités de la farine
A- Farines alimentaires
B- Farines de survie
C- Autres farines
Section III: Activités et caractéristiques du projet
§1- Principales activités du projet
A- Service Achats
B- Service production
C- Service vente
§2- Caractéristiques du projet
A- Identité de l’entreprise
B- Intérêts du Projet
C- But et objectifs du projet
CHAPITRE II. ÉTUDE DE MARCHÉ ET ASPECTS MARKETING
Section I : Description du marché visé
§1- Choix du site et état du marché
A- Choix du site de création
B- État du marché
C- Part de marché visé
§2- Structures du marché
A- Notion de concurrence
B- Monopole et oligopole
C- Typologies du marché
Section II : Analyse du marché
§1- Analyse de la demande
A- Situation de la demande
B- Comportement de la clientèle
§2- Analyse de l’offre
A- Étude de l’environnement
B- Caractéristiques de l’offre
§3- Analyse de la concurrence
Section III : Stratégies et politiques marketing
§1- Stratégies marketing adoptées
A- Stratégie PULL
B- Stratégie PUSH
§2- Mode de commercialisation
A- Produits
B- Prix
C- Place de distribution
D- Publicité
CHAPITRE III : ÉTUDE TECHNIQUE DU PROJET
Section I : Conduite du projet
§1- Ressources nécessaires á mettre en place
A- Ressources humaines
B- Ressources financières
C- Ressources matérielles
§2- Caractéristiques de fabrication
A- Techniques et procédés de fabrication
a) Caractéristiques des produits envisagés
b) Choix des matières premières
c) Formulation du produit
B- Processus de fabrication de cossettes et de farine de banane
a) Importance et bienfaits de la banane
b) Fabrication de cossettes et de farine à partir de bananes vertes crues
c) Fabrication de cossettes et de farine à partir de bananes vertes précuites
C- Critères d’évaluation de stock à choisir
§3- Procédés de fabrication
A- Méthode de fabrication
B- Référence technique
C- Etude de l’extension du projet
Section II : Capacité de production envisagée
§1- Quantité de production envisagés
§2- Dépenses sur achat de matières premières
§3- Prévision de chiffre d’affaire annuel
A- Chiffres d’affaires prévisionnels pour la 1ère année
B- Chiffres d’affaires prévisionnels pour la 2ème année
C- Chiffres d’affaires prévisionnels pour la 3ème année
D- Chiffres d’affaires prévisionnels pour la 4ème année
E- Chiffres d’affaires prévisionnels pour la 5ème année
Section III : Étude organisationnelle du projet
§1- Structure organisationnelle
A- Fonction
B- Organigramme choisi
§2- Description des tâches à chaque poste de travail
A- Service de direction
B- Service administratif et financier
C- Service approvisionnement
D- Service production
E- Service marketing et commercial
§3- Chronogramme d’activité
DEUXIÈME PARTIE: ÉTUDE ET ÉVALUATION FINANCIÈRE DU PROJET
CHAPITRE I: COÛT D’INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DU PROJET
Section I : Programme d’Investissement
§1- Composantes de l’investissement
A- Nature et coût des investissements
a) Immobilisations incorporelles
b) Immobilisations corporelles
B- Besoin en fonds de roulement
a) Généralités
b) Calcul du besoin en fonds de roulement et sa variation
C- Détermination du capital investi
D- Notion d’évaluation des valeurs résiduelles
a) Définition
b) Base d’évaluation
§2- Fiches d’amortissement des immobilisations
Section II : Programme de financement
§1- Différentes sources de notre financement
A- Fonds propres
B- Ressource externe
C- Récapitulation des ressources et d’emplois
§2- Bilan de constitution
A- Fonds de roulement net global (FNG)
a) Première approche : le haut du bilan
b) Deuxième approche : le bas du bilan
B) Trésorerie
§2- Prévisions de remboursement du capital emprunté
A- Amortissement de l’emprunt (A)
B- Intérêts (I)
C- Annuité de remboursement (a)
Section III : Compte de gestion
§1- Charges liées à l’exploitation
A- Matière première et autre approvisionnement
B-Achats non stockés
C- Services extérieurs et autres
D- Impôts, taxes et versements assimilés
E- Charges de personnel
E- Charges financières
F- Dotations aux amortissements
§2- Produits liés à l’exploitation
CHAPITRE II : ÉTUDE DE FAISABILITÉ DU PROJET
Section I : Analyse de la rentabilité du projet
§1- Comptes de résultat prévisionnel
A- Définition de comptes de résultat
B- Présentation matérielle
§2- Analyse du Seuil de rentabilité
A- Répartition des charges fixes et charges variables
a) Utilité
b) Charges variables
c) Charges fixes
B- Calcul du seuil de rentabilité (SR)
C- Point mort (PM)
D- Marge de sécurité (MS)
E- Indice de sécurité (IS)
Section II : Plan de financement
§1- Capacité d’autofinancement (CAF)
§2- Présentation matérielle du plan de financement
§3- Cash Flow prévisionnel
Section III :- Bilans et étude des ratios de rentabilité
§1- Bilans prévisionnels
A- Notion et signification financière du bilan :
B- Bilans prévisionnels des exercices comptables
a) Bilan prévisionnel de la première année
b) Bilan prévisionnel de la deuxième année
c) Bilan prévisionnel de la troisième année
d) Bilan prévisionnel de la quatrième année
e) Bilan prévisionnel de la cinquième année
§2- Étude des ratios de rentabilité
A- Rentabilité financière
B- Rentabilité économique
C- Rentabilité commerciale
CHAPITRE III : ÉVALUATION DU PROJET
Section I : Évaluation économique
§1- Création de la valeur ajoutée
§2- Contributions au développement national
§3- Effet sur le produit intérieur brut
Section II : Évaluation financière
§1- Critères d’évaluation utilisée
A- Étude de la Valeur Actuelle Nette (VAN)
B- Indice de Profitabilité (IP)
C- Délai de récupération du capital investi (d)
D- Taux de rentabilité interne (TRI)
§2- Analyse des ratios d’appréciation
A- Ratio d’autonomie financière
B- Ratios d’indépendance financière
C- Ratio de financement des immobilisations
Section III: Évaluation sociale
§1- Contributions au développement social
A- Création d’emploi
B- Augmentation des revenus
§2- Contributions au développement régional et national
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE

Télécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *