Etude de l’intervention animale dans les centres accueillant des autistes

RESSENTI DES INDIVIDUS

Anxiété

On ne peut pas à proprement parler, utiliser le terme d’angoisse, car celui-ci implique une conscience de l’objet des craintes, ce qui n’est pas le cas (LEMAY 2004).
Elle devient flagrante à certaines périodes, lors de stimuli donnés (LEMAY 2004, VOLKMAR et al. 2005), lors d’une initiation d’un contact social (ATTWOOD 2003, LEMAY 2004, VOLKMAR et al. 2005), lorsque l’on tente de mettre fin à une stéréotypie, ou si l’on modifie l’environnement (LEMAY 2004, VOLKMAR et al. 2005) ou les routines (ATTWOOD 2003, LEMAY 2004, VOLKMAR et al. 2005) ; le sujet est alors submergé par trop de stimuli, et ressent une sorte d’angoisse d’implosion. La gestion de ce malaise passe par des comportements ritualisés (qui peuvent être des automutilations), ceux-ci créant de nouveaux stimuli dont ils possèdent en grande partie le contrôle (car crées par eux), et qui favorisent ainsi l’évacuation d’un « trop plein » de sensations. Cependant, on ne remarque en général, pas de manifestations neurovégétatives comme une augmentation de la fréquence cardiaque ou respiratoire, retrouvées habituellement lors d’énervement, de peur, (LEMAY 2004) … Les enfants peuvent subir un malaise similaire lors de la puberté (LEMAY 2004, ROGE 2003, SIGMAN et CAPPS 2001), mais ces manifestations d’anxiété tendent le plus souvent à s’estomper avec le temps (elles s’amplifient au contraire dans de rares cas) (ROGE 2003).
On a vu que les individus dysharmoniques psychotiques vivent une angoisse de morcellement, dont l’origine serait un événement imprévisible. Ils souffriraient en fait à cause de leur incapacité d’anticipation (LEMAY 2004).

Pulsions agressives

Bien que d’ordinaire peu agressif, le sujet autiste présente parfois des manifestations d’agressivité, que ce soit envers lui-même ou envers son entourage. La cause est à rechercher dans une rupture de l’immuabilité, un encadrement inadéquat, de mauvais traitements (GRANDIN 2001, LEMAY 2004) ou enfin dans une impossibilité à se faire comprendre lors d’une phase où il en a le désir (GRANDIN 2001, LEMAY 2004, ROGE 2003) (à cause notamment d’un comportement ou de mimiques inadaptées) (GRANDIN 2001, ROGE 2003).
Moins l’atteinte est sévère, plus le sujet a conscience d’être anormal, et donc plus la souffrance est importante ; il peut alors s’ensuivre des conduites à risque (prise de drogues, …) et des phases de dépression (LEMAY 2004, ROGE 2003) (15 % des sujets Asperger adultes ont eu au moins un épisode dépressif sévère) (ATTWOOD 2003). Chez les individus atteints du syndrome d’Asperger, les menaces suicidaires sont d’ailleurs fréquentes lors de l’adolescence (ATTWOOD 2003, LEMAY 2004, VOLKMAR et al. 2005).

Relations amoureuses et désir sexuel

Des comportements inadéquats comme sortir nu, sont souvent mal interprétés ; il ne s’agit en fait que d’une phase au cours de laquelle les autistes cherchent à mieux ressentir les limites de leur corps (grâce au vent ou à la pluie par exemple). C’est donc plutôt un signe d’amélioration (LEMAY 2004).
Ils éprouvent énormément de difficultés à établir des relations amoureuses en raison de leur incapacité à décrypter les émotions d’autrui, et à exprimer clairement les leurs (ATTWOOD 2003, LEMAY 2004). De même, les relations sexuelles échouent souvent car elles les inondent d’un afflux trop abondant de stimuli, aboutissant à un état de panique et de frustration (LEMAY 2004). Des conduites agressives sont parfois mises en évidence lors des premières manifestations de désir sexuel (LAZARTIGUES et LEMONNIER 2005, LEMAY 2004, SIGMAN et CAPPS 2001), puisqu’elles ne peuvent être contrôlées, et rompent donc l’immuabilité (LEMAY 2004). Pour d’autres, plus sévèrement atteints, les manifestations somatiques et les remaniements psychiques survenant lors de la puberté semblent être indépendants, ces derniers pouvant s’effectuer beaucoup plus tardivement (FERRARI 2004, LAZARTIGUES et LEMONNIER 2005).
Le célibat n’est pas la règle pour tous les sujets atteints, et le choix du conjoint se fait souvent en fonction des centres d’intérêt ou bien de l’activité professionnelle, lorsqu’elle est possible, mais il est vrai que l’intimité émotionnelle et physique est souvent fortement perturbée ; la tolérance et la compréhension réciproque, ainsi que l’amour sont alors les piliers d’une relation réussie (ATTWOOD 2003, GRANDIN 1997).

Motricité

En cas de déficience mentale associée (LEMAY 2004, VOLKMAR et al. 2005), on observe quasisystématiquement un retard de développement moteur, ainsi qu’une hypotonie ou une hypertonie, des anomalies de posture et des maladresses lors des déplacements (LEMAY 2004, ROGE 2003, VOLKMAR et al. 2005). Ces manifestations sont beaucoup moins nettes lorsque les capacités intellectuelles sont normales (LEMAY 2004, VOLKMAR et al. 2005) ; on remarque cependant quelques anomalies gestuelles. Ces dernières peuvent être liées aux modes particuliers d’intégration sensorielle (avec, par exemple, un refus de toucher le sol avec la plante des pieds, d’où une marche sur la pointe des pieds), ou aux stéréotypies gestuelles (FERRARI 2004, LEMAY 2004, VOLKMAR et al. 2005). Il semblerait, de plus, que le système de contrôle de la posture le plus utilisé chez les autistes soit le cervelet, aux dépens du contrôle vestibulaire et des informations visuelles. La motricité fine est selon les cas, altérée, conservée, ou parfois même exacerbée. Les mimiques faciales sont très souvent pauvres et inadaptées (ROGE 2003). La motricité des individus atteints par le syndrome d’Asperger est quant à elle quasi-systématiquement maladroite (ATTWOOD 2003, SIGMAN et CAPPS 2001).
On assiste de plus, à des difficultés quant à la réalisation d’une succession de gestes non déjà assimilés, qui permettrait de parvenir à un but (praxie) ; en effet, cela implique une représentation mentale préalable à la succession des mouvements ou bien une imitation, ce qui est très difficile chez ces sujets. Les mouvements simples sont par contre plus facilement réalisés (LEMAY 2004).

Physique

Il est intact dans la très grande majorité des cas, mais peut présenter des anomalies en cas d’association avec une autre affection comme le syndrome du chromosome X fragile (FERRARI 2004, LEMAY 2004, ROGE 2003). Dans de rares cas, des malformations bénignes isolées peuvent être présentes, comme des malformations non handicapantes des oreilles (VOLKMAR et al. 2005).
Il faut noter que lors de maladies générales concomitantes de type syndrome grippal, il est fréquent d’assister à une amplification des signes cliniques (LEMAY 2004).

Synthèse

Pour résumer, nous sommes confrontés à des sujets qui, notamment à cause de leurs modalités particulières d’intégration sensorielle, vont véritablement s’opposer à tout envahissement par des stimuli non contrôlés, en imposant une immuabilité tant spatiale que temporelle. Ceci, associé à des modalités singulières de relation avec l’entourage (elles-mêmes en partie causées par ces troubles de la perception), engendre une entrave au développement de l’enfant, ainsi qu’un retard dans l’apprentissage, d’où des modes d’expression symbolique très affectés, et, souvent, un retrait. Il résulte de tous ces facteurs, un grand malaise et un grand malêtre, renforcé lui-même par les difficultés de socialisation. Ces dernières sont le fruit de multiples facteurs ; en effet, on a souvent affaire à un enfant qui ne supporte pas trop de bruit ou trop de gens, a des intérêts et des activités n’intéressant que lui, est dans l’incapacité de percevoir les émotions d’autrui, ce qui blessera donc fréquemment l’entourage et pourra amorcer un éloignement des proches ; de plus, son retrait et ses stéréotypies suscitent des moqueries, qui amplifient le retrait autistique.

Guide du mémoire de fin d’études avec la catégorie la thérapie comportementale intensive

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre et consulter une liste des projets proposées cette année, vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe et ouvrir le fichier PDF ou DOC. Ce rapport complet, pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux, est classé dans la catégorie la relation homme-chien où vous pouvez trouver aussi quelques autres mémoires de fin d’études similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Première partie : étude bibliographique
1. Qu’est-ce que l’autisme
1.1. Evolutions nosographiques
1.2. Symptomatologie et diagnostic clinique
1.2.1. Anomalies des modes d’intégration sensorielle
1.2.2. Perception du corps
1.2.3. Recherche d’immuabilité
1.2.4. Stéréotypies gestuelles
1.2.5. Relations avec l’entourage
1.2.6. Anomalies des modes d’expression symbolique
1.2.7. Ressenti des individus
1.2.8. Motricité
1.2.9. Physique
1.2.10. Synthèse
1.3. Diagnostic clinique
1.4. Diagnostic différentiel
1.4.1. Diagnostic différentiel au sein des troubles autistiques
1.4.2. Diagnostic différentiel avec d’autres troubles
1.4.3. Examens complémentaires
1.5. Hypothèses étiologiques
1.5.1. Données de la pédopsychiatrie
1.5.2. Epidémiologie et recherches génétiques
1.5.3. Recherche d’un déficit cognitif spécifique
1.5.4. Neurobiologie
1.5.5. Autres recherches
2. Les différentes modalités de prise en charge en France
2.1. Accueil des enfants
2.1.1. Un exemple de méthode éducative, la méthode TEACCH (Treatment and Education of Autistic Children and Communication Handicapped children)
2.1.2. Les thérapies institutionnelles
2.1.3. La thérapie comportementale intensive
2.2. Accueil des adolescents
2.3. Prise en charge des adultes en France
2.4. Facteurs de pronostic
3. Une autre perspective d’aide : la Thérapie Facilitée par l’Animal (TFA) appliquée à l’autisme
3.1. Pré requis à la TFA : les relations homme-animal
3.1.1. Cas général
3.1.2. Cas particulier de la relation homme-chien
3.2. La TFA
3.2.1. La TFA : cadre général
3.2.2. TFA et autisme
3.3. Utilisation de l’animal dans un cadre professionnel
Deuxième partie : étude personnelle
1. Analyse de questionnaires : étude de l’intervention animale dans les centres accueillant des autistes en France métropolitaine
1.1. Matériel et méthodes
1.1.1. Sélection des centres
1.1.2. Choix des modalités de l’enquête
1.1.3. Présentation du questionnaire
1.1.4. Modalités de retour des questionnaires
1.2. Résultats
1.2.1. Taux de réponse.
1.2.2. Question 1 : nombre de personnes accueillies
1.2.3. Question 2 : nombre d’autistes accueillis (autistes « vrais » ou présentant des troubles autistiques)
1.2.4. Question 3 : tranche d’âge des personnes accueillies
1.2.5. Question 4 : type d’accueil (plusieurs réponses possibles)
1.2.6. Question 5 : proposez-vous des activités en relation avec les animaux ou les faisant intervenir ? si oui, lesquelles ? (plusieurs réponses possibles)
1.2.7. Y a t’il des interférences entre le type d’accueil et l’organisation d’activités en relation avec les animaux ou les faisant intervenir ?
1.2.8. Question 6 : y a t’il, au sein du centre, des animaux susceptibles d’être en contact avec des autistes (y compris les animaux du personnel) ? si oui, lesquels ? le cas échéant, précisez race(s) et/ou espèce(s) ? depuis combien de temps ? est-ce fortuit, voulu, en projet ?
1.2.9. Y a t’il des interférences entre le type d’accueil et la présence d’animaux dans l’enceinte des centres ?
1.2.10. Question 7 : si des interactions autistes – animaux ont lieu, sont-elles le plus souvent bénéfiques, neutres, inutiles, négatives ?
1.2.11. Question 8 : commentaires libres
1.3. Interprétation – discussion
2. Témoignages
2.1. Le cas de Temple Grandin, spécialiste du bétail et autiste de haut niveau
2.2. Recueil de témoignages sur internet
2.2.1. Matériel et méthodes
2.2.2. Résultats : recueil des témoignages
2.2.3. Discussion
Conclusion
Annexes
Bibliographie

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *