Etude de l’activite antiulcereuse de l’extrait RNG89 chez le rat

L’ulcère gastroduodénal reste un problème de santé publique mondial (IYYAMP S. S. et coll., 2010). La prévalence de l’ulcère gastrique est de 2 % contre 7 % pour l’ulcère duodénal (BIGARD M. A., 1999). Elle touche 10 % de la population mondiale au cours de sa vie. (DORVAL E., 1996). Aux Etats Unis, un million de personnes par an présentent des cas d’ulcères (SONNENBERG A. et EVERHART J. E., 1997). Tandis qu’en France, cette maladie entraine 250 à 300 de décès par an. Au Cameroun, elle touche 13,62 % de la population (NDJITOYAP E. C. et coll., 1990). D’après des études épidémiologiques effectuées au Congo, sa prévalence varie en fonction de la classe socio-économique, elle touche 25,57 % des chômeurs, 22,30 % des agriculteurs, ouvriers et artisans, 12, 60 % d’élèves et étudiants, et 8,20 % pour des cadres supérieurs (IBARA J. R. et coll., 1993). A Madagascar, l’ulcère gastroduodénal touche 5 % de la population, et il se trouve au 12ème rang dans la classification des pathologies de la grande ile. La classe d’âge de 20 à 40 ans est la plus affectée, avec une prédominance masculine (CASSEL- BERAUD A. M. et coll., 1996).

L’ulcère gastroduodénal est une perte de substance pariétale correspondant à une destruction localisée de la muqueuse gastrique ou duodénale (GIMENEZ F. et coll., 2000). Cette destruction de la muqueuse est due à un déséquilibre entre les agents agresseurs et ceux qui protègent la muqueuse, elle se produit lorsque les agresseurs dominent les protecteurs. De plus, l’affaiblissement de la barrière muqueuse gastrique permet la rétrodiffusion des ions H+ à l’origine de l’apparition d’ulcère gastrique (SHALIM A. S., 1990). L’acide chlorhydrique, la pepsine, le tabac, l’alcool, le stress, les AINS et Helicobacter pylori sont les facteurs d’agression tandis que le bicarbonate, le mucus et la prostaglandine sont les facteurs qui protègent la muqueuse au niveau de la paroi gastroduodénale (GIMENEZ F. et coll., 2000). Plusieurs facteurs peuvent perturber cet équilibre, ils peuvent être de nature nerveuse ou humorale (PADGETT D. A. et coll., 1998).

PARTIE CHIMIQUE

Préparation de l’extrait RNG89

Les feuilles utilisées dans cette étude ont été récoltées à Masindray au mois de novembre 2015. Elles ont été séchées dans une salle aérée, à l’abri de la lumière et à la température ambiante. Les feuilles séchées ont été broyées à l’aide d’un broyeur à marteau au Laboratoire de Pharmacologie Générale, Pharmacocinétique et de Cosmétologie, à la Faculté des Sciences, Université d’Antananarivo. Deux cent grammes de poudre ont été macérés à la température ambiante dans un mélange éthanol – eau (60 : 40) pendant 3 jours, à la température ambiante. Le macérât a été filtré sur du papier filtre Wattman n°1. Le filtrat obtenu a été évaporé à sec à l’aide d’un distillateur, à la température de 80°C. L’extrait obtenu a été codée RNG89 et pesé pour calculer le rendement.

Criblage phytochimique 

Afin de déterminer les familles chimiques présentes dans l’extrait, des réactifs chimiques spécifiques pour chaque famille chimique ont été utilisés. Ces réactifs réagissent avec les familles correspondantes en formant des complexes insolubles ou colorés (FONG H. H. S. et coll., 1977) .

Les signes suivants ont été utilisés afin de quantifier la proportion de ces différentes familles dans la plante:

+++ : Présence en forte teneur
++ : Présence en moyenne teneur
+ : Présence en faible teneur .

PARTIE PHARMACOLOGIQUE

L’activité de l’extrait RNG89 a été étudiée in vivo chez le rat. Son activité sur la muqueuse gastrique a été étudiée en administrant l’indométacine par voie orale d’une manière répétée (KHARE S. et coll., 2008), tandis que son activité anti sécrétoire a été effectuée en ligaturant le pylore (SHAY H. et coll., 1945). Enfin, son activité sur la variation du pH du suc gastrique a été évaluée des animaux traités avec l’extrait, et l’action directe de RNG89 sur le suc gastrique.

Animaux d’expérience

Des rats mâles de souche Wistar âgés de 6 à 8 semaines et pesant entre 200 et 250 g ont été utilisés. Ils ont été élevés à l’animalerie du Laboratoire de Pharmacologie Générale Pharmacocinétique et de Cosmétologie à la Faculté des Sciences, Université d’Antananarivo (LPGPC). Ils ont été nourris avec de la provende LFL1420, ont eu un accès libre à l’eau, et soumis à un cycle de lumière et d’obscurité de 12h /12h. Les rats ont été mis à jeun pendant 24h avant la manipulation (SMEETA M. et coll., 2013).

Etude de l’activité mucoprotectrice de RNG89

Des rats mis à jeun pendant 24 h ont été utilisés. Ils ont été divisés en 3 lots: un lot témoin et 2 lots traités avec RNG89. Les animaux du lot témoin ont uniquement reçu de l’eau distillée, tandis que les animaux des 2 autres lots ont reçu RNG89 aux doses respectives de 300 et 600 mg/kg. Une heure après leur administration, l’indométacine a été administrée par voie orale à la dose de 30 mg /kg. La même manipulation a été effectuée pendant 5 jours consécutifs à la même heure (KHARE S. et coll., 2008). Tous les produits ont été administrés par voie orale dans un volume de 10 ml/kg (DIELH-HEINZ K., 2010). Au 6 ème jour, les animaux ont été sacrifiés, puis une laparotomie a été pratiquée et leur estomac a été prélevé, puis ouvert suivant sa grande courbure, et étalé sur une surface plane. La surface des lésions au niveau de la paroi gastrique a été mesurée par planimétrie directe. Un papier millimétré transparent a été placé sur la surface de l’estomac, puis le contour des lésions a été tracé sur le papier millimétré à l’aide d’un crayon à pointe fine (MANJUSHA K. et coll., 2013).

Etude de l’activité anti sécrétoire de l’extrait RNG89

Des rats mis à jeun pendant 24 h ont été utilisés. Ils ont été répartis en 3 lots. Les rats du lot N°1 ont été utilisés comme témoin et ont reçu de l’eau distillée. Les rats du lot N°2 et N°3 ont reçu RNG 89 aux doses respectives 300 et 600 mg /kg. L’eau distillée et l’extrait ont été administrés par voie orale dans un volume de 10 ml/kg (DIELH-HEINZ K., 2010). Après 2 h, les animaux ont été anesthésiés par inhalation d’éther diéthylique, ensuite, la partie supérieure de l’abdomen, entre les deux dernières côtes, a été incisée sur 1cm. Puis le pylore a été repéré et ligaturé à l’aide d’un fil de coton (SHAY H. et coll., 1945). La paroi abdominale a ensuite été fermée par des points de suture. Quatre heures après la ligature du pylore, les animaux ont été sacrifiés, puis une laparotomie a été effectuée. L’estomac a été prélevé, et le contenu gastrique a été récupéré dans un tube à essai et centrifugé à 3000 tours par minute pendant 10mn. Le surnageant a été récupéré et son pH a ensuite été mesuré à l’aide d’un pH mètre PIERRON® .

Etude de l’effet antiacide de RNG89

Pour étudier l’effet anti acide de l’extrait, des animaux mis à jeun pendant 24 h ont été utilisé. Ils ont été répartis en 2 lots : 1 lot témoin et 1 lot traité avec l’extrait à la dose de 600 mg/kg. Deux heures après, ils ont été anesthésiés par inhalation d’éther diéthylique, puis leur pylore a été ligaturé. Les animaux ont ensuite été placés dans des cages individuelles, et 4h après ils ont été sacrifiés et leur estomac a été prélevé et leur contenu a été recueilli dans des tubes à essai, puis centrifugé à 3000 tours par minute pendant 10 minutes. Le surnageant du contenu gastrique des animaux témoins a été réparti dans 2 tubes à essai, le contenu du 2ème tube a été mélangé avec l’extrait à la concentration de 600 mg/kg. Les pH du contenu gastrique du lot témoin, de l’extrait à la concentration de 60 mg/ml, du mélange contenu gastrique du témoin et extrait ainsi que celui du contenu gastrique des animaux traités avec l’extrait à la dose de 600 mg/kg ont été mesurés à l’aide d’un pH mètre PIERRON ®.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

I. INTRODUCTION
II. MATERIELS ET METHODES
A. PARTIE CHIMIQUE
1. Préparation de l’extrait RNG89
2. Criblage phytochimique
B. PARTIE PHARMACOLOGIQUE
1. Etude de l’activité anti sécrétoire de l’extrait RNG89
2. Etude de l’effet antiacide de RNG89
3. Etude de l’activité mucoprotectrice de RNG89
C. EXPRESSION ET ANALYSES DES RESULTATS
III. RESULTATS
A. PARTIE CHIMIQUE
1. Rendement de l’extraction
2. Résultats du criblage phytochimique
B. PARTIE PHARMACOLOGIQUE
1. Activité anti sécrétoire de RNG89
2. Effet antiacide de l’extrait RNG89
3. Activité mucoprotectrice de RNG89
IV. DISCUSSION
V. CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *