Etude de la qualite de medicaments a base de metronidazole

Les maladies infectieuses sont responsables de la moitié des décès dans les pays à faible revenu [1]. Si nous ne parlons que des infections à Helicobacter pylori (Hp), elles touchent 50% de la population mondiale. Dans les pays en voie de développement, ces maladies constituent un réel problème de santé publique. A Madagascar, les maladies infectieuses à Hp présentent une prévalence de 82% chez l’adulte malgache [2,3]. Et plus particulièrement, la maladie ulcéreuse et ses complications sont liées, dans 90% des cas, à l’infection à Hp [3]. En outre, l’amibiase et les infections à germes anaérobies font également partie des problèmes de santé dans les régions tropicales comme Madagascar. L’amibiase est une parasitose affectant les 10 % de la population mondiale, et les infections anaérobies sont principalement causées par des germes issus d’une insuffisance d’hygiène .

Les médicaments à base de Métronidazole qui ont à la fois des propriétés antibiotiques et antiparasitaires sont utilisés dans le traitement des maladies infectieuses [6]. Ils sont recommandés en trithérapie de première ligne avec un inhibiteur de la pompe à proton (IPP) et l’Amoxicilline dans le traitement standard universel des infections à Hp [3]. De même, le consensus malgache de prise en charge des ulcères gastroduodénaux a proposé ce schéma thérapeutique [3]. Ils sont également prescrits en première intention dans le traitement des infections à germe s anaérobies sensibles .

METRONIDAZOLE

Structure

Le Métronidazole est une substance appartenant à la famille des nitro-5- imidazolés . Sa formule brute est C6H9N3O3 et sa masse moléculaire est de 171,2.

Indications thérapeutiques

Le Métronidazole est utilisé à priori dans la prise en charge des infections causées par des germes définis comme sensibles, à savoir :
– les amibiases ;
– les trichomonases urogénitales ;
– les vaginites non spécifiques ;
– les lambliases ;
– le traitement curatif des infections médicochirurgicales à germes anaérobies sensibles [6] ;
– la trithérapie dans la prise en charge des infections à Helicobacter pylori .

Propriétés pharmacodynamiques

Le Métronidazole possède à la fois des propriétés antibactériennes et antiparasitaires [6, 13]. C’est un antibiotique qui exerce une action bactéricide contre les bactéries anaérobies et l’Helicobacter pylori [13]. La concentration maximale de la molécule inhibant les germes à souches sensibles est égale à 4mg/l. La prévalence de la résistance acquise varie en fonction de la géographie et du temps pour certaines espèces.

Les espèces bactériennes sensibles au Métronidazole sont :
● aérobies à Gram négative : Helicobacter pylori
● anaérobies : Bacteroides fragilis, Bifidobacterium, Bilophila, Clostridium, Eubacterium, Fusobacterium, Peptostreptococcus, Prevotella, Porphyromonas et Veillonella.

Et celles résistantes sont :
● aérobies à Gram positive : Actinomyces
● anaérobies : Mobiluncus et Propionibacterium acnes.

Les espèces parasitaires sensibles sont : Entamoeba histolytica, Giardia intestinalis et Trichomonas vaginalis .

Propriétés pharmacocinétiques

Le Métronidazole est complètement absorbé après son administration par voie orale et atteint sa concentration plasmatique maximale en une heure. L’ingestion simultanée avec des nourritures n’a pas d’influence significative avec la biodisponibilité orale. Il a un faible taux de liaison aux protéines plasmatiques avec un taux inférieur à 20% du Métronidazole en circulation. Le Métronidazole est métabolisé au niveau du foie par une réaction d’oxydation en deux métabolites acide et alcool. La majeure partie de ces métabolites est éliminée dans l’urine avec un taux de 35 à 65% de la dose administrée. La demi-vie d’élimination est comprise entre 8 et 10 heures .

CONTRÔLE DE QUALITÉ DES MÉDICAMENTS

Quelques définitions

Assurance qualité
Selon la définition des Bonnes Pratiques de Fabrication, l’assurance de la qualité pharmaceutique est un concept qui influence la qualité d’un produit. Elle représente l’ensemble des mesures prises ou activités préétablies et systématiques, appliquées en tant que besoin pour s’assurer que les médicaments fabriqués sont de qualité requise pour l’usage auquel ils sont destinés [15]. En d’autres termes, la réalisation des tests de contrôle de qualité systématique fait partie intégrante de l’assurance de la qualité pharmaceutique.

Médicament
Selon la définition du Code de la Santé malgache, Article 105, « on entend par médicament, toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l’égard des maladies humaines ou animales, ainsi que tout produit pouvant être administré à l’homme ou à l’animal en vue d’établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions organiques » [16]. Il peut se présenter sous différentes formes pharmaceutiques correspondant aux voies d’administration.

En prenant l’exemple de la forme pharmaceutique « comprimés », selon la définition de la Pharmacopée Européenne, ce sont des préparations solides destinées principalement à la voie orale. Elles contiennent une unité de prise d’une ou de plusieurs substances actives. Les comprimés sont obtenus en agglomérant par compression un volume constant de particules ou par un autre procédé de fabrication approprié tel que l’extrusion, le moulage ou la cryodessiccation (lyophilisation). Ils sont à avaler ou à croquer, d’autres sont à dissoudre ou à désagréger dans de l’eau avant administration. Certains doivent séjourner dans la bouche pour y libérer la substance active .

Médicament générique

D’après toujours la définition du Code de la Santé malgache, dans l’Article 110, le médicament générique est tout médicament préparé à l’avance, commercialisé sous une dénomination commune internationale, dont le ou les principes actifs ne sont plus ou ne sont pas protégés par un brevet. Sa composition et sa forme galénique sont identiques à celles de la spécialité innovante, sa concentration en principes actifs est identique à celle de la spécialité innovante et sa marge thérapeutique est aussi large que celle de la spécialité de référence. Sa bioéquivalence avec un produit de référence a été démontrée. Tout générique caractérisé par une dénomination spéciale est appelé « générique de marque » [16]. « Il peut présenter des différences qui ne sont tolérées qu’à condition qu’elles n’affectent pas la bioéquivalence du médicament générique par rapport à l’original, seule garantie d’une activité thérapeutique identique. En d’autres termes, ces différences ne doivent pas modifier la quantité et la vitesse auxquelles le principe actif est libéré dans l’organisme » [17]. Parfois, les fabricants des médicaments génériques sont contraints de fabriquer un médicament d’apparence différente, en particulier l’antibiotique par voie orale, lorsque l’aspect du médicament de référence tel que sa forme ou sa couleur, est protégé par un brevet .

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PREMIERE PARTIE : RAPPELS
I. METRONIDAZOLE
I.1. Structure
I.2. Indications thérapeutiques
I.3. Propriétés pharmacodynamiques
I.4. Propriétés pharmacocinétiques
II. CONTRÔLE DE QUALITÉ DES MÉDICAMENTS
II.1. Quelques définitions
II.2. Tests de contrôle de qualité des médicaments
III. RESISTANCE BACTERIENNE
III.1. Définition
III.2. Origines
III.3. Mécanisme d’action
DEUXIEME PARTIE : METHODES ET RESULTATS
I. METHODES
I.1. ECHANTILLONNAGE
I.2. SITE D’ETUDES
I.3. VARIABLES D’ETUDE
I.4. CARACTERISATIONS
I.5. ANALYSES STATISTIQUES
II. RESULTATS
II.1. Echantillons retenus
II.2. Contrôles physico-chimiques
II.3. Contrôles pharmaco-techniques
II.4. Récapitulatif des résultats
II.5. Comparaison statistique des moyennes
TROISIEME PARTIE : DISCUSSION
I. Analyse des résultats
II. De la rigueur à la santé des patients
III. Limites de l’étude
CONCLUSION
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
ANNEXES

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *