ETUDE DE FAISABILITE TECHNIQUE ET ORGANISATIONNELLE DU PROJET

Télécharger le fichier pdf d’un mémoire de fin d’études

Identification de l’Entreprise

Cette section est très nécessaire car elle met en évidence les caractéristiques de l’Entreprise, son lieu d’implantation et la présentation des produits. La viabilité de l’Entreprise dépend beaucoup de l’analyse de cette section 2.

Présentation de l’Entreprise

Mettons au point d’abord la présentation de l’Entreprise en précisant la raison sociale et le siège social, l’objet social et le choix de la nature juridique.

Raison sociale et siège social

On avait déjà précisé le nom que porte notre Institution, qui est le « TAHIRY MANAMPY AMIN’NY FAMOKARANA »qui signifie appuie et aide à la population à développer leurs activités génératrices de revenus.
L’objectif de la micro finance est l’offre de service de proximité aux personnes exclues du système financier formel pour qu’elles puissent améliorer leur niveau de vie. Notre cible fait partie de ces catégories de personne. C’est pourquoi, nous envisageons de placer notre siège près du bureau de la commune rurale d’Ambohitrimanjaka, au logement n°II AMP 17 B dans un bâtiment d’un étage composé de 9 pièces.

Objet social

L’Institution TMF a pour objet l’épargne et le crédit (collecter et octroyer).

Choix de la nature juridique

Notre Institution sera créée sous forme d’une Société à Responsabilité Limitée (SARL) qui a une responsabilité et fonction comme suit :
La part sociale est négociable ;
La gestion est plus simple que celle d’une Société Anonyme (grande souplesse dans les règles de gestion) ;
L’organisation est un peu légère ;
Le frais de constitution est peu élevé ;
La raison sociale doit comporter la mention SARL ;
La responsabilité des associés est limité au montant de leurs apports ;
La durée de vie de notre Institution est fixée à 99 ans à compter du jour de son agrément par le CSBF.

L’étude du lieu d’implantation

Localisation du Projet

La commune rurale d’Ambohitrimanjaka se trouve dans le district d’Ambohidratrimo, région Analamanga. Elle se trouve à 12 kilomètres au nord-ouest de la capitale. Elle a une superficie de 21 765 km2 avec une population de 27 131 habitants. Elle est délimitée :
Au nord par la commune de Talatamaty ;
Au sud par la commune de Fenoarivo ;
A l’est par la commune d’Ambohidrapeto ;
A l’ouest par la commune d’Ampangabe.

L’exploitation du sol et du sous sol :

En raison des deux rivières (Ikopa et Sisaony), l’extraction de sable est une activité qui pourra contribuer à des sources financières de la population. Par ailleurs, 540 personnes exploitent 80 ha dans la fabrication de brique et poterie.
L’exploitation du sol et du sous sol est un moyen de résoudre le phénomène de chômage, et ainsi un source de financement pendant les saisons mortes. Ma heureusement, elle envahit les digues de protection et les bords de rivières, un phénomène qui incite les autorités à prendre des mesures restrictives.

L’industrie et l’artisanat :

L’industrie de la commune est en dépendance du potentiel économique. Elle dépend seulement des ressources naturelles, du capital et de la main d’œuvre, de la prospérité de la commune en général, de ses connaissances techniques et spécifiques ainsi que de l’étendue de l’offre et de la demande.
L’activité la plus répandue dans ce domaine est la décortiqueuse qui est au nombre de 16, occupant au total 40 salariés. Cela explique également l’importance de la production rizicole dans la Commune surtout en première saison dont la production est presque commercialisée dans le capital pour étoffer les besoins sociaux en période de soudure.

Le commerce et la commercialisation :

Au niveau de la commune, 65% des commerçants et artisans sont réguliers tandis que le reste, soit 35%, sont informels. En moyenne, 4.5% de la population de chaque Fokontany pratique le commerce comme une activité secondaire et cela avec le minimum de règle de gestion. Presque dans chaque Fokontany, une place est occupée journalière ment pour le marché des produits locaux pour assurer les besoins de la population. Les marchandises sont en majorité étalés à même sur le sol à cause du manque d’infrastructure adéquat.
Vu que la commune est proche du capital, les paysans sont influencés dans les points de ventes de Tananarive et de s grandes agglomérations voisines ayant des échanges commerciales importantes.
En tenant compte de ces informations susmentionnées, nous pouvons en conclure que :
L’agriculture et l’élevage sont les activités dominantes de la population et constituent les principales sources de revenus. Ainsi, ayant relevé le niveau du prix des produits agricoles est un moyen de restaurer le niveau de vie de ses paysans.
Par ailleurs, l’exploitation de la fabrication de brique, les activités artisanales constituent également une source complémentaire de revenu. Toutefois, les revenus obtenus par ces activités sont assez faibles. Cette situation provienne essentiellement de l’absence de formation professionnelle capable de faire émerger le promoteur artisanaux et l’insuffisance des moyens techniques et financiers pour la création d’unités ou de petites Entreprises.
Aussi, l’agriculture est l’activité économique principale, et on a en présence, une masse rurale assez uniforme composée de petits paysans propriétaires. Les petites exploitations occupent une superficie moyenne comprise entre 0.5 et 2 ha, et assure les 80
% de la production total où la production rizicole est dominante devant les autres productions telles que le maïs, le manioc, le haricot, les fruits et les légumes,…
Toutefois, le manque d’eau, les problèmes phytosanitaires, l’insuffisance de la sensibilisation des agriculteurs aux techniques modernes sont des problèmes majeurs au niveau des travaux agricoles, et plus particulièrement dans la riziculture où le rendement moyen à l’hectare n’atteint qu’une tonne et s’élève rarement aux environs de 3 tonnes.
Il est aussi nécessaire de connaitre les ressources économiques en capitaux de la commune qui sont déjà en place.

Les ressources en capitaux

Les services financiers :

L’implantation des organismes financiers comme l’OTIV et le CECAM est très sollicité pour la population.il faut simplement leur expliquer l’objectif, le fonctionnement et l’intérêt de la population par rapport aux organismes financiers afin d’éviter le problème de remboursement et l’usage précis de fonds .Cela est nécessaire pour que la population soit consciente de leurs responsabilités.

Le budget communal :

Nous définissons le budget communal comme un acte par lequel sont prévues et autorisées les recettes et les dépenses pour l’année à venir, de 1er janvier au 31 décembre.
L’évolution du développement économique de la commune se traduit dans la progression du budget annuel. La commune ne peut pas vivre au jour le jour. Avant d’engager le personnel, d’entreprendre les travaux, il faut savoir si la commune a les moyens.
Il faut donc évaluer quelles seront les recettes probables .C’est seulement après qu’on peut prévoir l’utilisation de ce montant de recettes et son affectation aux dépenses qui sont indispensables ou inutiles.
Présentons maintenant les produits offerts adaptés aux besoins de la population.

Présentation des produits

Nous avons les produits suivants que nous pensons être satisfaisants pour l’amélioration des activités de la population :

L’épargne

C’est un outil conçu d’avance pour les personnes qui voudraient prévenir leurs soucis de trésorerie et éviter les dépenses inutiles.
En principe, l’épargne est un système d’économie pour les clients qui veulent sécuriser et garantir les disponibilités de leurs avoirs et qui veulent en même temps gagner des profits.
L’Institution TMF propose trois types d’épargne à ses membres :
Epargne simple « VONJY »
Epargne bloquée « TAHIRY »
Plan d’épargne « FIANDRY »

L’épargne simple « VONJY »

C’est un dépôt à vue(DAV) qui constitue une épargne non bloquée, non rémunérée et non transformable en crédit. Sa durée est généralement très courte car l’argent de l’épargnant est à sa disposition à tout moment.
Il peut prélever ou verser à temps voulu mais le retrait entraîne une commission (montant forfaitaire versé par l’épargnant au moment du retrait).Cette commission est de 4.50%.

L’épargne bloquée « TAHIRY »

C’est un dépôt à terme(DAT) qui consiste à un dépôt obligatoire du client, qui est encaissé successivement en son compte. Cette épargne est celle que les membres doivent choisir pour accéder à un crédit.
Elle est rémunérée de 4.25% par an. Sa durée est en général inférieure ou égal à 12 mois.

Le plan d’épargne « FIANDRY »

C’est un contrat d’épargne fait par l’épargnant et l’institut. L’épargnant s’engage à verser successivement à un certain nombre de fois un même montant pendant une période déterminée pour obtenir un crédit. Il ne peut pas effectuer un retrait mais le versement est rémunéré par un taux de 6.5% par an.

Le crédit

Nous offrons les 3 types de crédits suivants :
Crédit social « AVOTRA ».
Crédit de logement « FONENANA SOA ».
Crédit « MANAMPY ».

Le crédit social « AVOTRA »

C’est un crédit à durée courte (moins d’un an).Il est nécessaire pour faire face à tous les problèmes sociaux, pour financer le fonds de roulement ainsi que pour aux besoins de trésorerie imprévu. Cèle veut dire que ce type de crédit est un type de crédit de secours en cas de maladie d’une proche, décès, éducation et des éventuelles urgences.
Le taux d’intérêt de ce crédit est de 2.5% par mois avec un montant maximum inférieur à 200 000 Ar.

Le crédit de logement « FONENANA SOA »

C’est un crédit à long terme. Un crédit de logement destiné à la construction, aménagement, finition d’une maison avec un taux de 3% par mois.

Le crédit « MANAMPY »

C’est aussi un crédit à long terme. C’est un crédit d’investissement qui sert à financer le bénéficiaire à l’acquisition des matériels ou équipements d’investissement (charrue, charrette, bœuf de trait, vache laitière,…).
Sa durée est de 18 mois à 36 mois avec un intérêt de 3% par mois.
Nous pensons aussi offrir à la population, des services non financiers qui consistent à donner des formations, des conseils, des assistantes techniques et des aides aux adhérents pour résoudre les éventuels problèmes qui peuvent se présenter ,concernant les Projets qui sont soutenus par notre Institution.
Le Projet est bien justifié car sa raison d’être dans la commune est bénéfique pour la population : son lieu d’implantation est très proche du cible, nos produits répondent à leurs besoins (l’amélioration de la production et le relèvement de leur niveau de vie).
Après avoir bien identifié l’Entreprise, il faut donner les caractéristiques du Projet.

Les stratégies marketing à adopter

Le développement de produit s’inscrit dans la stratégie marketing globale de l’Institution.
Le marketing a pour objectif de comprendre les besoins de la clientèle et d’adapter les activités en vue de répondre à ses besoins et d’améliorer la pérennité. Il aborde les questions liées au développement de nouveaux produits, à la tarification, à la localisation des opérations et à la communication autour le l’institut et de ses produits. C’est pourquoi nous avons choisi la stratégie basée sur l’étude des 4 P.

Les démarches méthodologiques

Pour mener à bien l’étude marketing, nous avons effectué des enquêtes auprès de notre cible .Voici les méthodes que nous avions utilisées :

La méthode de quota

L’EDM a été fait sur un échantillon de 60 personnes habitants dans des Fokontany présélectionnés. L’enquête effectuée auprès de ces personnes nous a permis d’obtenir des informations quantitatives et qualitatives, plus fiables pour l’étude de ce Projet.

La méthode des itinéraires

Pour cette méthode, un plan de sondage a été établi. Le Maire de la commune nous a suggérer un plan d’itinéraire pour l’approche des 5 Fokontany qui sont des Fokontany pilotes de la commune en matière de production des activités paysannes. Nous n’avons apporté aucune modification à ce plan durant l’étude sur le terrain.

La collecte des données

Nous avons utilisé des fiches d’enquêtes pour faciliter notre tâche et uniformiser les questionnaires à poser. Un exemplaire de cette fiche se trouve dans les pages annexes de ce livre.

Les stratégies marketing à appliquer pour le Projet

Marketing basée sur l’étude des 4 P : la politique de produit, de prix, de promotion, de distribution.

La politique de produit

Puisque notre Institution est en phase de lancement, nous adoptons la mise au point aussi bien sur le plan qualité que performance et surtout la gamme du produit, bien qu’il est plus rentable de reproduire ceux qui existent déjà chez les concurrents. L’abandon des certaines clientèles insatisfaites, phénomène observé chez certaines Institutions, met en valeur la nécessité d’élargir et diversifier la gamme des produits, pour répondre à des besoins en évolution surtout chez les paysans. Dans cette 1ère phase de développement, notre action sera focalisé sur des produits faciles agrées, permettant une certaine
« standardisation », pour une croissance rapide permettant l’atteinte de l’équilibre financier. Nous proposons à nos clients les qualités de services suivants :
Pour le crédit
– Formalités des dossiers non compliquées ;
– La proximité envers les clients ;
– La négociation très agréable ;
– Le déblocage très rapide ;
– La conformité à la règle.
– La sécurité ;
– La disponibilité
– La liquidité
– La diversification de service ;
– L’anonymat.

La politique de prix

La détermination du prix est une fonction très importante car c’est elle qui détermine l’avenir tout entier du produit et surtout de l’Institution. Cette importance vient du fait que c’est le seul variable du mix qui fait entrer de l’argent pour l’Institution. Ainsi pour que nos opérations se déroulent bien, nous avons opté « pour le prix de pénétration »en cette phase de lancement. Cela consiste à lancer les nouveaux produits à un prix assez bas pour avoir le maximum de part de marché. Mais malgré cela, la marge sur le coût de service rendue ne peut pas être négligée :
Le taux d’épargne se base entre 4.25% à 6.50% par an suivant le mouvement d’encaissement et de décaissement effectués et le type d’épargne ;
Le taux de crédit varie entre 2.5% à 3% par mois selon le type de crédit ;
Ces taux sont obtenus à partir du taux directeur de la banque centrale (9.50%), de la gestion de risque au crédit, de la marge bénéficiaire à obtenir sur chaque crédit octroyé ; de la partie de réserve obligatoire (4%) qui est une marge de point obtenu.

La politique de promotion

La politique de promotion est une activité qui consiste à créer, établir, maintenir et améliorer d’abord la confiance, et la sympathie entre l’institut et son entourage et par la suite, informer, convaincre et inciter ce dernier à la consommation des services. De ce fait, il faut transmettre des informations à ces clients potentiels à travers la communication. L’institution va utiliser la stratégie « PULL » qui consiste à attirer les clients vers le nouveau produit qu’elle propose.
Pour ce faire, nous avons choisi les moyens de communications suivantes :
– La publicité informative qui a pour astuce de faire connaître, faire aimer puis faire agir à travers les médias : la télévision malagasy et la radio nationale malagasy et les stations audio-visuel que les paysans préfèrent écouter et regarder (TVM, RTA, TV PLUS) ;
– Les gadgets publicitaires que l’Institut va produire en masse comme des stylos, des briquets, casquettes, des calendriers,…sur lesquels sont imprimés le non et le slogan de l’Institut ;
– D’autres supports comme les tee-shirts, des panneaux et affiches ;
– A relation publique : porte ouverte pendant 3 jours
– L’offre des cadeaux pour les 50 premiers clients arrivés à la caisse en leur donnant une réduction de 50% sur le droit d’adhésion ;
– Les relations directes comme la porte à porte et différentes animations.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

PARTIE 1 : IDENTIFICATION DU PROJET
Chapitre I : PRESENTATION DU PROJET
Section 1 : Généralités sur le Projet
Section 2 : Identification de l’Entreprise
Section 3 : Caractéristiques du Projet
Chapitre II : ETUDE DE MARCHE ET STRATEGIE MARKETING A ADOPTER
Section 1 : Etude de Marché
Section 2 : Les stratégies marketing à adopter
PARTIE 2 : ETUDE DE FAISABILITE TECHNIQUE ET ORGANISATIONNELLE DU PROJET
Chapitre I : TECHNIQUE DE PRODUCTION
Section 1 : La description des installations
Section 2 : Identification des matériels et équipements nécessaire
CHAPITRE II : CAPACITE DE REALISATION ENVISAGEE
Section 1 : Technique de réalisation
Section 2 : Evolution de réalisation envisagée
Section 3 : les différents facteurs de production
CHAPITRE III : ETUDE ORGANISATIONNELLE
Section 1 : Les ressources humaines
Section 2 : L’organigramme envisagée
Section 3 : Organisation de travail
Section 4 : Le chronogramme des activités
PARTIE 3 : ETUDE DE FAISABILITE ET EVALUATION FINANCIERE DU PROJET
CHAPITRE I : Les investissements nécessaires
Section 1 : Coût des investissements
Section 2 : Tableau d’amortissement
CHAPITRE II: ETUDE DE LA RENTABILITE
Section 1 : Le plan de financement
Section 2 : La rentabilité du projet
CHAPITRE III : Evaluation du projet
Section 1 : Evaluation financière
Section 2 : Evaluation économique
Section 3 : Evaluation sociale
CADRE LOGIQUE DU PROJET
CONCLUSION GENERALE
BIBLIOGRAPHIE

Télécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *