Etude biologique et exploitation de RAVENALA MADAGASCARIEN

Jadis, Madagascar était réputé par sa grande richesse en végétation et fût ainsi qualifiée de grande île verte. Cependant, sa biodiversité unique au monde est fortement menacée de disparition à la suite des pratiques traditionnelles inconscientes et de l’exploitation irrationnelle. En 1996 la direction des eaux et forêts avançait que, la vitesse de la déforestation, dans toute l’île, augmente à un rythme très alarmant à la raison de 144.000Ha/an, soit une régression annuelle de l’ordre de 1,08% selon le programme dette nature –projet CAF-APN(36) L’homme est le premier facteur de la dégradation des ressources naturelles à Madagascar. La forte croissance démographique , associée à un niveau de vie assez bas, oblige les paysans malgaches à défricher la forêt pour avoir de nouvelles surfaces pour l’agriculture, ou bien à exploiter d’une manière irrationnelle, les ressources forestières ligneuses et non ligneuses, afin de satisfaire directement les besoins quotidiens et/ou avoir des revenus pour compléter celui provenant de l’agriculture.

Présentation de la commune rurale d’Antetezambaro

Identification

Bref aperçu historique 

Au sud du chef lieu de la commune, à l’époque précoloniale, le sentier reliant ce village est traversé par la rivière Sahavaro. Pour assurer la continuité du chemin, les habitants ont construit un pont en bois dont l’arbre utilisé fut ce qu’on appelle localement « Varo » ; cet arbre pousse dans la bordure de la dite rivière. Le pont porte le nom de l’arbre en quoi il est fait : Antetezambaro. Le village voisin prête jusqu’à ce moment cette appellation .

Situation géographique de la commune 

La commune rurale d’Antetezambaro est localisée dans les coordonnées géographiques suivantes : latitude 17°42’ sud, longitude 49° 23’ Est et à 5 mètres d’altitude. Elle est située du côté nord de la ville de Toamasina, dans la sous préfecture de Toamasina II. Le chef lieu se situe à 14 km de Toamasina. Elle est encadrée par les deux fleuves, Ivoloina au sud et Ifontsy au nord. La commune est délimitée :
– à l’est par océan indien
– au sud par la commune de Toamasina sub- urbaine
– au nord par la commune de Mahavelona / Foulpointe
– à l’ouest par la commune d’Ambodiriana
– au nord-ouest par la commune d’Andondabe.
Le long de la RN5, elle s’allonge du PK N°5 au PK N°30.

Caractéristiques administratives 

La commune rurale possède douze fokontany: Antetezambaro AnalamalotraVohidrotra-Ambodivato-Ambodiatafana-Vohitsara-Marotandrazana AntanetilavaAmpasina-Vohitrandiana-Ambodisatrana et Sahantaha .(23) Antetezambaro, le chef lieu, se trouve au centre- Est de la commune le long de la route nationale N°5 au PK 14.

La distance des fokontany du chef lieu de la commune est évaluée comme suit :
Antetezambaro
Analamalotra 09 km
Vohidrotra 12 km
Ambodivato 11 km
Ambodiatafana 10 km
Vohitsara 17 km
Marotandrazana 8.Km
Antanetilava 12.Km
Ampasina 18.Km
Vohitrandiana 27,7Km
Ambodisatrana 14. Km
Sahantaha 17.Km . 

Milieu physique 

a- Superficie
La superficie de cette commune est de294 km2 environ ; les superficies des fokontany sont variables ; le fokontany de Marotandrazana est le plus vaste ; par contre, celui d’ Analamalotra est le plus restreint.

b- Relief
La commune peut se présente deux types de relief :
-les plaines que l’on peut trouver dans la région basse de l’Est au fokontany de : vohidrotra, Vohitsara, Analamalotra, Antetezambaro et Ambodiatafana.
-le relief montagneux : une grande partie de la commune est montagneuse d’une structure désordonnée et accidentelle et à pente forte. Cette superstructure de terrain explique la sensibilité à la dégradation et à l’érosion. Ainsi le sol peut se dégrader facilement par la pluie et il devient de moins en moins fertile. De plus la pratique de cultures sur brûlis accélère encore ce phénomène.

c- Type de sol
Dans les zones montagneuses, le sol est ferralitique, c’est-à-dire, caractérisé par les couches de terre rouge. De toute manière le sol et la végétation ont une forte liaison qui recycle régulièrement la fertilité ; mais on constate toujours des dégradations dans les zones montagneuses à cause de l’érosion, de la pluviométrie abondante et de la déforestation. (23) Les régions basses de l’Est sont caractérisées par un sol sablonneux ; ensuite s’accumulent les dépôts organiques provenant des montagnes.

d- Climat
Le climat dans la commune est classé comme climat tropical côtier ; durant ces dernières années, la pluviométrie s’avère très instable, ce qui est probablement due à la perturbation environnementale de la région. On enregistre en moyenne 3000 mm par an . La pluie varie suivant les saisons:
-durant l’hiver ; la pluie peut durer plus de 24 heures voir 3 à 4 jours sans interruption et accompagnée d’Alizé appelé localement « VARATRAZA » ; ce sont des pluies torrentielles.
-durant la saison chaude, de novembre jusqu’au mois d’avril, elle commence souvent vers la fin de l’après midi et dure rarement une journée entière ; elle est appelée « ORAMBARATRA ».

La présence de cette dernière catégorie de pluies est favorable aux poussées des jeunes plantes et des arbres. Concernant la température, une petite variation de température est constatée selon les endroits. Les principaux vents de la région sont : le « VARATRAZA » (Alizé) et le « TSIMILAOTRA » (Mousson). Le <> est présent pendant toute l’année, il s’avère plus fort durant la période cyclonique. Tsimilaotra, vent chaud, intervient au mois de Novembre jusqu’au mois d’Avril.Chaque année, la commune est menacée par le cyclone.

e- Hydrographie
La commune est délimitée par les deux fleuves : Ivoloina au sud et Ifontsy au nord. Le long du littoral traverse le canal de pangalane, offre une voie idéale pour le transport fluvial. Il existe aussi des petites rivières comme Ranominty-Sahambira-Sahavaro. Les deux grands fleuves cités plus haut débordent souvent et détruisent les cultures et les infrastructures sur leurs bords. En juin 2002 une grande inondation ravage presque la totalité des cultures de la population.

f- Végétation
Au début du siècle dernier, la région est encore couverte de forêts naturelles très denses ; actuellement, ceci ne couvre qu’une faible superficie. Depuis 1995, les forêts environnantes sont protégées par le fokontany lui-même par le biais de <> localement en vigueur et relativement sévère.(23) Il existe quatre principales forêts naturelles dans la commune à savoir Ampasimadinika, Analahambana, Amparafaravahy et Manohandrivotra. (23) Les savanes boisées sont répandues dans toute la commune.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Introduction
PREMIERE PARTIE
I- PRESENTATION DE LA COMMUNE RURALE D’ANTETEZAMBARO, METHODOLOGIE ET MATERIELS UTILISES
I1- Présentation de la commune rurale d’Antetezambaro
I.1.1 Identification
I.1.1.1 : Bref aperçu historique
I.1.1.2 : Situation géographique de la commune
I.1.1.3 : Caractéristiques administratives
I.1.1.4 : Milieu physique
I.1.1.5 : Milieu humain
I-1.2. Potentialités socio-économiques de la commune d’Antetezambaro
I-1.2.1. Santé
I.1.2.2 .Education
I.1. 2.3. Communication
I .1.2.4. Agriculture
a- Cultures saisonnières
b- Cultures permanentes
c- Mode de culture
d- Produits et productions
I.1.2.5. Elevage
I.1.2.6. Pêche
I.1.2.7. Commerce
I.1.2.8. Artisanat
I.1.3. Valeurs culturelles et sportives
I.1.3.1.Fêtes traditionnelles
I.1.3.2. Fady
I.1.3.3. Pratiques religieuses
I.1.3.4. Sports et loisirs
I.4. Secteurs touristiques et environnementaux
I2- Matériels et méthodologie Générale
I.2.1. Matériels
I.2.1.1.Matériel d’inventaire
I.2.1.2.Matériel d’enquête
I.2.2 Méthodologie
I.2.2.1 Etude bibliographie
I.2.2.2 Etude de la végétation
I.2.2.3 Enquête
Conclusion de la première partie
DEUXIEME PARTIE
II- RESULTATS OBTENUS ET INTERPRETATION
II-1 –Résultats obtenus
II-11-Résultats de l’étude bibliographique
II-111- Structures floristiques
II-112-Pente relativement raide
II-113-Bas fond
II-114- Espèces faunistiques au sein de Ravenala
II-12-Etude botanique de Ravenala
II-121- Généralité
II-122- Systématique
II-123- Morphologie
II-124- Végétation
II-13- Résultats issus de l’inventaire floristique
II-131- Résultats de l’inventaire floristique sur une pente
II-132- Résultats de l’inventaire floristique sur un bas fond
II-14- Résultats issus des enquêtes par questionnaire
II-141- La répartition de la population suivant les activités Socio – économiques
II-142- Raréfaction de pieds de Ravenala exploitable
II-143- Problèmes rencontrés
II-15- Exploitation de Ravenala dans la commune rurale d’Antetezambaro
II-151- Utilisation des feuilles
a- Limbe de Ravenala
b- Pétioles de Ravenala
II-152- Commercialisation
a- Matériaux de construction
b- Feuilles vertes
c- Vannerie
d- Utilisation du tronc de Ravenala
e- Autres utilisations de Ravenala
II-16- Estimation de feuilles de Ravenala consommées Chaque mois, dans la commune d’Antetezambaro
II-17- Menaces sur le Ravenala dans la commune
II-171- Menaces d’origine naturelle
II-172- Menaces d’origine anthropique
II-2- Interprétations des résultats
II-21- Les conséquences de la destruction de Ravenala et le <<tavy>>
II-211- Diminution de la quantité de la pluie
II-212- Erosion et inondation
II-213-Tarissement de source
II-22- Réactions de la population locale face aux dangers menaçant le Ravenala et leurs conséquences
Conclusion de la deuxième partie
TROISIEME PARTIE
III- MESURES PRISES, SUGGESTIONS ET INTERETS PEDAGOGIQUES
III-1 Mesures prises
III11- Action de l’état malgache pour protéger l’environnement
III-111- Par le biais du projet ERE
III-112-Les trois niveaux de sensibilisation
III-12 Mesures prises par les différentes entités dans la commune
III-121- Le parc d’Ivoloina
a- Le centre de formation MFG
b- Création du club d’environnement au parc d’Ivoloina
c- Proposition de la technique riziculture sans feu
III-122- Dina dans le Fokontany d’AMBODIATAFANA
III- 2- Suggestions
III-21 -Suggestions pour les autorités locales
III-22- Suggestions pour la population locale
III-22-1-Réduction de l’exploitation de <<l’ôvotra>>
III-22- 2-Changement de pratiques chez les vannières
III-22-3- Utilisation du planning familiale
III-22-4- Pratique de la culture intensive
III-22- 5- Changement de mentalité
III-22-6- Création des aires protégées
III-3- Intérêts pédagogiques
III-31- Education informelle au niveau des adultes
III-32- Education formelle
III-321- Programmes scolaires en SVT
III-322- Intégration de l’ERE dans la conduite du programme scolaire
III-323- Supports didactiques
Conclusion de la troisième partie
Conclusion générale
-Bibliographie
-Annexes

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *