Epidémiologie dans le monde 

L’hydatidose est un problème de santé publique dans les zones d’endémie représentées par tous les pays d’élevage du mouton et en particulier, les pays du pourtour méditerranéen, notamment le Maroc .

Epidémiologie dans le monde

L’Echinococcus granulosus, agent responsable de l’hydatidose est un des petits taenias [25], quatre espèces sont à retenir en ce qui concerne la pathologie animale et humaine: E.granulosus, responsable de l’hydatidose et présent sur tous les continents et a une répartition géographique cosmopolite, E.multicularis agent de l’échinococcose alvéolaire qui circule dans les vastes régions hémisphère nord; E . Vogeli et E .oligarthus, responsables d’échinococcoses polykystiques, sévissant en Amérique latine du Nicaragua à l’Argentine.
• Egranulosus, Emultilocularis, E vogeli sont des parasites uniquement de l’homme.
• E. oligarthrus est un parasite animal uniquement, exceptionnellement
transmissible à l’homme [26]. les quatre espèces sont responsables de maladies humaines chroniques et redoutables, d’un coût social élevé en l’absence actuelle de chimiothérapie antiparasitaire totalement efficace. Ces espèces sont morphologiquement distinctes aussi bien au stade adulte qu’au stade larvaire [27]. L’espèce granulosus est décomposée en un complexe de trois principales sous espèces en fonction des couples hôte définitif-hôte intermédiaire et de quelque différence morphologique:

➤ Echinococcus granulosus borealis : est présent dans les pays du Grand Nord européen, sur le continent américain et asiatique. Le couple hôte définitif-hôte intermédiaire est le loup renne ou l’élan. Il est transmissible à l’homme et responsable de l’hydatidose pulmonaire [11].

➤ Echinococcus granulosus canadensis : est présent dans le Grand Nord (nord du canada, Eurasie [10]). Le couple est le loup/caribou ou le renne. Il est exceptionnellement transmissible à l’homme [11].

➤ Echinococcus granulosus granulosus : est cosmopolite. C’est de loin l’échinocoque le plus fréquent chez l’homme. Le seul en France [28], atteint, outre l’homme, de nombreux mammifères domestiques (ovins, bovins, porcins) ou sauvages (antilopes, zèbres, phacochères). L’hôte définitif est toujours le groupe des canidés (chiens essentiellement, mais aussi dingos, lycaons, chacals, hyènes [10]).

L’hydatidose est très répondue dans les pays d’élevage ovins où le contact chiens moutons est constant, en particulier le pourtour méditerranéen : Italie (incidence : 3,35 pour 1000000 habitants(ha), Sardaigne (9 à 22 pour 100000ha), où près d’un quart des chiens est contaminé, Grèce (7,8 cas par an ), où la moitié des chiens de bergers est infestée, Maghreb (10 cas annuels pour 100000habitants), Libye ( 0,85% des admissions), Israël (5 pour 100000hab), Liban (3,8 cas pour 100000hab), Iran (6,5 pour 100000hab).

L’hydatidose est constatée également en Afrique intertropicale : Ethiopie 7% et surtout le Kenya 10% . Dans ce dernier pays, il existe en outre un cycle sauvage du aux coutumes locales de certaines populations. En effet, après un décès le cadavre est abandonné dans la pairie pour être enlever par les hyènes, chacals et chiens sauvages qui viennent dévorer les cadavres et ainsi perpétuer le cycle. C’est le seul exemple où l’homme est effectivement un véritable « hôte intermédiaire », alors que partout ailleurs dans le monde, l’homme est un « cul-de-sac parasitaire ». En outre, dans cette région, les chiens lèchent les enfants atteints de diarrhées et de vomissement, les fèces de chiens sont utilisés comme emplâtre sur les plaies, et les intestins de chacals forment une nourriture très appréciée des populations locales: il y a alors accumulation de facteurs de risqué.

L’hydatidose est également présente en Australie (1,2 pour 100000habitants), en Nouvelle-Zélande, en Malaisie et en Chine, ainsi qu’en Amérique du sud: Chili (7 pour 100000 habitants) Argentine (75pour 100000 habitants), Pérou et Uruguay .

Dans les pays musulmans, la fête du mouton ou “AID EL KEBIR” est l’occasion de très nombreux abattages à domicile avec les chiens toujours à l’affût de viande rejetée comme impropre à la consommation et c’est donc un important facteur de contamination.

Les cas déclarés étant ceux des patients opérés, la prévalence globale est donc sousestimée, une grande partie des populations rurales des pays d’endémie n’ayant pas d’accès aux soins .

Epidémiologie au Maroc 

L’hydatidose est une maladie endémique au Maroc ou l’élevage se pratique encore sous le mode pastoral. Elle sévit dans la presque totalité des régions du pays [32]. L’enquête rétrospective sur l’hydatidose au Maroc couvrant la période 1980-1992 a Suite à la mise en place d’un registre de collecte de données au niveau de tous les services de chirurgie des Centres Hospitaliers Universitaires (CHU) et des hôpitaux provinciaux on a noté [33] :

◆ En 2003 : 1659 cas opérés de kyste hydatique représentent une incidence moyenne de (5,5/100000).
◆ En 2004 : 1704 cas opérés de kyste hydatique représentent une incidence moyenne de (5,7/100000).
◆ En 2005:1495 cas opérés de kyste hydatique représentent une incidence moyenne de (5,0/100000).
◆ En 2006, on a recensé 1403 cas opérés pour kyste hydatique représentant une Incidence moyenne de 4,55 cas pour 100 000 habitants.

Au Maghreb, d’après les chiffres du ministère de la santé, le Maroc occupe le 3ème rang après la Tunisie (14 cas /100000 habitants) et l’Algérie (10 cas / 100000 hab) [35]. Sur le plan socio-économique, D’après des études approximatives, les frais de prise en charge médicale sont estimés à au moins 15.000 dirhams par malade. Rapportés au nombre annuel moyen de cas opérés, le montant total des frais Médicaux atteindrait environ 25 millions de dirhams [34].

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION 
PRESENTATION DE LA SERIE 
DISCUSSION
I. Epidémiologie 
1.Epidémiologie dans le monde
2.Epidémiologie au Maroc
3.Répartition géographique au Maroc
II. Etiopathogénie 
1. Agent pathogène
2.Parasitologie
3.Cycle évolutif du kyste
4.Modes de transmissions
III. Anatomie pathologique 
III.1.La structure du kyste hydatique
III.2.Les répercussion musculaires
IV. Clinique 
1.Les localisations courantes
2.Localisation musculaire
V. Examens para cliniques
1.Imagerie
1.1.Radiographie standard
1.2.L’échographie
1.3.Le scanner
1.4.L’imagerie par résonance magnétique (IRM)
1.5.Autre explorations radiologiques
2.Biologie
2.1.Les examens d’orientation
2.2.Les examens parasitologiques directs
2.3.L’exploration de l’immunité cellulaire immédiate
2.4.Les examens biologiques indirects
VI. Traitement
1.Buts
2.Moyens
2.1.Médicaux
2.2.Chirurgicaux
2.2.1.Les principes
2.2.2.Techniques
VII. Surveillance et facteurs pronostics
VIII. Prophylaxie 
1.Mesures prophylactiques individuelles
2.Mesures prophylactiques collectives
CONCLUSION

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *