Environnement de la production maraîchère 

Maraîchage au Burkina Faso: condition et enjeux de production 

Environnement de la production maraîchère 

Le secteur agricole occupe une place de choix au Burkina Faso. En 2009, l’agriculture a contribué à hauteur de 35,3 % à la formation du PIB et a fourni plus de 37 % des exportations nationales. Cependant l’activité agricole est toujours extensive avec une prédominance des petites exploitations de moins de 5 ha en 2008 (MAFAP, 2013). La production agricole est dominée par les céréales et le coton et la consommation alimentaire est centrée sur les céréales sèches et le riz (DGPER, 2010). En dehors du coton qui bénéficie d’une attention particulière de l’Etat depuis plusieurs années, les filières agricoles sont peu structurées et rencontrent des problèmes de commercialisation liés à la faiblesse de l’intégration de l’économie agricole au marché sous régional et mondial et du fait d’un réseau de communication insuffisant (MAFAP, 2013).

La superficie des terres cultivables a été évaluée à environ 9.000.000 ha, tandis que les superficies exploitées augmentent en moyenne de 2,8 %. Cette augmentation des superficies emblavées peut s’expliquée par la croissance démographique ct si cette tendance se poursuivait, l’agriculture burkinabè épuisera ses terres cultivables à l’horizon 2030 (MAFAP, 2013). En plus de la dégradation des terres cultivables on note une baisse de la pluviométrie et, selon Van Caloen et al (2015), cette baisse de la pluviométrie a une incidence directe sur la dégradation des sols et sur leur fertilité.

En définitive comme souligné dans le rapport sur le cadre d’accélération des objectifs du millénaire pour le développement au Burkina Faso (MPATDC et al, 2012, p. 19) et rapporté par Van Caloen et al, (2015), « Les conditions de production végétale et animale deviennent de plus en plus fragiles et précaires ce qui entraine entre autre, la famine, l’incapacité des populations à se procurer des revenus monétaires et la surexploitation des ressources naturelles renouvelables ». C’est donc dans un environnement physique ct climatique quelque peu hostile que le maraîchage vient en appuis à la productivité des cultures vivrières pour une meilleure situation alimentaire au Burkina Faso.

Typologie de la production 

Le maraîchage au Burkina Faso est caractérisé par la production d’une gamme variée de spéculations. Une répartition de la superficie totale engagée entre les spéculations donne une prédominance de l’oignon bulbe. En effet, 11.449 ha, soit 41,4 % des superficies sont exploitées en oignon bulbe. Les intrants les plus utilisés dans le maraîchage sont le NPK (93 % des maraîchers), la fumure organique (71 %), l’urée (69 %) et les produits de traitement locaux (58 %) (MAH 2011). Le caractère saisolll1ier de la production entraîne une grande variabilité des prix et des quantités disponibles à la vente au cours de l’année. Les paysans sèment ou plantent tous à la même période et l’ensemble de la production arrive en même temps sur le marché provoquant ainsi un excès d’offre. En conséquence, les prix chutent et les excédents de production sont perdus. (Van caloen et al, 2015).

Par ailleurs, le maraîchage au Burkina Faso rencontre plusieurs difficultés. Pour ce qui est de la production proprement dite, les difficultés sont d’une part relatives à l’accès aux intrants et d’autre part, liés aux aspects techniques de production naturelle et fiscaux. Les difficultés liées à l’irrigation se résument à la périodicité des sources d’eau, aux insuffisances des moyens de mobilisation des eaux. Plus de 82% des exploitants rencontrent au moins une des difficultés sus citées. Près de 85 % des exploitants maraîchers rencontrent des difficultés de protection de leur site de production. Le coût élevé de la main d’œuvre est essentiellement . la principale difficulté du maraîchage. Selon la majorité (86 %) des producteurs, le prix bas des produits maraîchers constitue une contrainte de la commercialisation. Enfin, une autre difficulté est l’accès au crédit agricole, due au manque d’institution de micro finance (IMF) spécialisée pour le secteur agricole. Près de 44 % des exploitants maraîchers n’ont pas d’IMF à proximité pour leur octroyer un crédit agricole (MAR 2011).

Enjeux de la production maraîchère 

Enjeux socio-économiques

Le secteur des fruits et légumes est apparu depuis les années 90 dans les analyses comme une importante source de croissance des revenus agricoles et de réduction de la pauvreté (MAHRH, 2007). Bognini (2006) affirme que les cultures maraîchères rapportent l’essentiel des revenus parmi les diverses activités menées par les ménages ruraux. Thiombiano (200S) a montré que les cultures de saison sèche fournisscnt 36 Olt) des rentes monétaires (contre 64 % pour les cultures pluviales) des ménages agricoles et permettent ainsi de réduire la pauvreté alimentaire et monétaire au Burkina Faso. Il précise que les ménages maraîchers enregistrent un indice de pauvreté plus bas (42 %) par rapport aux ménages non maraîchers (46 %). Soit une réduction de 4 %. La valeur totale des ventes des produits maraîchers a été évaluée à plus de S2 milliards de francs CFA pour la période de 2006-2010, avec 620.000 personnes employées dans cette activité (MAH, 20 Il).

Sur le plan social le maraîchage permet une insertion des groupes SOCiaUX dits vulnérables (retraités, femmes au foyer, agents de l’informel, enfants de la rue) (ILFAU, 1999); Ouédraogo, 200S), des populations sans emploi ou des villageois rattrapés par l’urbanisation grandissante de nos villes (Ouattara 2004). Il contribue également à l’assainissement et à l’amélioration du cadre de vie par le recyclage des déchets et le maintien des zones vertes. Il joue enfin une fonction sécuritaire par l’occupation des terrains vacants. (Ouédraogo, 2008).

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION GENERALE
1. CADRE THEORIQUE
1.1. Revue de littérature
1.1.1. Maraîchage au Burkina Faso: condition et enjeux de production
1.1.1.1. Environnement de la production maraîchère
1.1.1.2. Typologie de la production
1.1.1.3. Enjeux de la production maraîchère
1.1.1.3.1. Enjeux socio-économiques
1.1.1.3.2. Enjeux alimentaires
1.1.104. Organisation de la filière
1.1.2. Sécurité alimentaire: enjeux et fàcteurs déterminants
1.1.2.1. Ressorts de la sécurité alimentaire
1.1.2.2. Facteurs déterminants
1.1.2.3. Enjeux et critique de la sécurité alimentaire
1.1.3. La sécurité alimentaire état des lieux au Burkina Faso
1.1.3.1. Cadre institutionnel et politique
1.1.3.2. Situation alimentaire du Burkina Faso
1.2. Problématique
1.3. Définition conceptuelle
1.3.1. Maraîchage
1.3.2. Cultures maraîchères
1.3.3. SécLU’ité alimentaire
lA. Objectifs de l’étude
1.5. Hypothèses de l’étude
1.6. Limites de l’étude
II. CADRE METHODOLOGIQUE
2.1 Présentation de la zone d’étude
2.2 Population étudiée
2.3 Echantillonnage des maraîchers
2.4 Echantillonnage des ménages urbains
2.5 Collecte des données
2.6 Traitement et analyse des données
2.7 Variables de l’étude
2.8 Méthode d’analyse
2.8.1 Revenu maraîcher et sa contribution à la fonnation du revenu total
2.8.2 Revenu maraîcher et acquisition des denrées alimentaires
2.8.3 Accessibilité des ménages aux produits maraîchers au cours de l’année
2.8.4 Cultures maraîchères et statut alimentaire des ménages urbains
2.8.4.1 Statut alimentaire en termes d’énergie calorifique
2.8.4.2 Statut alimentaire en termes de diversité
III. RESULTATS ET DISCUSSIONS
3.1 RESULTATS
3.1.1 Caractéristiques sociodémographiques des enquêtés
3.1.2 Revenu maraîcher et revenu total des maraîchers
3.1.2.1 Revenu maraîcher (R.m)
3.1.2.2 Revenu agricole non maraîcher (Ranm)
3.1.2.3 Revenu non agricole (Rna)
3.1.2.4 Contribution du revenu maraîcher à la fonnation du revenu total
3.1.3 Revenu maraîcher et acquisition des denrées alimentaires
3.1.4 Accessibilité des ménages urbains aux produits maraîchers au cours de l’année
3.1.5 Cultures maraîchères et statut alimentaire des ménages urbains
3.1.5.1 Statut alimentaire en termes d’énergie caloritique
3.1.5.2 Statut alimentaire en termes de diversité
3.2 DISCUSSIONS
3.2.1 Revenu maraîcher et revenu total des maraîchers
3.2.2 Revenu maraîcher et acquisition des demées alimentaires
3.2.3 Accessibilité des ménages urbains aux cultures maraîchères
3.2.4 Cultures maraîchères et statut alimentaire des ménages urbains
3.2.4.1 Statut alimentaire en tennes d’énergie calorifique
3.2.4.2 Statut alimentaire en termes de diversité
CONCLUSION

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.