Enquete sur l’economie souterraine

Actuellement, il existe des méthodes pratiques qui permettent de recenser ou d’obtenir des informations sur la population afin de réaliser des données statistiques. Ici, on parle juste de l’enquête qui ne rien d’autres que l’activité organisée et méthodique de collecte de données sur des caractéristiques d’intérêt d’une partie ou de la totalité des unités d’une population à l’aide de concept de méthode et procédures biens définis, elle est suivi d’un exercice de compilation permettant de présenter les données recueillies sous une forme récapitulative utile.

On constate alors que l’enquête sur les ménages est devenus l’une des principales sources de données permettant d’expliquer et d’analyser les phénomènes sociaux, elle est parmi les méthodes de données la plus souple grâce à elle presque tout sujet en rapport avec la population peut être étudiée.

CONCEPT D’ENQUETE ET SES ETAPES 

Méthode d’enquête et pratique 

généralité

Une enquête commence habituellement s’il y a un besoin d’information et s’il n’y a pas de données ou bien qu’elles soient insuffisantes, alors elle peut être définie come une activité organisée et méthodique de collecte de données sur des caractéristiques d’intérêt d’une partie ou de la totalité des Unités d’une population à l’aide des concepts, des méthodes et procédures bien définis. Autrement, elle sert de source de données sociodémographiques détaillées et variées qui permet de déterminer l’état civil d’une population concernant les conditions dans lesquelles elles vivent ; leur bien-être ; leurs activités ; les éléments culturels qui influent sur les comportements et sur les transformations sociales et économiques.

Sa réalisation nécessite une planification plus précisément une étude statistique de la composition de la population donc elle se fait par âge, par sexe, par situation matrimoniale, par activité exercée, par situation géographique et par détermination des informations sur les phénomènes sociaux comme l’éducation. Le résultat obtenu à partir d’une enquête es toujours suivi d’un exerce d’estimation permettant de présenter les données recueillies sous une forme récapitulative utile puisque souvent, elle à élaborer un programme sur une partie de la population en vue de le contribuer au programme national. La durée d’une enquête peut être repartie en plusieurs phases dont le premier est la planification, ensuite il existe la phase de la conception et de l’élaboration, et puis celle de la mise en œuvre.

les étapes d’enquête

A première vue, le déroulement d’une enquête consiste simplement à poser des questions et à compiler des réponses pour obtenir des statistiques, il faut cependant faire une enquête étape par étape, appliquer des procédures et des formules précises pour que les résultats donnent de l’information exacte et significative. Il est bien nécessaire de connaître les tâches particulières, leurs liens et leur pertinence pour comprendre le processus complet. Pour l’élaborer donc, on doit : formuler de l’énoncé des objectifs, sélectionner une base de sondage, choisir un plan d’échantillonnage,conception du questionnaire, collecter des données, saisir et coder des données, vérifier et imputer, estimer, analyser les données et enfin diffuser les données.

Types d’enquête 

Elle peut se mener de différentes façons :
– à l’aide d’un questionnaire ;
– à travers des entretiens individuels ;
– par analyse de document (texte, discours, film) .

a. Questionnaire
Il s’adresse à une population définie, il est reproductible et donne un ensemble fragmentaire de réponses.

b. L’entretien
Il permet de connaître le propos d’un individu, grâce au questionnaire on peut couvrir une population importante concernée par le sujet. Alors le questionnaire demande une préparation précise et l’entretien permet de se familiariser avec le sujet. Le questionnaire réunit les données plutôt quantitatives et l’entretien qualificatif.

c. Observation directe
Elle se fait par analyse de document qui demande au chercheur d’établir une série de critères à observer ; cette méthode nécessite des apports théoriques recueillis dans la documentation .

L’ECONOMIE SOUTERRAINE 

Définition

Elle est par définition, une activité qui échappe au contrôle de l’Etat, celle-ci englobe tous les échanges des biens et services, les agents qui s’échangent et ne payent pas des impôts sur leur gains du fait de son illégalité. La production souterraine regroupe toutes les activités légales mais soustraites au regard du pouvoir public pour éviter le paiement d’impôts, de cotisation sociale. Ce sont donc toutes activités légales réalisées illégalement c’est-à-dire non déclarées. Cette dernière peut être exercée à petite échelle. Lorsque qu’une personne en emploie une autre de manière occasionnelle ou à grande échelle dans le cadre des ateliers de production clandestins qui occupent des certaines des travailleurs sans papiers au besoin recruté par des filières d’entrée illégale sur ce territoire.

Elle est en d’autre terme appelée « économie informelle », elle peut concerner : les biens, les services, les personnes physiques et morales. En principe, le PIB englobe toute la production, sanségard à sa légalité. En pratique les activités illégales comme productive au sens économique en ce qu’elles répondent à une demande exprimée sur le marché, sont exclue des statistiques officielles, car il n’existe aucun moyen de les mesurer avec un degré de certitude acceptable. Le PIB officiel renvoie donc, en gros, à la production légale, il ignore ainsi une partie de l’économie souterraine plus précisément celle qui est illégale. Dans le tiers monde l’économie informelle les plus courants sont : le commerce de rue, le trafic de drogue, l’emploi non déclaré dans de grandes firmes et emploi des domestiques. Depuis 1985, il y avait les sous emploi massif et catastrophe social qui accompagne les politiques d’ajustement structurelle, le tiers monde a tendance à faire de l’économie informelle pour résoudre à tous les problèmes sociaux. Comme le cas de Madagascar, les économies informelles qui concernent à l’économie souterraine le plus courante sont l’achat et vente de l’or, le change, des automobiles .toutes activités informelles se rapportant surtout sur l’économie souterraine s’effectuent grâce à l’existence des intermédiaires.

L’Or

La mine d’or est un métal précieux, le plus utile et recherché dans le monde. L’or tient une place importante sur l’économie dans le domaine public ou la fonction du gouvernement, car c’est une garantie des valeurs. le problème constaté sur l’ora toujours été la conséquence de sa principale utilisation de l’humanité. Il détermine la valeur d’une monnaie contre une autre. Il est un métal qui a eu de l’emprise sous la forme de monnaie et d’échange tout au long de l’histoire. Grâce à sa nature éternelle et sa capacité à maintenir sa forme non corrompu, l’or a résisté à l’épreuve du temps comme véhicule important pour le transfert de la valeur dans nos sociétés. Selon une interview, l’exploitation de l’or fut décidée et commença en 1884.

« L’ouverture du comptoir de l’or responsabilise les exploitants, les acheteurs, et les commerçants d’or de permettre ainsi de faire entrer de l’argent dans le budget de l’Etat ». Tous les exploitants de l’or à Madagascar sont encore informels, et ne complètent pas toutes les conditions pour être formelles. Madagascar est reconnu par la richesse de son sous-sol ayant permis le développement à la fois des filières petites mines (artisanal) et grandes mines, sa géo diversité exceptionnelle répartie sur la majeure partie de l’île, est le fruit d’une longue histoire géologique et à multiples phases. Autant de substances minérales connues et à découvrir dont l’exploitation offrirait à Madagascar d’importances retombées économiques. En effet, loi sur les grands investissements miniers donne aux opérateurs miniers avec un montant d’investissement excède 50 milliards Ar. Elle peut être localisée à Ambilobe, Ambalarano.

Le Change 

Il est l’opération qui consiste à convertir une monnaie à une autre monnaie, il existe différents types de changes : change manuel, change comptant. Cette opération se fait sur le même change. Actuellement, le marché de change illégal est plus courant dans les zones d’Antananarivo c’est-à-dire, un marché qui fut les impôts et toutes les règles légales à suivre.

❥ Taux de change : C’est un prix d’une monnaie par rapport à une autre monnaie. Le taux de change varie actuellement de 3480 Ar à 3520 Ar pour l’Euro et de 3349 Ar à 3362 Ar pour le dollar.

Les intermédiaires

On peut définir les intermédiaires comme l’individu qui mettent en contact une personne avec une autre ou plusieurs personnes entre elles, C’est dans le domaine économique que les intermédiaires ont pris une importance considérable, en particulier dans le domaine des marchés à l’exportation où ils apportent leur connaissance du pays et leurs relations au niveau des grands décideurs. Du fait de l’importance des enjeux financiers, en particulier dans le cas de certains marchés publics tels que d’armement, les intermédiaires et les commissions qu’ils perçoivent en font des acteurs essentiels de la corruption internationale à grande échelle .

Comme fois, on remarque actuellement dans la zone Analakely les échanges commerciaux à savoir les automobiles, et les autres outils de valeurs faisant l’objet de l’économie souterraine, par les intermédiaires. On qualifie alors les intermédiaires comme un agent commercial ou commissionnaire ou courtier ou bien apporteur d’affaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
Partie I : CONCEPT D’ENQUETE ET SES ETAPES
Chapitre I : Méthode d’enquête et pratique
Section 1 : généralité
Section 2 : les étapes d’enquête
Chapitre II : L’ECONOMIE SOUTERRAINE
Section 1 : Définition
I. L’Or
II. Le Change
III. Les intermédiaires
Partie II : CAS EMPIRIQUES DE L’ENQUETE SUR L’ECONOMIE SOUTERRAINE
CHAPITRE I : Etude de l’individu
Section 1 : Caractéristiques de l’individu qui l’exerce
Section 2 : Causes de l’activité informelle considérée
Section 3 : Caractéristiques de l’activité
CHAPITRE II : Activité informelle comme source revenu
Section 1 : Création de revenu
Section 2 : Autres sources de revenu
Section 3 : Aspiration de la personne enquêtée
CONCLUSION
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
ANNEXES

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *