Emploi et ressources des ménages

Emploi et ressources des ménages

Entre 1999 et 2005, le taux d’emploi a progressé sur le Pays alors qu’il stagne sur la HauteLoire. Ainsi, en 2005 le taux d’emploi du Pays (qui est supérieur à 1) reste plus élevé que sur l’ensemble du département. Il a augmenté aussi bien sur les communes structurantes qui abritent la majorité des emplois que sur les communes rurales. Cette augmentation du taux d’emploi est due à une hausse importante du nombre d’emplois sur ces territoires. Les revenus moyens annuels des ménages sont cependant nettement inférieurs sur le pays (12 099 €) que sur le département (13 696 €). Ce sont les communes de l’espace rural caractérisé par une population âgée qui présentent les revenus les plus faibles.

Ainsi, le taux de ménages percevant des revenus inférieurs à 30% des plafonds est plus élevé sur le pays que sur le département. Les communes rurales qui possèdent moins d’emplois et une population âgée sont les plus touchées par la problématique de la précarité. De la même manière, la part du parc potentiellement indigne dans le parc privé est plus importante sur le pays que sur la Haute-Loire et particulièrement sur les communes de l’espace rural.

Par définition, le taux d’emploi est en 2005 très nettement supérieur sur les pôles structurants que sur les communes situées en périphérie. Cet écart s’est creusé depuis 1999, les communes de « couronne structurante » ayant enregistré une diminution importante du nombre d’emplois tandis que celui-ci a augmenté de manière conséquente sur les pôles. Les revenus moyens des ménages sont nettement plus élevés dans les communes de « couronne structurante » que dans les pôles structurants qui ont un parc locatif plus développé et sont plus aptes à répondre aux besoins de ménages à faibles ressources.

Ainsi, entre 1999 et 2005, le taux de ménages en situation de précarité s’est accru sur les pôles tandis qu’il a diminué sur les communes situées en périphérie. Les pôles enregistrent à la fois des départs d’actifs qui accèdent à la propriété et des arrivées de jeunes décohabitants dont la situation n’est pas stabilisée et qui recherchent un premier logement.. Le parc privé potentiellement indigne est quant à lui plus développé dans les « couronnes structurantes » qui ont un parc moins confortable et comportant moins de logements collectifs que les pôles structurants.

Sur la période 1999-2005, on peut noter une progression du taux d’emploi conséquente pour le groupe rural 2. Les communes du types rural 1 qui ont accueilli de nombreux actifs connaissent une légère baisse. En 2005, le taux d’emploi des communes rurales 2 est nettement plus élevé (1,32) que celui des autres groupes ruraux qui oscille entre 0,60 et 0,75. Le revenus moyens des ménages des communes rurales des groupes 2 et 3 sont les plus élevés et avoisinent les 12 000 € par an. Les communes rurales 4 en revanche abritent des ménages relativement âgés disposant de ressources beaucoup plus faibles, le revenu moyen n’étant que de 7 800 € par an.

La part de ménages percevant des revenus inférieurs à 30% des plafonds a diminué sur l’ensemble des groupes ruraux entre 1999 et 2005, ce qui est plutôt positif. Cependant, cette part des ménages précaires dans la population demeure très importante pour les communes du groupe 4 et est tout de même élevée pour les autres groupes. Le poids du parc privé potentiellement indigne est très élevé pour les communes du groupe 4 et du groupe 1.

Synthèse des communes structurantes : Constats 

Pôles structurants 

– Stabilisation de la population sur la dernière période, le déclin est stoppé.
– Solde migratoire qui devient positif, témoignant d’un regain d’attractivité des villes. Solde naturel négatif qui se creuse et traduit un vieillissement de la population.
– Desserrement qui se poursuit mais de manière moins prononcée qu’auparavant. Taille moyenne des ménages la plus faible du Pays de Lafayette.

– Taux de résidences secondaires faible et en baisse. Fort taux de vacance qui augmente.
– Parc locatif privé et social le plus développé et qui constitue une part essentielle de l’offre locative sur le pays.
– Indice de construction en augmentation mais qui reste peu élevé.

– Offre d’emploi qui représente l’essentiel de celle du Pays et qui s’accroît.
– Revenus des ménages plus élevés que dans l’espace rural mais relativement faibles par rapport aux autres communes structurantes.
– Part des ménages modestes modérée mais en augmentation.

Couronne structurante 

– Croissance démographique soutenue qui se poursuit entre 1999 et 2005.
– Soldes naturels et migratoires excédentaires et en hausse.
– Indice de jeunesse très élevé (supérieur à 1) en 1999.
– Desserrement qui se poursuit et s’accentue entre 1999 et 2005.

– Baisse notable du taux de résidences secondaires. Taux de vacance le plus faible du Pays de Lafayette, bien qu’il ait légèrement augmenté.
– Offre locative peu fournie.
– Indice de construction élevé et accession sociale très développée.

– Communes qui accueillent les ménages les plus aisés du Pays de Lafayette.
– Diminution significative du taux d’emploi.

Synthèse des communes structurantes : Enjeux et Orientations 

Pôles structurants 

Ces communes qui sont dynamiques du point de vue économique redeviennent attractives pour certaines catégories de populations. En effet, l’offre locative privée et sociale développée leur permet d’accueillir des ménages de petite taille et/ou à faibles ressources (personnes âgées, jeunes décohabitants…), ménages qui ne trouvent pas de logements répondant à leurs attentes sur les communes périphériques. Ce phénomène se traduit par un vieillissement et un appauvrissement croissant de la population communale. Des actions doivent donc être menées afin d’attirer également des familles et des jeunes couples :
– proposer des logements dont la taille et le prix sont adaptés aux familles avec enfants et aux couples qui débutent leur parcours de vie.
– développer des services et équipements destinés aux ménages ci-dessus.
– rénover les logements, notamment à proximité des centres et des commerces afin de les adapter aux besoins des personnes âgées.

– libérer du foncier à vocation d’activité afin de continuer à attirer des entreprises et de l ‘emploi.

Couronne structurante 

Ces communes situées en périphérie immédiate des pôles structurants connaissent une hausse démographique très importante. Grâce à leur situation privilégiée, elles sont très attractives pour les familles dont les membres travaillent sur les pôles. Elles confortent donc leur vocation résidentielle et perdent peu à peu des emplois. Cette dynamique démographique se traduit par une baisse du nombre de résidences secondaires qui se transforment en résidences principales et une importante production de logements neufs. Toutefois, l’offre locative reste peu développée et les prix augmentent, ce qui conduit les ménages à faibles ressources à aller se loger dans les pôles structurants ou les communes plus éloignées. Pour pérenniser ce développement , il convient de :
– développer l’offre locative sociale et privée pour proposer une offre adaptée aux ménages à faibles ressources.
– assurer un suivi des nouveaux propriétaires dont une certaine partie bénéficie des PTZ et qui sont potentiellement plus fragiles face à certains problèmes (surendettement, chômage…).
– mettre en œuvre ou réviser les documents d’urbanisme afin d’assurer une gestion économe du foncier et éviter un développement anarchique des constructions.
– libérer du foncier afin de continuer à accueillir des constructions neuves.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Sommaire
Préambule
Introduction
Périmètres de référence
I – Evolution économique
1) Une augmentation satisfaisante du nombre d’emplois salariés privés
2) Une mauvaise appréciation de l’évolution économique du bassin de Saint-Affrique
II – Evolution démographique et sociale
1) Un reprise de la croissance démographique depuis 1999
2) … Due aux apports migratoires qui compensent la perte naturelle de population
3) Un accroissement du nombre de petits ménages et un ralentissement de la taille moyenne des ménages lié à un apport de familles
4) Des ménages jeunes et âgés qui s’installent principalement en centre ville et un renforcement de la part des 40-59 ans sur l’ensemble de la C.C
5) Une situation sociale qui a tendance à se dégrader par rapport aux villes comparables
6) Synthèse
III – Evolution du parc de logements
1) Une baisse de la vacance qui favorise une hausse du nombre de résidences principales sur Saint-Affrique
2) De nouvelles résidences principales occupées principalement par des propriétaires hors centre ville et par des locataires en centre ville
3) De nouvelles résidences principales de plus petite taille en centre ville
4) Une baisse de la vacance de longue durée à relier à une baisse conséquente du nombre de logements inconfortables dans le parc vacant
5) Un parc locatif social qui s’est enrichi depuis les années 2000
6) Un vieillissement et une réduction de la taille des ménages hébergés dans le parc HLM
7) Un appauvrissement des populations accueillies dans le parc HLM
8) Un parc locatif très social qui s’amenuise
9) Un parc locatif privé en expansion qui dispose d’une offre de logements plus diversifiée que le parc social
10) Marché immobilier : offre et demande sur Saint-Affrique
11) Une hausse constante de la production de logements depuis les années 2000, portée par l’individuel pur
12) Utilisation de la construction neuve : les besoins « non démographiques » sont en baisse sensible
13) Synthèse
IV – Première ébauche de scénarios
Les deux scénarios de développement en chiffres
Conséquences et orientations en terme de construction
Conclusion

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *