Elaboration de la grille d’évaluation de la consommation de sel

Elaboration de la grille d’évaluation de la consommation de sel

La grille d’évaluation de la consommation de sel (Annexe 1) est inspirée d’un questionnaire validé par Yasutake K et al (22). Ce questionnaire, adapté aux habitudes alimentaires japonaises, comprend 13 items. Ils portent sur la fréquence de consommation d’aliments sélectionnés pour leur forte teneur en sel mais également sur l’assaisonnement, la préparation des repas, la consommation de plats préparés, le nombre de repas pris au restaurant et la quantité d’aliments consommée. La structure de ce questionnaire a été conservée et adaptée aux habitudes alimentaires françaises. Pour ce faire, les données de l’INCA 3 (15) ont été utilisées afin de sélectionner les aliments les plus fréquemment consommés en France. Le site internet du centre d’information sur la qualité des aliments (CIQUAL) (23) a ensuite permis de sélectionner les aliments les plus riches en sel. En croisant ces deux données, sept catégories d’aliments ont été sélectionnées comme les plus pourvoyeuses de sel dans l’alimentation de la population française.

Des items supplémentaires portant sur l’assaisonnement, la préparation des repas, la consommation de plats préparés, le nombre de repas pris au restaurant et sur la quantité d’aliments consommée ont été ajoutés. Quatre niveaux de consommation pour chaque item de la grille ont été définis. Chaque niveau de consommation apporte un nombre de points allant de zéro à trois pour le calcul du score global. Pour les aliments sélectionnés, un score de trois points correspond à une consommation équivalente à la moyenne française chez les consommateurs plus un écart type (Annexe 5) (15). Les cases apportant de deux à zéro points correspondent à des consommations progressivement plus faibles. Pour les items supplémentaires, le questionnaire japonais a été suivi sauf pour la question « Vous mangez ? » qui intègre un facteur multiplicateur plutôt que des points. Enfin, trois formats de grille ont été réalisés. Une au format papier imprimable (Annexe 1), un calculateur sous Excel (Annexe 3) et un calculateur accessible en ligne (http://vps309819.ovh.net/sel.html). Pour les deux derniers, le score global ainsi que le niveau de consommation étaient calculés automatiquement.

Test ExSel

Le test ExSel permet de dépister une consommation de sel supérieure à 12g par jour (21). Ce test intègre des critères de sexe et d’indice de masse corporelle (IMC) en plus d’items alimentaires. Dans la grille d’évaluation de la consommation de sel, l’item « Vous mangez ? » a été préféré à l’IMC. En effet, le lien entre « manger plus » et « manger plus de sel » semble plus direct que l’intégration de l’IMC. Il est cependant plus subjectif. Pour ce qui est du critère de sexe, il n’a pas été intégré à la grille puisque non modifiable. Les items alimentaires du test ExSel se retrouvent dans la grille à l’exception des crevettes, du poisson fumé et des olives qui n’ont pas été sélectionnés au vu de leur faible proportion de consommation en France (Annexe 5). Cependant, ils pourraient être intégrés à des questions supplémentaires, intéressantes notamment chez les patients insuffisants cardiaques, car potentiellement pourvoyeurs de décompensation. De même, la prise de médicaments effervescents (jusqu’à 6 g de sel par jour pour 2 comprimés de 500mg de paracétamol 3 fois par jour) (30) ou d’eau gazeuse riche en sel (jusqu’à 4.27 g de sel par litre) (31) pourraient faire partie de ces questions supplémentaires.

Auto-questionnaire « Evaluez votre consommation de sel ! » Cet auto-questionnaire (19,20) comporte de nombreux items communs avec la grille. Comme proposé dans la thèse du Dr Jallet (20), la grille intègre le sel ajouté à table et le sel ajouté à l’eau de cuisson qui étaient absents de cet auto-questionnaire. Elle explore de façon plus précise la consommation de sauces et de condiments qui était fixe dans l’auto-questionnaire crée par le Dr Robard Martin (19). Enfin, l’objectif de cet auto-questionnaire était d’évaluer la consommation de sel des patients en grammes. Comme développé dans la discussion du Dr Jallet (20), cet objectif n’est pas le plus pertinent et une évaluation moins précise permettant de classer les patients en groupes de consommation pourrait être suffisante. C’est pourquoi les résultats de la grille sont présentés en niveau de consommation et non pas en grammes de sel.

Comment améliorer la grille ?

La grille a été jugée facile, rapide, faisable en consultation et utile en médecine générale. Cependant, le taux d’utilisation, le nombre d’utilisations par médecin et le nombre de médecins ayant arrêté de l’utiliser ne reflètent pas cette conclusion. La cause principale de non-utilisation ou d’arrêt d’utilisation est l’oubli. Cette donnée montre la difficulté d’intégrer un nouvel outil dans une consultation. Certains médecins ont proposé d’intégrer la grille aux logiciels métiers. Cette idée est intéressante mais sa réalisation semble difficile dans l’immédiat. La deuxième cause de non-utilisation ou d’arrêt d’utilisation est le temps nécessaire à la réalisation de la grille et sa complexité. Concernant le temps de réalisation, tous les médecins ont mis moins de 10 minutes, ce qui doit permettre son utilisation en consultation. Cependant, les médecins ont évoqué le temps nécessaire au conseil alimentaire qui suit la réalisation de la grille. Il semble possible d’améliorer ceci en créant une analyse automatique des résultats avec des conseils alimentaires qui pourraient être remis au patient et discutés ensuite. Concernant la complexité de la grille, 93% des médecins recrutés n’avaient pas participé à la journée de cardiologie. La première lecture de la grille, sans explication, a probablement participé à ce sentiment. Malheureusement, il n’était pas prévu de questionner les médecins sur leur participation ou non à cette journée et il n’est donc pas possible de confirmer cette hypothèse. Cependant, associer une notice explicative à la grille pourrait permettre d’aider les médecins à l’utiliser.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

RESUME
INTRODUCTION
MÉTHODES
1. Elaboration de la grille d’évaluation de la consommation de sel
2. Définition des seuils de consommation
3. Etude de faisabilité
3.1. Population
3.2. Questionnaire de faisabilité
3.3. Analyse statistique
RÉSULTATS
1. Population
2. Critères de faisabilité
2.1. Médecins ayant utilisé la grille
2.2. Tous les médecins
3. Critères d’intérêt pour la pratique
3.1. Médecins ayant utilisé la grille
3.2. Tous les médecins
4. Les causes de non-utilisation
4.1. Médecins ayant utilisé la grille
4.2. Médecins n’ayant pas utilisé la grille
5. Autres résultats
DISCUSSION ET CONCLUSION
1. Pourquoi utiliser une grille d’évaluation de la consommation de sel?
2. Comparaison aux autres études
2.1. Test ExSel
2.2. Auto-questionnaire « Evaluez votre consommation de sel ! »
3. Comment améliorer la grille ?
4. Conclusion
BIBLIOGRAPHIE
LISTE DES FIGURES
TABLE DES MATIERES
ANNEXES
1. Grille d’évaluation de la consommation de sel
2. Présentation au cours de la Journée de cardiologie de l’université d’Angers du 04/10/18
3. Calculateur de la consommation de sel sous Excel
4. Questionnaire de faisabilité
5. Tableau 37 page 132 de l’INCA 3

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *