DYNAMIQUES TERRITORIALES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT DE LA VILLE DE MBORO

Le relief

   Sous l’influence de trois types de vents, Mboro jouit d’un microclimat à trois facettes :
– Un climat Sub-canarien, dominé par un vent Alizé maritime provenant de l’anticyclone des Açores, climat froid, de décembre en mai, favorable aux cultures maraichères ;
– Un climat Sub-saharien, avec un vent Alizé continental chaud et sec, soufflant d’octobre en novembre ;
– Un climat équatorial humide, avec un vent de Mousson, climat pluvieux s’étalant de juin en septembre, favorables aux cultures céréalières.
La proximité de la mer favorise les températures douces et constantes dont jouit la commune, avec une moyenne annuelle d’environ 24,21°C. Les températures les plus élevées sont fréquemment enregistrées de juillet à novembre, avec un maxima de 28,8 à 30° C en octobre. La douceur du climat s’explique du fait de la combinaison du courant froid des Canaries et des alizés maritimes qui soufflent sur la côte de décembre en mai, avec une fourchette climatique variant de 18 à 22,5°C. Contrairement au reste du pays fréquemment sous l’influence des vents chauds et secs durant la saison sèche, la commune bénéficie de températures relativement fraîches, de faibles amplitudes thermiques et d’une humidité assez élevée (90% environ), ce qui lui donne des prédispositions dans le domaine de la culture maraîchère, du tourisme et des loisirs.

Historique de création

  Bien avant sa création, Mboro faisait partie du Royaume du Cayor10, indépendant depuis 1549 de l’empire du Diolof. De ce royaume gouverné par les Damels, vivaient Wolofs, Sérères, Peuls, et Maures organisés dans un système caste. A partir de la fin du XIV siècle, commença le commerce avec les européens qui y construisirent des comptoirs commerciaux et payaient des impôts au Damel jusqu’à la colonisation du XIXe siècle. C’est vers les années 1862 que les troupes de Pinet Laprade remarquèrent Mboro. Après des études du site menées par la mission d’aménagement du Sénégal, l’administration coloniale, par le service de l’agriculture de Saint Louis, décida d’y créer un bassin de productions maraichères et fruitières en 1936, encourageant dès lors les populations à s’y installer.

Accroissement naturel

   L’évolution exponentielle de la population de Mboro s’explique par l’importance du croit naturel. En effet, la population de Mboro présente une spécificité liée à sa tradition de ruralité qui puise ses origines dans la pratique de l’agriculture, première activité économique de la zone. Suite à la création de la station agricole en 1936, les innovations techniques devant améliorer l’efficacité du travail dans l’agriculture demeuraient très modestes ou même inexistants et les défrichements des terres nécessitaient donc d’une main d’œuvre favorable au développement de la production agricole. De ce fait, cette situation occasionne à certains moments une augmentation sensible du croit démographique. Cette période est ponctuée d’une révolution démographique dans la mesure où la population s’est décuplée. De 1988 à 2002, Mboro a connu un boom démographique et la population est passée de 11 860 à 20931 habitants, soit une hausse de 9070 habitants. Durant cette phase, le taux d’accroissement naturel était de l’ordre de 3.7%. Cette forte croissance démographique est due par l’implantation officielle des ICS en 1985 et la fertilité des terres favorables aux cultures maraichères. De 2002 à 2009, l’évolution démographique s’affirme davantage avec un taux d’accroissement naturel encore beaucoup plus élevé 5.7%. Ainsi la population est passée de 20 931 à 30 139 habitants. Cette hausse démographique témoigne d’une période d’emballement de la croissance de la population et est due par la multiplication des industries de renommées internationales présentes dans la zone. Aujourd’hui la situation semble s’atténuer ou même se régresser dans la mesure où la courbe d’évolution du croit naturel connait une baisse significative. Cette même population est passée de 30 139 à 27 694, soit une baisse de 2 245habitants (ANSD/ recensement 2013). Ce réel freinage s’explique par la chute de la fécondité due à la pratique de méthodes contraceptives et l’amélioration du niveau de vie. Ce fléchissement va se poursuivre car le modèle occidental de la famille réduite se diffuse peu à peu dans le monde.

Epuisement de la réserve foncière

   A la suite de la réforme de l’acte 3 de la décentralisation instituant la communalisation intégrale, Mboro perd tout espoir d’une correction de ses limites territoriales et voit une bonne partie de ses terres allouée à Darou Khoudoss, la plus proche communauté rurale devenue commune. En effet, ce dudit acte ôte à Mboro 80% de son espace agricole en faveur de Darou Khoudoss qui vient ceinturer la ville et limite toutes ses possibilités d’extension. Pour rappel, la ville de Mboro possédait à la veille de l’application des réformes de 2002, 325 000 hectares contre aujourd’hui 310 000 hectares, soit une perte de 15 000 hectares pour une ville qui ne cesse de s’accroitre en termes de démographie. De ce fait, Darou Khoudoss distante de Mboro de 4Km contribue à étouffer la ville et à modifier son paysage par la perte de l’identité rurale qui constitue sa principale source d’attractivité. D’après les données de la municipalité, sur une superficie de 3,10 km² dont dispose la commune, 2,3 km², soit 230 ha, sont réservés à l’habitat et l’espace alloué aux activités agricoles ne s’étendent que sur 80 ha. Ces données démontrent à suffisance l’épuisement du foncier depuis fort longtemps.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION
I.1. Contexte
I.2. Justification
II.2.1. Objectifs spécifiques
II.2.2. Hypothèses
III. Discussion conceptuelle
IV. Méthodologie
IV.1. Revue documentaire
IV.2. le travail de terrain
IV.2.1. les données quantitatives
IV.2.2. les données qualitatives
IV.3.Traitement des données
IV.4. Les limites de cette recherche
PREMIERE PARTIE : PRESENTATION DE LA VILLE DE MBORO
Introduction partielle
CHAPITRE I : CADRE PHYSIQUE
a) Le relief
b) Le Climat
c) La végétation
d) Les sols
e) Les ressources en eau
f) La faune
CHAPITRE II : CADRE HUMAIN
D) Organisation de la ville
E) Evolution humaine
Conclusion partielle
DEUXIEME PARTIE : DYNAMIQUE SOCIO-SPATIALE DE LA VILLE DE MBORO
Introduction partielle
CHAPITRE1 : LES MUTATIONS SOCIO-SPATIALES DE LA VILLE DE MBORO 
I. Les facteurs
1.1. Croissance démographique
a) Accroissement naturel
b) Les migrations
1.2. L’évolution spatiale de la ville de Mboro
a) Les phases de lotissements
b) L’évolution de la densité d’occupation
II. Les Impacts des mutations socio-spatiales
CHAPITRE 2 : DYNAMIQUE ECONOMIQUE DE LA VILLE DE MBORO
I) Les principales activités économiques pratiquées dans la zone
1) L’agriculture
a) Les cultures maraichères
b) L’arboriculture
2) L’industrie
3) Le commerce
4) L’élevage
5) La pêche
III. Les contraintes
1.1. Une agriculture désuète
1.2. Le non-respect de la R.S.E
1.3. Un commerce informel
1.4. L’élevage et la pêche : deux activités en voie de disparition
1.5. Un tourisme dépérissant
Conclusion partielle
TROISIEME PARTIE : STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT DE LA VILLE DE LA VILLE DE MBORO
Introduction partielle
CHAPITRE I : LES POLITIQUES DES ACTEURS LOCAUX
A) La commune
B) Les organisations communautaires
C) Les partenaires au développement
D) Les services déconcentrés de l’Etat
CHAPITRE II : STRATEGIES D’ACTIONS LOCALES
A) Stratégies et outils des acteurs de développement local dans la ville de Mboro
1) Le financement interne (Taxes et Impôts)
2) Le financement extérieur
B) L’évaluation des acteurs
CHAPITRE III : LES PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DE LA VILLE DE MBORO
A) Les mesures urgentes
B) Les mesures incitatives
Conclusion partielle
CONCLUSION GENERALE

Télécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *